Deux nouveaux diacres permanents


    Jeudi 18 juillet Monseigneur Pascal Chang Soi ordonne deux nouveaux diacres permanents pour le diocèse de Papeete, ce qui porte leur nombre total à 46.

    Depuis Vatican II, en plus de l'ordination de diacres en vue du sacerdoce, l'Église catholique autorise et encourage l'ordination diaconale d'hommes mariés en vue du service de la charité, de la parole et de la liturgie.

    Il ne s'agit pas, comme certains le pensent, d'une récompense pour des laïcs ayant suivi le cursus de formation : tavini, tauturu-katekita, katekita, mais il s'agit essentiellement et uniquement d'une réelle vocation, une réponse à un appel de Dieu et de l'Église en vue d'un nouvel état de vie pour servir le Peuple de Dieu. Nul n'est besoin d'être katekita pour être appelé au diaconat permanent.

    Avec l'accord de son épouse, le diacre permanent accepte le don de Dieu qui lui est fait lors de l'imposition des mains par l'évêque. A son tour, le diacre fait don de sa vie à Dieu et à l'Église, devenant ainsi « clerc » pour servir dans le cadre d'une mission particulière. Mais sa première mission demeure celle qu'il a reçue au jour de son baptême et lors de son mariage : celle d'être présent à son épouse, à sa famille et à son milieu de travail. Placé sous l'autorité de l'évêque, il se voit confier une ou plusieurs missions plus spécifiques selon les besoins de l'Église et de la communauté où il sera envoyé.

     Le diacre permanent n'est ni prêtre, ni chef, ni un « super katekita ». Il est avant tout un ministre ordonné, c'est-à-dire un serviteur. Prêtre et diacre exercent d'une manière harmonieuse deux ministères différents qui se complètent ; ils sont deux facettes du Christ qui se veut, par eux, serviteur de tous.

                                                                                                                   D.S.

Ajouter un commentaire