Il y a 50 ans…le bon pape Jean entrait dans la vie… éternelle

pape-jean-xxiii-2.jpg En ce mois de juin, nous faisons mémoire du Bienheureux Pape Jean XXIII qui est entré dans la vie éternelle le 3 juin 1963.

Le Pape François lui a rendu hommage avec des pèlerins italiens du diocèse de Bergame où le « Bon Pape Jean » était né, exactement à Sotto il Monte.

Depuis sa béatification par Jean-Paul II, il repose en la basilique Saint-Pierre et des milliers de visiteurs passent le prier et lui rendre hommage.

Devenu prêtre et « diplomate », il aurait voulu servir l’Eglise en Argentine, mais le Pape Pie XII l’enverra comme visiteur apostolique en Bulgarie. Il sera ensuite en Turquie et en Grèce (1935-1944), où il fera des merveilles auprès des réfugiés et notamment des juifs persécutés pour aider leur passage vers la Palestine.

Pendant la seconde guerre mondiale, il fait distribuer des permis gratuits d’émigration par la délégation apostolique en particulier vers la Palestine sous mandat britannique, des certificats de baptêmes temporaires et des sauf-conduits, ainsi que des vivres et vêtements en s’appuyant sur la Croix Rouge.

Bien d’autres gestes en faveur de ceux qu’il nomme les « cousins et compatriotes de Jésus », auraient sauvé de 24 000 à 80 000 Juifs, justifient pour la fondation internationale Raoul Wallenberg de demander son inscription comme Juste parmi les Nations.

Francophile, Jean XXIII aimait particulièrement la France où il a été Nonce Apostolique après la guerre. Il y était connu pour son humour, sa bonté, sa capacité de dialogue avec qui avait des positions opposées. Il sera aussi le premier Observateur permanent du Saint-Siège à l’UNESCO, à Paris.

Mais pour tout le monde, et spécialement en ce 50ème anniversaire et en cette Année de la Foi, il est celui qui a eu la grande intuition de Vatican II et le courage d’enclencher ce processus de réforme dans la continuité, et non pas la rupture, selon l’exégèse du Concile promue par le Pape Benoît XVI. Et son document le plus lu, au-delà même des frontières visibles de l’Eglise, est « Pacem in terris » (11 avril 1963).

Lors de sa béatification, le 3 septembre 2000, Jean-Paul II voyait en lui « le Pape qui frappa le monde par son comportement affable, duquel transparaissait sa singulière bonté d’âme » : « Le Pape Jean a laissé dans le souvenir de tous l’image d’un visage souriant et de deux bras ouverts pour embrasser le monde entier. »

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2013-06-19