XXIEME JOURNEE MONDIALE DU MALADE

jesus-guerissant.jpg
Lundi 11 février, en la fête de Notre-Dame de Lourdes, sera célébrée la 21ème Journée Mondiale du Malade. Plusieurs paroisses ont prévu une messe spéciale avec onction des malades.

 Le thème proposé par le Saint Père pour cette journée est une reprise des paroles qui concluent la parabole du Bon Samaritain : « Va, et toi aussi fais de même ». Le Pape souligne dans son message que : « cette journée est pour les malades, pour les personnels de santé, pour les fidèles chrétiens et pour toutes les personnes de bonne volonté un temps fort de prière, de partage, d’offrande de la souffrance pour le bien de l’Eglise et un appel à tous à reconnaître dans les traits du frère malade la Sainte Face du Christ qui, par sa souffrance, sa mort et sa résurrection a opéré le salut de l’humanité. (…) Qu’à tous, parviennent les paroles rassurantes des Pères du Concile œcuménique Vatican II : Vous n’êtes ni abandonnés ni inutiles; vous êtes les appelés du Christ, sa transparente image ».

En proposant la figure emblématique du Bon Samaritain, Benoît XVI explique que « Jésus veut faire comprendre l’amour profond de Dieu envers chaque être humain, spécialement lorsqu’il se trouve dans la maladie et la souffrance. (…) avec les parole … “Va, et toi aussi fais de même”, le Seigneur indique quelle est l’attitude que doit avoir chacun de ses disciples envers les autres, particulièrement s’ils ont besoin de soins. Il s’agit donc de puiser dans l’amour infini de Dieu, à travers une relation intense avec lui dans la prière, la force de vivre quotidiennement une attention concrète, comme le Bon Samaritain, envers celui qui est blessé dans son corps et dans son esprit, celui qui demande de l’aide, même s’il est inconnu et privé de ressources... ».

L’Année de la foi que nous sommes en train de vivre « constitue une occasion propice pour intensifier la diaconie de la charité dans nos communautés ecclésiales, pour être chacun un bon samaritain pour l’autre, pour celui qui se tient à côté de nous », affirme le Pape.

D.S.

Ajouter un commentaire