LE PRETRE ET LA CROIX GLORIEUSE

image069.gif

   Le dimanche 14 septembre prochain, l’Église vit la fête de la Croix Glorieuse. Un intitulé  troublant tant la croix est un instrument de supplice et de mort. D'emblée, nous devinons bien que l'expression fait référence à la victoire totale du Christ Ressuscité sur la mort. Si la croix du Christ peut être vénérée comme lieu de manifestation d'une gloire, c'est parce que « ce Jésus, Dieu l'a ressuscité » (cf. Actes 2,32). Bouleversé par l'expérience de la « tendresse de Dieu » (Romains 12,1), l'apôtre Paul pouvait de la sorte affirmer : « Pour moi, non, jamais d'autre titre de gloire que la croix de notre Seigneur Jésus Christ » (Galates 6,14).

  Il reste que le fait de regarder la croix et d'y voir une source de vie et de rédemption ne va pas de soi. Un effort est à faire pour dépasser ce qui s'impose à nos yeux : un Christ souffrant et recouvert de plaies. Les croix que nous avons l'habitude d'exposer dans nos églises ou dans nos maisons en témoignent. De fait, le Christ Jésus a assumé jusqu'au bout son humanité. Lui qui était de condition divine, nous dit saint Paul dans l'hymne aux Philippiens, le Christ a endossé la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes, « il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à la mort, et à mourir sur une croix » (cf. Philippiens 2,6-11). En somme, tout part d'une mystérieuse initiative divine : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique » (Jean 3,16).

  La liturgie de la célébration eucharistique conduit précisément le chrétien à vivre ce mystère de la gratuité divine qui précède la mort et le péché. Affirmer, comme le fait l’Église, qu'en chaque eucharistie s'actualise le don total du Christ sur la croix, cela signifie que chaque messe est une manifestation de l'Amour sans limites du Père pour les hommes. Les premiers chrétiens étaient manifestement très sensibles à ce versant de la foi eucharistique quand ils exposaient un Christ glorieux sur leurs croix. À n'en pas douter, l'Eucharistie est porteuse de vie et de joie.

  D'une façon spéciale, le prêtre, parce qu'il est ministre de l'Eucharistie, est appelé à témoigner de ce renversement  des logiques humaines et des valeurs. L'Eucharistie est le centre et le sommet de la vie du prêtre, d'abord parce qu'il est un chrétien baptisé, surtout parce qu'il est appelé à devenir un modèle de sainteté en vertu de son ministère de pasteur du troupeau. Le lien du prêtre avec la Croix du Christ prend une forme concrète dans la liturgie d'ordination où, au moment de la remise du calice, l'évêque dit au nouveau prêtre : « Prenez conscience de ce que vous ferez, vivez ce que vous accomplirez et conformez-vous au mystère de la croix du Seigneur ».

  Ce vendredi 12 septembre, en l'église Maria no te hau, le diacre Sergio Tefau va recevoir l'ordination presbytérale. Notre Église tout entière est invitée à rendre grâce au Seigneur et à prier pour ce nouveau prêtre. 

+ Monseigneur Pascal CHANG SOI

Ajouter un commentaire