Mai : un mois dédié à la Vierge Marie

N d des iles copieLe mois de Marie fait partie des dévotions populaires qui remontent au XIIè siècle, même si l’approbation officielle du Saint-Siège ne date que de 1815. Le mois du Rosaire fixé en octobre, est une tradition un peu plus récente qui a suivi la victoire de Lépante (7 Octobre 1571) contre les Turcs qui menaçaient d’envahir l’Occident.

La récitation du chapelet et la visite des familles ont parfois donné lieu à des excès, donnant l’impression qu’on accordait une place plus importante à la Vierge Marie qu’à son Fils, Jésus. Et on comprend que cela ait pu exaspérer nos frères et sœurs protestants.

Pie XII fut un grand promoteur du culte marial puisqu’en 1942 il a consacré le monde au cœur de Marie, en 1950 il a promulgué le dogme de l’Assomption, et fait de l’année 1954 une année mariale exceptionnelle. Ce renouveau de la dévotion mariale mit mal à l’aise un bon nombre de théologiens qui se préoccupaient de la question œcuménique et du rapprochement entre les Églises chrétiennes. Jean-Paul II, en publiant l’encyclique Redemptoris Mater (la Mère du Rédempteur), était animé d’une volonté œcuménique et rappelait que le rôle de Marie s’inscrit dans la démarche de foi de l’Église et de tous les chrétiens. Marie y est présentée comme modèle du cheminement dans la foi.

C’est pourquoi le Directoire sur la piété populaire et la liturgie souligne qu’il est bon et spirituellement fécond de vivre ce mois (de mai) au rythme de la liturgie, en mettant « en évidence la participation de la Vierge Marie au mystère pascal et à l’événement de la Pentecôte qui inaugure le chemin de l’Église, c’est-à-dire un itinéraire qu’elle-même (…) parcourt sous la conduite de l’Esprit-Saint » (n°191).

Ainsi bon nombre de nos frères et sœurs protestants comprennent mieux la place que, nous, catholiques, donnons à la Vierge Marie. D’ailleurs il est heureux de constater qu’un des plus beaux textes écrits sur la Vierge Marie soit actuellement réédité par les protestants : il s’agit du Magnificat, un magnifique commentaire du cantique évangélique publié par Luther le 1er mars 1521.

D.  S.

Ajouter un commentaire