Décrochage scolaire

  Aa jp cot Selon des informations récentes parues il y a quelques semaines,  le phénomène du décrochage scolaire serait devenu alarmant en Polynésie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 40% des élèves ont des difficultés à lire et à écrire en sortant de la primaire, seul 59,4% des élèves obtiennent le diplôme national du brevet et environ 30% des élèves sont en décrochage scolaire. (PAPEETE, Tahiti Info, le 06 Mai 2016). En 2013, on estimait à 40 % les élèves entrés en CP qui ont quitté l’école sans aucun diplôme ni qualification. Derrière ces statistiques, se cache une réalité humaine qui affecte une partie de la jeunesse de notre pays, et par contre coup à moyen terme, l’avenir de notre société. En effet, ce serait un tort de limiter l’école à un lieu servant uniquement à obtenir diplômes et qualifications. Quitter l’école est plus qu’abandonner l’espoir de décrocher un diplôme ou d’une qualification professionnelle. C’est se priver d’un lieu essentiel de formation humaine appelé par vocation à épauler parents et familles dans leur mission d’éducateurs.

   Le Concile Vatican II en sa déclaration sur l’Education Chrétienne (n°5) nous dit en effet : « Entre tous les moyens d’éducation, l’école revêt une importance particulière ; elle est spécialement, en vertu de sa mission, le lieu de développement assidu des facultés intellectuelles ; en même temps, elle exerce le jugement, elle introduit au patrimoine culturel hérité des générations passées, elle promeut le sens des valeurs, elle prépare à la vie professionnelle, elle fait naitre entre les élèves de caractère et d’origine sociale différents un esprit de camaraderie qui forme à la compréhension mutuelle. De plus, elle constitue comme un centre où se rencontrent pour partager les responsabilités de son fonctionnement et de son progrès, familles, maîtres, groupements de tous genres créés pour le développement de la vie culturelle, civique et religieuse, la société civile et enfin toute la communauté humaine. C’est une belle mais lourde vocation, celle de tous ceux qui, pour aider les parents dans l’accomplissement de leur devoir… assument la charge de l’éducation dans les écoles ».

   Parents, pouvoirs publics, éducateurs, puissions-nous entendre ces paroles qui nous rappellent l’importance de l’école pour la formation intégrale de la personne. C’est au prix de cette conviction que, ensemble, nous pourrons et nous devrons trouver le moyen d’aider nos jeunes en situation de décrochage scolaire à rejoindre leur place et préparer ainsi leur avenir dans notre société.

+ Père Jean-Pierre COTTANCEAU

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2016-06-12