Lourdes, assemblée des évêques

Aa jp cot

Du 4 au 9 Novembre avait lieu à Lourdes l’assemblée des évêques de France métropolitaine. Comme chaque année étaient invités les évêques d’outre-mer comme observateurs : Nlle Calédonie, Papeete, Wallis et Futuna, Guadeloupe, Martinique, Guyane, St Pierre et Miquelon avaient répondu à l’invitation. N’avaient pu se rendre à Lourdes Mayotte, la Réunion et les Marquises. A cette assemblée   participaient également le Nonce Apostolique pour la France, des représentants de divers pays (Islande représentant la conférence des évêques des pays Nordiques, Algérie représentant la conférence des évêques d’Afrique du Nord, Espagne, Italie, Allemagne, Royaume Uni, Croatie, Belgique, Pologne, Roumanie Hongrie et Irlande) et des représentants des Eglises Orthodoxes, Anglicane et de la Fédération Protestante de France.

Par la présence de tous ces représentants, l’Eglise de France entendait  situer sa réflexion dans une perspective d’Eglise plus universelle et ouverte à l’œcuménisme. Par les thèmes abordés, l’Assemblée des évêques voulait également s’ouvrir aux réalités concrètes vécues par la société : ainsi fut abordée en cette période électorale la question du rapport entre religion et politique : crise de la société française, mutations, attentes de cette société et perspectives d’avenir. Un temps fut consacré à une réflexion sur les attentats, avec une intervention des évêques de Nice et de Rouen, et à la question du rapport avec les Musulmans avec une intervention du cardinal Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Fut évoquée la situation d’Haïti suite au cyclone qui a dévasté une partie du pays.

Plus en lien avec la transmission de la Foi, la question des vocations sacerdotales donna lieu à un forum autour de 4 points : la place de l’évêque dans l’éveil aux vocations, les lieux d’éveil aux vocations, vocation et famille et quelle figure du prêtre est mise en avant dans l’éveil aux vocations. Furent abordées également la question de la place des laïcs en mission ecclésiale et dans la structure ministérielle de l’Eglise et la situation de la catéchèse, confrontée à une baisse du nombre d’enfants et à la question du rapport « Prêtre – Catéchiste ». Un temps fut consacré aux JMJ (Journées mondiales de la jeunesse) de Varsovie et aux prochaines JMJ qui auront lieu à Panama. L’un des moments forts fut la journée du Lundi 7, journée marquée par un jeûne et un temps de prière de repentance pour les scandales de pédophilie et d’abus sexuels qui ont eu lieu dans l’Eglise.

Ce fut l’occasion de redire les moyens déployés par l’Eglise de France pour lutter contre ce fléau : priorité à l’écoute des victimes, accompagnement, meilleure collaboration avec la justice, ouverture de cellules d’écoute et d’un site internet « lutter contre la pédophilie », mise en place d’une cellule permanente de lutte contre la pédophilie regroupant évêques, religieux, psychologues, criminologues et experts juridiques. Un temps fut consacré à l’exhortation apostolique « Amoris laetitia » (« La joie de l’Amour ») et à ses implications pastorales, avec le témoignage de quelques diocèses.

            Cette liste n’est pas exhaustive mais permet de nous faire une idée des situations et des questions qui agitent l’Eglise en métropole. Elle manifeste la vitalité et l’ouverture que chaque Eglise locale doit avoir pour répondre aux défis de nos sociétés. Puisse notre Eglise diocésaine, nos communautés y trouver les pistes de réflexion et le souffle qui aideront à poursuivre notre route pour l’annonce de l’Evangile et le service de tous.

 

+ Père Jean-Pierre COTTANCEAU

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2016-11-17