L’évêque entouré de ses prêtres

Pere vetea docteur en droit

Du lundi 23 au mercredi 25 octobre, les prêtres de notre diocèse se sont réunis en presbyterium à Tibériade autour de leur évêque Mgr Jean-Pierre Cottanceau. Des sujets d’actualité pour notre Église ont alimenté les échanges : le bilan pastoral de l’évêque et des prêtres, le ministère de Katekita et son avenir, la pastorale des personnes en prison, celle des jeunes et des vocations.

L’assemblée est de la plus haute importance. Le Code de droit canonique stipule que l’évêque diocésain dirige son diocèse « avec la coopération de son presbyterium », de sorte que la portion du peuple de Dieu confiée à l’évêque rassemblée dans l’Esprit Saint par le moyen de l’Évangile et de l’Eucharistie « constitue une Église particulière dans laquelle se trouve vraiment agissante l’Église du Christ, une, sainte, catholique et apostolique » (canon 369).

Cette définition d’un diocèse rappelle que dès les premiers temps de l’Église des éléments communs à toutes les communautés chrétiennes ont été jugé déterminants pour constituer une Église véritable : l’écoute des Écritures, la volonté de s’attacher à Jésus confessé comme Christ mort, ressuscité et donateur de l’Esprit, la célébration des sacrements (en particulier le baptême et l’eucharistie), les ministères hiérarchiques et les martyrs de la foi.

L’élément du témoignage retient l’attention. L’évangile de ce dimanche est particulièrement instructif. À tous, Jésus prévient contre la façon de faire des scribes et des pharisiens : « ils disent mais ne font pas », et ils aiment les places d’honneurs. Il donne aussi l’ordre à ses disciples de ne donner « à personne sur terre » le titre de « Rabbi », de « père » ou de « maître ». Car il n’y a « qu’un seul Père, celui qui est aux cieux », « qu’un seul maître, le Christ ».

Et « vous êtes tous frères » ! Cette parole de Jésus fonde l’affirmation bien connue du Concile Vatican II selon laquelle il existe entre tous les fidèles une véritable égalité quant à la dignité et à l’activité par laquelle tous coopèrent à l’édification du Corps du Christ, selon naturellement les états de vie choisis par chacun et ses fonctions au sein de la communauté.

Il reste que comme prêtres, que tous appellent « père », nous portons ce titre en ayant à l’esprit les paroles du Christ. Il est certain que nul d’entre nous ne souhaite prendre la place du Père. Il est non moins certain que ce titre attribue une responsabilité particulière parmi les fidèles. Avant d’être des « pères », nous sommes des frères et des serviteurs.

B.V

Pretres du diocese de papeete oct 2017

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-12-16