Casino ? N'en jetez plus !

casino.jpgLe serpent de mer refait surface. Un casino viendrait sauver le tourisme polynésien ? De richissimes joueurs seraient attirés par ce « cube » climatisé, aseptisé...

Depuis 1992, régulièrement, on nous ressort les mêmes arguments sans aucun fondement. Toutes les études économiques montrent que le Produit Brut des Jeux (PBJ) d'un casino se répartit entre 10% pour les Jeux Traditionnels et 90% pour les machines à sous. « Le secteur des Jeux Traditionnels est toujours déficitaire » [source : Rapport Trucy sur les Jeux de hasard et d'argent., Commission des Finances du Sénat(2001-2002)]. La rentabilité des casinos a décuplé, en France, avec l'arrivée des « bandits manchots ».

L'expérience calédonienne, ou encore de l'île de la Réunion, nous montre que les casinos fonctionnent essentiellement grâce à la clientèle locale, et non par la fréquentation de touristes « fortunés ».

Qui serait assez « fou » pour payer un aller-retour Shanghai-Papeete pour jouer aux machines à sous, alors que Macao offre cent fois mieux  ?

Les enjeux financiers sont tout autres, ne soyons pas dupes. Et si par malheur le projet était approuvé par les autorités du Pays et par le maire de Punaauia, ce sont les joueurs Polynésiens qui seraient appâtés et « plumés » au profit de groupes étrangers. Quid alors des retombées économiques ? Les familles les moins favorisées en feraient les frais.

Nous rencontrons suffisamment de difficultés avec les joueurs du Loto, EuroMillion, Keno et autres loteries instantanées pour ne pas réagir contre l'implantation d'un casino. 

Le regretté Pasteur Teinaore disait : « la tentation du jeu fait beaucoup de mal aux fidèles. Ce sont les familles les plus modestes qui se laissent attirer par l'appât du gain. » Il ajoutait : « Ce n'est pas de casino dont on a besoin mais d'éducation. » Et Mgr Michel Coppenrath répétait souvent : « on ne soigne pas le jeu par le jeu ». Ne voit-on pas des mères de famille jouer jusqu'à leurs allocations familiales ? Que se passerait-il lorsque le van du casino ferait sa tournée dans les quartiers pour y « cueillir » les joueurs et joueuses potentiels ?

Prévenir avant de commettre l'irréparable est le devoir de toute institution éducative. C'est un devoir et une responsabilité qui incombent non seulement aux Eglises, mais aussi aux associations familiales et particulièrement au gouvernement et à l'Assemblée de Polynésie.

D.S.

Ajouter un commentaire