Le sport et l'argent

illustration-argent-040110.jpg

Dimanche 22 juillet s'achevait le tour de France; vendredi 27 juillet s'ouvre l'événement sportif planétaire : les Jeux Olympiques.

 Plus que jamais le sport se révèle une dimension importante contribuant au développement et à l'épanouissement de la personne humaine, mais c'est aussi un prétexte pour réaliser de gros profits financiers.

 Notre conception de l'Homme et de la Femme nous conduit à nous intéresser à la personne du sportif avant de nous intéresser  au sport qu'il (ou elle) pratique. Or pour organiser des manifestations sportives aux dimensions de la planète on ne peut échapper à la recherche de moyens de financement. Ainsi le sport risque de devenir un outil de propagande au service des publicitaires et du monde de la finance pour qui le sportif devient une matière malléable, une sorte de « produit », un moyen de profits.

 En affirmant que l'Homme ne peut servir l'Evangile et l'argent nous faisons figure de puristes ou de niais; « l'esprit olympique » prôné par Pierre de Coubertin ne relève-t-il pas de la même utopie ? Notre rôle de chrétien doit nous obliger à discerner et à dénoncer des pratiques intolérables qui subordonnent le sportif à la puissance de l'argent.

 Dénoncer les inégalités de traitement entre les disciplines sportives, entre les pays compétiteurs, entre les hommes et les femmes; dénoncer les « dessous de table », les financements occultes (sous forme d' « enveloppes » par exemple) relèvent du rôle attendu de tout responsable chrétien. Il ne s'agit pas d'être hypocrite et de condamner le recours à la publicité mais de contribuer à la recherche d'un juste milieu qui respecte la liberté et l'épanouissement de tout sportif quelque soient son niveau et la discipline qu'il (ou elle) pratique.

D.S.

Ajouter un commentaire