Le vote des catholiques

urne.jpg 

Pitié ! Ne nous parlez pas encore de politique !

Hélas, comme l’enseigne le Concile Vatican II : « les fidèles laïcs ne peuvent absolument pas renoncer à la participation à la ‘’politique’’ ». Il est donc du devoir des catholiques d’être très attentifs aux programmes et choix politiques des candidats aux élections présidentielle et législatives.

En France métropolitaine 65% des Français se déclarent catholiques (Etude IFOP – 2009) ; chez nous, en Polynésie, on compte 38% de catholiques. D’où l’intérêt que les candidats portent aux opinions et attentes des catholiques.

Bien entendu il n’y a pas « un vote catholique unique », ce qui est heureux, car l’Eglise respecte la liberté de chacun(e) et ne donne pas de consignes de vote. L’enseignement social de l’Eglise éveille la conscience des chrétiens sur les questions sociales, politiques et économiques qui mettent en cause l’avenir des personnes : choix d’un projet de société, recherche du bien commun, souci de la solidarité et de la justice sociale, défense de la famille, respect de la personne humaine de sa conception jusqu’à sa fin de vie… C’est dans ce sens que la Conférence des Evêques de France a publié en octobre 2011 un document de réflexion intitulé : « Elections : un vote pour quelle société ? ».

Pour le moment, au plan national, les débats entre les candidats sont d’une très grande pauvreté, ressemblant davantage à des querelles de personnes désireuses « d’accaparer à tout prix le pouvoir suprême ».

Quant au débat local : il est d’une tristesse affligeante, surtout lorsqu’on sait que la plupart des responsables politiques sont de confession catholique ! Ils paraissent se soucier de leurs intérêts personnels, alors que le Pays est en danger, que tous les indicateurs socio-économiques virent au rouge. On est en droit d’attendre un sursaut de la classe politique… Si « l’union sacrée pour la cause du peuple » s’avère impossible, de nouveaux leaders intègres émergeront-ils de la société civile pour qu’enfin soit entendu le cri des sans-voix ?

                                                                                                            D.S.

Ajouter un commentaire