Voyage de Benoît XVI au Liban....

... priorité au dialogue et à la réconciliation

590024-benoit-xvi-salue-libanais-venus.jpg Sa Sainteté Benoît XVI se rendra en visite apostolique au Liban du 14 au 16 septembre. Le vendredi 14 septembre, il arrivera dans l’après-midi à l’aéroport international de Beyrouth. Et le soir même, en la cathédrale Saint-Paul de Harissa, en la fête de la Croix glorieuse, il signera puis remettra aux catholiques du Moyen-Orient son Exhortation apostolique issue du Synode des évêques pour le Moyen-Orient, qui s’est déroulé en octobre 2010 à Rome.

Quinze ans après la visite de Jean-Paul II, Sa Sainteté Benoît XVI est vivement attendue. Sur les principales artères qui mènent à Beyrouth, le portrait du pape est partout, sur certaines affiches on peut lire en arabe : « Je suis venu vous apporter la paix. » La « paix », c’est le message que les Libanais attendent du Pape, car la région subit l’onde de choc de la guerre syrienne qui frappe à quelques dizaines de kilomètres.

Malgré les tensions, l’instabilité politique de la région et l’actualité syrienne, Benoît XVI n’a rien changé ni à son calendrier, ni au programme de sa visite. Après la prière de l’Angélus, dimanche dernier à Castel Gondolfo, le pape a exprimé son bonheur de « rencontrer le peuple libanais et ses autorités, ainsi que les chrétiens de ce cher pays, et ceux venus des pays voisins … ». Il a affirmé qu’il comprend « l’angoisse de nombreux Moyen-Orientaux plongé quotidiennement dans des souffrances de tous ordres qui affectent tristement, et parfois mortellement, leur vie familiale et professionnelle et expérimentent la précarité de l’exilé. » Face à toutes ces difficultés, Benoît XVI appelle à « ne pas se résigner à la violence et à l’exaspération des tensions. »

Ainsi le Pape a souligné la priorité accordée au dialogue et à la réconciliation soutenus par la communauté internationale, « toujours plus consciente de l’importance pour le monde entier d’une paix stable et durable dans toute la région. » C’est pourquoi Benoît XVI place son voyage apostolique au Liban « sous le signe de la paix. »

Au cours des cinq discours annoncés, le Souverain Pontife s’adressera non seulement aux deux millions de catholiques (de rites : maronite, grec, melkite catholique, arménien catholique, syriaque catholique, chaldéen et latin), mais aussi à tous les chrétiens des cinq Eglises orthodoxes et des différentes branches du protestantisme, ainsi qu’à tous les non-chrétiens de bonne volonté qui accepteront de l’écouter.

Unissons nos prières à celles du Saint-Père pour la paix dans cette région et dans le monde.

D.S.

Ajouter un commentaire