Fête Dieu

Mgr CottanceauCe Dimanche, l’Eglise nous invite à célébrer la « solennité du corps et du sang du Christ », fête plus connue sous les noms de « Fête Dieu » ou « Fête du Saint Sacrement ». Il s’agit pour nous de reconnaître et d’honorer plus particulièrement lors de cette fête la présence réelle de Jésus Christ dans le sacrement de l’Eucharistie, de raviver en nous cet acte de foi qui nous fait proclamer la présence divine sous les apparences sensibles du pain et du vin consacrés au cours de la Messe. Cette fête est très ancienne puisqu’elle figure dans le calendrier liturgique de l’Eglise Catholique depuis l’année 1264. Pour les passionnés d’histoire, c’est le Pape Urbain IV qui institua cette fête, en un temps où quelques théologiens remettaient en cause la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie.

 Si pour nous, cette présence réelle est une évidence de foi, peut-on dire que nous en comprenons bien le sens ? Deux fausses compréhensions peuvent nous égarer. La première : ne voir dans l’hostie consacrée qu’un signe, un rappel sans plus, de la présence du Christ. La seconde : voir dans l’hostie consacrée un morceau de la chair de ce Jésus issu des entrailles de Marie sa mère. Alors ? Tenons ferme que c’est bien le Christ Jésus lui-même qui se donne dans l’Eucharistie et qui est présent dans l’hostie consacrée. Mais il y a plusieurs façons d’être présent :

  • Il y a la présence physique de quelqu’un qui est assis à côté de moi, dans un bus ou une salle d’attente. Je peux le voir, le toucher.
  • Il y a la présence d’un collègue de travail, de quelqu’un qui œuvre avec moi pour un même but, avec qui je collabore.
  • Il y a la présence de ceux ou celles qui comptent dans ma vie, en couple, en famille, avec des amis, une présence qui unit les cœurs et éclaire ma vie
  • Il y a la présence de ceux que j’aime et qui sont absents, que je ne peux plus toucher parce qu’ils sont loin, ou ont déjà quitté ce monde… Leur présence est spirituelle, pourrait-on dire, et peut avoir pour moi une grande importance. Leur absence apparente ne m’empêche pas de me sentir uni à eux et de sentir leur présence.

Cette présence du Christ dans l’Eucharistie n’est pas la simple prolongation de la présence physique qu’avait autrefois Jésus auprès de ses disciples. Dans l’Eucharistie, Jésus est présent d’une façon nouvelle, depuis sa résurrection. Il a dit lors du dernier repas : « Prenez et mangez, ceci est mon corps, prenez et buvez, ceci est mon sang » … Par le pain et le vin consacrés, Jésus se rend présent et se donne en nourriture, une nourriture qui donne la vie éternelle. Dans la messe, les membres de l'assemblée, fidèles et ministres, écoutant les lectures de la Bible, reçoivent la Parole qui est "Pain de vie", nourriture pour leur foi. Ils célèbrent ensuite l'action de grâces, l'eucharistie, et sont reçus dans le corps du Christ en communiant au "pain de la vie" et à la "coupe du salut".

Alors, prenons garde de ne jamais tomber dans la routine lorsque nous recevons le corps du Christ, nous risquerions de louper sa présence… une présence réelle !

 

+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-06-14