Je ne suis pas venu......

Aa jp cot« JE NE SUIS PAS VENU APPELER LES JUSTES,  MAIS LES PECHEURS. » (Matthieu 9, 13)

Jésus peut sembler déconcertant quelques fois.

Ainsi, dans l’évangile [Matthieu 9, 9-13] qui nous est proposé samedi 21 septembre pour la fête de Saint Matthieu, Jésus, sortant de Capharnaüm voit un homme assis à son bureau de collecteur d’impôts. Il s’agit de Matthieu, bien connu de la population qui le place au rang des pécheurs publics. Et pourtant, Jésus lui dit : « Suis-moi ». Ce juif, frappé d’un interdit religieux en raison de sa profession, répond sans hésiter à cet appel incroyable « en abandonnant tout », déclarera Saint Luc [Luc 5, 28]. Jésus ira même jusqu’à manger chez Matthieu ! Un publicain devenu disciple de Jésus, quel scandale ! Quelle leçon de miséricorde !

Un autre passage de l’Ecriture nous surprend tout autant. Cette fois, il s’agit de l’évangile de dimanche où Jésus semble nous donner en exemple un intendant malhonnête (cf. Luc 16, 1-13). Il faut reconnaître que ce gérant s’est bien débrouillé car, mis à la porte par son patron pour malversation dans la gestion de ses biens, il se lie d’amitié avec les débiteurs de son maître en falsifiant leurs reçus de dettes. Et Jésus de déclarer : « Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière ».

En fait Jésus porte un regard de lucidité sur l’habileté des hommes à abuser de la prodigalité de ceux qui les emploient et leur font confiance : abus de pouvoir, détournement de fonds … « Faites-vous des amis avec de l’argent malhonnête… »  Jésus s’appuie sur des travers du monde pour nous inviter à redresser notre conduite et à vivre en « fils de lumière ». En effet, Jésus le dit : « Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs ».

Rendons grâce à Dieu pour sa miséricorde envers les pécheurs que nous sommes.

Dominique Soupé

Ajouter un commentaire