Pko 05.05.2016

eglise-cath-papeete-1.jpg

Bulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°27/2016

Jeudi 5 mai 2016 – Ascension du Seigneur – Année C

« Dieu nous a fait règner aux cieux dans le Christ Jésus »

Sermon de Saint Augustin (354-430) sur l’Ascension

Aujourd'hui notre Seigneur Jésus Christ monte au ciel ; que notre cœur y monte avec lui.

Écoutons ce que nous dit l'Apôtre : « Vous êtes ressuscités, avec le Christ. Recherchez donc les réalités d'en haut : c'est là qu'est le Christ, assis à la droite de Dieu. Le but de votre vie est en haut, et non pas sur la terre ». De même que lui est monté, mais sans s'éloigner de nous, de même sommes-nous déjà là-haut avec lui, et pourtant ce qu'il nous a promis ne s'est pas encore réalisé dans notre corps.

Il a déjà été élevé au-dessus des cieux ; cependant il souffre sur la terre toutes les peines que nous ressentons, nous ses membres. Il a rendu témoignage à cette vérité lorsqu'il a crié du haut du ciel : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter » Et il avait dit aussi  : « J'avais faim, et vous avez donné à manger ».

Pourquoi ne travaillons-nous pas, nous aussi, sur la terre, de telle sorte que par la foi, l'espérance, la charité, grâce auxquelles nous nous relions à lui, nous reposerions déjà maintenant avec lui, dans le ciel ? Lui, alors qu'il est là-bas, est aussi avec nous ; et nous, alors que nous sommes ici, sommes aussi avec lui. Lui fait cela par sa divinité, sa puissance, son amour ; et nous, si nous ne pouvons pas le faire comme lui par la divinité, nous le pouvons cependant par l'amour, mais en lui.

Lui ne s'est pas éloigné du ciel lorsqu'il en est descendu pour venir vers nous ; et il ne s'est pas éloigné de nous lorsqu'il est monté pour revenir au ciel. Il était là-haut, tout en étant ici-bas ; lui-même en témoigne : « Nul n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme, qui est au ciel ».

Il a parlé ainsi en raison de l'unité qui existe entre lui et nous : il est notre tête, et nous sommes son corps. Cela ne s'applique à personne sinon à lui, parce que nous sommes lui, en tant qu'il est Fils de l'homme à cause de nous, et que nous sommes fils de Dieu à cause de lui.

C'est bien pourquoi saint Paul affirme : « Notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, bien qu'étant plusieurs, ne forment qu'un seul corps. De même en est-il pour le Christ ». Il ne dit pas : le Christ est ainsi en lui-même, mais il dit : « De même en est-il pour le Christ » à l'égard de son corps. Le Christ, c'est donc beaucoup de membres en un seul corps.

Il est descendu du ciel par miséricorde, et lui seul y est monté, mais par la grâce nous aussi sommes montés en sa personne. De ce fait, le Christ seul est descendu, et le Christ seul est monté ; non que la dignité de la tête se répande indifféremment dans le corps, mais l'unité du corps ne lui permet pas de se séparer de la tête.

*************

Verbe de Dieu venu prendre chair

dans le sein de la Vierge,

tu voiles ta splendeur

pour vivre comme l'un de nous.

Aujourd'hui plus radieux que le soleil,

tu disparais à nos yeux

et tu retournes près du Père

tandis que l'univers t'acclame :

Textes liturgiques © AELF, Paris

Ascension et mission

Méditation de Mgr Francesco FOLLO

L’Observateur permanent du Saint-Siège à l’UNESCO, Mgr Francesco Follo, nous propose une méditation sur « Ascension et Mission ».

1) Certitudes et joie.

Dans le Credo nous récitons : « Jésus est monté aux cieux, il siège à la droite de Dieu ». Cette phrase signifie que nous croyons au fait que l’humanité du Christ est entré dans le cœur de la divinité, que les cieux sont là où Dieu se trouve, que l’amour est le ciel sur la terre. Donc « l’Ascension n’indique pas l’absence de Jésus, mais nous dit qu’Il est vivant au milieu de nous de manière nouvelle; il n’est plus dans un lieu précis du monde comme il l’était avant l’Ascension ; à présent, il est dans la Seigneurie de Dieu, présent en tout lieu et en tout temps, proche de chacun de nous ». (Pape François, Audience générale, 17 avril 2013).

Il est donc correct de dire qu’une des leçons à tirer de l’Ascension c’est que nous aussi nous pouvons aller au ciel mais uniquement si nous restons liés à Jésus. Si nous Lui confions notre vie, si nous nous laissons guider par Lui, soyons sûrs que nous serons en de bonnes mains, dans les mains de notre Sauveur, de notre avocat défenseur. « Dans notre vie, nous ne sommes jamais seuls : nous avons cet avocat qui nous attend, qui nous défend. » (Ibid.).

Une autre leçon à tirer c’est que nous devons avoir bien à l’esprit qu’entrer dans la gloire de Dieu exige une fidélité quotidienne à sa volonté, même lorsque cela demande du sacrifice et d’accepter notre croix quotidienne, parce que : « L’élévation sur la Croix signifie et annonce l’élévation de l’Ascension au ciel » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n. 662). Dans cette montée au Ciel « le Seigneur crucifié et ressuscité nous guide ; avec nous il y a beaucoup de frères et de sœurs qui, dans le silence et l’anonymat, dans leur vie de famille et au travail, dans leurs problèmes et difficultés, dans leurs joies et espérances, vivent quotidiennement leur foi et apportent au monde, avec nous, la Seigneurie de l’amour de Dieu, en Jésus Christ ressuscité, monté au Ciel. » (Pape François, Audience générale, 17 avril 2013)

La troisième leçon à tirer nous la trouvons dans la première lecture de la messe d’aujourd’hui. L’Ascension du Seigneur y est décrite comme saint Luc le raconte dans les Actes des apôtres. L’épisode nous dit comment posséder en nous la joie des apôtres, joie due à leur certitude que Jésus ressuscité est toujours présent dans la vie personnelle et dans la vie de la communauté.

Cette certitude et cette joie, nous pouvons nous aussi les avoir si nous demandons, d’un cœur sincère, la bénédiction que Jésus donna aux apôtres avant de s’élever au ciel.

De cette manière nous aussi, comme les apôtres, nous ne vivrons pas l’Ascension du Ressuscité comme un détachement, comme une absence permanente du Seigneur.

De cette manière, notre certitude s’affirmera et nous aurons confirmation que Jésus crucifié et ressuscité est bien vivant et qu’en Lui les portes de Dieu, les portes de la vie éternelle, sont ouvertes aux hommes pour toujours.

De cette manière, le jour de l’Ascension, nous pouvons nous aussi éprouver de la peine à le voir partir, mais il y a en nous la certitude, la joie, de savoir que le Christ est à nos côtés,  même s’il s’agit d’une présence différente de celle qu’il avait sur terre. « Lui qui fut un homme il y a deux mille ans, continue de vivre aujourd’hui dans l’histoire comme âme de l’Église » (H.U. von Balthasar).

2) Ascension et Mission.

Dans le bref récit de saint Marc sur l’Ascension, nous voyons que, plus que sur l’Ascension en soi, Jésus ressuscité nous invite à tirer les conclusions de sa montée auprès du Père : les apôtres et avec eux tous les chrétiens de tous les temps, nous sommes ses envoyés, ses missionnaires qu’Il a envoyés dans le monde entier pour répandre l’Évangile : « Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient » (Mc 16, 20). Jésus monte au ciel et les disciples vont dans le monde. Mais le départ de Jésus n’est pas une vraie absence, plutôt une autre forme de présence : « Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole » (cf. ibid.). « L’Ascension n’est pas un parcours de nature cosmique et géographique mais c’est la navigation du cœur qui conduit de la dimension du repliement sur soi à la dimension nouvelle de l’amour divin qui embrasse l’univers » (Benoît XVI, 10 mars 2010).

Cette invitation du Christ à embrasser l’univers en annonçant à tous les hommes l’Évangile : « Allez dans le monde entier » (Mc 16, 15), n’a pas été perçue comme une folie, mais comme une mission d’amour pour apporter le salut à tous.

L’Ascension marque un tournant sur le chemin de la rédemption. Depuis Jérusalem où s’est accomplie la mission du Christ, qui a dit sur la Croix « Tout est accompli », la mission rédemptrice confiée aux apôtres se dilate pour prendre une dimension universelle. Le groupe, jusqu’ici compact, se dissout physiquement parlant, mais pas affectivement. Alors que le rédempteur « part » vers le ciel, les apôtres partent chacun dans une direction géographique différente, mais profondément unis entre eux et au Christ. La tradition précise la destination de chacun : pour Pierre Antioche et Rome, pour Matthieu l’Éthiopie, pour Thomas l’Inde et ainsi de suite. Mais elle se concentre surtout sur l’apôtre qu’on nous a richement décrit, Paul de Tarse, l’infatigable voyageur qui alla porter l’évangile dans l’actuelle Turquie, en Grèce et à Rome. Et après lui nous remercions la liste sans fin de missionnaires qui, depuis vingt siècles, avec tant d’héroïsme, souvent vécu jusqu’au martyre, continuèrent et continuent encore l’œuvre des apôtres, pour faire participer le plus grand nombre à cette vie, bonne, sainte, vraie et heureuse que l’Évangile de Jésus annonce et réalise depuis deux millénaires. Comme eux nous devenons des missionnaires de joie. Nous annonçons que Dieu est « communion » d’un amour éternel ; qu’il est « joie infinie », de cette joie qui ne reste pas repliée sur elle-même mais s’étend à tous ceux qu’Il aime et qui l’aiment.

C’est vraiment miraculeux qu’un groupe de onze hommes ait réussi à développer un « organisme », le Corps Mystique, où se sont retrouvés et se retrouvent aujourd’hui des millions et des millions de croyants. C’est humainement impossible. On a l’explication dans les paroles qui nous été rapportées : « Le Seigneur agissait avec eux ». Et dans un but bien précis. Le groupe compact, formé de Jésus et des premiers apôtres, ne s’est pas dissous, il s’est répandu dans le monde entier. Ils ne sont pas dispersés : ils sont unis dans la foi, dans l’amour et dans l’espérance. L’espérance, en particulier, de se retrouver unis, aux côtés de Celui qui nous a tous précédés auprès du Père, le sien et le nôtre.

Les verbes utilisés  par le Christ pour cet envoi en mission gardent toute leur actualité :

-  « aller » indique le dynamisme et le courage de s’immerger dans de nouvelles situations du monde ;

-  « proclamer l’Évangile », pour que les peuples deviennent les disciples du Personne plus que d’une Doctrine ;

-  « croire » en l’annonce d’une foi qui comprend, certes, une connaissance de ses vérités et des événements liés au salut, mais part surtout d’une vraie rencontre avec Dieu en Jésus Christ, de notre amour pour Lui, de notre confiance en Lui, au point d’y engager toute notre vie ;

-  « baptiser » souligne le sacrement qui transforme et introduit les personnes dans la vie trinitaire et ecclésiale. Le baptême, le sacrement qui nous donne l’Esprit Saint, faisant de nous des fils de Dieu en Jésus Christ, et marque notre entrée dans la communauté de foi, dans l’Église: croire ne vient pas tout seul, sans recevoir la grâce de l’Esprit; et l’on ne croit pas tout seuls, mais en union avec nos frères.  « Avec le baptême, nous sommes plongés dans cette source intarissable de vie qui est la mort de Jésus, le plus grand acte d’amour de toute l’histoire ; et grâce à cet amour, nous pouvons vivre une vie nouvelle, n’étant plus en proie au mal, au péché et à la mort, mais dans la communion avec Dieu et avec nos frères » (Pape François, audience générale, 8 janvier 2014).

3) Le caractère missionnaire de la virginité.

Qu’il est beau de réfléchir aux dernières paroles de Jésus, lorsqu’il envoie les siens prêcher au milieu de ce monde qui, on ne le dirait pas, mais a besoin d’infini, de vérité, d’amour, d’espérance, de joie, ce que le Ciel est et possède.

Cette tâche est si grande qu’elle nous fait trembler nous aussi, aujourd’hui.

On s’attendrait plutôt à la voir entre les mains d’anges que confiée aux pauvres êtres humains que nous sommes. Voilà pourquoi Jésus garantit Sa présence « en travaillant avec nous et confirmant la Parole par les signes qui l’accompagnent » (cf. Mc 16,20).

C’est une tâche pour tous les baptisés, car grâce au baptême tous les chrétiens deviennent des disciples missionnaires et sont appelés à transmettre l’Évangile au monde.

Mais les Vierges consacrées, comment sont-elles missionnaires dans le monde ?

En étant des icônes, des images vivantes du Christ chaste, pauvre et obéissant (cf.  Concile Vat. II, Décret sur la rénovation et l’adaptation de la vie religieuse, Perfectae Caritatis, 1) devant la communauté ecclésiale et humaine.

Et comment peuvent-elle « dépeindre » le Christ vivant ?

En entretenant une communion avec Dieu et avec ses frères et ses sœurs en humanité, une communion que la solitude à laquelle elles sont appelées fait grandir et non pas diminuer. Les vierges sont ainsi, des missionnaires, si elles « utilisent » leur affectivité et leur corps comme le Christ l’a fait: non pas pour posséder ou pour être possédés mais pour être en communion avec tous ceux qu’elles rencontrent.

Bref, la vocation singulière des vierges consacrées indique une mission bien claire : exalter la dignité de la femme en témoignant, dans la vie du monde où elles sont plongées, du sens plein de l’amour qu’elles ont reçu de Jésus Christ pour le donner à leurs frères et sœurs en humanité.

© Zenit - 2015

 

Ajouter un commentaire