PKO 03.11.2013

Dimanche 3 novembre 2013 – XXXIème Dimanche du Temps ordinaire – Année C
Bulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°58/2013

HUMEURS

D’où vient la violence ? Un monde qui vit dans sa bulle

 [...] Quand la violence devient si répandue partout dans la planète, il est trop facile de parler tout simplement « d'esprits dérangés ». Nous avons besoin de nous demander, « qu'y a-t-il dans la façon dont nous vivons, organisons nos sociétés et nous traitons les uns les autres qui fait que la violence semble plausible à tant de personnes ? » [...]

Nous pouvons bien nous dire que la violence actuelle n'a « rien à faire » avec la façon dont nous avons appris à fermer nos oreilles quand on nous dit qu'une personne sur trois, sur cette planète, n'a pas assez à manger et qu'un milliard de personnes sont littéralement affamés. Nous pouvons nous rassurer que l'accaparement des ressources du monde entier par la société la plus riche de l'histoire du monde et nos tentatives frénétiques d'accélérer la mondialisation malgré les inégalités économiques qui l'accompagnent, n'ont aucun rapport avec le ressentiment que d'autres éprouvent à notre égard. Nous pouvons nous dire que la souffrance des réfugiés et des opprimés n'a rien à voir avec nous - que c'est une toute autre histoire qui se passe quelque part ailleurs.

Mais nous vivons dans un monde de plus en plus interconnecté avec chacun et les forces qui jettent les gens dans l'humiliation, la colère et le désespoir en fin de compte frappent nos propres vies quotidiennes.[...]

Heureusement, la plupart des gens ne s'abandonnent pas à  la violence - ils ont plutôt tendance à s'auto-détruire, se noyant dans l'alcool ou les drogues ou le désespoir personnel. D'autres se tournent vers des religions fondamentalistes ou l'extrémisme ultra-nationaliste. D'autres encore se mettent à agresser les gens qu'ils aiment, par un comportement coléreux et brutal envers leurs enfants ou leurs conjoints.

C'est un monde qui a perdu contact avec lui-même, rempli des gens qui ont oublié comment reconnaître et répondre au sacré les uns dans les autres parce que nous sommes si habitués à estimer les autres en fonction de ce qu'ils peuvent faire pour nous, et de la façon dont nous pouvons les utiliser à notre service. Les alternatives sont dramatiques : ou bien commencez à vous soucier du destin de chacun sur cette planète ou bien soyez prêts à glisser rapidement vers une violence qui finira par dominer nos vies quotidiennes. [...]

Rabbin Michael LERNER, septembre 2001

En marge de l’actualité

« Vis ta foi dans le partage ! »

 Chers Frères et Sœurs en Jésus-Christ,

Cette semaine je m’adresse tout spécialement à tous les catholiques du diocèse de Papeete.

Toutes et tous, vous appréciez de pouvoir compter sur l’Église, ses prêtres, ses diacres et toutes les personnes qui animent et font vivre les paroisses, les services, les groupes de prière, les mouvements du diocèse. Beaucoup d’entre vous ont recours aux prêtres, diacres, catéchistes pour la préparation et la réception des sacrements (baptême, réconciliation, eucharistie, mariage, sacrement des malades). Pratiquement toutes les communes et toutes les îles habitées bénéficient d’au moins un lieu de culte pour se réunir, prier et célébrer ensemble la Parole de Dieu et les sacrements.

Beaucoup apprécient les émissions diffusées par notre radio diocésaine (Radio Maria no te Hau), les communiqués diocésains diffusés par Internet…

Mais la vie spirituelle des fidèles ne peut se suffire des volontaires et des bénévoles, elle nécessite aussi des moyens matériels et financiers.

Malgré une gestion très serrée des dépenses les comptes du diocèse seraient « dans le rouge » (très déficitaires) sans la générosité des catholiques. C’est pourquoi Mgr Hubert a mis en place, en 2002, le « Tenari a te Atua » (Denier de Dieu). Chaque catholique bénéficiant d’un salaire, d’une pension ou d’un revenu est invité chaque année à donner à l’Église l’équivalent d’une journée de salaire.

La campagne du Tenari 2013 débutera le dimanche 3 novembre et s’achèvera le dimanche 15 décembre 2013. Vous trouverez toutes les indications pour participer à cette campagne dans les paroisses, dans le Semeur Tahitien et sur le site du diocèse (www.diocesedepapeete.com).

Moi-même, votre Pasteur, ainsi que tous les prêtres, les diacres et les chargés de pastorale vous remercient de votre générosité.

En cette année de la Foi, unis dans la prière, j’invite  chacun et chacune de vous  à méditer ce slogan « Vis ta Foi dans le partage ! ». Que le Seigneur vous bénisse.

+ Mgr Pascal Chang Soi

Administrateur Apostolique

La « communion des Saints » rend les chrétiens joyeux

Audience générale du pape François du mercredi 30 octobre 2013

« Un chrétien doit être joyeux, de la joie d’avoir tant de frères baptisés qui marchent avec lui et d’être soutenu par ces frères et sœurs qui marchent sur la même route en direction du Ciel ; et aussi avec l’aide de nos frères et sœurs qui sont au Ciel et qui prient Jésus pour nous. Avançons sur cette route dans la joie ! », a déclaré le pape François au terme de sa catéchèse sur la communion des saints, dans le cadre de l'Année de la foi, ce mercredi 30 octobre, place Saint-Pierre.

Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui, je voudrais parler d’une très belle réalité de notre foi, qui est la « communion des saints ». Le Catéchisme de l’Église catholique nous rappelle que cette expression englobe deux réalités : la communion aux choses saintes et la communion entre les personnes saintes (n. 948). Je m’arrête à cette seconde signification : il s’agit de l’une des vérités les plus consolantes de notre foi, parce qu’elle nous rappelle que nous ne sommes pas seuls mais qu’il existe une communion de vie entre tous ceux qui appartiennent au Christ. C’est une communion qui naît de la foi ; en effet, le terme « saints » se réfère à ceux qui croient dans le Seigneur Jésus et qui sont incorporés à lui dans l’Église par le baptême. C’est pourquoi les premiers chrétiens étaient appelés « les saints » (cf. Ac 9,13.32.41 ; Rm 8,27 ; 1 Co 6,1).

1. L’Évangile de Jean atteste qu'avant sa Passion Jésus a prié son Père pour la communion entre ses disciples, en ces termes : « afin que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu'eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé » (17,21). L’Église, dans sa vérité la plus profonde, est communion avec Dieu, familiarité avec Dieu, une communion d’amour avec le Christ et avec le Père dans l’Esprit-Saint, qui se prolonge dans une communion fraternelle. Cette relation entre Jésus et le Père est la « matrice » du lien entre nous, chrétiens : si nous sommes intimement insérés dans cette « matrice », dans cette fournaise ardente d’amour, alors nous pouvons vraiment devenir un seul cœur et une seule âme entre nous, parce que l’amour de Dieu brûle nos égoïsmes, nos préjugés, nos divisions internes et externes. L’amour de Dieu brûle aussi nos péchés.

2. S’il y a cet enracinement dans la source de l’amour, qu’est Dieu, alors se vérifie aussi le mouvement réciproque, des frères vers Dieu ; l’expérience de la communion fraternelle me conduit à la communion avec Dieu. Être unis entre nous nous conduits à être unis à Dieu, nous conduit à ce lien avec Dieu qui est notre Père. C’est le second aspect de la communion des saints que je voudrais souligner : notre foi a besoin du soutien des autres, spécialement dans les moments difficiles. Si nous sommes unis, notre foi se fortifie. Comme il est beau de nous soutenir les uns les autres dans cette merveilleuse aventure de la foi !

Je dis cela parce que la tendance à se replier dans sa vie privée a aussi influencé le monde religieux, au point que souvent nous avons du mal à demander une aide spirituelle à ceux qui partagent avec nous l’expérience chrétienne. Qui parmi nous tous n’a pas expérimenté des moments d’insécurité, des déceptions et même des doutes sur son chemin de foi ? Nous avons tous fait cette expérience, moi aussi : cela fait partie du chemin de la foi, cela fait partie de notre vie. Tout cela ne doit pas nous surprendre, parce que nous sommes des êtres humains, marqués par des fragilités et des limites ; nous sommes tous fragiles, nous avons tous des limites.

Pourtant, dans ces moments difficiles, il est nécessaire de se confier dans l’aide du Seigneur, par une prière filiale, et en même temps, il est important de trouver le courage et l’humilité de s’ouvrir aux autres, pour demander de l’aide, pour leur demander de nous donner un coup de main. Combien de fois avons-nous fait cela et ensuite nous avons réussi à nous sortir de notre problème et à retrouver Dieu ! Dans cette communion – communion veut dire ‘union commune’ – nous sommes une grande famille, nous tous, où tous les membres s’aident et se soutiennent entre eux.

3. Et venons-en à un autre aspect : la communion des saints va au-delà de la vie terrestre, au-delà de la mort et dure à jamais. Cette union entre nous va au-delà et continue dans l’autre vie ; c’est une union spirituelle, qui naît du baptême et qui n’est pas détruite par la mort mais qui, grâce au Christ ressuscité, est destinée à trouver sa plénitude dans la vie éternelle. Il existe un lien profond et indissoluble entre ceux qui sont encore pèlerins dans ce monde – entre nous – et ceux qui ont franchi le seuil de la mort pour entrer dans l’éternité. Tous les baptisés ici-bas sur la terre, les âmes du purgatoire et tous les bienheureux qui sont déjà au paradis forment une même grande famille. Cette communion entre la terre et le ciel se réalise pleinement dans la prière d’intercession.

Chers amis, nous avons cette beauté ! C’est une réalité qui nous appartient, à tous, qui fait de nous des frères, qui nous accompagne sur le chemin de la vie et nous rassemblera à nouveau là-haut, au ciel. Empruntons ce chemin dans la confiance et dans la joie. Un chrétien doit être joyeux, de la joie d’avoir tant de frères baptisés qui marchent avec lui et d’être soutenu par ces frères et sœurs qui marchent sur la même route en direction du Ciel ; et aussi avec l’aide de nos frères et sœurs qui sont au Ciel et qui prient Jésus pour nous. Avançons sur cette route dans la joie !

© Copyright 2013 – Libreria Editrice Vaticana

Changement de perspective


« Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu’ils dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre » (Gn 1,26). Dans ce premier récit de la Création s’est enracinée longtemps, chez les juifs comme chez les chrétiens, l’idée que la Création toute entière est donnée aux hommes comme un cadeau divin pour qu’ils en fassent le meilleur usage. Certains théologiens perlent même de Création incomplète qu’il appartiendrait donc aux hommes d’harmoniser, de perfectionner, de faire fructifier, tout en utilisant largement les ressources. En même temps, ce verset souligne l’étroite proximité entre l’homme et son environnement immédiat. Même s’il est l’artisan de monde qui l’entoure, l’homme ne doit pas en être le destructeur, mais l’ordonnateur, car la Création forme un tout. L’espèce humaine en est la première responsable face aux générations montantes, qui voudraient bien en hériter aussi.

À la Renaissance, nombre de penseurs en Europe se sont accordés sur cette belle formule : l’homme est à la mesure de toute chose. Il n’est que de voir certains châteaux  de cette époque dans le Val de Loire ou de lire quelques grands auteurs comme Ronsard, Du Bellay ou Montaigne pour s’apercevoir de l’étroite complicité entre la nature et l’homme. Plus tard, au XIXème siècle, les romantiques ont célébré par la peinture, la musique et la poésie les liens étroits qui réunissent les hommes et la nature comme habitants d’une même planète ou comme acteurs d’un même destin.

Puis vint la Révolution industrielle, ses inventions, son fracas et sa puissance prométhéenne. D’abord en Angleterre, puis en France, en Europe et en Amérique. Le monde connut une métamorphose totale avec les notions de rendement, de profit, d’exploitation des hommes et de la nature, la naissance du prolétariat, l’apparition de fortunes considérables et la soumission de tous au mythe d’un progrès que l’on pensait sans bornes. Les terribles guerres du XXème siècle et les idéologies totalitaires, qui en furent les fruits mortels, ont prouvé à l’évidence que le salut des hommes ne passait pas par ce chemin-là. Après un demi siècle de croissance et d’élévation du niveau de vie, l’économie patine un peu partout sauf dans certains pays émergents qui veulent profiter des mêmes avantages que nous.

Il va falloir inventer un nouveau monde, passer par une nouvelle métamorphose, dont on ne voit pas très bien les contours aujourd’hui. Une chose est certaine, et les récentes conclusions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat le montrent avec clarté, continuer comme par le passé nous mène droit dans le mur. Plus que jamais, l’humanité et son environnement sont liés. Ou bien l’homme respectera la nature ou bien les disparaîtront ensemble.

Bernard ROBIN

© Copyright 2013 – L’Ami hebdo


Prier en famille c’est facile

Homélie du pape François à l’occasion du pélerinage des familles du monde

Pour « prier en famille, il faut de la simplicité. Prier ensemble le “Notre Père”, autour de la table, n’est pas quelque chose d’extraordinaire : c’est facile », déclare le pape François.

Les lectures de ce dimanche nous invitent à méditer sur quelques caractéristiques fondamentales de la famille chrétienne.

1. La première : la famille qui prie. Le passage de l’Évangile met en évidence deux façons de prier, une qui est fausse – celle du pharisien - et l’autre qui est authentique – celle du publicain. Le pharisien incarne un comportement qui n’exprime pas l’action de grâce à Dieu pour ses bienfaits et sa miséricorde, mais plutôt l’autosatisfaction. Le pharisien se sent juste, il se sent correct, il se rengorge de cela et il juge les autres du haut de son piédestal. Le publicain, au contraire, ne multiplie pas les paroles. Sa prière est humble, modeste, empreinte de la conscience de son indignité, de ses misères : cet homme vraiment admet qu’il a besoin du pardon de Dieu, de la miséricorde de Dieu.

La prière du publicain est celle du pauvre, c’est la prière qui plaît à Dieu et, comme le dit la première Lecture, qui « parvient jusqu’au ciel » (Sir 35, 20), alors que celle du pharisien est alourdie par le poids de la vanité.

À la lumière de cette Parole, je voudrais vous demander, chères familles : priez-vous parfois en famille ? Quelqu’un oui, je le sais. Mais beaucoup me disent : mais comment on fait ? Mais, on fait comme le publicain, c’est clair : humblement, devant Dieu. Que chacun, avec humilité, se laisse regarder par le Seigneur et demande sa bonté, pour qu’elle vienne à nous. Mais, en famille, comment on fait ? Parce que la prière semble être une affaire personnelle, et puis il n’y a jamais un moment favorable, tranquille, en famille… Oui, c’est vrai, mais c’est aussi une question d’humilité, de reconnaître que nous avons besoin de Dieu, comme le publicain ! Et toutes les familles ! Nous avons besoin de Dieu : tous, tous ! Nous avons besoin de son aide, de sa force, de sa bénédiction, de sa miséricorde, de son pardon. Et il faut de la simplicité : prier en famille, il faut de la simplicité ! Prier ensemble le « Notre Père », autour de la table, n’est pas quelque chose d’extraordinaire : c’est facile. Et prier le Rosaire ensemble, en famille, c’est très beau, ça donne beaucoup de force ! Et aussi prier les uns pour les autres : l’époux pour l’épouse, l’épouse pour l’époux, tous les deux pour les enfants, les enfants pour les parents, pour les grands-parents… Prier les uns pour les autres. C’est prier en famille, et cela renforce la famille : la prière !

2. La deuxième Lecture nous suggère un autre point : la famille garde la foi. L’apôtre Paul, au déclin de sa vie, fait un bilan fondamental, et dit : « J’ai gardé la foi » (2 Tm 4, 7). Mais comment l’a-t-il gardée ? Pas dans un coffre-fort ! Il ne l’a pas enfouie dans la terre, comme ce serviteur un peu paresseux. Saint Paul compare sa vie à un combat et à une course. Il a gardé la foi parce qu’il ne s’est pas contenté de la défendre, mais il l’a annoncée, diffusée, il l’a portée loin. Il s’est fermement opposé à ceux qui voulaient conserver, « fossiliser » le message du Christ dans les limites de la Palestine. C’est pourquoi il a fait des choix courageux, il s’est rendu dans des territoires hostiles, il s’est laissé provoquer par ceux qui sont loin, par diverses cultures, il a parlé franchement, sans peur. Saint Paul a conservé la foi, car, comme il l’a reçue, il l’a donnée, en allant dans les périphéries, sans se retrancher dans des positions défensives.

Ici aussi, nous pouvons nous demander : de quelle façon nous, en famille, nous gardons notre foi ? La retenons-nous pour nous, dans notre famille, comme un bien privé, comme un compte en banque, ou savons-nous la partager par le témoignage, l’accueil, et l’ouverture aux autres ? Tous nous savons que les familles, en particulier celles qui sont jeunes, sont souvent « pressées », très affairées ; mais parfois pensez-vous que cette « course » peut aussi être la course de la foi ? Les familles chrétiennes sont des familles missionnaires. Mais, hier nous avons écouté, ici, sur cette place, le témoignage de familles missionnaires. Elles sont missionnaires aussi dans la vie de chaque jour, en faisant les choses de tous les jours, en mettant en tout le sel et le levain de la foi ! Garder la foi en famille et mettre le sel et le levain de la foi dans les choses de tous les jours.

3. Et nous tirons un troisième aspect de la Parole de Dieu : La famille qui vit la joie. Dans le Psaume responsorial on trouve cette expression : « Que les pauvres entendent et soient en fête » (33/34,3). Tout ce Psaume est une hymne au Seigneur, source de joie et de paix. Et quelle est la raison de cette joie? Ceci : le Seigneur est proche, il écoute le cri des humbles et les délivre du mal. Saint Paul l’écrivait aussi : « Soyez toujours dans la joie… le Seigneur est proche » (Ph 4, 4-5). Eh… il me plairait de poser une question, aujourd’hui. Mais, que chacun la porte dans son cœur, chez soi, eh ?, comme un devoir à faire. Et on répond seul. Comment va la joie, chez toi? Comment va la joie dans ta famille? Eh, donnez la réponse.

Chères familles, vous le savez bien : la vraie joie que l’on goûte en famille n’est pas quelque chose de superficiel, elle ne vient pas des choses, des circonstances favorables… La vraie joie vient d’une harmonie profonde entre les personnes, que tout le monde ressent en son cœur, et qui nous fait sentir la beauté d’être ensemble, de nous soutenir mutuellement sur le chemin de la vie. Mais à la base de ce sentiment de joie profonde, il y a la présence de Dieu, la présence de Dieu dans la famille, il y a son amour accueillant, miséricordieux, respectueux envers tout le monde. Et surtout, un amour patient : la patience est une vertu de Dieu et elle nous enseigne, en famille, à avoir cet amour patient, l’un envers l’autre. Avoir de la patience entre nous. Amour patient. Seul Dieu sait créer l’harmonie des différences. S’il manque l’amour de Dieu, la famille aussi perd son harmonie, les individualismes prévalent, et la joie s’éteint. En revanche, la famille qui vit la joie de la foi la communique spontanément, elle est sel de la terre et lumière du monde, elle est levain pour toute la société.

Chères familles, vivez toujours avec foi et simplicité, comme la sainte famille de Nazareth. La joie et la paix du Seigneur soit toujours avec vous!

*******************************

Voici la prière que le pape François a récitée à la fin de la messe :

Prière à la Sainte Famille

Jésus, Marie et Joseph,

vers vous, Sainte Famille de Nazareth,

aujourd'hui nous tournons le regard

avec admiration et confiance ;

en vous nous contemplons

la beauté de la communion dans l'amour véritable ;

à vous nous confions toutes nos familles,

afin que se renouvellent en elles

les merveilles de la grâce.

Sainte Famille de Nazareth,

école séduisante du saint Évangile :

apprends-nous à imiter tes vertus

avec une sage discipline spirituelle,

donne-nous un regard limpide

qui sache reconnaître l'œuvre de la Providence

dans les réalités quotidiennes de la vie.

Sainte Famille de Nazareth,

gardienne fidèle du mystère du salut :

fais renaître en nous l'estime du silence,

rends nos familles cénacles de prière,

et transforme les en de petites églises domestiques,

renouvelle le désir de la sainteté,

soutiens la noble peine du travail, de l'éducation,

de l'écoute, de la compréhension réciproque et du pardon.

Sainte Famille de Nazareth,

réveille dans notre société la conscience

du caractère sacré et inviolable de la famille,

bien inestimable et irremplaçable.

Que chaque famille soit une demeure accueillante

de bonté et de paix

pour les enfants et pour les personnes âgées

pour qui est malade et seul,

pour qui est pauvre et dans le besoin.

Jésus, Marie et Joseph,

nous vous prions avec confiance,

nous nous remettons à vous avec joie.

© Copyright 2013 – Libreria Editrice Vaticana


La NSA et le P. LOMBARDI démentent que le Vatican ait été placé sur écoute


La NSA n’aurait jamais mis sur écoute le Vatican : c’est ce qu’a affirmé le porte-parole de l’Agence nationale de sécurité américaine, démentant les informations circulant en ce sens dans les médias.

Dans son numéro du jeudi 31 octobre, l’hebdomadaire italien Panorama soutient en effet, sans pour autant citer de source, que les écoutes téléphoniques américaines de 46 millions de conversations entre décembre 2012 et janvier 2013 auraient visé aussi le Vatican et le pape.

« On craint que la “grande oreille” américaine n’ait continué à capter les conversations des prélats jusqu’au début du conclave, le 12 mars », qui a abouti à l’élection du pape François, « y compris celles de et vers la résidence à Rome où habitaient le cardinal Jorge Mario Bergoglio et d’autres prélats », poursuit l’hebdomadaire, ajoutant : « Le soupçon existe que même les conversations du futur souverain pontife puissent avoir été contrôlées. Bergoglio était déjà depuis 2005 l’objet de l’attention des services secrets américains, selon les rapports de Wikileaks ».

Toujours selon Panorama, une cellule de la NSA serait installée dans une annexe de l’ambassade américaine à Rome, via Sallustiana.

« NOUS N’AVONS AUCUNE INQUIÉTUDE »

Comme la NSA, le porte-parole du Saint-Siège, le P. Federico Lombardi, a minimisé l’importance de cette information. « Nous n’avons aucune information à ce sujet et de toute façon nous n’avons aucune inquiétude », a-t-il déclaré à la presse, réagissant à l’article de Panorama.

Les États-Unis ont catégoriquement rejeté mardi de récentes accusations sur l’interception de communications en Europe par leurs services d’espionnage, affirmant que ces données leur avaient été fournies par des agences de renseignement européennes.

Le site d’information Vatican Insider remarque pour sa part que « le fait que les puissances étrangères cherchent à obtenir des informations privilégiées sur le Vatican n’étonne guère au Vatican où beaucoup se rappellent comment durant la guerre froide le Saint-Siège fut l’Etat le plus espionné au monde ». Il cite notamment l’affaire étonnante qui arriva au cardinal Agostino Casaroli, secrétaire d’État du Vatican sous le pontificat de Jean-Paul II (1979-1990) : les services d’espionnage tchécoslovaques avaient réussi dans le cadre de l’opération « Infection » à insérer un micro et du poison dans une statuette de la Vierge qui trônait sur son bureau. Quiconque aurait tenté d’ôter le mouchard aurait été empoisonné mortellement…

© Copyright 2013 – La Croix

La vie reprend à Tibhrine


Sous l’impulsion du P. Lassausse, gestionnaire du domaine, le monastère algérien où avaient été enlevés sept moines en 1996 accueille à nouveau des visiteurs. Les familles des moines assassinés sont reçues mercredi 30 octobre par François Hollande.

L’eau jaillit de la montagne, inépuisable. Captée à partir de cinq ou six sources souterraines, elle se faufile dans un tunnel creusé à l’intérieur de la roche avant de surgir à l’air libre. Son flot, d’un débit constant tout au long de l’année, est immédiatement capté dans un bassin construit au XIXe siècle, avant d’être acheminé par gravitation dans les vergers et potagers qui s’étagent en pente douce. C’est elle qui est à l’origine du monastère de Tibhirine, aménagé dans une ancienne exploitation viticole créée en 1876 par un colon anglais, Henry J. Mirehouse.

Il y a quinze jours, une centaine de pèlerins français se sont arrêtés devant le bassin, ont tendu l’oreille au clapotis de l’eau, ont pris en photo la gouttière de pierre ornée de mousse qui la canalise. Venus dans le cadre d’un voyage en Algérie organisé par La Croix, ils se sont plongés dans l’atmosphère sereine d’un lieu pourtant marqué par le drame survenu dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, lorsque des terroristes enlevèrent sept moines du prieuré – ils seront tués quelques semaines plus tard. Sur les pas du nouveau gardien des lieux, le P. Jean‑Marie Lassausse, les visiteurs ont tenté d’approcher le mystère d’une présence chrétienne en terre à majorité musulmane, de retrouver « le sillon de la charrue tracée par les frères ».

Une quinzaine de tombes disposées en deux lignes

« On est ici d’abord parce qu’il y a une terre à cultiver », explique Jean-Marie Lassausse, prêtre et ingénieur agronome, vêtu d’une chemisette colorée et d’un jean. Le monastère s’étend sur 16 hectares dont la moitié sont cultivables. Il compte 2 400 arbres, dont la plupart ont été plantés en 2001. Pêchers, pruniers, figuiers, cerisiers… les fruits sont transformés en confiture et en friandises. « Cette année, nous avons récolté 20 tonnes. C’est la baraka, hamdullillah » (« louange à Dieu »), résume sur un ton enjoué ce prêtre de la Mission de France auquel le diocèse d’Alger a confié depuis 2001 la gestion du domaine. Il y travaille avec deux agriculteurs du village voisin, Youssef et Samir.

Des volontaires venus de France donnent un coup de main. Ce jour-là, Jean-Marie Delaunay, jeune retraité, récolte les kakis. Le P. Patrick Morvan, ancien curé d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), et François Lançon, retraité du bâtiment, assurent un rôle d’accueil. L’an dernier, 3 000 visiteurs, en grande majorité des Algériens, sont passés à Tibhirine.

Le bassin est à mi-pente sur le sentier qui conduit des bâtiments au cimetière, niché en contrebas. La clairière est plongée dans un silence seulement troublé par les bêlements d’un petit troupeau de moutons qui folâtrent de l’autre côté d’un grillage et par les raclements intermittents du tracteur de l’exploitation. Une quinzaine de tombes sont disposées en deux lignes, mais ce sont celles du premier rang qui attirent. De gauche à droite : Luc, Christian, Christophe, et puis Michel, Célestin, Bruno, Paul. Ce sont les sept martyrs de Tibhirine, dont les circonstances de l’assassinat restent inconnues. Seules leurs têtes ont été retrouvées et ont été enterrées le 4 juin 1996. Le juge français Marc Trévidic a repris en 2007 l’enquête pour retrouver les coupables mais il n’a pas encore pu venir en Algérie.

« Luc est devenu l’icône de tibhirine »

Le cimetière est parfumé de lavande et parsemé de rosiers et de crocus. Des ifs, des cyprès, des acacias apportent leur ombre. Divisés en trois groupes, les pèlerins se recueillent tour à tour. Ils se penchent sur les pierres tombales placées à la tête des monticules de terre, sur lesquelles sont seulement inscrits le prénom du frère et la date de sa mort. « Luc est devenu l’icône de Tibhirine, raconte le P. Lassausse, gardien de la mémoire. Neuf Algériens sur dix qui viennent au monastère le connaissent. Ils veulent remercier “frèlou”, comme ils l’appellent. Pendant cinquante ans, ce moine médecin a soigné les gens, veillé sur des accouchements. Il y avait parfois 150 personnes à l’attendre le matin. “Il nous regardait, et nous étions guéris”, disent certains. »

« Le prieur, Christian de Chergé, venait d’un monde totalement différent, poursuit Jean-Marie Lassausse devant les pèlerins attentifs. Fils de militaire, c’était un ­intellectuel très engagé dans le dialogue interreligieux. » Avec Claude Rault, actuel évêque de Laghouat, dans le Sud algérien, il avait fondé le Ribat es-Salam (« le lien de la paix »), groupe de spiritualité associant des chrétiens et des musulmans.

Le testament spirituel de Christian de Chergé

Devant les tombes, le prêtre lit à voix haute le testament spirituel qu’avait écrit Christian de Chergé, plus de deux ans avant l’enlèvement, mais quelques jours après l’assassinat de 12 Croates qui travaillaient sur un chantier à cinq kilomètres de là. Intitulé Quand un à-Dieu s’envisage, le document appelle à ne pas identifier l’islam avec ses manifestations intégristes et extrémistes. Si la mort survient, écrivait Christian de Chergé, « voilà que je pourrai, s’il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père, pour contempler avec Lui les enfants de l’islam tels qu’il les voit, tout illuminé de la gloire du Christ, fruits de la Passion, investis par le don de l’Esprit, dont la joie secrète sera toujours d’établir la communion et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences ».

Jean-Marie Lassausse évoque aussi Christophe, « le plus jeune, agriculteur et poète, qui travaillait avec les gens du village » ; Michel, « ancien docker à Marseille » ; Célestin, qui avait été éducateur de rue à Nantes ; Bruno, arrivé quelques jours auparavant de Fès ; Paul, revenu la veille de l’abbaye de Tamié (Savoie) avec un bon fromage.

« Faire fleurir le désert irrigué du sang des frères »

Du cimetière, les pèlerins remontent sur une terrasse de la bâtisse de style néomauresque qui domine les vergers. Au nord s’élèvent les monts de Mouzaia, qui culminent à 1200 mètres. Le monastère, lui, est posé à près de 1 000 mètres d’altitude. « L’hiver, il peut y avoir jusqu’à 1,20 m de neige, signale Jean-Marie Lassausse. Le village peut rester isolé pendant plus d’un mois. » En bas de la pente ont été récemment construits deux bâtiments publics, une salle omnisports et une bibliothèque, qui devrait accueillir un ouvroir pour jeunes filles. 

Côté ouest, une mosquée assez imposante et un rien provocante se dresse depuis plusieurs années face au portail du monastère. Le bâtiment, inachevé, est désert. Le préfet de la wilaya (département) a signé un arrêté d’interdiction, en vigueur depuis le 1er janvier 2013. Construite sans précaution sur une pente raide, la mosquée, dotée d’une coupole protubérante, est menacée par des glissements de terrain.

Lors de la célébration eucharistique, dans la chapelle aménagée dans l’ancien pressoir, le P. Lassausse a lancé un appel : « Il faut que des hommes et des femmes prennent le chemin de l’Atlas pour faire fleurir le désert irrigué du sang des frères. » Depuis plusieurs années, il sollicite des communautés pour que l’une d’elles vienne « reprendre le flambeau ». Des cisterciens ont renoncé en 2001, après une tentative de deux ans dans des conditions difficiles. Des sœurs de Bethléem ont hésité, puis se sont retirées. Depuis cinq ans, il n’y a plus guère d’initiatives au niveau du diocèse d’Alger. Jean-Marie Lassausse, lui, vit dorénavant six jours sur sept à Tibhirine. La Mission de France encourage des volontaires à venir l’épauler. « Le deuil se fait, témoigne-t-il. Il a fallu du temps. Le moment est venu de faire germer l’espérance ».

Jean-Christophe PLOQUIN, à Tibhrine

© Copyright 2013 – Osservatore Romano

Zachée, descends vite

Commentaire de l’Évangile du XXXIème Dimanche du Temps ordinaire

Jéricho est une oasis importante, une ville située à la frontière entre la Judée et la Pérée païenne. Elle ne manquait donc ni de douaniers ni de collecteurs d'impôts. Jésus la traverse pour monter à Jérusalem. Il n'est plus loin du terme de sa route, de sa croix où il étendra les bras... afin de rassembler tous les enfants de Dieu dispersés (Jn 11,52).

Voilà justement un de ces enfants dispersés, un excommunié même. Son nom Zachée signifie, par une sorte d’humour noir, le « pur » ! Un collecteur d'impôts, un de ces publicains détestés. Et c'en était même un chef ! C’est pourtant un homme qui cherche. Il est insatisfait. Il désire rencontrer Jésus et, détail significatif pour quelqu'un qui va se convertir, il a le courage de braver le qu'en dira-t-on.

De petite taille, il grimpe sur un sycomore, au tronc bas, aux ramifications énormes. La grâce, déjà, l'a touché, prévenu ; voici qu'elle fond sur lui. Jésus lève les yeux. Zachée voulait le voir, Jésus le regarde, d'un regard où il se sent percé, mis à nu. Mais non écrasé ni humilié, car Jésus l'appelle par son nom, comme il le fera pour Madeleine au jardin de la résurrection : « Zachée, descends vite: aujourd'hui, il faut que j'aille demeurer chez toi. » Ah ! Ce vite, cet aujourd'hui ! Cet « il faut » si souvent prononcé par Jésus, quand il parle du plan d'amour de son père. Il faut que ce plan s'accomplisse vite, aujourd'hui, comme un signe avant-coureur du grand « il faut » qu'il monte en croix pour sauver ce qui était perdu. Voyez la délicatesse du Christ : il veut recevoir, afin de mieux donner, comme à la Samaritaine il avait demandé de l'eau du puits, afin de lui verser l'eau vive (Jn 4,7). Cette demande de Jésus à demeurer chez lui contient et le pardon et l’intimité indicible : il me faut « demeurer » chez toi.

Zachée descend vite. C'est l'empressement du cœur, il reçoit Jésus avec joie. La preuve que ce n'est point flamme passagère : Voilà ! Il est décidé, car il se sait déjà devant le Seigneur, le Christ pascal qui a donné sans compter et qui ne saurait se contenter d'une réponse mesquine. Je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens. Quel courage ! Il n'hésite pas comme le riche qui, à ces paroles, s'en alla triste (Mc 10,22). Il est prêt à réparer ses torts quatre fois plus. La Loi qui ne le demandait que pour un vol de bétail (Ex 21,37), il l'élargit à tous ses torts. La générosité est source de joie !

Dans cette joie vient se loger la fausse note. Tous récriminaient. Il est allé loger chez un pécheur ! Et chez le chef des publicains !

Alors Jésus dit à son sujet, mot à mot – « devant lui », pour le défendre, se mettre de son côté : « Aujourd'hui, le salut  est arrivé pour cette maison, pour lui et tous les siens. » Lui, l'exclu, il est, lui aussi, fils d'Abraham. Cet homme, happé par le paganisme avec lequel il pactisait de par son métier, le voilà réintégré dans la communauté des justes, tout autant (et davantage) que vous !

La dernière sentence reprend le tout en un refrain final : Le Fils de l'homme, personnage mystérieux qui rendrait la justice à la fin des temps et que l'on pouvait s'imaginer terrible, voilà que Jésus, qui s'identifie nettement à lui, le montre venant chercher et sauver ce qui était perdu. Il va là où tout semble perdu. Quelle bonne nouvelle, de quoi grimper sur un arbre pour ne pas la manquer !

On court-circuiterait cet évangile en le bloquant sur Zachée. Bien que celui-ci paraisse occuper le devant de la scène, Jésus est, en fait, l'acteur principal. C'est Jésus qui regarde Zachée, l'interpelle, l'invite à descendre; c'est lui qui entre demeurer chez lui. C'est Jésus qui vient apporter le salut à cette maison et y semer la joie libératrice. C'est lui qui vient sauver ce qui était perdu.

A chaque eucharistie, Jésus s'invite pour demeurer chez moi. Pour demeurer dans notre communauté. Le recevons-nous avec joie ? Oh mon cœur, ne traîne pas, cours vite, c'est pour aujourd'hui !

© Copyright 2013 – Kerit

Ajouter un commentaire