PKO 10.02.2013


Dimanche 10 février 2013 – 5
ème Dimanche du Temps ordinaire – Année C

Bulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°08/2013

HUMEURS

France : Modèle d’une « drôle » de démocratie

Janvier 2013 : la France est entrée en guerre au Mali, sans débat public préalable ;

Février 2013 : la France s'apprête à changer profondément une institution fondamentale de la société en élargissant le mariage aux personnes de même sexe, sans débat public préalable ;

Mars 2013 : la France s'apprête à légaliser l'expérimentation scientifique sur les embryons, sans débat public préalable ;

Juin 2013 : la France s'apprête à légaliser l'euthanasie et/ou l'assistance au suicide, y aura-t-il débat public préalable ?

Le candidat Hollande à la présidence de la République a promis… le Parlement s'exécute ! Serait-ce le début d'une « nouvelle gouvernance » qui ne veut pas dire son nom ?

En tant que Chrétiens, nous ne pouvons nous taire face aux dangers et aux dérives d'un tel pouvoir qui refuse le débat. Nous ne pouvons nous taire devant un pouvoir exécutif et un pouvoir législatif qui mènent à la mort des milliers d'innocents !

Mort de la famille, mort de la filiation naturelle, mort des embryons, mort des personnes sans défense qui seront euthanasiées...

L'embryon et l'enfant deviennent des « marchandises ». L'embryon devient simple matière pour l'industrie de la recherche (Promesse du candidat Hollande lors d'une visite au Génopôle). L'enfant n'est plus « sujet » mais « objet » d'un droit qui pourrait déboucher vers la « Gestation Pour Autrui » (GPA). Mme Taubira, heureuse « mère » de la loi reconnaissant l'esclavage comme « crime contre l'humanité », semble vouloir ouvrir la porte à une nouvelle forme d'esclavage : celle des « mères porteuses » qui n'auront aucun droit sur les enfants qu'elles mettront au monde.

Ô que Mme Taubira a eu raison d'évoquer l'histoire de la République française pour défendre son projet de loi sur « le mariage pour tous ». La Ière République n'a-t-elle pas enfanté « la Terreur » qui a fait des milliers de victimes (souvenons-nous de Maulévrier, Les Lucs, Noirmoutier… hommes, femmes, enfants innocents massacrés) ?

Désormais on peut, en toute impunité, insulter publiquement le Christ, proférer des injures contre le Pape, les évêques, les religieuses... La France est devenue une « drôle » de démocratie où les chrétiens sont classés parmi les conservateurs, c'est vraiment méconnaitre leur engagement au service de la Nation et de la justice pour tous. Mais, Catholiques, nous  ne désarmerons pas et continuerons à défendre la Vie, à dénoncer toutes les actions qui portent atteintes aux plus faibles, aux « sans voix ». « Revêtons les armes de lumière » (Rm 13, 12b) car « celui qui fait la vérité vient à la lumière » (Jn 3, 21), « la vérité rend libre » (Jn 8, 32b).

Et n'oublions pas une arme à utiliser sans modération : la PRIERE !

Dominique SOUPE

Chancelier

_________________________

[Pour mémoire : on rappelle qu'en mai 2012 sur 46 millions d'électeurs inscrits 18 millions ont voté François Hollande, soit 39,07% ; et le 2 février 2013 : 35% des Français font confiance à François Hollande et 61% ne lui font pas confiance (Sondage SOFRES). Nous sommes loin du consensus annoncé sur les « 60 propositions » du candidat Hollande !]

 

   La foi : « Reconnaître la grandeur de Dieu et accepter notre petitesse »

Catéchèse sur le Credo du pape Benoît XVI du 6 Février 2013

« Vivre de la foi veut dire reconnaître la grandeur de Dieu et accepter notre petitesse, notre condition de créature, laissant le Seigneur la combler de son amour afin que croisse ainsi notre véritable grandeur », a expliqué Benoît XVI dans sa catéchèse. Le pape a en effet consacré sa catéchèse à l’article su Credo concernant la foi dans le Père « Créateur du ciel et de la terre ».

Chers frères et sœurs,

Le Credo, qui commence en qualifiant Dieu de « Père tout-puissant », (comme nous l’avons médité la semaine dernière) ajoute ensuite qu’il est le « créateur du ciel et de la terre », reprenant l’affirmation par laquelle s’ouvre la Bible. Dans le premier verset de l’Écriture sainte, en effet, on lit : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre » (Gn 1,11) : Dieu est l’origine de toutes les choses et sa toute-puissance de père aimant se déploie dans la beauté de la création.

Dans la création, Dieu se manifeste comme un père, en tant qu’il est l’origine de la vie et, en créant, il montre sa toute-puissance. Les images utilisées dans l’Écriture sainte à ce sujet sont très suggestives (cf. Is 40,12 ; 45,18 ; 48,13 ; Ps 104,2.5 ; 135,7 ; Pr 8 27-29 ; Jb 38-39). Comme un père bon et puissant, il prend soin de ce qu’il a créé avec un amour et une fidélité qui ne diminuent jamais ; c’est ce que répètent les psaumes (cf. Ps 57,11 ; 108,5 ; 36,6). Ainsi, la création devient le lieu où connaître et reconnaître la toute-puissance du Seigneur et sa bonté, et elle devient une invitation des croyants à la foi, pour que nous proclamions Dieu comme le Créateur.

« Par la foi, écrit l’auteur de la Lettre aux Hébreux, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, de sorte que ce que l'on voit provient de ce qui n'est pas apparent » (11,3). La foi implique donc de reconnaître l’invisible en identifiant sa trace dans le monde visible. Le croyant peut lire le grand livre de la nature et en comprendre le langage (cf. Ps 19,2-5) ; mais la parole de révélation de Dieu, qui suscite la foi, est nécessaire pour que l’homme puisse parvenir à la pleine conscience de la réalité de Dieu comme Créateur et Père. C’est dans le livre de l’Écriture sainte que l’intelligence humaine peut trouver, à la lumière de la foi, la clé d’interprétation pour comprendre le monde.

Le premier chapitre de la Genèse, en particulier, occupe une place spéciale, avec la présentation solennelle de l’œuvre divine de la création qui se déploie sur sept jours : en six jours, Dieu mène la création à terme et le septième jour, le samedi, il cesse toute activité et se repose. C’est le jour de la liberté pour tous, le jour de la communion avec Dieu. Et ainsi, avec cette image, le livre de la Genèse nous indique que la première pensée de Dieu était de trouver un amour qui réponde à son amour. Sa seconde pensée a été ensuite de créer un monde matériel dans lequel installer cet amour, ces créatures qui lui répondent librement. Une telle structure fait que le texte est rythmé par quelques répétitions significatives.

La phrase « Dieu vit que cela était bon » (vv. 4.10.12.18.21.25), par exemple, est répétée six fois, pour conclure, la septième fois, après la création de l’homme : « Dieu vit tout ce qu'il avait fait : cela était très bon » (v.31). Tout ce que Dieu crée est beau et bon, pénétré de sagesse et d’amour ; l’action créatrice de Dieu apporte de l’ordre, introduit de l’harmonie, donne de la beauté. Dans le récit de la Genèse, on voit ensuite que le Seigneur crée par sa parole : l’expression « Dieu dit » (vv. 3.6.9.11.14.20.24.26.28.29) revient dix fois dans le texte. C’est la parole, le Logos de Dieu qui est l’origine de la réalité du monde et, en indiquant « Dieu dit », ce fut ainsi, le texte souligne la puissance efficace de la parole divine. Comme le chante le psaume : « Par la parole du Seigneur les cieux ont été faits, par le souffle de sa bouche, toute leur armée… Il parle et cela est, il commande et cela existe » (33,6.9). La vie jaillit, le monde existe, parce que tout obéit à la parole divine.

Mais aujourd’hui, nous pouvons nous demander : à l’époque de la science et de la technique, parler de la création a-t-il encore un sens ? Comment devons-nous comprendre les récits de la Genèse ? La Bible ne veut pas être un manuel de sciences naturelles ; elle veut au contraire faire comprendre la vérité authentique et profonde des choses.

La vérité fondamentale que nous révèlent les récits de la Genèse est que le monde n’est pas un ensemble de forces opposées, mais qu’il a son origine et sa stabilité dans le Logos, dans la raison éternelle de Dieu, qui continue de soutenir l’univers. Il y a un dessein sur le monde, qui naît de cette raison, de l’Esprit créateur. Croire qu’il y a cela à la base de tout, éclaire tous les aspects de l’existence et donne le courage d’affronter avec confiance et espérance l’aventure de la vie. L’Écriture nous dit donc que l’origine de l’être, du monde, notre origine n’est pas l’irrationnel et la nécessité, mais la raison, l’amour et la liberté. D’où l’alternative : ou la priorité à l’irrationnel, à la nécessité, ou la priorité à la raison, à la liberté, à l’amour. Nous, nous croyons à cette dernière position.

Mais je voudrais aussi dire un mot sur celui qui est le sommet de toute la création : l’homme et la femme, l’être humain, le seul qui soit « capable de connaître et d’aimer son Créateur » (Const. past. Gaudium et spes, 12). Le psalmiste s’interroge en regardant le ciel : « À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles, que tu fixas, qu'est donc le mortel, que tu t'en souviennes, le fils d'Adam, que tu le veuilles visiter ? » (8,4-5). L’être humain, créé par Dieu avec amour, est bien peu de choses devant l’immensité de l’univers ; parfois, en regardant, fasciné, les énormes distances du firmament, nous aussi nous avons perçu notre réalité limitée. L’être humain est habité par ce paradoxe : notre petitesse et notre finitude cohabitent avec la grandeur de ce que l’amour éternel de Dieu a voulu pour lui.

Les récits de la création, dans le livre de la Genèse, nous introduisent aussi dans ce mystérieux univers, nous aidant à connaître le projet de Dieu sur l’homme. Ils affirment, avant tout, que Dieu a formé l’homme avec la poussière de la terre (cf. Gn 2,7). Cela signifie que nous ne sommes pas Dieu, que nous ne nous sommes pas faits tout seuls, nous sommes de la terre ; mais cela signifie aussi que nous venons de la bonne terre, par l’action du Créateur qui est bon. Il faut ajouter à cela une autre réalité fondamentale : tous les êtres humains sont poussière, au-delà des distinctions opérées par la culture et l’histoire, au-delà de toute différence sociale ; nous sommes une même humanité formée à partir de la même terre de Dieu. Il y a ensuite un second élément : l’être humain tire son origine de ce que Dieu a insufflé une haleine de vie dans le corps qu’il avait modelé avec la terre (Gn 2,7). L’être humain est fait à l’image et à la ressemblance de Dieu (Gn 1,26-27).

Nous portons donc tous en nous le souffle de vie de Dieu et toute vie humaine, nous dit la Bible, est sous la protection particulière de Dieu. Voilà la raison la plus profonde de l’inviolabilité de la dignité humaine contre toute tentation d’évaluer la personne selon des critères utilitaristes et de pouvoir. Le fait d’être à l’image et à la ressemblance de Dieu, indique enfin que l’homme n’est pas enfermé sur lui-même mais que sa référence essentielle est en Dieu.

Dans les premiers chapitres du livre de la Genèse, nous trouvons deux images significatives : le jardin, avec l’arbre de la connaissance du bien et du mal, et le serpent (cf. 2,15-17 ; 3,1-5). Le jardin nous dit que la réalité dans laquelle Dieu a placé l’être humain n’est pas une forêt sauvage, mais un lieu qui protège, nourrit et soutient ; et l’homme doit reconnaître le monde non pas comme une propriété que l’on peut piller et exploiter, mais comme un don du Créateur, un signe de sa volonté salvifique, un don à cultiver et à préserver, à faire croître et à développer dans le respect et l’harmonie, en suivant ses rythmes et sa logique, selon le dessein de Dieu (cf. Gn 2,8-15).

Le serpent est une figure qui vient des cultes orientaux de la fécondité, qui ont fasciné Israël et ont constitué une tentation constante d’abandonner la mystérieuse alliance avec Dieu. À la lumière de ceci, l’Écriture sainte présente la tentation que subissent Adam et Ève comme le cœur de la tentation et du péché. En effet, que dit le serpent ? Il ne nie pas Dieu mais il insinue une question sournoise : « Alors, Dieu a dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » (Gn 3,1). De cette manière, le serpent introduit un soupçon en faisant croire que l’alliance avec Dieu serait comme une chaîne qui lie, qui prive de la liberté et des choses les plus belles et les plus précieuses de la vie. La tentation devient celle de se construire seul un monde dans lequel vivre, de ne pas accepter les limites propres à la créature, les limites du bien et du mal, de la moralité ; le fait de dépendre de l’amour créateur de Dieu est vu comme un poids dont il faut se libérer. C’est toujours cela le cœur de la tentation.

Mais quand on fausse le rapport avec Dieu par un mensonge, en se mettant à sa place, tous les autres rapports sont altérés. L’autre devient alors un rival, une menace : Adam, après avoir cédé à la tentation, accuse immédiatement Eve (cf. Gn 3,12) ; tous deux se cachent de la vue de ce Dieu avec lequel ils conversaient comme des amis (cf. 3,8-10) ; le monde n’est plus un jardin où vivre dans l’harmonie, mais un lieu à exploiter et dans lequel se cachent des pièges (cf. 3,14-19) ; l’envie et la haine envers l’autre entrent dans le cœur de l’homme : un exemple en est Caïn qui tue son propre frère Abel (4,3-9). En allant à l’encontre de son Créateur, en réalité, l’homme va à l’encontre de lui-même, il renie son origine et donc sa vérité ; et le mal entre dans le monde, avec son pénible engrenage de douleur et de mort. Et ainsi ce que Dieu avait créé était bon, et même très bon, mais après cette libre décision, en faveur du mensonge plutôt que de la vérité, le mal est entré dans le monde.

De ces récits de la création, je voudrais mettre en avant un dernier enseignement : le péché engendre le péché et tous les péchés de l’histoire sont liés entre eux. Cet aspect nous amène à parler de ce qu’on appelle le « péché originel ». Quelle est la signification de cette réalité, difficile à comprendre ? Je voudrais seulement donner quelques éléments. Nous devons tout d’abord considérer  qu’aucun homme n’est enfermé en lui-même, personne ne peut vivre que par soi-même et pour soi-même ; nous recevons la vie d’un autre et cela, non seulement au moment de notre naissance, mais tous les jours.

L’être humain est un être en relation : je ne suis moi-même que dans le tu et à travers le tu, dans une relation d’amour avec le Tu de Dieu et le tu des autres. Et bien le péché consiste à bouleverser ou à détruire cette relation avec Dieu, c’est son essence : détruire la relation avec Dieu, la relation fondamentale, se mettre à la place de Dieu. Le Catéchisme de l’Église catholique affirme qu’avec le premier péché, l’homme « a fait choix de soi-même contre Dieu, contre les exigences de son état de créature et dès lors contre son propre bien » (n.398). Une fois bouleversée la relation fondamentale, les autres pôles de la relation sont aussi compromis ou détruits, le péché ruine la relation et ainsi il ruine tout, parce que nous sommes des êtres de relation.

Maintenant, si la structure relationnelle de l’humanité est bouleversée dès le commencement, tout homme entre dans un monde marqué par ce bouleversement des relations, entre dans un monde bouleversé par le péché, et il en est marqué personnellement ; le premier péché porte atteinte à la nature humaine et la blesse (cf. Catéchisme de l’Église catholique, 404-406). Et seul, l’homme ne peut pas sortir de cette situation, il ne peut se racheter tout seul ; seul le Créateur peut rétablir des relations justes. C’est seulement si celui de qui nous nous sommes éloignés vient à nous et nous tend la main avec amour, que des relations justes peuvent être nouées de nouveau.

C’est ce qui se passe en Jésus-Christ, qui accomplit exactement le parcours inverse de celui d’Adam, comme le décrit l’hymne du second chapitre de la Lettre de saint Paul aux Philippiens (2,5-11) : alors qu’Adam ne reconnaît pas sa nature de créature et veut se mettre à la place de Dieu, Jésus, le Fils de Dieu, est dans une relation filiale parfaite avec le Père, il s’abaisse, se fait serviteur, parcourt le chemin de l’amour en s’humiliant jusqu’à la mort sur la croix, pour remettre en ordre les relations avec Dieu. La croix du Christ devient ainsi le nouvel arbre de vie.

Chers frères et sœurs, vivre de la foi veut dire reconnaître la grandeur de Dieu et accepter notre petitesse, notre condition de créature, laissant le Seigneur la combler de son amour afin que croisse ainsi notre véritable grandeur. Le mal, avec sa charge de douleur et de souffrance, est un mystère qui est éclairé par la lumière de la foi, qui nous donne la certitude de pouvoir en être libérés, la certitude qu’il est bon d’être un homme. Merci.

© Libreria Editrice Vaticana – 2013


Deux mères = un père ?

Qu’est-ce qui nous attend si nous oublions la dignité de la personne et de son corps ?

Sylviane Agacinski , philosophe, épouse de Lionel Jospin, monte au créneau contre la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui pour les homosexuels. Elle reste à gauche, mais n’entend pas céder à « l’intoxication idéologique ». Elle a enseigné à l'Ecole des hautes études en sciences sociales de 1991 à 2010. À travaillé sur la question de la différence et du différend sexuels dans la démocratie (Politique des sexes, Seuil 2002), dans la théologie (Métaphysique des sexes, Seuil 2005) et au théâtre (Drame des sexes, Seuil, 2008). Avec « Corps en miettes » (Flammarion, 2009), elle critique la marchandisation du corps humain et conteste la réduction du sexe au genre dans Femmes entre sexe et genre (Seuil, 2012).

Rien n'illustre mieux la coriacité́ de la dissymétrie des sexes que la confrontation de chacun avec la question de la procréation. Comme tout le monde, les homosexuels rencontrent cette question et, jusqu'à présent, ils n'avaient pas d'autre possibilité́ que de se tourner vers une personne de l'autre sexe.

Ce qui a changé, au point de faire émerger la notion d'homoparentalité́, c'est la possibilité́, au moins apparente, de se passer de l'autre sexe pour « avoir » des enfants, comme on l'entend dire si souvent à la radio : telle actrice célèbre « a eu des enfants avec sa compagne ». On en oublierait presque ce que cette merveilleuse performance doit aux techniques biomédicales et au donneur de sperme anonyme mis à contribution en Belgique ou en Californie.

Mais le don de sperme et l'insémination artificielle sont depuis longtemps pratiques en France pour des couples « classiques » dans le cadre de la procréation médicalement assistée (PMA) sans que l'on s'en émeuve ni que l'on s'interroge sur la transformation des personnes qui donnent la vie en simples matériaux biologiques anonymes tandis que les enfants deviennent des produits fabriques à la demande et par là même, dans certains pays, des marchandises. On connait aujourd'hui les ravages que produit souvent, sur les enfants, l'organisation délibérée du secret maintenu autour de la personne de leur géniteur, même lorsqu'un père légal existe et qu'il a joué pleinement son rôle.

Ainsi, la première réflexion qui s'impose à nos sociétés modernes, avant tout bricolage législatif sur les modalités de la filiation, concerne la distinction, fondamentale en droit, entre les personnes et les choses. Le philosophe Hans Jonas regardait la responsabilité́ des entres humains à l'égard de leur progéniture comme l'archétype de la responsabilité́. Les donneurs de sperme et les donneuses d'ovocytes sont d'abord des entres humains : on dit qu'ils donnent des cellules à « un couple », alors qu'ils contribuent à donner la vie à un enfant, que celui-ci le saura un jour et demandera des comptes.

Non pas qu'il aura souffert dans son enfance, mais parce que, en tant que personne lui-même, il voudra savoir de quelles personnes il est issu et quelle est son histoire humaine. C'est pourquoi il est urgent d'entreprendre une réflexion globale sur le rôle de la médecine procréative et sur les conditions éthiques de ses pratiques, quels que soient les couples auxquels sont destinées ces pratiques. Un projet de loi sur la famille ne peut certainement pas remplacer une telle remise à plat.

En se tournant vers le Comité consultatif national d'éthique, le président de la République va dans le bon sens. Le problème est diffèrent pour les hommes - dissymétrie sexuelle oblige -, car la procréation homoparentale nécessite un don d'ovocytes et l'usage de mères porteuses.

Là encore, cette pratique ne concerne pas seulement les couples gays. Mais ce sont eux qui militent le plus activement pour sa légalisation, par exemple par la voix du groupe Homosexualité́ et socialisme ou celle des associations LGBT (lesbiennes, gays, bi et transe). À cet égard, les positions du gouvernement paraissent claires. Il exclut toute légalisation de l'usage de femmes comme « mères porteuses », conscient de la marchandisation du corps qu'elle entraine inévitablement, avec l'exploitation des femmes socialement fragiles, comme cela se passe dans d'autres pays.

Mais il est alors inquiétant et incohérent que Dominique Bertinoti, la ministre déléguée chargée de la famille, s'obstine à annoncer qu'on continuera à examiner cette question ; ou que la ministre de la justice, dans une circulaire pour le moins inopportune, accorde un certificat de nationalité́ aux enfants nés de mères porteuses à l'estranger. Il faut savoir que les enfants nés de cette façon disposent d'un état civil délivré par le pays où ils sont nés, qu'ils ne sont nullement dépourvus de papiers d'identité́ et peuvent mener une vie familiale normale. On ne pourrait comprendre que, par des voies détournées, on donne finalement raison à ceux qui contournent délibérément la législation en vigueur.

Mais n'est-ce pas d'abord aux futurs parents eux-mêmes qu'il appartient de s'interroger sur leur démarche et leur projet ? Et d'abord aux femmes, puisqu'elles peuvent d'ores et déjà̀ commander sur le Net des échantillons de sperme. Les tarifs des « Sperme Banks » sont disponibles en ligne, avec les photos et les caractéristiques des donneurs.

Un autre champ de réflexion concerne l'homoparentalité́ en tant que nouveau modèle de filiation. Le principe d'un mariage ouvert à tous les couples rassemble très largement les Français, alors que le principe de l'homoparentalité́ les divise.

Un statu quo conservateur n'aurait guère de sens. Oui, il est possible d'instituer un mariage entre personnes de même sexe. Cette innovation est souhaitable puisqu'elle contribuera à assurer une pleine reconnaissance sociale aux couples homosexuels qui l'attendent. Mais elle transforme la signification de l'ancien mariage, dans la mesure où son principal effet entait la présomption de paternité́ de l'époux, qui n'a pas de sens pour un couple de même sexe.

Cette présomption de paternité́ n'a pas disparu du mariage moderne, mais celui-ci a profondément changé. Ainsi, les droits de tous les enfants reposent désormais sur l'établissement de leur filiation civile, c'est-à-dire leur rattachement aux parents qui les ont conçus et/ou reconnus, maries ou non. La colonne vertébrale de la famille est ainsi essentiellement la filiation, tandis que le mariage des parents devient en quelque sorte accessoire.

Dans ce contexte, on se demande si la véritable Égalité ne serait pas d'appliquer à tous les mêmes droits : celui de se marier pour les adultes, et, pour tous les enfants, une filiation établie selon les mêmes critères et les mêmes règles.

Or tel ne serait pas le cas si l'on distinguait une « homoparentalité » et une « hétéroparentalité », à savoir deux parents de même sexe ou de sexes différents.

La capacité́ de quiconque à être un « bon parent » n'est évidemment pas en cause. De nombreux homosexuels ont d'ailleurs des enfants avec un partenaire de l'autre sexe, et ils ne prétendent pas fonder leur paternité ou leur maternité sur leur homosexualité́. À l'inverse, l'homoparentalité́ signifierait que l'amour homosexuel fonde la parenté possible et permet de remplacer l'hétérogénéité sexuelle du père et de la mère par l'homosexualité́ masculine ou féminine des parents.

Les formules, devenues courantes, de parents gays et lesbiens signifient la même chose. Et lorsque la ministre de la famille annonce qu'il faudra s'interroger sur « les nouvelles formes de filiations tant hétérosexuelles qu'homosexuelles », elle substitue également au caractère sexué́ des parents leur orientation « sexuelle ». Ainsi, il s'agit bien de créer un nouveau modelé de filiation.

Selon le modèle traditionnel, un enfant est rattaché à un parent au moins, généralement la mère qui l'a mis au monde, et si possible à deux, père et mère. Y compris dans l'adoption, la filiation légale reproduit analogiquement le couple procréateur, asymétrique et hétérogène. Elle en garde la structure, ou le schéma, à savoir celui de l'engendrement biologique bisexué́. C'est ainsi que l'on peut comprendre l'anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Strauss lorsqu'il écrit que « les liens biologiques sont le modelé sur lequel sont conçues les relations de parenté ». Or on remarquera que ce modelé n'est ni logique ni mathématique (du type : 1+1), mais biologique et donc qualitatif (femme + homme) parce que les deux ne sont pas interchangeables. C'est la seule raison pour laquelle les parents sont deux, ou forment un couple.

Même si cette forme n'est pas toujours remplie - par exemple lorsqu'un enfant n'a qu'un seul parent ou qu'il est adopté par une personne seulement - la différence sexuelle est symboliquement marquée, c'est-à-dire nommée par les mots « père » ou « mère » qui désignent des personnes et des places distinctes. Cette distinction inscrit l'enfant dans un ordre où les générations se succèdent grâce à la génération sexuée, et la finitude commune lui est ainsi signifiée : car nul ne peut engendrer seul en entant à la fois père et mère.

La question se pose alors de savoir ce qui est signifié à l'enfant rattaché, par hypothèse, à deux mères ou à deux pères. Un tel cumul signifie-t-il que deux pères peuvent remplacer la mère ? Que deux mères peuvent remplacer le père ? Une lesbienne militante, qui ne veut pas ajouter un père à son couple féminin, témoigne dans un magazine : « Deux parents, ca suffit ». Et une autre : « Moi je ne veux pas me coltiner un père pour entre mère ». Comment ne pas entendre ici une dénégation virulente de la finitude et de l'incomplétude de chacun des deux sexes ?

La crainte qu'on peut ici exprimer, c'est précisément que deux parents de même sexe ne symbolisent, à leurs yeux comme à ceux de leurs enfants adoptifs (et plus encore de ceux qui seraient procrées à l'aide de matériaux biologiques), une dénégation de la limite que chacun des deux sexes est pour l'autre, limite que l'amour ne peut effacer.

© Le Monde – 2013


Le Conseil d’État pas chaud pour le « mariage pour tous »

Une fiction juridique

« Le Conseil d'Etat n'est pas chaud pour le “mariage pour tous” » : c’est sous ce titre que l'hebdomadaire français La Vie dévoile l’avis du Conseil d’Etat rendu en octobre 2012 et jusqu’ici non publié à propos du projet de loi actuellement en discussion à l'Assemblée Nationale. Selon Natalia Trouiller, le Conseil d’État souligne les « failles » de l'étude d'impact qui accompagne le projet de loi : elle « ne traite pas, contrairement à ce qu'imposent les dispositions de la loi organique du 15 avril 2009, des questions multiples et complexes que soulève l'ouverture de l'adoption aux conjoints de même sexe, tant dans le cadre de l'adoption internationale que, plus généralement, au regard de l'appréciation que les autorités compétentes seront amenées à faire de l'intérêt de l'enfant et qui est opérée, en droit positif, de manière concrète, au cas par cas ».

Alors que le débat sur le mariage gay continue de faire rage à l'Assemblée nationale, le Conseil d'État a rendu son avis en octobre 2012 concernant l'ouverture au mariage des couples de personnes de même sexe. Jusqu'ici, ce document remis au gouvernement n'avait pas été rendu public. LaVie.fr s'est procuré le texte et en publie des extraits en exclusivité. Bien que favorable, il n'est pas très enthousiaste.

Sur l'adoption, le Conseil d'État souligne les failles de l'étude d'impact qui accompagne le projet de loi : elle « ne traite pas, contrairement à ce qu'imposent les dispositions de la loi organique du 15 avril 2009, des questions multiples et complexes que soulève l'ouverture de l'adoption aux conjoints de même sexe, tant dans le cadre de l'adoption internationale que, plus généralement, au regard de l'appréciation que les autorités compétentes seront amenées à faire de l'intérêt de l'enfant et qui est opérée, en droit positif, de manière concrète, au cas par cas. Par ailleurs, l'adoption plénière a pour effet de supprimer juridiquement la filiation par le sang pour lui substituer un nouveau lien de filiation découlant du jugement qui l'a prononcé. Par suite, l'acte de naissance d'origine de l'enfant est remplacé par un nouvel acte établi à partir du jugement d'adoption sans aucune référence à la filiation réelle de l'intéressé. Alors que la filiation est un élément essentiel de l'identification pour chaque individu tant sur le plan biologique que social et juridique, l'état civil ainsi reconstitué mettra en évidence , par la référence à des parents de même sexe, la fiction juridique sur laquelle repose cette filiation. Le Conseil d'État appelle donc l'attention du gouvernement, d'une part, sur les conséquences de cette situation au regard de la question, délicate et toujours en débat, de l'accès aux origines et, d'autre part, sur les précautions qu'il conviendra de prendre dans la rédaction des actes de naissance en cause ». Le Conseil d'État pointe donc un argument décisif des opposants au projet, celui de l'inégalité entre les adoptés: ceux dont on saura forcément qu'ils sont adoptés puisqu'ils seront officiellement « nés » de deux hommes ou de deux femmes, et ceux dont on l'ignorera puisqu'ils seront inscrits dans un schéma familial classique.

Concernant les contractants du mariage eux même, le Conseil d'État s'interroge sur les effets pour les conjoints étrangers. « En outre, l'ouverture des mariages entre personnes de même sexe aux étrangers risque de favoriser les mariages que la doctrine a qualifiés de “boiteux”, en ce qu'ils produisent des effets en France mais s'avèrent nuls selon la loi étrangère des époux. Dans des hypothèses exceptionnelles, mais qui doivent être prises en considération, ces mariages pourraient même exposer certains étrangers à des sanctions pénales dans leur pays d'origine »Que se passerait-il en effet si un Iranien marié à un Français et résidant en France à ce titre divorçait, et se voyait forcé de retourner dans son pays d'origine ? « Le Conseil d'État invite donc le gouvernement à informer les officiers d'état civil, afin de leur permettre d'alerter l'étranger concerné des conséquences que pourraient avoir sur celui-ci son mariage avec une personne de même sexe, s'il venait à être connu de ses autorités nationales, surtout en cas de retour dans son pays d'origine ».

Enfin, le Conseil d'Etat met en garde le gouvernement d'une façon plus générale sur l'impact d'un tel projet sur les mariages hétérosexuels. « Eu égard à la portée d'un texte qui remet en cause un élément fondateur de l'institution du mariage, [à savoir] l'altérité sexuelle des époux, et compte tenu des conséquences insuffisamment appréhendées par l'étude d'impact qu'un tel changement apportera à un grand nombre de législations, dans l'ordre pratique comme dans l'ordre symbolique, le Conseil d'État souligne l'importance qui s'attache au maintien, dans son périmètre actuel, d'un projet qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples de même sexe dans les mêmes conditions que pour les autres couples, sans changer en rien les conditions applicables pour ces derniers ».

Cet avis du Conseil d'État, dont l'opposition réclame la publication depuis deux jours sur les bancs de l'Assemblée, est un avis purement consultatif : il ne devrait donc pas remettre en cause à lui seul l'adoption de la loi par les parlementaires. Et l'opposition a beau jeu de crier à la censure, car les avis du Conseil d'Etat ne sont... jamais rendus publics. Ils servent en revanche au Conseil Constitutionnel, qui devra, lui, prendre la décision de retoquer ou pas le texte. Si le Conseil Constitutionnel suit le Conseil d'État, ce sont donc plusieurs pans, et non des moindres, du projet qui pourraient être censurés.

NATALIA TROUILLER

© La Vie – 2013

Avance en eaux profondes

Commentaire de l’évangile du 5ème Dimanche du Temps ordinaire – Année C

Un des mots importants de l’évangile de Luc, - il revient douze fois -, c’est « aujourd’hui ». En 2013 comme au premier siècle, Jésus arpente toujours nos rivages et nos chemins, entre dans les maisons, passe dans les lieux de travail ou de loisirs. Comme au temps d’Isaïe, il assainit les lèvres impures et accepte que des pécheurs pardonnés s’offrent comme volontaires à son service. Paul, - il se qualifie d’«avorton », lui qui a « persécuté l’Église » - , rend témoignage à la grâce de Dieu qui a fait de lui un témoin du Ressuscité.

De même, la pêche miraculeuse n’est pas un miracle éblouissant et exceptionnel à garder dans les tiroirs d’un lointain passé. Bien plus qu’un prodige elle est un récit où chaque détail renvoie à une expérience spirituelle, où chaque trait nous invite à descendre plus profondément dans notre cœur.

Voyons plutôt. Aujourd’hui le Seigneur rencontre des hommes et des femmes qu’il appelle à le suivre. Et d’abord par une expérience qui déchire la trame monotone de nos jours. Pour un instant, l’homme fait l’expérience de la Présence divine. La perception fulgurante du Dieu trois fois Saint qui fait prendre conscience à Isaïe sa condition de pécheur, nous pouvons la vivre, ou nous la vivons à notre manière. Le Seigneur peut nous rejoindre jusque dans notre métier comme Simon-Pierre, jusque dans nos endurcissements comme Paul en route vers Damas.

Aujourd’hui encore, le Maître rencontre des « pêcheurs » compétents, bien formés et entreprenants. Ils sont suivi tous les cours de recyclage et sont convaincus de l’excellence de leurs options apostoliques. Ils ont élaborés projets et plans intelligents. Et les voici, rentrant bredouilles et découragés, les filets désespérément vides, le cœur humilié et l’esprit dépité.

C’est qu’à vrai dire, ils n’avaient compté que sur leurs propres forces et sur leurs certitudes humaines. Ils rêvaient de succès et n’ont ramené, au bout de longues attentes et d’efforts persévérants, que les nasses de la déconvenue.

C’est l’heure alors d’écouter  la Parole du Seigneur : « Avance en eau profonde ». Il nous faut aller au large, au risque des eaux profondes qui évoquent les monstres marins et gouffres abyssaux, royaume des esprits mauvais, de Satan et de la mort. « Avance en eau profonde et capture vivants les hommes » que tu sauveras du mal et de la mort. C’est l’heure où nous laisserons Dieu prendre l’initiative dans nos vies et accorder à nos actions une fécondité inespérée. Il nous donnera la force de prendre le risque de la confiance, d’affronter le monde et ses dangers d’incompréhension, de malveillances, d’échec et de martyre.

Car l’important n’est pas de réussir. Ce qui compte c’est de faire confiance, d’ajuster nos vies à ce que nous percevons de l’appel de Dieu. Sur les lieux mêmes de nos échecs, voici que le Seigneur nous invite à repartir pour tendre nos filets en nous confiant à lui. Les hommes auront leurs caprices et leurs refus. Le lac aura ses bourrasques et ses fureurs. Nos efforts paraîtront souvent vains. Mais nous serons dans la paix. Mais nous recevrons la joie de Jésus. Dans les eaux profondes où nous nous rendons, Il est là, qui déploie sa présence aimante et silencieuse. Nous n’avons plus à nous inquiéter des nuits sans prise. Nous savons qu’au matin Dieu saura les remplir à sa manière et à son heure.

www.kerit.be

Ajouter un commentaire