PKO 11.08.2013

Dimanche 11 août 2013 – XIXème Dimanche du Temps ordinaire – Année C
Bulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°44/2013

HUMEURS

Chrétiens peut-être… lâches sûrement !

 La conclusion de l’Évangile de ce dimanche a, pour nous chrétiens de Polynésie, de quoi nous faire froid dans le dos : « À qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage ».

L’une des dernières dépêches de Radio Vatican nous rapporte ceci : « En Egypte, les menaces se multiplient à l’encontre de l’Église copte orthodoxe. Les partisans des Frères musulmans les accusent de jouer le jeu de l’armée qui a destitué le président Morsi. Selon l’agence vaticane Fides, le nom du patriarche Tawadros II figure sur une liste de personnes à assassiner, retrouvée mercredi dans une mosquée du Caire. Début juillet, le patriarche a été contraint de suspendre, pour des raisons de sécurité, les catéchèses publiques qu’il donnait chaque semaine.

À Assiout, ces jours derniers, 10 000 militants islamistes ont défilé en pleine nuit dans les rues du quartier chrétien, scandant des slogans hostiles aux chrétiens et recouvrant les murs d’insultes comme “Tawadros est un chien”. Des croix ont été peintes en rouge sur les magasins appartenant à des coptes. Selon l’agence de presse AP, le sud de l’Égypte est le théâtre d’une campagne de haine antichrétienne visant à convaincre la population que la minorité copte est en partie responsable de la destitution du président Morsi. Les églises ont supprimé les offices de l’après-midi et des familles chrétiennes aisées ont choisi de quitter la région.

D’autres attaques antichrétiennes ont été signalées à Minya, au sud du Caire tandis que des menaces ont été taguées sur les murs de la cathédrale Saint-Marc du Caire. On peut y lire que l’Égypte restera musulmane… Cela fait longtemps que la minorité chrétienne est discriminée en Égypte ; mais aujourd’hui elle est victime d’une véritable persécution. Ce climat de violences n’a pas empêché Tawadros II d’envoyer un message de félicitations aux musulmans d’Égypte et du monde entier à l’occasion de la fin du Ramadan ».

Quant à nous… nous n’avons de cesse de vivre de compromis et d’arrangements entre notre foi et l’esprit du monde… par peur de perdre notre tranquillité nous nous taisons et fermons les yeux sur ce qui ne peut se taire : abus et violence sur les enfants de nos familles, trafic de paka et d’ice dans nos quartiers,… Demain, nous serons invités à rendre compte de nos silences… « À qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage »…

Sommes-nous chrétiens… peut-être… lâches sûrement !

En marge de l’actualité

L’Année de la Foi continue !

 En ces temps où s'annoncent la rentrée scolaire et la rentrée des catéchistes, il est bon de se rappeler les exigences de l'année de la Foi. Relisons ce que le pape François écrivait en octobre 2012 à son diocèse de Buenos Aires alors qu'il en était archevêque. Le cardinal Bergoglio évoquait les défis de cette année de la Foi :

 

  • ·  Découvrir (…) que la triste réalité peut changer et doit changer ;
  • ·  Ne pas avoir honte d'avoir un cœur d'enfant (…) vivre dans l'espérance ;
  • ·  Demander les sentiments du Christ Jésus (Ph 2,5) en faisant l'expérience d'une façon nouvelle de penser, de communiquer… ;
  • ·  Agir, avoir confiance dans l'Esprit-Saint (…) penser ce qui est nouveau, apporter du nouveau, créer du nouveau en mêlant à la pâte de la vie le nouveau levain de la justice et de la sainteté (1Co 5,8) ;
  • ·  Reconnaître que chaque fois qu'une femme met un enfant au monde, on continue à parier sur la vie et sur l'avenir... ;
  • ·  Lutter pour la liberté et la coexistence, marcher humblement avec notre Dieu (Michée 6,8) ;
  • ·  Transformer nos attitudes, nos façons d'être, nos règles de vie... ;
  • ·  Pardonner, savoir arracher un sourire (…) se soucier de la fragilité des plus faibles (Mt 24,40) ;
  • ·  Célébrer la vie, se laisser transformer parce que nous sommes devenus un avec Jésus à la table de l'eucharistie... ;
  • ·  Être une Église aux portes ouvertes non seulement pour accueillir mais pour sortir et remplir les rues et la vie des hommes et des femmes de notre temps par l'Évangile ;
  • Accepter la nouveauté de la vie de Jésus-Christ ressuscité dans notre pauvre chair pour en faire un signe de la vie nouvelle.

Dominique SOUPÉ

Chancelier

Avec Jésus, allons à la rencontre des plus démunis !

Message du Pape François aux pélerins de Buenos Aires

Ce message vidéo du pape François pour la fête de san Gayetano (saint Gaétan de Thienne), saint patron des travailleurs argentins honoré à Buenos Aires, a été transmis par la télévision catholique de Buenos Aires (Canal 21) et sur de grands écrans à l’entrée du sanctuaire mardi soir partir de 23h, heure locale, de sorte que les pèlerins puissent le voir et l’écouter. Le pape y exhorte à promouvoir une « culture de la rencontre ».

Bonsoir,

Comme chaque année, après avoir fait la file, je parle avec vous. Cette fois-ci, j’ai remonté la file dans mon cœur. Je suis un petit peu loin et je ne peux pas partager avec vous ce si beau moment. En ce moment, vous marchez vers l’image de saint Gaétan. Dans quel but ? Pour le rencontrer, pour rencontrer Jésus. Mais aujourd’hui, le thème de ce pèlerinage – un thème choisi pour vous, sélectionné parmi de nombreuses possibilités – aujourd’hui, le thème parle d’une autre rencontre et dit : « Avec Jésus et saint Gaétan, allons à la rencontre des plus démunis ! ».

Il parle de la rencontre des personnes qui ont davantage besoin, de ceux qui ont besoin que nous leur donnions un coup de main, que nous les regardions avec amour, que nous partagions leur douleur et leurs angoisses, leurs problèmes. Mais ce qui est important, ce n’est pas de les regarder de loin ou de les aider de loin. Non, non ! C’est d’aller à leur rencontre. Voilà le chrétien ! Voilà ce que nous enseigne Jésus : aller à la rencontre des plus démunis. Comme Jésus, qui allait toujours à la rencontre des gens. Il allait les rencontrer. Aller à la rencontre des plus démunis.

Parfois je pose la question à quelqu’un : « Vous faites l’aumône ? » On me dit : Oui, père. - Et quand vous faites l’aumône, vous regardez dans les yeux la personne à laquelle vous donnez votre aumône ? - Ah, je ne sais pas, je ne m’en rends pas compte. - Alors, vous n’avez pas rencontré les gens. Vous avez jeté l’aumône et vous êtes parti. Quand vous faites l’aumône, vous touchez la main ou vous lui jetez la pièce ? - Non, je lui jette la pièce. - Et alors, tu ne l’as pas touché. Et si tu ne l’as pas touché, tu ne l’as pas rencontré.

Ce que Jésus nous enseigne, avant tout, c’est à nous rencontrer et, à travers la rencontre, à aider. Nous devons savoir nous rencontrer. Nous devons édifier, créer, construire une culture de la rencontre. Que de désaccords, que de problèmes en famille, toujours ! Des problèmes dans le quartier, des problèmes de travail, des problèmes partout. Et les désaccords n’aident pas. La culture de la rencontre. Sortir pour se rencontrer. Et le thème dit : « Rencontrer les plus démunis », c’est-à-dire ceux qui ont davantage besoin de moi.

Ceux qui passent un mauvais moment, pire que ce que moi, je vis. Il y a toujours quelqu’un qui va plus mal, hein ? Toujours ! Il y a toujours quelqu’un. Alors, je me dis : « Je vis un mauvais moment, je fais la queue pour rencontrer saint Gaétan et Jésus et ensuite, je sors rencontrer les autres, parce qu’il y a toujours quelqu’un qui va plus mal que moi ». Ces personnes, ce sont ces personnes que nous devons rencontrer.

Merci beaucoup de m’écouter, merci d’être venus ici aujourd’hui, merci pour tout ce que vous portez dans votre cœur. Jésus vous aime beaucoup ! Saint Gaétan vous aime beaucoup ! Il ne vous demande qu’une chose : que vous vous rencontriez ! Que vous alliez chercher et rencontrer les plus démunis ! Mais pas tout seuls, non. Avec Jésus et avec saint Gaétan. Tu vas convaincre quelqu’un de se faire catholique ? Non, non, non ! Tu vas le rencontrer, c’est ton frère ! Et cela suffit. Et tu vas l’aider, le reste, c’est Jésus qui le fait, c’est l’Esprit-Saint qui le fait. Souviens-toi bien de ceci : avec saint Gaétan, nous, qui sommes démunis, nous allons à la rencontre des plus démunis. Avec Jésus, nous qui sommes démunis, qui avons davantage besoin, nous allons à la rencontre de ceux qui ont encore plus besoin. Et peut-être que Jésus va t’indiquer le chemin pour rencontrer ceux qui ont davantage besoin.

Lorsque tu rencontres ceux qui ont davantage besoin, ton cœur commenceras à s’élargir, s’élargir, s’élargir ! Parce que la rencontre multiplie la capacité à aimer. La rencontre avec l’autre élargit le cœur. Courage ! « Tout seul, je ne sais pas comment faire ». Non, non, non ! Avec Jésus et avec saint Gaétan ! Que Dieu te bénisse ! Termine bien cette journée de saint Gaétan ! Et s’il te plaît, n’oublie pas de prier pour moi. Merci.

© Copyright 2013 – Libreria Editrice Vaticana

Las Vegas, stade suprême des États-Unis

Urbanisme de la solitude

Jugeant qu’une victoire dans le Nevada serait décisive lors de l’élection présidentielle américaine du 6 novembre dernier, les deux principaux candidats y ont engagé des sommes dépassant l’entendement. À Las Vegas, métropole de cet État et capitale du jeu, tout est démesuré. À commencer par l’urbanisme, qui isole les individus et corrode les rapports sociaux.

Sur le Strip. Du nord au sud, l’avenue, longue de sept kilomètres, concentre la majeure partie des casinos, hôtels et salles de spectacle de Las Vegas. L’arpenter, c’est faire l’expérience d’un tour du monde en quatre-vingts minutes. Face à la pyramide de l’hôtel Luxor se dresse l’Excalibur, immense château fort. Non loin, Les Quatre Saisons de Vivaldi passent en boucle sur le parvis du Venetian. Dans une piscine, entre les reproductions du palais des Doges et du Campanile, officient quelques gondoliers. Les amoureux s’embrassent et se prennent en photo, tandis que, sur le pont du Rialto, quelques passants s’attardent en rêvant.

À quelques pas de là, entre une simili-tour Eiffel et un Arc de triomphe en modèle réduit, l’hôtel Paris - Las Vegas s’ouvre sur la Seine. Soudain, les eaux dormantes du fleuve se mettent en branle : vaguelettes et jets d’eau somptuaires. Ailleurs, le cratère d’un volcan éructe : colonnes de feu, averses de lave. Le vacarme se gonfle du grondement des voix, des frissons et des vivats de la foule.

Pareil aux allées centrales des expositions coloniales le long desquelles, jadis, les métropoles édifiaient des pavillons de style indigène, le Strip permet la célébration spatiale d’une « république impériale ». Bondé de jour comme de nuit, encombré de touristes et de voitures, il s’organise en un long corridor où passerelles et galeries canalisent le parcours. Des salles de jeu aux attractions, le flâneur s’engouffre dans un circuit saturé de néons et d’enseignes clignotantes, à travers d’infinis tunnels marchands. Des diffuseurs vaporisent des parfums de synthèse. Encastrées dans les murs, camouflées dans les troncs, de petites enceintes débitent inlassablement babils débiles et cantiques patriotiques — God Bless the USA. N’espérez pas vous arrêter dans un bar pour souffler : le comptoir y sera serti de machines à sous. Aucun temps, aucun lieu n’est laissé à la divagation secrète de l’esprit. Ce spectacle total distrait, capte et désoriente les sens. L’agencement urbain emprisonne et ordonne le mouvement des corps, noie les individus dans une cohue anonyme.

Les attractions ne réduisent pas l’impression de solitude. Le casino est le lieu des séparations et des retranchements. À leurs tables, les joueurs de poker s’isolent sous leur capuche, derrière leurs lunettes de soleil, dans le silence bourdonnant de leur baladeur. À quelques pas, c’est le règne du simulacre high-tech : des regards hébétés s’enfoncent dans le décolleté d’un hologramme féminin distribuant des cartes virtuelles. Roulette, roue de la fortune, jeux « de société », le casino apparaît comme l’allégorie d’un monde où toute communauté et toute solidarité ont sombré, ne laissant que des solitudes antagonistes ; où chaque joueur, captif de son désir confus, n’a ni partenaire ni adversaire, sinon le hasard et la probabilité.

Ce ne sont pas les joueurs qui se suicident, mais les habitants

« Dans l’Etat du Nevada, le taux de prévalence des addictions au jeu est de 6 %. C’est le triple de la moyenne nationale », affirme Mme Carol O’Hare, directrice du Conseil du Nevada pour les problèmes de jeu, un organisme privé affilié à l’État. Au seuil silencieux de la nuit, à l’écart de la foule, une vingtaine de joueurs, hommes et femmes de tous âges, se sont donné rendez-vous devant la porte d’un petit local où trônent des tables disposées en U et un réfrigérateur. Ici comme dans les quinze réunions qui se tiennent au même moment dans la ville, le rituel est toujours le même. D’abord, la lecture scrupuleuse du livret dans lequel sont consignés les commandements de l’association. Ensuite, le rappel des règles : la parole doit être répartie également entre les participants. Vient enfin le temps des confidences. Récits de ruine et de malentendus familiaux, de disputes et de séparations, de vies déchirées, désertées, désolées. Et puis le réconfort qu’il y a à se trouver parmi cette assemblée compréhensive. La réunion achevée, les membres des Joueurs anonymes se retrouvent dehors et s’adossent à la rambarde. Ils semblent reformer ici un semblant de société. Derrière eux, on distingue la clarté électrique du Strip. Une dernière cigarette, puis on se sépare jusqu’au lendemain.

La prévalence de l’addiction au jeu n’est pas la seule anomalie statistique. Coïncidence ou pas, Las Vegas présente une autre caractéristique : un taux de suicides parmi les plus élevés des États-Unis. Ces deux indicateurs contrastent avec l’image festive de la ville ; ils semblent révéler une déréliction. Et, loin d’en être le simple support, l’organisation spatiale pourrait bien en être le facteur déterminant.

Les désargentés affluent ici dans la luxuriance des savanes plastiques et le raffinement de plâtres palatins. Décors mis à part, il ne subsiste rien de l’opulence et du faste des images cinématographiées. Ni les coquets déshabillés, ni les smokings soignés ; ni Steven Soderbergh et ses héros à la dégaine extravagante (Ocean’s Eleven), ni Martin Scorsese et ses personnages à la chevelure gominée (Casino). Mais des casquettes de base-ball, des tee-shirts flottants aux couleurs de la bannière étoilée, des shorts mi-longs laissant les chevilles dénudées. Et l’odeur du tabac froid.

Par bien des traits, l’endroit rappelle l’usine. L’enfilade des machines, l’espace rationalisé de la chaîne. Les guirlandes sonores et les tintements bariolés évoquent le fracas martelé de la ferraille et l’éclat étincelant des fers à souder. Les joueurs sont à leur poste. Chacun s’acharne à gagner son salaire de fortune. Mines machinales, gestes mécaniques, réflexes réglés. Les bras sont branchés aux claviers ; les yeux, fixés aux compteurs. Les corps ne font qu’un avec l’appareil. Le contremaître, travesti en agent de sécurité, assure l’ordre dans l’espace productif. Sous le regard de centaines de caméras de vidéosurveillance, il veille au maintien de la cadence, au bon fonctionnement des automates, à la circulation des flux.

Certes, les causes des suicides sont multiples. Mme Linda Flatt, animatrice de l’Office de prévention du suicide du Nevada, cite « l’accès difficile aux soins, notamment pour les malades psychiatriques, aggravé dans un contexte de coupes budgétaires, et l’accès facile aux armes » caractéristiques de la société américaine. Et de décrire une géographie du suicide, celle des États présentant des taux supérieurs à la moyenne nationale, dessinant de l’Alaska au Nouveau-Mexique un arc à travers les montagnes Rocheuses. Mais, dans cette « ceinture du suicide », Las Vegas occupe une place à part. « Nous sommes depuis plusieurs années dans le top 5 des villes où l’on se tue le plus aux États-Unis », souligne M. Michael Murphy, médecin légiste du comté de Clark, dont fait partie l’agglomération de Las Vegas, qui nous reçoit dans son bureau. Dans un décor de série télévisée — diplôme du Federal Bureau of Investigation (FBI) accroché au mur et photographies des enfants sur l’écran de l’ordinateur —, M. Murphy, la cinquantaine, drôle et enjoué, tient son rôle à merveille. Sous son scalpel défile le cortège funèbre des morts violentes du comté : « Les gens pensent que ce sont d’abord les touristes et les joueurs qui se suicident. Or ce sont très majoritairement les habitants. »

Les représentations associées à Las Vegas ne laissent rien paraître de cette réalité morbide. Le halo d’images qui auréole la ville attire chaque année une masse de nouveaux résidents. Depuis vingt ans, le solde migratoire du Nevada est le plus fort des États-Unis, et Las Vegas en est la principale bénéficiaire. Entre 2001 et 2010, sa population est passée d’un million et demi à deux millions d’habitants. La structure du marché du travail encourage la croissance démographique, avec une surreprésentation d’emplois faiblement qualifiés dans les secteurs dynamiques du bâtiment et de l’hôtellerie qui contribue à faire de la cité du jeu un eldorado pour les chômeurs.

Une fiscalité trop faible pour financer des équipements collectifs

« Quand les gens déménagent ici, ils s’installent, plus qu’ailleurs, pour prendre un nouveau départ, analyse M. Murphy. Mais ils ne mettent pas longtemps à se rendre compte que leur situation est aussi dure à vivre qu’auparavant. » En outre, nombreux sont ceux dont les rêves ont été fracassés par la ruine immobilière qui a sapé les fondations de l’économie urbaine. Stephen Brown, professeur d’économie à l’université de Las Vegas, rappelle qu’« avec un taux de chômage de 13,5 %, Vegas détient un record pour une ville de cette dimension aux États-Unis ». Le cercle de réflexion de la Brookings Institution note que, parmi les cent plus grandes aires métropolitaines du pays, c’est ici que la hausse du taux de chômage a été la plus forte ces trois dernières années. Une détérioration que le médecin légiste mesure… à sa façon. « Depuis deux ans, nous assistons à un pic des suicides-homicides [lorsqu’une personne tue son conjoint avant de se donner la mort]. On trouve deux cas de figure, précise-t-il. Il y a ceux qui ont tout perdu et qui ne savent plus où aller. Généralement, ils ont plus de 50 ans. Et ceux qui, épuisés, ne se sentent plus capables d’assumer la charge d’un conjoint, notamment si ce dernier est gravement malade. Je ne peux rien prouver, mais ma profonde conviction est que, dans la grande majorité des cas, ces suicides sont liés à la crise économique. »

Depuis la fin de 2006, les prix de l’immobilier ont chuté de 60,5 %. Des franges urbaines fantomatiques, hantées par le souvenir des classes moyennes auxquelles leurs promoteurs les destinaient, aux ghettos péricentraux de Las Vegas, partout, la crise grave dans la pierre ses motifs sériels. Mêmes planches obstruant l’entrée des maisons saisies, mêmes panneaux « À vendre » fleurissant dans les jardins. Mme Desi Coleman, 55 ans, habite l’un de ces îlots misérables des quartiers nord où la ville semble en voie de « cabanisation ». Autour d’une antenne de l’Armée du salut, entre l’autoroute et le cimetière Woodlawn, une centaine de sans-domicile-fixe, survivant dans un paysage de friches, ont installé leurs tentes en surplomb de Vegas Drive. Non loin de là, des habitants abattent à la hache les arbres de leur jardin pour en faire des bûchettes, tandis que, sur le pas d’une porte, la brocante des pauvres s’organise : bric-à-brac d’objets soldés, canapé exposé sur le trottoir. « Ici comme dans d’autres quartiers, il y a beaucoup de gens qui ont perdu leur maison, raconte Mme Coleman. L’un de mes cousins, dans une rue à côté, par exemple... Et tout le monde a été touché. Sauf les riches ! »

Avec la multiplication des saisies immobilières, le voisinage s’est étiolé. Le départ forcé d’une partie des habitants n’a fait que renforcer l’anomie sociale qui résultait déjà de la forte rotation résidentielle. À Las Vegas, 91 % des habitants sont en effet originaires d’un autre État, tandis que 45 % affichent leur intention de déménager. À l’est de la ville, les quartiers de caravanes témoignent de l’hyper-mobilité d’une partie de la société américaine. M. Robert Schoffield, gérant du Royal Mobile Home Park, estime à trente-cinq mille le nombre de ces habitations dans la ville. Parmi les deux cent trente-sept résidents de son parc, on trouve essentiellement « des retraités et des actifs aux revenus inférieurs à la moyenne ». Si nombre de retraités ont choisi de vivre ainsi, les travailleurs, eux, sont souvent contraints, de crise en crise, à une vie itinérante. En somme, « personne n’est d’ici », résume M. Murphy, avant d’ajouter : « Le taux de suicides tient sans doute aussi à cela, à l’isolement des individus, à l’absence de soutien de proches en cas de coup dur, à la faiblesse des relations de voisinage. Une très grande majorité des habitants n’ont personne sur qui compter en cas de difficulté. »

L’aménagement du territoire ne permet guère de déjouer la solitude urbaine. Au contraire, il en aggrave les effets. Selon Matt Wray, professeur de sociologie à l’université Temple de Philadelphie et auteur de plusieurs études sur le suicide à Las Vegas, « la forte croissance démographique ne s’est pas accompagnée de la création d’institutions locales, comme des centres communautaires ou des écoles, par exemple. Or ces lieux auraient permis de tisser du lien social, de favoriser la convivialité. Leur manque est destructeur pour la société urbaine. » La raison de cette lacune ? « Le très faible taux d’imposition de la ville, qui ne permet pas à la municipalité de financer de tels équipements. » L’Etat du Nevada et la ville de Las Vegas ont en effet l’une des fiscalités les plus basses des Etats-Unis : ni impôt sur le revenu, ni impôt sur les successions, ni impôt sur les sociétés. Si l’on ajoute à cela la permissivité des mœurs — jeu, prostitution, alcool, mariage-divorce —, Las Vegas apparaît comme le laboratoire de la ville libertarienne.

Dislocation de l’espace, dislocation du temps

Mise sous surveillance par les agences de notation, la municipalité a parié sur la « stratégie du choc » pour accélérer la libéralisation de son économie. Depuis 2008, tous les budgets publics ont été sabrés : — 43,6 % pour l’administration, — 27,2 % pour la justice, — 23,6 % pour la culture, — 9,8 % pour la sécurité. Des écoles ainsi que des centres culturels et sportifs ont fermé. Quant au financement des travaux publics, il a été raboté de moitié. Les autorités urbaines préfèrent dorénavant s’en remettre aux partenariats public-privé, comme dans le cadre de l’opération de réaménagement du centre-ville, dont l’objectif est de créer ex nihilo une centralité qui n’existe pas encore. Pour l’heure, le Strip est l’espace où convergent les touristes du monde entier, mais il n’est pas un lieu de rencontre pour les habitants. Ces derniers n’en ont pas, ni dans la ville, ni dans les banlieues.

La traversée de ces dernières s’apparente à une expérience rythmique, celle de l’infinie répétition des formes. Lignes et colonnes pavillonnaires, parallèles et perpendiculaires du réseau viaire composent un territoire qui administre la solitude des habitants en organisant l’évitement des flux et le cloisonnement des espaces. De part et d’autre des rues principales, les barrières ferment l’accès des lotissements, obligent au contournement. La butte, la tour, le rempart. La herse, même. L’Amérique réactive les formes et les fonctions de l’architecture médiévale. Les fortifications des communautés fermées, hérissées de tourelles, quadrillent l’espace urbain. Il n’est pas possible d’entrer dans ces quartiers résidentiels sans une invitation, sans que le gardien ait vérifié la plaque d’immatriculation et obtenu du propriétaire une confirmation téléphonique. La ségrégation est séparation des différences autant qu’agrégation des ressemblances. Chaque îlot, chaque alvéole fait sécession. Ici, les retraités ; là, de jeunes actifs. Et, désormais, la classe moyenne déclassée, à l’adresse de laquelle on peut lire sur les murs de la ville : « Votre maison a été saisie ? Vous avez le blues ? Venez visiter notre résidence. »

Dans la clarté blafarde d’un supermarché Walmart s’affairent des employés, rôdent une poignée de clients. Il est 4 heures du matin. Les casinos ouverts jour et nuit imposent leur cadence à toutes les activités de la ville. Les horaires des magasins se sont calés sur l’emploi du temps des croupiers et des femmes de chambre. Dans les cuisines des restaurants, le coup de feu a fait long feu. Ici règne une atmosphère de fermeture permanente. De rares clients se relaient sans cesse, finissant seuls de souper à leur table. « Las Vegas, c’est la ville vingt-quatre heures sur vingt-quatre ! J’adore ça ! s’exclame M. Butch, 61 ans, natif de la ville. J’ai envie d’acheter quelque chose à 2 heures du matin ? J’y vais ! Je veux aller au restaurant à 3 heures du matin ? J’y vais ! Ici, tu peux aller où tu veux, quand tu veux. » L’urbanité hagarde de Las Vegas est celle de l’exploitation continue du temps. Et, dans cette ville qui a érigé les 3 x 8 en style de vie, ne restent aux citadins expropriés ni les lieux ni les moments qu’ils partageaient.

Comme l’ont relevé les architectes Robert Venturi et Denise Scott Brown, sur le Strip, « tout n’est pratiquement qu’enseigne. (…) La grande enseigne surgit pour relier le conducteur au magasin et, plus loin, en d’immenses panneaux infléchis vers l’autoroute, les farines à gâteau et les détergents sont vantés par leurs fabricants nationaux. Le signe graphique dans l’espace est devenu l’architecture de ce paysage ». L’aménagement de Las Vegas met en scène le triomphe du consommateur, reléguant le travailleur, celui de Walmart ou des casinos, dans l’escalier de service de l’économie urbaine.

La nouvelle économie tertiaire, qui représente actuellement l’écrasante majorité des emplois aux États-Unis, a promu le consommateur au rang de nouvel acteur de la transformation sociale. Ancien centre de production mondial, les États-Unis deviennent peu à peu un simple espace de consommation. Dans cette société où le consensus consumériste semble avoir remplacé les antagonismes de classe, les travailleurs n’ont pourtant pas disparu. Depuis les années 1990, le développement de l’industrie du jeu a conduit à la construction de nouveaux casinos plus gigantesques les uns que les autres. Plusieurs centaines ou milliers d’employés y sont réunis sur le même lieu de travail. Tandis que les dynamiques de peuplement tendent à disperser les habitants dans la ville, la nouvelle géographie du salariat fait émerger, le long du Strip, des concentrations propices à des formes inédites d’organisation syndicale.

Entre 1950 et 1980, « Las Vegas était l’une de ces villes où l’on se faisait des syndicats une image caricaturale, corrompue et “mafieuse” », que le patronat n’hésitait pas à invoquer pour combattre leur développement, observent les sociologues Rick Fantasia et Kim Voss. Durant cette période, les employés pâtirent du fonctionnement des syndicats américains, qui fait dépendre les statuts et les salaires d’accords décentralisés passés sur le lieu de travail entre employeur et employés. La corruption syndicale et la répression patronale mirent à mal les solidarités locales.

Dans les casinos, des formes inédites d’action syndicale

Il fallut un certain temps pour construire et organiser, dans les espaces de la Sunbelt, un « mouvement employé » doté d’une force comparable à celle du mouvement ouvrier des villes du Midwest. Un mouvement capable de s’opposer à la régression salariale qui vit le crédit se substituer au salaire et la « liberté » du consommateur prévaloir sur la condition des travailleurs. Dans les bureaux de la section 226 des culinary workers (travailleurs de la restauration), la présidente du syndicat, Mme Geoconda Argüello-Kline, se souvient : « Au début des années 1980, nous étions mal en point, et les travailleurs des casinos avaient des problèmes avec leurs directions. Ils ont alors ressenti la nécessité de s’organiser et de se battre. »

Le renouveau s’amorce au milieu des années 1980. « En 1984, on a fait une grève très dure qui a réuni dix-huit mille travailleurs. Dans les années qui ont suivi, nous nous sommes efforcés de créer des comités dans chaque casino. Puis, en 1991, est survenue la grève au Frontier. Elle a duré six ans, quatre mois et dix jours. » Déclenchée lors de la négociation de la convention collective des employés de l’hôtel, cette grève fut la plus longue et l’une des plus importantes que les États-Unis aient connues depuis 1945 : vingt mille grévistes défilent sur le Strip ; une marche de cinq cents kilomètres à travers le désert du Mojave permet de médiatiser leur cause. Et, pour finir, la victoire, en 1998. Un combat qui « a montré aux entreprises que les travailleurs étaient capables de s’organiser, qu’ils savaient pourquoi ils se battaient et qu’ils étaient unis dans la lutte, pour leurs familles, pour des conditions de vie dignes ».

À Las Vegas, le syndicalisme représente le seul espoir de mettre un frein à la logique de l’exploitation. « Prenez le cas du Station, poursuit Mme Argüello-Kline. Dans ce casino, les travailleurs ont décidé de s’organiser, car là-bas vous pouvez travailler trente ans et ne pas avoir de retraite. Vous n’avez pas la sécurité de l’emploi, vous devez payer 100 dollars par mois votre assurance-santé. Vous pouvez mesurer la différence entre le statut de ces travailleurs et celui de nos syndiqués. Elle est très grande. » Aujourd’hui, 90 % des salariés des casinos sont syndiqués. Les culinary workers comptent ainsi cinquante-cinq mille membres, soit cinq mille de moins qu’en 2008. « C’est vrai que la crise économique a affecté l’économie du Nevada, conclut Mme Argüello-Kline, mais nos adhérents restent protégés. Ils continuent de bénéficier de leur retraite et d’une assurance-maladie gratuite pour eux et leur famille. Tout ça n’a pas changé avec la récession. Les salariés conservent la sécurité de l’emploi. Le syndicat forme autour d’eux comme une bulle protectrice. »

Comme Détroit à l’époque de la grande industrie, Las Vegas, à l’ère de l’économie des services, apparaît comme une ville combative et fortement syndiquée. Par-delà la scénographie privatisée de son territoire, par-delà le toc et le kitsch des consensus factices, elle dévoile peut-être la modernité de la société américaine : celle d’un esprit de résistance et d’un sens de l’action collective ayant survécu à toutes les tentatives de réduire à néant les solidarités salariales, à toutes les velléités d’ériger l’atomisation de la société en principe d’organisation socio-spatial. Installés au milieu du désert, au creux des croupes rouges et des monts mauves, ses travailleurs seraient-ils, face au vide et au vent de l’histoire, des pionniers d’un genre nouveau ?

Allan Popelard et Paul Vannier - Géographes.

© Copyright 2012 – Le Monde diplomatique

Le Haut Conseil à l’Intégration et le bonnet d’âne ostensible

Laïcité et regard critique sur la société

Le grand sociologue américain Robert Bellah vient de mourir. On lui devait, notamment, d’avoir mis en perspective sociologique la notion de « religion civile » dont l’origine remonte à Rousseau. Bellah expliquait qu’il existe deux sortes de religions civiles républicaines, celle qui se sert politiquement de la référence à un Dieu non confessionnel (c’est la religion civile américaine), celle où la République sacralise ses propres valeurs et instrumentalise le politique en le rendant quasi religieux. Le Haut Conseil à l’Intégration célèbre à sa manière le décès de Bellah en illustrant, une nouvelle fois, ce second type de religion civile, par sa proposition d’interdire les signes religieux ostensibles (en français courant = le foulard) à l’Université. HCI ne signifierait-il pas Haut Conseil Intégriste de la religion civile ?

La Commission Stasi, auquel le HCI se réfère quand cela lui chante (et de façon tronquée), a clairement énoncé dans son rapport qu’il n’était pas question d’une telle interdiction, la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations, avant que Sarkozy ne la normalise puis ne la supprime, a clairement indiqué qu’une telle interdiction serait discriminatoire, mais le HCI n’en a cure.

Le HCI a un grand sens de l’humour. Pratiquant allègrement l’amalgame, il met ensemble le port d’un signe religieux et le « refus de certains savoirs ». Et… question de « refus du savoir » nul n’est plus compétent que le HCI. Oyez, braves gens, je vous en apporte la preuve.

Le HCI a pondu un historique de la laïcité en France en introduction de sa Charte. Cet historique est bourré d’erreurs, de contre-vérités. Un exemple : il est écrit que les Mexicains ont imité la loi de 1905 quand ils ont séparé l’Église (catholique) et l’Etat. Seul petit détail, il suffit de consulter Internet (pas besoin, donc, d’aller à l’Université vêtu d’un bonnet d’âne ostensible), pour apprendre que la séparation au Mexique date de 1859.

Lors des cérémonies du 150e anniversaire de la séparation mexicaine, un de mes honorés collègues mexicains a fait hurler de rire le public rassemblé au Colegio de Mexico en déclarant que, grâce au HCI, il savait que les Mexicains sont le peuple « le plus intelligent du monde ». La preuve : en 1859, ils se sont dit : « imaginons ce que les Français vont faire en 1905, et imitons-les ! » Et vous savez quoi : il y avait des étudiantes qui portaient un foulard parmi les personnes qui écoutaient ce propos !

Dans mon livre La laïcité falsifiée j’ai relevé, de la page 67 à la page 75, la plupart des contre-vérités de l’historique du HCI. J’en ai discuté avec sa fameuse « Commission laïcité ». Aucune contestation n’a été faite de mes nombreuses rectifications. Mais ces faux-culs bénis se sont auto-absous en affirmant que cet historique n’avait pas fait l’objet d’un vote. Et voilà, pour eux, l’affaire était close ! Aucun d’entre eux n’a imaginé une seconde qu’il leur fallait reprendre le travail et publier un historique intellectuellement honnête. Non le torchon publié pouvait continuer à sévir avec le label du HCI, ils s’en lavaient les mains. Vous avez dit « refus du savoir » ! Vite une loi pour dissoudre des organismes peuplés de tels zigotos.

Une journaliste m’interviewant sur les propositions du HCI concernant l’université m’a demandé : « Mais, est-ce que vous niez qu’il y ait des problèmes ? » Cela m’a fait rire : j’ai eu pendant près de vingt ans des responsabilités de direction dans l’enseignement supérieur, les problèmes de mille sortes, je connais, et ce n’est certainement pas la religion qui a été la cause des problèmes les plus graves que j’ai affrontés, loin de là. J’en ai vu de toutes les couleurs, et j’ai fait face, et j’ai résolu les problèmes qui se sont posés sans penser un quart de seconde à demander une loi pour ceci ou pour cela. HCI et consorts, arrêtez vos bêtises. S’il vous plait, un peu de décence.

Jean BAUBEROT

© Copyright 2013 – Mediapart

Veillez…

Commentaire de l’Évangile du XIXème Dimanche du Temps ordinaire

La Parole que le Seigneur nous adresse ce matin nous invite à être des hommes d'avenir. C'est intéressant d'entendre une telle invitation, à notre époque, où, si ce n'est pas la peur qui domine, c'est du moins l'absence de toute perspective d'avenir.

La première génération chrétienne, qui avait entendu Jésus annoncer son retour très proche, a vécu dans cette attente. Certains même, dans cette perspective, ont tout vendu, ont distribué leurs biens, ont arrêté toutes leurs occupations professionnelles et même leur vie familiale, pour se préparer à cette venue imminente, si bien que Paul en viendra à recommander aux destinataires de ses lettres de se remettre au travail, de reprendre leurs occupations journalières par la phrase célèbre : « Celui qui ne travaille pas qu’il ne mange pas ! » De même, lorsque Luc écrit son Évangile, il prend soin de féliciter ceux qui seront trouvés au travail, lors du retour du Seigneur. Une attente active, voilà la bonne attitude préconisée par l'évangéliste : le Seigneur reviendra, il l'a promis, mais on ne sait ni le jour ni l'heure. Heureux ceux qui vivront dans l'attente de ce moment-là, certes, mais pas dans l'oisiveté. Heureux le serviteur qui sera trouvé « en tenue de service. »

Ce rappel à l'ordre s'adresse à chacun de nous. La perspective d'un Retour du Seigneur ne hante pas nos esprits. Regardons ce qui motive nos actes, ce qui oriente notre vie : n'est-ce pas, le plus souvent le court terme ? Gagner de l'argent, s'assurer contre les aléas de l'existence, préparer sa retraite, se prémunir contre la maladie... Pouvons-nous dire sincèrement que notre vie est axée sur le jour de la Rencontre avec le Seigneur ? Nous faisons des projets, certes, mais pas à longue échéance. L'invitation du Seigneur à « veiller » ne nous intéresse pas directement.

Or Jésus répète inlassablement, tout au long de sa vie terrestre qu’il nous faut veiller et rester attentifs aux signes précurseurs de son retour. C’est une annonce centrale de l'évangile. Il nous faut donc, non pas y prêter une attention polie, mais la prendre au sérieux, l'accueillir comme Parole de vie, capable de transformer notre existence quotidienne. C'est une question de foi. Une question de confiance. La lettre aux Hébreux nous donne en exemple Abraham. Pour lui, comme pour tous les « Pères » cités dans la suite du texte, la foi fut vraiment « un moyen de posséder ce qu'on espère et de connaître ce qu'on ne voit pas. » Lui, qui était un homme installé, un citoyen d'une ville prospère du Moyen Orient, va devenir un nomade, un perpétuel étranger sur une terre qui ne lui appartient pas, simplement parce qu'un jour une Parole d'un Dieu inconnu l'a mis en route. Il accueille la promesse extravagante que ce Dieu inconnu lui a faite : lui, le vieillard sans enfant, il aura une descendance « aussi nombreuse que les grains de sable au bord de la mer » ; lui, le nomade, est assuré que ses héritiers posséderont cette Terre que Dieu lui promet. De son vivant, il n'a pas vu la réalisation de la promesse, et pourtant, il a « marché », dans la confiance la plus absolue.

Avec notre mentalité scientifique, nous trouvons cela absurde. Marcher sans pouvoir vérifier, c'est impossible. En science, si on avance une hypothèse, c'est avec l'intention de la vérifier, sinon, elle reste une hypothèse non valable. Comment pourrait-on risquer sa vie sur une promesse d'un inconnu que, par surcroît, on ne voit pas ? Et pourtant ! Le beau risque de la Foi, c'est le beau risque de l'amour, ni plus ni moins. Car tout amour est un risque qu'on prend, sur la foi d’un petit « je t'aime » qui bouleverse tout. Et vous engagez votre vie entière sur cette parole. Sur un « oui » prononcé un jour.

Le beau risque de la foi, chacun de nous est invité à le courir. Il va modifier toute notre existence, parce qu'il lui donnera sens et valeur. Notre vie quotidienne, nos jours et nos années, notre marche, parfois si incertaine, dans la nuit de notre temps, tout cela sera illuminé par cette attente active, ce profond désir, la Rencontre avec Celui qui nous fera asseoir à table et nous servira lui-même.

© Copyright 2013 - Kerit


Ajouter un commentaire