Adoration

Vivre l’adoration eucharistique

Introduction

Nous voici dans l’année de l’Eucharistie et le Saint Père nous a tous appelés à approfondir notre relation avec Jésus Eucharistie …. L’avons nous entendu ? Essayons nous d’y répondre ? C’est à chacun de nous qu’il appartient de voir cela en son cœur. Peut être nous demandons-nous, quand le vivre ? Où le vivre ? Comment le vivre ? Ces quelques pages vont essayer de nous y aider

 L’adoration de Dieu a existé de tous temps chez le peuple hébreux, c’est le premier commandement que Dieu a donné à son peuple, ainsi que nous pouvons le lire dans le deutéronome

«Ecoute, Israël ! L’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel. Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.» Deutéronome 6/4.5

Et nous retrouvons cela au début de l’évangile en Luc 4/8

« Tu adoreras Dieu … et tu le serviras lui seul. » Luc 4 :8

C’est là le fondement de notre vie avec Dieu, de notre vie avec le Christ, alors prenons le temps de dire comme les mages :

Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem  2 – en disant : «  Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu, en effet, son astre à son lever et sommes venus lui rendre hommage.  «  

Efforçons nous de vivre cette relation de cœur avec Lui, qui désire se faire si intime à nous-mêmes, dans l’Eucharistie,

Définition de l’adoration

Ecoutons ce qu’en dit le catéchisme catholique en son paragraphe 2628

L’adoration est la première attitude de l’homme qui se reconnaît créature devant son Créateur. Elle exalte la grandeur du Christ qui nous a fait (cf. Ps 95, 1-6) et la toute-puissance du Sauveur qui nous libère du mal. Elle est le prosternement de l’esprit devant le « Roi de gloire » (Ps 24, 9-10) et le silence respectueux face au Christ « toujours plus grand » (S. Augustin, Psal. 62, 16). L’adoration du Christ trois fois saint et souverainement aimable confond d’humilité et donne assurance à nos supplications.

Il est important de noter que l’adoration s’adresse au Christ et au Christ seul. Adorer c’est se mettre en présence du Christ, non pour se servir de lui, en lui demandant plein de choses, mais pour prendre le temps de le regarder comme Il nous regarde. C’est se mettre en sa présence rien que pour lui ! Témoin ce paysan du temps du Curé d’Ars qui passant de longues heures devant le Saint Sacrement répondit quand on lui demanda ce qu’il faisait depuis si longtemps dans l’église : « je l’avise et il m’avise ».

L’Adoration eucharistique

Dans la liturgie de la messe, nous exprimons notre foi en la présence réelle du Christ, vrai Dieu et vrai Homme, sous les espèces du pain et du vin, par l'attitude du cœur et du corps, en fléchissant les genoux, ou en nous inclinant profondément en signe d'adoration du Seigneur. L’adoration eucharistique devant le tabernacle ou devant le Saint Sacrement exposé est le prolongement de cela.

Prenons le temps de noter ici, pour ceux qui ne le sauraient pas

Que dans la tradition de l’Eglise, après la célébration de l’Eucharistie, les hosties consacrées sont conservées dans le tabernacle, c’est ce que l’on appelle la Sainte Réserve. Cette Sainte Réserve sert pour la communion des malades et aussi pour que les croyants puissent venir devant le tabernacle adorer Jésus qui est là présent réellement. Un chrétien catholique, ne peut négliger la présence réelle de Jésus au tabernacle. Il es appelé à adorer son Seigneur et Sauveur avec foi, respect et amour.

L’adoration est un rendez vous amoureux avec le Christ… et tout le monde le sait, les amoureux ont toujours besoin de se retrouver… nous devons avoir ce même désir avec Jésus ! Il est question ici d’amour vrai qui se donne et se reçoit, pas de sentimentalisme facile qui n’engage pas la personne !

Et pour ceux qui voudraient approfondir le sujet, prenons le temps de lire ici ce que nous dit le catéchisme catholique

1378 Le culte de l’Eucharistie. Dans la liturgie de la messe, nous exprimons notre foi en la présence réelle du Christ sous les espèces du pain et du vin, entre autres, en fléchissant les genoux, ou en nous inclinant profondément en signe d’adoration du Seigneur. " L’Église catholique a rendu et continue de rendre ce culte d’adoration qui est dû au sacrement de l’Eucharistie non seulement durant la messe, mais aussi en dehors de sa célébration : en conservant avec le plus grand soin les hosties consacrées, en les présentant aux fidèles pour qu’ils les vénèrent avec solennité, en les portant en procession " (MF 56).

1379 La sainte réserve (tabernacle) était d’abord destinée à garder dignement l’Eucharistie pour qu’elle puisse être portée aux malades et aux absents en dehors de la messe. Par l’approfondissement de la foi en la présence réelle du Christ dans son Eucharistie, l’Église a pris conscience du sens de l’adoration silencieuse du Seigneur présent sous les espèces eucharistiques. C’est pour cela que le tabernacle doit être placé à un endroit particulièrement digne de l’église ; il doit être construit de telle façon qu’il souligne et manifeste la vérité de la présence réelle du Christ dans le saint sacrement.

….

1381 " La présence du véritable Corps du Christ et du véritable Sang du Christ dans ce sacrement, ‘on ne l’apprend point par les sens, dit S. Thomas, mais par la foi seule, laquelle s’appuie sur l’autorité de Dieu’. C’est pourquoi, commentant le texte de S. Luc, 22, 19 : ‘Ceci est mon Corps qui sera livré pour vous’, saint Cyrille d’Alexandrie (Lc. 22, 19 : PG 72, 921B) déclare : ‘Ne va pas te demander si c’est vrai, mais accueille plutôt avec foi les paroles du Seigneur, parce que lui, qui est la Vérité, ne ment pas’ " (Thomas d’A., s. th. 3, 75, 1 cité par Paul VI, MF 18) :

Beaucoup de saints et de saintes ont donné une grande place à l’adoration dans leur vie, et cela n’a pas été en vain. Ils en ont retiré réconfort, sanctification et un amour toujours grandissant de Dieu !

Pourquoi adorer ?

Beaucoup de personnes se demandent ce qu’est l’adoration et à quoi ça sert, et ne comprenant pas ce qu’est l’adoration, elles estiment avoir mieux à faire. D’autres encore ne se sentent pas capables de rester là en silence, ça semble dépasser leurs forces ou du moins leur entendement.

Prenons donc le temps ici de noter quelques fruits de l’adoration.

Le premier fruit est pour Dieu : par notre adoration il est glorifié.

Ensuite les croyants sont purifiés : A la présence de Dieu, la vérité se fait progressivement en nous, nous voyons nos fautes de plus en plus précisément et nous voulons changer de conduite pour répondre à l’amour de Jésus. Nous allons alors pouvoir vivre les sacrements du plus profond de notre cœur et nous en trouver réellement transformés.

L ‘Eglise elle, s’en trouve aussi transformée, car comme le dit Madeleine Delbrel «Toute âme qui s’élève, élève le monde. » L’Eglise est un corps, chaque fidèle est un de ses membres, si donc un de ses membres se purifie alors c’est le corps entier qui se purifié. C’est là une donnée importante, car nous ne sommes jamais chrétien tout seul, et notre prière d’adoration, tout personnelle, individuelle qu’elle puisse paraître est en fait prière d’Eglise, union au Corps du Christ.

Dans un texte magnifique, Jean Paul II décrit l’adoration comme une prière aux dimensions du monde.

« La proximité avec le Christ, dans le silence de la contemplation, n’éloigne pas de nos contemporains mais, au contraire, elle nous rend attentifs et ouverts aux joies et aux détresses des hommes, et elle élargit le cœur aux dimensions du monde. Elle nous rend solidaires de nos frères en humanité, particulièrement des plus petits, qui sont les bien-aimés du Seigneur. Par l’adoration, le chrétien contribue mystérieusement à la transformation radicale du monde et à la germination de l’Évangile. »

Notons ici que l’on reconnaît une adoration vraie, authentique, lorsqu’elle amène une réelle conversion, une réelle avancée dans notre vie humaine et spirituelle. Si, alors que nous allons souvent à l’adoration, rien ne change en nous, c’est que, nous faisons fausse route, que nous ne nous laissons pas atteindre par le Seigneur… C’est que sans doute nous avons gardé une certaine carapace sur notre cœur… Mais pourrait-on bronzer sur une plage alors qu’une combinaison de plongée nous couvrirait de la tête aux pieds ? …De même dans l’adoration, il faut vraiment y venir pour s’offrir aux rayons d’amour du Seigneur, pour le laisser faire toutes choses en nous. Nous sommes là pour lui, lui seul doit compter ! 

Dans l’adoration eucharistique c’est la parole d’Ezéchiel qui se réalise en nous :

« Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j’ôterai de votre chair le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair » (Ezechiel 36,26-27).

Où et quand vivre l’adoration

  Où ?

 A l’église, chez nous, où même dans la nature, l’adoration étant d’abord une adoration en esprit et en vérité, comme le dit l’évangile.

- La femme lui dit : " Seigneur, je vois que tu es un prophète…  20 - Nos pères ont adoré sur cette montagne et vous, vous dites : C'est à Jérusalem qu'est le lieu où il faut adorer.  "  21 - Jésus lui dit : « Crois-moi, femme, l'heure vient où ce n'est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. 22 - Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.  23 - Mais l'heure vient - et c'est maintenant - où les véritables adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car tels sont les adorateurs que cherche le Père.   24 - Dieu est esprit, et ceux qui adorent, c'est en esprit et en vérité qu'ils doivent adorer.  "  Jean 4/19.24

De chez nous, si nous ne pouvons vraiment pas nous déplacer ou, si nous sommes malades, rien ne nous empêche de réactualiser notre dernière participation eucharistique et là de rester là, intérieurement en présence du Seigneur offert dans l’hostie! 

  Quand ?

Faut-il adorer souvent? Il n’y a aucune obligation légale, chacun doit prendre sa décision personnellement. Il n’en reste pas moins que l’expérience montre chez ceux qui vivent régulièrement l’adoration, une accentuation des temps d’adoration aussi bien dans la fréquence que dans la durée.

Il est toutefois bon que ce rythme soit régulier, la fréquence est laissée aux possibilités de chacun ! Ce qui est certain c’est que plus on passe de temps dans l’adoration, plus on grandit spirituellement, plus notre cœur se convertit, dans la mesure bien sur où nous nous laissons envahir et travailler par le Seigneur, comme nous l’avons vu plus haut.

La durée d’un temps d’adoration va être variable suivant les personnes, suivant les circonstances. Elle n’a pas de limites. Elle peut aller de quelques minutes à quelques heures. Tout va en fait dépendre de notre union à Jésus.

Une personne qui commence ne va pas pouvoir rester deux heures... ou alors elle ne fera que de la présence corporelle, cependant plus elle va venir régulièrement et plus ce temps pourra s’allonger.

Beaucoup de gens travaillent, il ne leur est donc pas possible matériellement de passer de longs moments devant le tabernacle, mais il leur est généralement possible de dégager au moins un quart d’heure de temps à autre dans la semaine soit avant le travail, soit après le travail.

Peut-être ne pourront-elles que s’arrêter que quelques minutes dans l’église, mais ce salut à Jésus, est déjà une adoration, une adoration d’autant plus précieuse qu’elle marque l’effort, le désir de venir voir celui que l’on aime !

La meilleure adoration n’est pas obligatoirement la plus longue, c’est celle qui vient vraiment de notre cœur !

Est-ce difficile de vivre l’adoration

La difficulté réelle de l’adoration se rencontre dans le début de notre cheminement en ce domaine. Cela est particulièrement marqué si l’adoration est silencieuse, car nous ne sommes pas habitués à faire le silence, et nous sommes encore moins habituer à nous trouver à découvert devant nous-mêmes et devant le Seigneur, or l’adoration nous met d’emblée dans cet état si nous essayons de la vivre correctement … et il peut nous arriver alors d’avoir envie de fuir ! C’est là justement qu’il faut rester. Il nous faut le savoir, et accepter de passer par ce temps de vérité, de nudité intérieure ! C’est là que le Seigneur va pouvoir nous rencontrer vraiment et c’est là aussi que nous allons pouvoir le rencontrer en vérité !

Une fois ce cap passé, il peut arriver que nous nous sentions arides dans nos temps d’adoration, nous allons avoir l’impression d’être comme une bûche dans un coin, tout aussi mort, tout aussi inerte! Ce n’est pas grave, soyons là dans notre état, le Seigneur le connaît! Ne culpabilisons pas et laissons le faire son œuvre d’amour en nous ! Être en adoration c’est s’offrir dans l’état où nous sommes, au soleil de l’amour de Dieu …. Lorsque nous allons sur la plage pour bronzer.. le soleil ne nous touche-t-il pas autant, que nous soyons calmes ou agités, heureux ou malheureux …. ? Le Seigneur fait de même avec nous !

Peu à peu, il pourra nous arriver encore de nous sentir «vides» mais en fait cela ne nous gênera plus beaucoup car nous aurons appris à connaître l’amour du Christ pour nous , et à ne plus nous arrêter à notre ressenti personnel , notre foi suppléant à nos sensations affectives !

Comment vivre l’adoration

Il peut y avoir différentes façons d’adorer le Seigneur

Cela peut être dans le silence ou dans le cadre d’une animation paroissiale, à des heures très variables mais ce qui reste toujours c’est l’ouverture de notre esprit et surtout de notre cœur à la présence réelle du Christ, présence aimante et présence transformante.

Dans les débuts de notre pratique d’adoration nous préférons généralement, les adorations animées de chants et de méditations, car cela nourrit notre esprit et nous facilite l’attention. Cependant si vraiment nous voulons grandir dans la communion, dans l’union au Christ alors il va tout de même nous falloir faire le pas de l’adoration silencieuse, c’est à dire de se camper là devant Dieu, tels que nous sommes, sans fard, sans tricherie, afin qu’il puisse faire en nous son œuvre de vie et d’amour. Il n’y a guère de livres pour nous apprendre à vivre cela, il faut se jeter à l’eau ! Au début, cela est souvent difficile, car nous avons toujours tendance à vouloir meubler le silence, et puis peu à peu, l’attente du Christ s’installe et le silence attentif grandit, là Dieu peut parler à notre cœur, nous révéler qui nous sommes pour lui, ce qu’il attend de nous et surtout à quel point il nous aime. Du coup nous ne voulons plus être en reste, nous aussi, nous voulons correspondre à son attente, à son amour, et notre vie commence vraiment à changer.

Pour découvrir les merveilles de l’adoration il n’y a pas d’autre chemin que de la vivre, et comme dit le curé d’Ars :

« On n'a pas besoin de tant parler pour bien prier. On sait que le Bon Dieu est là, dans le Saint Sacrement : on lui ouvre son cœur ; on se complaît en sa sainte présence. C'est la meilleure prière, celle- là... » (Curé d'Ars)

Sans que ce soit vraiment une méthode on peut techniquement suivre les trois points suivants lorsque nous arrivons à l’adoration :

  Prendre « 5 minutes » pour faire le calme en nous, déposer entre les mains du Seigneur tout ce qui fait notre vie, tout ce qui l’encombre et nous agite

  Une fois ce calme atteint, quelque soit le temps que cela prenne ; regarder Jésus, l’écouter, être là devant lui pour lui et non en premier pour nous mêmes

  Etre une toile d’attente, comme dirait Ste Thérèse….. se bronzer l’âme au soleil de l’amour de Dieu !

(Venir adorer le Seigneur, c’est venir le rencontrer personnellement rien que pour lui, à ce titre il est bon de savoir éviter de réciter son chapelet à ce moment là ! Certes il n’est pas négatif, loin de là de dire son chapelet devant le Tabernacle, mais alors soyons clairs avec nous mêmes, nous sommes venus dire notre chapelet, pas prendre un vrai temps d’adoration, l’adoration étant un tête-à-tête, un cœur à cœur avec Jésus ! Il y a un temps pour chaque chose, un temps pour chaque forme de prière ! )

Peut-on prendre un soutien, comme un livre  par exemple, pour aider notre prière ?

Certes oui, mais à condition, que notre adoration ne se transforme pas en recherche intellectuelle, en occupation du temps que nous avons pu nous fixer pour aider, là nous passerions à côté ! La lecture doit nous amener à nous plonger tout entier dans le cœur de Jésus, pas nous occuper l’esprit pendant la prière ! Soyons donc prudent dans notre choix de lecture !

Conclusion

En cette année de l’Eucharistie, prenons conscience de l’importance qu’a l’adoration dans notre vie personnelle, c’est a dire dans notre relation personnelle à Dieu et aux autres.

Et puis essayons de répondre aussi à l’attente du Pape Jean Paul II qui nous lance cet appel pressant pour l’Eglise et pour le monde :

" L'Eglise et le monde ont un grand besoin du culte eucharistique. Jésus nous attend dans ce sacrement de l'amour. Ne refusons pas le temps pour aller Le rencontrer dans l'adoration, dans la contemplation pleine de foi et ouverte à réparer les fautes graves et les délits du monde. Que ne cesse jamais notre adoration. " Jean Paul II

Ne croyons jamais que le temps passer devant le Saint Sacrement soit du temps perdu, loin de là c’est le temps d’un ensemencement, la moisson viendra plus tard, mais comment viendra-t-elle si nous ne semons rien ?

 Et pour ceux qui se disent ne pas savoir prier , ou ne pas avoir assez de ferveur pour vivre cela , qu’il nous soit permis ici de retranscrire ici l’anecdote du Père Cantalamessa

La seule chose que l'Esprit Saint nous demande, déclare-t-il, est de lui donner notre temps, même si au début cela semble du temps perdu. Je n'oublierai jamais la leçon que j’ai reçue un jour à cet égard. Je disais à Dieu : Seigneur, donne-moi la ferveur et moi je te donnerai tout le temps que tu veux pour la prière. J'ai trouvé la réponse dans mon cœur. Raniero, donne-moi ton temps et je te donnerai toute la ferveur que tu veux dans la prière. Je m’en suis souvenu au cas où cela puisse servir à quelqu'un d'autre qu'à moi.

Profitons donc de cette année de l’Eucharistie pour nous aussi nous lancer dans cette aventure de l’adoration eucharistique, dans cette relation intime avec le Christ !

 Myriam deGemma

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2015-11-25