Catéchèse

Introduction.

Sur le site de la Conférence des Evêques de France on trouve cette définition au sujet de la catéchèse :

Enseignement des principes de la foi. Elle repose sur le contenu de l'Ecriture, l'enseignement du Christ et la tradition ecclésiale. Elle est indissociable de la célébration liturgique.

Il est indéniable que croire implique d’avoir une certaine connaissance. Si je dis croire en Dieu, c’est que je pense qu’il existe, mais quel est le Dieu auquel je crois ? Quelle idée, quelle conception est-ce que je me fais de Dieu ? Si j’affirme croire en la parole de l’évangile comme étant la parole de Dieu, qu’est-ce que j’en sais exactement ? Et est-ce que ma vie correspond à ce que la parole enseigne ? Si je dis croire à l’Eglise, si je m’affirme comme chrétien catholique, qu’est-ce que je sais exactement de ce qu’enseigne l’Eglise ?

Bien souvent le catholique d’aujourd’hui a été au catéchisme lorsqu’il était enfant, il a fait sa profession de foi, sa confirmation... et puis il a arrêté là sa formation, son cheminement … voir même toute pratique religieuse. Devenu adulte, il lui reste bien quelques souvenirs de sa foi d’enfant ou d’adolescent, mais il n’a pas accordé cette connaissance, cette foi, avec son regard d’adulte. Pourtant la parole elle-même, à travers St Paul, nous invite à cheminer dans notre connaissance, dans notre foi.

Lorsque j'étais enfant, je parlais en enfant, je pensais en enfant, je raisonnais en enfant ; une fois devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant. 1 cor 13/11

La catéchèse ne s’arrête donc pas au catéchisme de l’enfance, mais va se poursuivre tout au long de la vie du chrétien.  Ce n’est pas là une simple possibilité, c’est une réelle nécessité.

A qui s’adresse la catéchèse ?

La catéchèse est une partie importante de la vie de l’Eglise et doit l’être aussi pour chaque croyant, tant pour se former lui-même que pour former les autres c’est à dire pour leur apporter la joie de la Bonne Nouvelle, ainsi que nous le dit la parole de Dieu :  

« Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde » (Mt 28, 19-20).

Généralement lorsque l’on parle de catéchèse, on pense uniquement au catéchisme des enfants. Et bien souvent, une fois la confirmation passée on pense ne plus avoir besoin de se former, ou d’approfondir sa foi. Mais qu’est-ce que notre foi, sinon notre relation à Jésus ? Et comment vivre notre relation à Jésus de façon vivante si nous ne grandissons pas dans notre connaissance de son amour pour nous-mêmes et pour toute l’humanité, si nous ne grandissons pas aussi dans notre propre réponse d’amour ?

Peut être pensons-nous que la catéchèse est uniquement une affaire intellectuelle, mais c’est faire erreur, car la catéchèse est à la fois faite de connaissance intellectuelle et de formation spirituelle pour grandir dans la vie d’amour avec Jésus, elle est donc agent transformant dans notre vie de tous les jours. Pour bien profiter d’une formation de catéchèse il est donc important d’avoir une vie de prière, et de compter avec la puissance de l’Esprit Saint qui nous fait comprendre avec le cœur ce qui se révèle à notre cerveau pendant notre étude.

« Vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins... jusqu'aux extrémités de la terre » (Ac 1,8).

De plus notre connaissance de Dieu, n’est pas pour nous-mêmes uniquement mais pour le bien de tous ; le Seigneur envoie tout croyant proclamer la merveille de son amour, c’est là notre responsabilité de baptisé.

« Allez dans le monde entier, proclamez l'Evangile à toute la création » (Mc 16,15).

Faut-il être chrétien engagé pour suivre la catéchèse ou tout le monde peut-il se former ou au moins s’informer ? La catéchèse s’adresse à tout le monde, le champ du Seigneur est le monde entier, aussi bien géographiquement que socialement que culturellement. Tout le monde peut y avoir accès, la liberté de chacun étant respectée.

C’est ce qui nous est montré dans la parabole du semeur.

« Ecoutez! Voici que le semeur est sorti pour semer. Et il advint, comme il semait, qu'une partie du grain est tombée au bord du chemin, et les oiseaux sont venus et ont tout mangé. Une autre est tombée sur le terrain rocheux où elle n'avait pas beaucoup de terre, et aussitôt elle a levé, parce qu'elle n'avait pas de profondeur de terre; et lorsque le soleil s'est levé, elle a été brûlée, et, faute de racine, s'est desséchée. Une autre est tombée dans les épines et les épines ont monté et l'ont étouffée, et elle n'a pas donné de fruit. D'autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit en montant et en se développant, et ils ont produit, l'un trente, l'autre soixante, l'autre cent » (Mc4, 3-8).

« La semence, c'est la parole de Dieu » (Lc 8,11). Le semeur c’est Jésus-Christ. Il a annoncé l'Evangile il y a deux mille ans en Palestine et a envoyé ses apôtres le semer dans le monde ensuite. Aujourd’hui l’Eglise continue ce travail des premiers apôtres.  La qualité du terrain est toujours très variée, toute aussi variée que peuvent l’être nos cœurs et nos esprits. L'Evangile tombe « au bord du chemin » (Mc 4,4) lorsqu'il n'est pas réellement écouté; il tombe sur le « terrain rocheux » (Mc 4,5), sans pénétrer la terre en profondeur; « dans les épines » (Mc 4,7), et il est aussitôt étouffé dans le cœur des hommes, aux prises avec nombre de préoccupations. Mais une partie tombe « dans la bonne terre » (Mc 4,8), c'est-à-dire en des hommes et des femmes ouverts à la relation personnelle avec Dieu et solidaires avec leur prochain, et elle donne du fruit en abondance.

Ainsi nous le voyons bien Jésus est venu annoncer la Bonne Nouvelle à tous les hommes sans distinction, grands et petits, riches et pauvres, bien-portants et malades, proches et lointains, juifs et païens, hommes et femmes, justes et pécheurs, peuple et autorités, individus et groupes...Jésus s’est fait attentif à tous . Et aujourd’hui, cette annonce universelle est toujours d’actualité, qui que nous soyons, nous pouvons donc chercher à découvrir qu’elle est cette Bonne Nouvelle du Christ pour nous mêmes et pour tous ceux qui nous entourent. Il est évident que la catéchèse sera présentée différemment selon les personnes et les groupes. L’important étant que chacun trouve réponse à ses propres interrogations.

• petits enfants

Une catéchèse particulière est même prévue pour les tout petits, donc avant l’âge de 6 ans. C’est l’éveil à la foi. Cette catéchèse demande l’accompagnement des parents qui en sont les premiers acteurs. Bien sur une équipe animatrice est là pour aider les parents qui désirent faire découvrir ainsi Jésus à leurs petits enfants.

• Enfants

Pour les enfants, cette catéchèse se passe généralement en paroisse, une fois par semaine à moins qu’ils ne soient scolarisés dans une école catholique, la catéchèse se fait alors au sein de l’école. Tout enfant baptisé doit suivre cette formation afin de pouvoir recevoir les sacrements de communion, de confirmation. Mais un enfant non baptisé s’il le désire et si ses parents sont d’accord peut également suivre cette formation, il pourra alors s’il le désire se préparer au baptême.  Il est important que les parents chrétiens aident leurs enfants dans leur cheminement et puissent à la fois répondre à leurs questions et être des témoins vivants et forts de leur propre foi.

• Adolescents

Tout le monde le sait on ne parle pas à un adolescent comme à un enfant, il a déjà ses propres avis, ses propres questions et commence à vouloir poser des choix importants pour son avenir. Bien souvent les jeunes lâchent totalement la foi et la religion après le sacrement de confirmation, un peu comme on quitte l’école. Mais de même que dans sa profession il faut souvent une formation complémentaire voir régulière pour se tenir au courant des dernières innovations, des derniers progrès afin de rester compétitif sur le marché du monde, de même pour bien vivre sa foi, il faut continuer à se former, à se poser des questions et surtout essayer d’y répondre. La foi n’est pas une matière figée mais elle évolue avec nous-mêmes tout au long de notre vie : c’est NOTRE foi. Et notre foi doit s’inscrire au sein de communautés d’Eglise. On n’est pas chrétien tout seul mais bien tous ensemble.

Une formation est donc souvent prévue dans les diocèses et les paroisses pour les adolescents et jeunes adultes qui veulent approfondir leur recherche et surtout mieux vivre avec les autres, ce qu’ils croient. Nous le savons tous, il n’est pas toujours facile d’être vraiment chrétien au sein de nos sociétés ou la loi du plus fort semble la seule valable ! Cette formation ne se manifeste pas sous forme de cours comme a pu l’être la catéchèse des enfants, mais plutôt sous forme de groupes de partage, de discussion, d’action commune aussi. Ces « groupes de jeunes » sont très importants, ils sont l’avenir de l’Eglise et nous avons non seulement à les encourager mais aussi à les aider, à les soutenir de toutes les manières possibles.

• adultes en recherche de foi

Il arrive fréquemment que des adultes à un moment ou un autre de leur vie se posent des questions sur l’existence de Dieu, sur la foi, la religion … Jusque là ils n’ont reçu aucune formation et là ils s’interrogent. Bien souvent il leur est difficile de trouver des gens autour d’eux capables de leur répondre clairement et ils n’osent pas se renseigner dans les paroisses de peur de se « faire embrigader ». Ils veulent bien réfléchir, trouver des réponses à leur interrogation, mais surtout ils désirent rester libre de la suite qu’ils donneront à leur découverte. Que ces personnes sachent que dans l’Eglise la liberté de chacun et respectée , ce n’est pas parce que l’on a suivi une formation chrétienne catholique que l’on est ensuite obligé de devenir catholique. Pour recevoir le baptême, qui est le premier sacrement il faut un plein accord et une pleine conscience de l’engagement que l’on va prendre devant Dieu et les hommes. L’Eglise ne cherche pas à remplir des registres mais bien à apporter la Bonne Nouvelle du Christ, à chacun ensuite de la recevoir ou non. … Mais comment recevoir quelque chose que l’on ne connaît pas ? Comment décider de vivre selon la pensée de quelqu’un sans le connaître ? La formation pour adulte est là pour ça.

• adultes recommençants

Par ailleurs il existe aussi des croyants qui ont été baptisés qui ont même reçu parfois les sacrements de la communion et de la confirmation ; mais qui ont tout lâché à leur adolescence. Un jour, la vie leur pose question, ils s’interrogent et leur catéchisme est tellement loin qu’ils ne s’en rappellent plus. Ils aimeraient pouvoir le redécouvrir mais ne savent pas toujours aussi comment faire. Le plus simple alors est de prendre contact avec la paroisse ou le diocèse ; là il leur sera donné tous les renseignements nécessaires.

• adultes en approfondissement

Enfin ils existent des chrétiens catholiques pratiquants, même engagés qui veulent approfondir toujours plus leur foi et leur vie de foi au quotidien. Pour eux aussi il existe des formations qui peuvent répondre à leur besoins. Elles peuvent avoir lieu parfois dans les paroisses mais être aussi organisées par le diocèse. Il est certain qu’une vie ne suffit pas pour faire le tour de la bible, c’est à dire de la parole de Dieu, ainsi que de l’enseignement de l’Eglise. Vivre avec Dieu est chaque jour comme une nouvelle aventure, lorsque l’on se laisse guider par lui, lorsque l’on s’efforce de répondre à son appel. Un chrétien est avant tout un enfant de Dieu qui n’a jamais fini de grandir !

• Personnes âgées

Le troisième âge est aussi un âge important dans l’Eglise. Les personnes âgées ont pour elles la sagesse de leurs cheveux blancs, de leur expérience de vie. Par ailleurs, ne travaillant plus elle ont plus de temps libre pour la prière. Dans bien des pays aujourd’hui on considère les personnes âgées comme une charge, on les envoie finir leur jours dans des maisons de retraites, et il arrive trop souvent qu’elles y soient oubliées ! Pour le chrétien, il ne doit pas en être ainsi, les personnes âgées sont un vrai don de Dieu, un vrai trésor qu’il nous faut soigner et entourer. Elles peuvent nous apporter leur expérience de la vie, de la foi aussi, elles peuvent beaucoup prier … Et qui n’a pas besoin de prière ?

Nous aussi, nous avons à leur apporter beaucoup, par notre présence, notre aide, mais aussi en les préparant à leur dernier voyage vers le Seigneur. Bien des personnes âgées aujourd’hui ont perdu la connaissance de Dieu, beaucoup voient la mort arriver avec inquiétude, certaines désirent retrouver la foi de leur enfance, mais comment faire ? Là aussi une formation, plus exactement un accompagnement est mis en place dans bien des diocèses, dans bien des hôpitaux et des maisons de retraites. Il faut alors se renseigner sur les lieux ou sont les personnes âgées : maison de retraites, hôpitaux, paroisses, diocèse …

La catéchèse nous révèle qui est Jésus Christ, ce qu’il offre aux hommes et aussi ce qu’il attend d’eux. La catéchèse nous ouvre sur une rencontre personnelle, intime avec Jésus Christ, à nous de savoir ensuite ce que nous allons lui répondre, si oui ou non nous allons le suivre et nous laisser aimer et guider par Lui. Qui que nous soyons, jeunes ou moins jeunes, croyants ou non croyants ,engagés ou recommençants , nous ne devons pas avoir honte de notre situation , et surtout nous ne devons pas avoir peur de faire une telle recherche, si nous en sentons le besoin, car elle est importante dans notre vie , même si nous n’en saisissons pas totalement tout le sens .

Mais quelle catéchèse ?

Avec l’afflux des communications, notamment de l’internet, on a accès à toutes sortes d’informations et de formations. Et là il est important de savoir de quelle Eglise nous sommes. On ne peut grappiller n’importe où et n’importe comment, au gré des idées qui nous plaisent ou qui conviennent à notre esprit du moment.

Un chrétien par exemple, ne peut adhérer au bouddhisme ou à l’hindouisme, qui prônent la réincarnation, ce qui est à contraire à la foi chrétienne qui croit en la résurrection. Un chrétien ne peut non plus adhérer à tout enseignement religieux qui affirmerait que Jésus est seulement un homme, un prophète et non le Fils de Dieu. Un catholique ne peut non plus adhérer à une foi qui nie la présence réelle du Christ dans l’eucharistie… Etc. Ce ne sont là que des exemples pour nous montrer à quel point il est important de bien définir notre foi.

Le croyant tout au long de sa vie se pose des questions. La vie de foi est un chemin qu’il faut parcourir au jour le jour tant avec les interrogations de son esprit qu’avec les interrogations de son cœur. Le catéchisme de l’enfance n’est que l’ouverture à ce chemin de foi adulte  Croire en Dieu c’est vivre avec Dieu, Croire au Christ c’est vivre avec le Christ, … cela implique à la fois une connaissance et une intimité. La vie est mouvement permanent. On n’a jamais fini de découvrir Dieu. On n’a jamais fini d’apprendre à vivre avec lui !

Il est clair aussi que tout le monde n’a pas la capacité tant intellectuelle, que temporelle, que financière de suivre des formations théologiques. C’est pour cela que dans bien des diocèses des catéchèses adultes sont mises en place tant pour les nouveaux convertis que pour les recommençants, c'est-à-dire tous ceux qui pour une raison ou une autre ont abandonné leur cheminement spirituel. Toute personne qui se pose des questions peut rejoindre ces formations.

Et si, pour une raison ou une autre cela s’avère impossible, rien n’empêche de poser des questions à un prêtre ou de trouver des livres chrétiens conseillés par l’Eglise.  Sur internet même, on trouve des sites d’Eglise qui propose une aide réelle dans cette formation personnelle. «Spiritualité 2000» est un exemple de site pouvant nous aider.

L’Eglise d’aujourd’hui nous propose bien des possibilités de formation, bien des formateurs. Le croyant qui veut cheminer doit savoir faire l’effort de se mettre en route, car nul ne peut être chrétien tout seul. On est chrétien en Eglise, ce qui implique que nous avons autant besoin des autres que les autres ont besoin de nous. Saint Paul, là encore nous le dit :

« C'est Lui encore qui "a donné" aux uns d'être apôtres, à d'autres d'être prophètes, ou encore évangélistes, ou bien pasteurs et docteurs,12 organisant ainsi les saints pour l'œuvre du ministère, en vue de la construction du Corps du Christ,13 au terme de laquelle nous devons parvenir, tous ensemble, à ne faire plus qu'un dans la foi et la connaissance du Fils de Dieu, et à constituer cet Homme parfait, dans la force de l'âge, qui réalise la plénitude du Christ.14 Ainsi nous ne serons plus des enfants, nous ne nous laisserons plus ballotter et emporter à tout vent de la doctrine, au gré de l'imposture des hommes et de leur astuce à fourvoyer dans l'erreur. Ephésiens 4/11.14

Il ne faut jamais oublier qu’une foi qui ne se nourrit pas est une foi qui s’étiole, qui s’atrophie, qui dépérit, au risque même de disparaitre totalement sous la pression de la vie quotidienne et des idées du monde.

Ainsi donc la catéchèse est nécessaire

En effet, de par notre baptême, nous sommes responsables

• De nous-mêmes

• Des autres (et particulièrement de nos enfants, de nos filleuls) Or comment vivre cette responsabilité, cet engagement pris devant Dieu et devant les hommes, sans nous former et répondre à nos propres questions.

Le but premier de la catéchèse est de proclamer Jésus Christ

« ...Que toute langue proclame de Jésus-Christ qu'il est Seigneur à la gloire de Dieu le Père » (Ph 2,11).

Le but de la catéchèse c’est aussi de nous amener à une relation d’intimité avec Dieu, avec Jésus Christ. Elle n’est pas une matière scolaire que l’on engrange dans son cerveau mais elle est découverte de quelqu’un avec qui nous allons pouvoir vivre en toute intimité si nous le voulons, si nous le désirons.

Etre chrétien, c’est vivre avec le Christ, c’est même beaucoup plus puisque selon St Paul c’est laisser le Christ vivre en nous.

Ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est livré pour moi. Galates 2/20

Il est évident que cette intimité là ne s’acquiert ni en un jour, ni dans les livres, mais bien dans notre cœur, dans la prière. La catéchèse est là pour nous ouvrir à cette dimension extraordinaire de l’amour vécu avec Dieu

1/ d’abord pour soi même,

Pour se former et répondre à nos propres interrogations. Le catéchisme que nous avons pu recevoir lors de notre enfance a besoin d’être revu avec notre foi d’adulte. De même la relation que nous pouvions avoir avec Jésus, avec le Père et l’Esprit Saint lorsque nous étions enfant, n’est certainement pas la même que celle vécue à l’âge adulte. On n’a jamais fini de se former : vivre sa foi implique une perpétuelle évolution

pour mieux vivre notre foi en Dieu. Celui qui a vraiment commencé à rencontrer le Christ désire généralement le connaître toujours davantage, il désire une relation avec Lui, et cela l’amène à s’interroger et donc à trouver des réponses à ses questions. La connaissance est une chose, son application une autre Il y a une réelle nécessité à nous former toujours plus, suivant notre cheminement et nos questions intérieures. Certes la plupart du temps cette formation sera d’ordre cérébrale intellectuelle, mais normalement ce n’est là que la première étape de la catéchèse, la seconde, sans laquelle la première n’a pas de sens, est de faire descendre ce que nous avons appris avec notre tête, au fond de notre cœur afin d’y conformer notre vie dans l’amour de Dieu et des autres. La catéchèse n’est pas une science comme la physique par exemple, mais une éducation de notre cœur, du plus profond de nous mêmes à l’amour de Dieu pour nous et à notre propre réponse d’amour envers lui.

pour mieux vivre de la Parole. Pour connaitre quelqu’un, il faut le rencontrer, il faut l’écouter, ainsi on peut obéir à sa parole et suivre son exemple. La parole de Dieu c’est la Bible. C’est pourquoi la catéchèse va toujours se référer à la parole de Dieu. Cependant la bible n’est pas un livre d’histoire, une suite d’articles journalistiques. Elle est enseignement de Dieu, et il faut bien comprendre cet enseignement. On ne peut la lire de façon primaire, fondamentaliste …. Et en ce sens on a souvent besoin qu’on nous enseigne, qu’on nous aide à trouver le sens profond de la parole. C‘est en découvrant ce sens profond, que l’on pourra vraiment vivre de la parole de Dieu. On se rend bien compte là aussi qu’il faut être prudent et ne pas aller chercher n’ importe où l’enseignement de la parole, car bien des sectes et des gourous en prélève ce qui les arrange et la déforme allègrement. D’où la prudence quant aux livres à lire et aux sites internet à visiter. Il est important de noter ici, que la parole ne se comprend pas seulement avec notre cerveau, notre logique, mais elle se médite, Elle se médite dans la prière, dans un cœur à cœur avec Dieu, en laissant l’Esprit Saint, la rendre vivante en notre cœur. La parole de Dieu est parole vivante, c'est-à-dire qu’elle transforme notre vie, elle la transforme en profondeur.

Pour mieux suivre l’enseignement de l’Eglise. La catéchèse, est là aussi pour nous faire grandir dans notre vie communautaire, c'est-à-dire dans notre vie d’Eglise.  Le croyant ne peut être un jour catholique, un jour protestant, un jour adventiste … etc. Il doit cheminer dans la foi de l’Eglise qui est la sienne. Faute de quoi il ne saura plus où il en est ; faute de quoi il risque de se faire sa propre religion et se trouver gravement dans l’erreur. Affermir sa foi en Eglise n’est pas se montrer intolérant envers les autres, c’est être clair avec soi même, c’est être clair aussi avec les autres. Quelque soit ma foi, dans le Christ je suis appelé à aimer et à respecter tout croyant. Ce n’est pas pour autant que je dois penser et croire comme lui. Le respect et l’amour se vivent dans la diversité. Si pour moi Jésus est réellement présent, vivant dans l’hostie, alors je ne peux adhérer à la foi protestante pour qui elle n’est que mémoire, souvenir. Je ne peux donc approfondir ma foi chez les protestants... Même si sur bien d’autres points catholiques et protestants sont en accord. Ainsi si je suis catholique je dois suivre l’enseignement de l’Église catholique et m’efforcer de comprendre et de vivre ce qu’elle enseigne. Si je ne comprends pas bien ce qu’elle demande, ce qu’elle dit, alors il faut interroger ceux qui dans l’Eglise sont le plus à même de me répondre et m’efforcer de comprendre ce qu’elle dit réellement. C’est seulement en comprenant que je pourrai librement obéir à son enseignement. Et surtout je dois chercher à savoir ce qu’elle dit vraiment, je dois aller à la source, au texte original, et ne pas me contenter de ce que la presse ou le monde en dit !

2/ Pour les autres

Disciple du Christ je suis appelé à témoigner de Sa parole. Dès l’origine de la révélation de Dieu, il a été clair que les croyants étaient appelés à transmettre la foi et l’observance des parole de Dieu ; c’est ce que nous pouvons lire dans le deutéronome au ch. 6 verset 4 à9

« Ecoute, Israël: Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir. Que ces paroles que je te dicte aujourd'hui restent dans ton cœur; tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout; tu les attacheras à ta main comme un signe, sur ton front comme un bandeau; tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes » (Dt 6,4-9).

Et c’est ce dont témoignent les actes des apôtres en parlant d’Apollos

« Apollos avait été instruit de la Voie du Seigneur et, dans la ferveur de son âme, il prêchait et enseignait avec exactitude ce qui concerne Jésus » (Ac 18,25).

Ce qui était valable à l’époque des apôtres l’est tout autant aujourd’hui. Dieu est le même, son amour est éternel et attend chaque jour notre réponse d’amour. Nous sommes donc, devant lui, responsables de la manière dont nous témoignons de notre foi, de notre amour pour lui. Comment transmettre la connaissance de l’amour de Dieu à nos enfants, à nos filleul(e)s entre autres, si nous-mêmes, nous ne connaissons pas Dieu, si nous ne vivons pas avec lui ? Peut-être pensons nous : « Pourquoi m’inquiéter de cela, il y a des catéchistes à la paroisse pour les enfants, ils savent enseigner eux, moi je ne sais pas ! C’est bien suffisant ! »

Oh que non ce n’est pas suffisant ! Les enfants comme tous ceux qui nous entourent viendront au Christ, vivront avec lui, accepteront son amour dans la mesure où nous-mêmes, nous en serons témoins dans notre vie quotidienne. Certes nos enfants iront au catéchisme, ils feront même leur communion et recevront le sacrement de la confirmation. Oui …et après ? Vont-ils considérer qu’ils auront « fini leur KT» ? Que maintenant ils peuvent vivre leur vie comme ils le veulent …. ? Et Dieu alors, que vont-il en faire dans ce monde qui inexorablement les attirera vers les biens matériels et la réussite sociale, à n’importe quelles conditions ? N’auront-ils pas tôt fait de l’oublier, s’ils n’ont pas autour d’eux des témoins de Dieu, c’est à dire des gens qui se savent aimés de Dieu et qui aiment Dieu en retour dans le quotidien de leur vie ?

Oui tout chrétien est appelé à être témoin, chacun à sa manière, selon les dons que Dieu lui donne. Il est donc important que chacun de nous puisse s’interroger en vérité sur la façon dont il vit sa foi, dont il témoigne de la parole et de l’amour de Dieu pour tous les hommes. L’église nous offre des temps de formations, ses sacrements nous introduisent toujours plus profondément dans l’amour de Dieu, dans la vie de Dieu. N’ayons donc pas peur de vivre selon son appel, selon ses traditions. Elles sont la base d’une vie sainte en Dieu avec tous nos frères et sœurs .écoutons donc Saint Paul, et comme il le dit :

« Tenez bon, gardez fermement les traditions que vous avez apprises de nous, de vive voix ou par lettre » (2 Thes 2,15).

Disciple du Christ je suis appelé à vivre de la parole au service des autres. Il est évident que nous ne sommes pas tous appelés à enseigner, à « faire de la catéchèse » comme on le dit souvent ; mais tous, nous pouvons montrer aux autres le chemin de la prière. Nous pouvons et devons initier nos enfants à cela, dès le plus jeune âge, et là point n’est besoin de diplôme, il faut tout simplement prier avec eux. Leur apprendre à vivre dans l’intimité de Dieu, dans l’amour de Dieu. Si nous prions, alors ils sauront aussi prier ; mais si nous ne prions pas avec eux, comment pourront-ils apprendre cela ? La catéchiste de la paroisse aura beau commencer la leçon par la prière, cela ne s’imprègnera pas dans leur vie quotidienne. Nos enfants et nos jeunes ont besoin de découvrir que Dieu est là en permanence auprès d’eux, et pas seulement à l’heure du caté ou le dimanche à la messe. Ils ont besoin de vivre avec Dieu en permanence dans leur vie.

Disciples du Christ, nous sommes aussi appelés à prier pour les autres, non pour qu’ils soient comme nous voudrions qu’ils soient, mais pour qu’ils rencontrent l’amour de Jésus-Christ mort et ressuscité par amour de l’humanité, et qu’ils puissent ainsi devenir ce que Dieu désire qu’ils soient.

Disciples du Christ, nous sommes également appelés à vivre dans la charité, c'est-à-dire dans l’amour fraternel avec tous ceux qui croisent notre chemin … Comment l’autre pourra-t-il découvrir que Dieu l’aime et y croire si nous qui lui parlons de cet amour, nous ne savons pas l’accueillir tel qu’il est.

La catéchèse, ce n’est pas seulement enseigner, c’est aussi vivre pleinement de sa foi ! Et la vivre, c’est poser des actes !

Conclusion

Le chrétien est quelqu’un qui est perpétuellement en formation intérieure car perpétuellement en besoin de grandir dans l’amour. Toute la vie du croyant doit en effet tendre à rejoindre l’amour de Dieu, ce qui implique une marche en avant, un chemin de conversion pour parvenir à aimer de plus en plus, de mieux en mieux. Approfondir sa foi est donc une nécessité. Cependant ses connaissances intellectuelles doivent prendre vie en son cœur, et pour cela il faut la grâce de Dieu, grâce qui se manifeste dans son union intime à Dieu, dans sa vie de prière.

Nul ne peut connaître quelqu’un et encore moins vivre vraiment avec lui s’il ne le connait pas, s’il ne lui parle pas, s’il ne l’écoute pas. La parole de Dieu est vie, c’est une source vive qui transforme de l’intérieur, mais encore faut il se mettre à l’écoute de Dieu, non avec sa tête mais avec son cœur pour vivre de son amour. C’est en vivant dans cette intimité que le croyant sera capable d’être un vrai témoin, et d’aider les autres dans leur recherche de Dieu. C’est également au cœur de cette intimité que tout croyant grandit réellement dans sa foi, ses recherches intellectuelles, ses formations religieuses, pouvant alors prendre racine dans son cœur.

Se former est une nécessité, permettre à toute personne de se former est aussi une nécessité. La foi se transmet ! La foi se vit, et elle ne peut se vivre seul, elle se vit en communauté, en église ! L’enseignement de l‘Eglise est donc aussi très important et le croyant doit s’en informer et l’assimiler afin de pouvoir en vivre en toute unité avec les autres membres de l’Eglise.

Myriam de Gemma,

Février 2011

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2015-11-25