Charité et don de soi aux autres

Introduction.

Dans la bible nous lisons que Dieu est amour, que Dieu nous appelle à l’amour. Mais dans  notre vie quotidienne, nous avons bien du mal à aimer ….

Ça veut dire quoi aimer ? Passer tout aux autres quoiqu’ils nous fassent ? On nous dit que nous devons être charitables... Mais que veut dire vraiment le mot charité ? Est-ce vraiment donner tout ce que j’ai à quiconque me le demande ?

 On sait bien qu’une telle conception n’est pas réaliste. Mais alors que nous demande la parole de Dieu exactement ?

L’exemple de Jésus dans la bible

Jésus, pleinement homme, aimait les gens qui l’entouraient. Plusieurs fois on le voit ému de compassion devant la misère des gens.

Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu'elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n'ont point de berger. Matthieu 9:36

Sa compassion n’est pas faite que de bons sentiments, elle le pousse à agir

Quand il sortit de la barque, Jésus vit une grande foule, et fut ému de compassion pour eux, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont point de berger ; et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses. Marc 6:34

Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. Matthieu 14:14

Et voici, on lui amena un paralytique couché sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés….. Car, lequel est le plus aisé, de dire : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, et marche ? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison. Matthieu 9:2.6

Voila bien les trois grands points d’action de la compassion de Jésus :

Il enseigne c'est-à-dire qu’il révèle aux hommes l’amour de Dieu pour eux, il leur redonne courage et espérance, mais il les sait aussi les appeler à changer de vie. Il sait donner des conseils de vie.

Il les guérit dans leurs corps, afin que n’étant plus gravement malades, ils puissent vivre, subvenir à leurs besoins, mais aussi rendre grâce à Dieu

Enfin il pardonne les péchés, il libère les âmes de toutes leurs souffrances intérieures, leur ouvrant ainsi de nouveau la route de la prière, et de l’amour de Dieu.

Mais Jésus n’a jamais passé son temps à s’engager les conflits politiques ou humains

--Nous est-il permis, ou non, de payer le tribut à César ?-- De qui porte-t-il l'effigie et l'inscription ?-- De César, répondirent-ils. Alors il leur dit :-- Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Luc 20/22.25

Quelqu'un dit à Jésus, du milieu de la foule : Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. Jésus lui répondit : O homme, qui m'a établi pour être votre juge, ou pour faire vos partages ? Luc 12/13.14

Jésus aime tellement les âmes qu’il donnera sa vie pour elles, pour nous, afin que tous nous soyons libérés de la mort éternelle vers laquelle nous conduisent tous nos péchés.

Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. Le Père m'aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même ; j'ai le pouvoir de la donner, et j'ai le pouvoir de la reprendre : tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père. Jean 10/15.18

C’est par sa mort et sa résurrection que nous sommes sauvés. Jésus va donc jusqu’au don total de sa vie. C’est comme un chèque en blanc qu’il signe alors, car tout homme reste libre de l’accepter ou de le refuser. Son amour va jusque là ! il ne s’impose pas, il s’offre, et il s’offre gratuitement ! Même de son vivant il a toujours agi gratuitement, il n’a jamais fait payer ses services, vivant lui-même bien souvent à la belle étoile, parcourant les villes et les villages.

C’est d’ailleurs une partie de l’enseignement qu’il donnera à ses apôtres :

Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. Matthieu 10:8

Et aujourd’hui ?

La parole de Jésus reste la même aujourd’hui.

Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. Matthieu 10:8

Mais qu’a-t-on reçu gratuitement dans un monde où tout se paye ? Nous avons reçu la vie éternelle, nous avons reçu le pardon des péchés et par la même la possibilité de repartir sans cesse à zéro !

Et puis Jésus n’est pas seulement un homme mort il y a 2000ans. Il est mort et ressuscité, c'est-à-dire qu’il vit encore avec nous aujourd’hui et il compatit à nos souffrances, à nos difficultés autant qu’il compatissait aux souffrances et aux difficultés des gens de son temps. Il nous redonne vie chaque jour, il nous enseigne chaque jour, en parlant à notre cœur, en guidant notre vie. Mais encore faut-il le reconnaitre.

Jésus nous aime et nous entoure de sa miséricorde de sa grâce, et cela gratuitement car il ne nous impose pas de le suivre, il attend patiemment que reconnaissant enfin son amour pour nous, nous acceptions de vivre avec lui. C’est cela la gratuité de Dieu à notre égard. Et aucune loi humaine, ne pourra faire que la grâce de Dieu passe par des paiements de quelques natures que ce soit.

Ayant donc été bénéficiaires gratuitement de la grâce de Dieu, nous sommes aussi appelés à la partager tout aussi gratuitement, selon les dons que Dieu nous fait.

La charité dont Jésus nous parle n’est pas seulement d’ouvrir notre porte monnaie pour aider autrui, bien que cela puisse aider  ce n’est qu’un moyen parmi d’autres. La charité dont Jésus nous parle ici c’est de donner vraiment de notre personne pour l’amour de lui et des autres et cela totalement gratuitement, c'est-à-dire sans en attendre un remboursement financier, matériel, sans même en attendre comme dus, un remerciement ou une reconnaissance quelconque.

Toute la beauté mais aussi toute la difficulté de la charité chrétienne se trouve là !  

Comment vivre cette charité ?

 Saint Paul nous en donne les grandes lignes

On ne peut être charitable par hypocrisie, dans ce cas on peut abuser les hommes mais certainement pas Dieu. Notre amour doit vraiment être sincère, s’il ne l’est pas, alors demandons au Seigneur de purifier notre cœur et de nous apprendre à aimer l‘autre comme lui l’aime.

Que la charité soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur ; attachez-vous fortement au bien. Romains 12:9

L’amour doit être la marque de tout ce que nous faisons, de tout ce que nous vivons, car cela seul plait à Dieu

Que tout ce que vous faites se fasse avec charité ! 1Corinthiens 16:14

Ce ne sont pas les choses, ou les actions spectaculaires qui sont importantes, toute action simple, tout geste apparemment infime, peut être grand devant Dieu s’il est empreint de charité.

 Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit….Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien … ;Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien  Cor 13/1.3

Nous nous laissons souvent abusés par la grandiloquence de certains orateurs, ou par des actions spectaculaires de certaines personnes, mais ces discours et ces gestes ne valent rien s’ils ne sont faits dans l’amour de Dieu et d’autrui !  Il faut ici regarder avec les yeux de Dieu et non avec les yeux des hommes, tel le regard de Jésus devant l’obole de la veuve au temple.

Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces. Et il dit : Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres car c'est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle avait pour vivre. Luc 21/2.3

Cette femme aimait Dieu et elle lui a tout offert ! Geste que nous trouverions absurde, insensé dans notre monde. Seulement Dieu a vu ce geste, et pour lui il n’était pas absurde !  La charité implique aussi la foi en Dieu. On ne peut donner de soi même et encore moins se donner totalement sans se recevoir en même temps de Dieu !

Si Dieu revêt ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans les champs et qui demain sera jetée au four, à combien plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi ? Luc 12:28

Ce qu’il faut comprendre c’est que l’économie de Dieu marche à l’envers de l’économie de l’homme. Pour l’homme, il faut entasser et penser a soi d’abord pour réussir dans la vie. Mais pour Dieu, il faut s’oublier soi-même,  tout donner et Lui faire confiance pour réussir sa vie. Dans  l’économie de l’homme on peut acquérir de grands biens, mais est-ce que cette réussite sociale est vraiment une réussite de sa vie ?  Dans l’économie de Dieu certes l’homme ne gagne pas de grands biens, mais sa vie est une réussite. Elle est une réussite car l’homme s’est réalisé pleinement, il a donné un sens et une utilité à sa vie. Cela ne mérite-t-il pas un moment de  réflexion ?

Jusqu’au faut-il aller dans la charité ? jusqu’au don total de soi , car ‘amour vrai n’a pas de limite . Jésus lui-même nous le dit :

Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis Jean 15:13

Et il nous en a montré lui-même le chemin :

L'heure étant venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui. Il leur dit : J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir Luc 22/14.15

Le Père m'aime, parce que je donne ma vie, …. Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même … Jean 10/15.18

Alors ne devons nous pas faire de même si Jésus est vraiment notre Seigneur ? Saint Jean nous dit que si.

Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres 1Jean 4:11

Dès lors nous ne pouvons plus nous fixer une limite de charité, nous ne pouvons plus dire :

«  Oh j’en ai bien assez fait, maintenant cela suffit, je vais penser à moi ! »

Agissant ainsi nous prendrions le chemin de l’égoïsme et sortirions donc de celui de la charité où le Christ nous appelle et nous aime !

Cela veut-il dire que nous devions tout donner et surtout le donner n’importe comment ? Certes non ! Dieu a mis du bon sens dans notre tête et ce n’est pas pour rien. il y a des services qui sont salutaires d’autres qui ne le sont pas.  Comment les différencier ?

Simplement en ce sens que ce qui est salutaire à l’homme le fait grandir, lui permet de garder ou de retrouver sa dignité humaine, ce qui est salutaire à l’homme le rend libre, libre de s’épanouir et d’aider les autres à s’épanouir.

Ne pas garder l’homme dans la dépendance des autres est important, ainsi donner du poisson à celui qui a faim est une bonne chose, mais lui offrir un bateau et lui apprendre à pécher, en est une bien meilleure !

Donner l’aumône à un pauvre est une bonne chose, mais lui fournir un petit travail pour gagner son pain, en est une bien meilleure.

Par ailleurs tout n’est pas nécessaire à la vie de l’homme. Certaines  sont futiles d’autres sont même nuisibles, comme le tabac, l’alcool, la drogue. Ne pas aider financièrement quelqu'un alors que l’on sait que l’argent va servir à cela est une bonne chose, mais s’il demande l’aumône, alors donnons lui un casse croûte et non de l’argent !

Notre monde a perdu les sens des valeurs morales, la crise par ailleurs fait que bien des personnes sont au dessous du seuil de pauvreté et sans espoir d’avenir, dès lors rien de surprenant si elles agissent mal pour essayer de survivre. La charité nous demande d’aller vers ces personnes, non seulement pour leur apporter du pain, mais encore, pour les aider selon nos capacités, afin de leur redonner l’espoir, de leur apprendre à reprendre leur vie en main. Rendre la dignité et la liberté de vie à tout homme est œuvre de charité et cette œuvre là ne se fait pas a coup d’argent mais de don de soi même. C’est le défi que nous lance notre monde d’aujourd’hui ! Tout homme peut aider son prochain, point n’est besoin d’être riche, ou savant pour cela. La charité, la vraie charité, c’est l’œuvre du cœur qui s’ouvre au prochain, au voisin.

 Quels sont les qualificatifs de la charité ?

Là encore Saint Paul nous en donne une bonne description :

La charité est longanime ; la charité est serviable ; elle n'est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas, ne se gonfle pas ;elle ne fait rien d'inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s'irrite pas, ne tient pas compte du mal ;elle ne se réjouit pas de l'injustice, mais elle met sa joie dans la vérité.Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.La charité ne passe jamais.1 cor 13/4.8

La charité est longanime, c'est-à-dire patiente, elle attend calmement et sereinement la réponse d’amour souhaitée.

La charité est serviable, c'est-à-dire qu’elle se met au service d’autrui sans discrimination, ami ou ennemi, elle ne se refuse pas.

La charité n’est pas envieuse, c'est-à-dire qu’elle se contente de ce qu’elle a, n’en désire pas plus et se réjouit même pour ceux qui ont plus qu’elle.

La charité ne fanfaronne pas, c'est-à-dire qu’elle ne préjuge pas de ses capacités, elle les reconnait à leur juste mesure.

La charité ne se gonfle pas, elle ne parait que ce qu’elle est, sans plus, en toute vérité et humilité face à autrui.

La charité ne fait rien d’inconvenant, elle respecte profondément les autres et se garde bien de les mettre dans la gêne et l’embarras de quelque manière que ce soit.

La charité ne cherche pas son intérêt, ce qui compte d’abord c’est l’intérêt de Dieu et du royaume ; la charité ne thésaurise jamais tant elle est tournée vers autrui.

La charité ne s’irrite pas, elle ne se met pas en colère, elle patiente avec amour ou elle explique posément.

La charité ne tient pas compte du mal, elle pardonne et agit toujours comme si aucun mal n’avait été commis.

La charité ne se réjouit pas de l’injustice, elle y pallie, essayant de réparer tout préjudice causé.

La charité met sa joie dans la vérité, elle ne ment pas, ne cache pas et a le courage de ses actes.

La charité excuse tout, elle s’efforce de comprendre le pourquoi des choses et à partir de là, excuse et pardonne.

La charité croit tout, elle n’est pas naïve, mais elle joue toujours la carte de la confiance et à partir de là attend patiemment une réponse d’amour vrai.

La charité espère tout, pour elle nul n’est irrécupérable et tout est réparable

La charité supporte tout, elle accepte la souffrance de la croix par amour d’autrui et par amour de Dieu en s’unissant à la Passion du Christ.

 Conclusion

On le voit bien, tant à partir de l’exemple du Christ, qu’à travers ce texte de Saint Paul, la charité n’est pas seulement le fait d’ouvrir son porte monnaie ou de donner un petit coup de main ici ou là.

La charité est une conduite de vie, une conduite permanente, qui touche tout notre être. On ne peut vivre la charité du Christ sans se donner soi même totalement.

Nul n’est capable d’un tel don, c’est pourquoi l’on doit se recevoir chaque jour de la miséricorde même de Dieu, et grandir au fil de sa grâce !

Ce que nous nous ne pouvons pas Dieu le peut en nous !

 Ayons cette foi en Lui et n’ayons pas peur d’ouvrir notre cœur à ce chemin d’amour, car c’est là que nous réussirons vraiment notre vie ! La plus belle réussite d’une vie n’est d’elle pas de se réaliser en permettant aux autres de se réaliser aussi. 

 Myriam de Gemma 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2015-11-25