Jeûne

careme1

Le jeûne

Définition

Le jeûne est la privation, volontaire ou non, de nourriture, accompagnée ou pas d'une privation de boisson.

Le jeûne peut être thérapeutique ou religieux. Nous ne regarderons ici que le jeûne religieux, cependant il faut bien avoir conscience que tout jeûne doit se faire dans le discernement de notre santé.

L’Eglise d’ailleurs n’impose pas le jeûne aux personnes de plus de 60 ans ou aux personnes malades.  (Elle ne l’impose pas, mais elle ne l’interdit pas non plus …. C’est à voir dans le discernement)

A noter que si le jeûne touche d’abord l’alimentation, il peut aussi s’étendre à d’autres biens  qui nous sont chers : tabac, télévision, …..et il peut nous être plus coûteux parfois de nous passer d’un certain plaisir ou bien-être que de nous priver d’un repas.

Ses origines dans la bible 

Le jeûne n’est pas une création moderne, il existe depuis très longtemps. Dans la bible on en trouve de nombreux passages.

Jeûne d’appel au secours

[2] On vint en informer Josaphat en ces termes: "Une foule immense s'avance contre toi d'au-delà de la mer, d'Edom; la voici à Haçaçôn-Tamar, c'est-à-dire En-Gaddi." [3] Josaphat prit peur et se tourna vers Yahve. Il s'adressa à lui et proclama un jeûne pour tout Juda.    2 Chroniques 20/2.3

Jeûne d’humilité

[21] Je proclamai là, près de la rivière d'Ahava, un jeûne : il s'agissait de nous humilier devant notre Dieu et de lui demander un heureux voyage pour nous, les personnes à notre charge et tous nos biens.  Esdras 8/.21

Jeûne de repentir

[1] Le vingt-quatrième jour de ce mois, les Israélites, revêtus de sacs et la tête couverte de poussière, se rassemblèrent pour un jeûne. [2] La race d'Israël se sépara de tous les gens de souche étrangère: debout, ils confessèrent leurs péchés et les iniquités de leurs pères.  Néhémie 9/1.2

4] Jonas pénétra dans la ville ; il y fit une journée de marche. Il prêcha en ces termes : "Encore quarante jours, et Ninive sera détruite." [5] Les gens de Ninive crurent en Dieu ; ils publièrent un jeûne et se revêtirent de sacs, depuis le plus grand jusqu'au plus petit. [6] La nouvelle parvint au roi de Ninive ; il se leva de son trône, quitta son manteau, se couvrit d'un sac et s'assit sur la cendre.  Jonas 3 /4.6

Jeûne d’intercession,

[15] Esther lui fit dire : [16] "Va rassembler tous les Juifs de Suse. Jeûnez à mon intention. Ne mangez ni ne buvez de trois jours et de trois nuits. De mon côté, avec mes servantes, j'observerai le même jeûne. Ainsi préparée, j'entrerai chez le roi malgré la loi et, s'il faut périr, je périrai."…. Esther 4/15.16

Jeûne de compassion

13] Et moi, pendant leurs maladies, vêtu d'un sac, je m'humiliais par le jeûne, ma prière revenant dans mon sein, [14] comme pour un ami, pour un frère, j'allais çà et là ; comme en deuil d'une mère, assombri je me courbais…. Psaume 35 / 13.14

Jeûne dans la tradition religieuse

[29] La reine Esther, fille d'Abihayil, écrivit avec toute autorité pour donner force de loi à cette seconde lettre, [30] et fit envoyer des lettres à tous les Juifs des 127 provinces du royaume d'Assuérus, comme paroles de paix et consignes de fidélité, [31] pour leur enjoindre d'observer ces jours des Purim à leur date, comme le leur avait commandé le Juif Mardochée et de la façon dont on les y avait obligés, eux-mêmes et leur race, en y joignant des ordonnances de jeûne et de lamentations. [32] Ainsi l'ordonnance d'Esther fixa la loi des Purim et elle fut écrite dans un livre.

[18] La parole de Yahve Sabaot me fut adressée en ces termes : [19] "Ainsi parle Yahve Sabaot. Le jeûne du quatrième mois, le jeûne du cinquième, le jeûne du septième et le jeûne du dixième deviendront pour la maison de Juda allégresse, joie, gais jours de fête. Mais aimez la vérité et la paix !" Zacharie 8/18.19

Jeûne dans la vie consacrée à Dieu

[36] Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanouel, de la tribu d'Aser. Elle était fort avancée en âge. Après avoir, depuis sa virginité, vécu sept ans avec son mari, [37] elle était restée veuve ; parvenue à l'âge de 84 ans, elle ne quittait pas le Temple, servant Dieu nuit et jour dans le jeûne et la prière.   Luc 2/36.37

Dans le combat spirituel

 Mais cette sorte de démons ne sort que par la prière et le jeûne  Marc 9/29

Il y a encore de nombreux passages qui parlent de jeûne dans la bible, mais ce serait trop long de tous les signaler et de les expliquer.

Quelle utilité

Il faut toujours se poser la question : Pourquoi est-ce que je jeûne ? On ne doit pas faire jeûne uniquement parce c’est la tradition (carême) ou parce que « si je ne le fais pas on va me regarder de travers » (groupes, communautés) ….

On ne jeûne donc pas par « raison pénale » ou par « devoir d’obligation religieuse », on jeûne pour offrir à Dieu, à travers ce que l’on aime, à travers ce qui nous coûte, un geste d’amour.

Le jeûne n’a de sens que dans la dimension de l’amour envers Dieu, envers les autres.

Le jeûne est une arme importante dans le combat spirituel, tant pour notre âme que pour les autres.

Le jeûne peut être geste de repentir, d’humilité devant Dieu quand on regrette nos fautes. Il devient alors geste de réparation.

Le jeûne peut être aussi geste de compassion devant Dieu pour la faute des autres. Il devient alors solidarité, intercession dans l’humilité.

Le jeûne est une des armes les plus puissantes contre l’action du mal au cœur de notre vie.

….Mais cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne. Mat 17/21

Si donc, nous pratiquons le jeûne régulièrement, ne soyons pas surpris si des combats surviennent.

Quand ?

Le jeûne est généralement proposé durant le carême en l’associant à la prière et à l'aumône. Cependant il peut être vécu n’importe quand. Saint Paul nous le montre bien.

A noter que l’on ne jeûne pas le dimanche et les jours de fêtes religieuses. …..

Le jeûne peut être de fréquence variable et de longueur variable. Dans le cas du jeûne en longue durée, il faut  suivre les directives du directeur spirituel et veiller à ce que cela ne nuise pas à la santé … ou à notre entourage (vie de famille, humeur … ) 

 Quelle méthode ?

Quand on veut jeûner, on commence généralement par se poser la question comment ? De quelle manière.

Les formes de jeûne peuvent être très variées, cependant les plus courantes sont les suivantes :

Le jeûne normal, abstention de tous solides et liquides à l'exclusion de l'eau (AVEC EAU)

Le jeûne absolu, abstention de tous solides et liquides (SANS EAU) ; ce jeûne se doit d’être de courte durée, surtout dans un pays comme le nôtre où il fait chaud et où le corps a besoin d’être hydraté.

Le jeûne partiel, abstention de certains aliments. (On pourrait appelée cela aussi abstinence)

Le jeûne de Daniel, consiste en un menu fruits, légumes et eau.

Le jeûne « traditionnel » c'est-à-dire au pain et à l’eau. C’est la formule que l’on nous propose durant le carême par exemple.

On pourrait ainsi trouver d’autres formes de jeûne, voire personnaliser notre jeûne, cependant quelque soit la méthode que l’on choisisse, ce n’est pas là le plus important. Le plus important se situe dans notre cœur, en ce qui motive notre jeûne et de la manière dont y vivons la relation à Dieu et aussi aux autres.

Quel est le bon jeune ?

Le jeûne doit être accompagné d’une vie de conversion, sinon on risque fort de s’entendre nous aussi, reprocher les mêmes choses que Dieu reprochait aux juifs du temps d’Isaïe : 

….C'est qu'au jour où vous jeûnez, vous traitez des affaires, et vous opprimez tous vos ouvriers. [4] C'est que vous jeûnez pour vous livrer aux querelles et aux disputes, pour frapper du poing méchamment. Vous ne jeûnerez pas comme aujourd'hui, si vous voulez faire entendre votre voix là-haut ! [5] Est-ce là le jeûne qui me plaît, le jour où l'homme se mortifie ? Courber la tête comme un jonc, se faire une couche de sac et de cendre, est-ce là ce que tu appelles un jeûne, un jour agréable à Yahve ?   Isaïe 58/3.5

Le jeûne ne peut être seulement un culte extérieur, il doit être avant tout une relation toute intérieure avec Dieu. C’est en ce sens aussi que Jésus recadre le jeûne quand il parle de ne pas prendre un air abattu :

[16] "Quand vous jeûnez, ne vous donnez pas un air sombre comme font les hypocrites : ils prennent une mine défaite, pour que les hommes voient bien qu'ils jeûnent. En vérité je vous le dis, ils tiennent déjà leur récompense. Matthieu 6/16

Le jeûne donc, se passe simplement entre la personne et Dieu  il doit être aussi discret que possible, sinon on tombe vite dans l’orgueil.

Il se vit dans une véritable humilité devant le Seigneur ….. Ce n’est pas le jeûne qui nous rend juste devant le Seigneur, c’est la vérité de notre cœur, qui reconnait son état de pécheur, qui reconnait son besoin de Dieu, car alors, Dieu peut y opérer à sa guise !  (En ce sens, prenez le temps de relire la parabole du pharisien et du publicain : Luc 18/1.14)

En fait le véritable jeûne celui qui plait à Dieu se trouve défini dans Isaïe  58 / 6.10

[6] N'est-ce pas plutôt ceci, le jeûne que je préfère : défaire les chaînes injustes, délier les liens du joug ; renvoyer libres les opprimés, et briser tous les jougs ? [7] N'est-ce pas partager ton pain avec l'affamé, héberger chez toi les pauvres sans abri, si tu vois un homme nu, le vêtir, ne pas te dérober devant celui qui est ta propre chair ? [8] Alors ta lumière éclatera comme l'aurore, ta blessure se guérira rapidement, ta justice marchera devant toi et la gloire de Yahve te suivra. [9] Alors tu crieras et Yahve répondra, tu appelleras, il dira : Me voici ! Si tu bannis de chez toi le joug, le geste menaçant et les paroles méchantes, [10] si tu te prives pour l'affamé et si tu rassasies l'opprimé, ta lumière se lèvera dans les ténèbres, et l'obscurité sera pour toi comme le milieu du jour.

Ainsi donc on le voit, jeuner, doit aller de paire avec notre conversion et avec la charité envers le prochain …. Tout un programme qui dépasse de bien loin une simple privation de nourriture ou autre.

Ceci étant, il est un jeûne qui, en sa matière, surpasse tous les autres. C’est le jeûne de notre volonté propre ….. Oh combien il est difficile celui-là, car il  est appelé à devenir permanent, du moins si à l’instar de Saint Paul  nous désirons parvenir à dire un jour:

« Ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est livré pour moi. »  ….. Galate 2/20

 Myriam de Gemma
Janvier 2018

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-09-05