Pentecôte

Jean 16 12 15aw

Vivre la Pentecôte

 

L’origine de la fête de la Pentecôte

Fête juive

En Israël existait une fête des moissons, aussi nommée fête des blés qui se célébrait 7 semaines après la coupe des premiers épis d’orge

- A partir du lendemain du sabbat, du jour où vous aurez apporté la gerbe de présentation, vous compterez sept semaines complètes. 16 Vous compterez cinquante jours jusqu'au lendemain du septième sabbat et vous offrirez alors à Yahvé une nouvelle oblation. 17 Vous apporterez de vos demeures du pain à offrir en geste de présentation, en deux parts de deux dixièmes de fleur de farine cuite avec du ferment, à titre de prémices pour Yahvé. 18 - Vous offrirez en plus du pain sept agneaux d'un an, sans défaut, un taureau et deux béliers à titre d'holocauste pour Yahvé, accompagnés d'une oblation et d'une libation, mets consumés en parfum d'apaisement pour Yahvé. 19 Vous ferez aussi avec un bouc un sacrifice pour le péché et avec deux agneaux nés dans l'année un sacrifice de communion. 20 - Le prêtre les offrira en geste de présentation devant Yahvé, en plus du pain des prémices. En plus des deux agneaux, ce sont choses saintes pour Yahvé, qui reviendront au prêtre. 21 Ce même jour vous ferez une convocation ; ce sera pour vous une sainte assemblée, vous ne ferez aucune œuvre servile. C'est une loi perpétuelle pour vos descendants, où que vous habitiez.  (Lévitique 23/15.21)

C’était donc une fête où l’on venait remercier Dieu pour les récoltes et où on lui offrait les premiers fruits du travail des champs. Peu à peu dans l’histoire juive, cette fête agricole perd de son importance pour être de plus en plus comme un complément de la fête de la Pâque, on célébrait alors ce jour là le don de la loi au peuple Hébreu sur le Sinaï. Elle prit le nom de « fête des semaines » ou « Pentecôte » car elle se situait le 50eme jour après Pâques.

Cela se passait encore ainsi lorsque les apôtres vécurent la venue de l’Esprit sur eux. Pour les chrétiens cette fête de Pentecôte restée jusqu’à nos jours, et elle est signe de la naissance de la nouvelle Eglise au 50eme jour après la mort et la résurrection du Christ

Fête chrétienne dans les actes des apôtres

Prenons le temps de relire ici ce qui c’est passé :

Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, 2- quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d'un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. 3 Ils virent apparaître des langues qu'on eût dites de feu ; elles se partageaient, et il s'en posa une sur chacun d'eux. 4 - Tous furent alors remplis de l'Esprit Saint et commencèrent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer. 5 - Or il y avait, demeurant à Jérusalem, des hommes dévots de toutes les nations qui sont sous le ciel.   6 - Au bruit qui se produisit, la multitude se rassembla et fut confondue : chacun les entendait parler en son propre idiome. 7 - Ils étaient stupéfaits, et, tout étonnés, ils disaient :" Ces hommes qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ? 8 - Comment se fait-il alors que chacun de nous les entende dans son propre idiome materne  ? 9- Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et d'Asie,  10 - de Phrygie et de Pamphylie, d'Égypte et de cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, Romains en résidence, 11 - tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu ! " 12 - Tous étaient stupéfaits et se disaient, perplexes, l'un à l'autre " Que peut bien être cela ? " 13 D'autres encore disaient en se moquant :" Ils sont pleins de vin doux ! " 14 - Pierre alors, debout avec les Onze, éleva la voix et leur adressa ces mots : " Hommes de Judée et vous tous qui résidez à Jérusalem, apprenez ceci, prêtez l'oreille à mes paroles. 15 - Non, ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez ; ce n'est d'ailleurs que la troisième heure du jour. 16 - Mais c'est bien ce qu'a dit le prophète : 17 - Il se fera dans les derniers jours, dit le Seigneur, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair. Alors vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards des songes. 18 - Et moi, sur mes serviteurs et sur mes servantes je répandrai de mon Esprit. 19 - Et je ferai paraître des prodiges là-haut dans le ciel et des signes ici-bas sur la terre. 20- Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang, avant que vienne le Jour du Seigneur, ce grand Jour.   ( Actes 2/1.20)

Ce jour là va se réaliser la parole que Jésus avait dite :

Mais vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous.  Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.  " (Actes 1/8)

Il envoie le Paraclet c’est à dire l’Esprit Saint pour que les apôtres puissent tout se rappeler et devenir vraiment des missionnaires, des annonceurs de la Bonne Nouvelle.

Pourquoi ce bruit ; pourquoi ce violent coup de vent, pourquoi ce feu ? Il faut savoir que dans la culture juive, cela correspond à la présence de Dieu. Et de fait Dieu les remplit tous autant qu’ils sont, et de la peur qu’ils avaient depuis la mort de Jésus, ils deviennent subitement forts et courageux. Ivres de Dieu ils osent sortir et haranguer la foule ! Foule qui elle, s’est assemblée autour de la maison en entendant ce grand bruit ! L’Esprit de Dieu emplit chacun des apôtres qui peut alors se faire comprendre de ceux qui sont là et l’évangile nous dit que non seulement ils sont nombreux mais qu’encore ils sont de nationalité différentes, et que tous les comprennent dans leur propre langue! Fait spectaculaire, extraordinaire. Qui n’empêche toutefois pas les irréductibles de les traiter de « plein de vin doux » ! Ivres oui ils le sont, mais pas d’alcool, ils sont ivres de Dieu, en Dieu, de sa force, de son amour ! Et cela leur fait renverser toutes les barrières de la peur et de l’incompréhension. Ce jour là, nous dit plus loin la bible, 3000 âmes acceptèrent Jésus dans leur vie !

Depuis quand la fête de la Pentecôte est-elle une fête d’église ?

En fait dans les premiers temps de l’Eglise on ne fêtait pas la Pentecôte à proprement parler, mais les 50 jours, qui séparaient la fête de Pâques de celle de la pentecôte, étaient comme un seul grand jour, une seule grande fête. C’est au 4eme siècle que l’on commence à célébrer non plus les 50 jours mais bien le 50eme. Seulement, on ne célébrait pas encore la Pentecôte, on célébrait l’Ascension du Seigneur, et ce n’est que vers la fin de ce même siècle que l’on commença à différencier la fête de l’Ascension de celle de la Pentecôte.

Le lundi de la Pentecôte

Dans l’ancien rite de Saint Pie V, donc bien avant Vatican II, le lundi de Pentecôte était le second jour de la fête ; une fête solennelle. Ce jour là l’Eglise parlant particulièrement aux nouveaux baptisés, leur expliquait la grandeur de leur nouvelle situation et l'engagement que cela représentait. Depuis Vatican II, ce lundi de Pentecôte n’est plus solennisé, même s’il est propice à bien des rassemblements spirituels vu qu’il reste encore férié.

Vivre la Pentecôte aujourd’hui

Cette fête de la Pentecôte nous rappelle la vie de l’Esprit en nous, sa puissance en nous, à chaque fois que nous voulons bien le laisser agir. C’est une fête pendant laquelle il faut particulièrement demander la grâce de nous laisser envahir par L’Esprit Saint, nous avons tous besoin régulièrement d’être comme redynamiser, afin de vivre notre foi non plus comme une loi légale à suivre, ou dans une certaine routine, mais vraiment comme une réponse quotidienne d’amour à Dieu.

La Pentecôte c’est aussi l’occasion pour chacun de nous, de réfléchir sur notre confirmation …..Qu’avons-nous fait de ce sacrement dans notre vie depuis que nous l’avons reçu

"Vous recevrez une puissance, celle du Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre." (Actes 1 : 8)

…Sommes nous vraiment devenu les témoins de Jésus dans le monde au sein duquel nous vivons tous les jours ?

L’Esprit Saint

Dans le credo nous affirmons à chaque eucharistie, Je crois en L’esprit Saint. Mais en fait qui est l’Esprit Saint ? Il est la troisième personne de la Sainte Trinité. Il fait partie de Dieu, Il est Dieu. Nous ne pouvons croire au Père et au Fils sans croire à l’Esprit Saint.

D’ailleurs nous affirmons, toujours dans le Credo : «  Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ». L’Esprit a sa personnalité, sa façon d’agir en chacun de nous, même si nous, nous ne le sentons pas. Il est souffle de vie, il est source d’amour. Il est celui qui nous fait comprendre la parole de Dieu, c’est à dire ce que Dieu veut nous dire, à nous en tant que peuple de Dieu mais aussi en tant que personne individuelle ; chaque être humain étant unique devant Dieu.

L’esprit ne ramène pas à lui même mais il nous apprend toujours à aimer Jésus et le Père.

Il nous met aussi en relation les uns avec les autres, dans un esprit de communion vraie et pure.

Etant toujours uni au Père et au Fils, il vient avec eux faire sa demeure en nous. Jésus lui même l’affirme :

<< Si quelqu'un m’aime, mon Père l'aimera,  nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure>> (Jn 14, 23).

Saint Paul par ailleurs ne craint pas de dire que nous sommes les temples de l’Esprit Saint

Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, celui-là, Dieu le détruira. Car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous.  1 Corinthiens 3/16.17

…..Mais y pensons nous toujours ? Comment respectons-nous notre corps ? Comment respectons nous aussi celui des autres ?

Il est vraiment important que nous prenions conscience de l’existence de l’Esprit Saint en nous, au sein de notre vie, au sein de la vie de l’Eglise ; et que nous cherchions à développer notre foi en lui. C’est à dire notre vie avec lui. Notre vie avec l’Esprit Saint en effet ne doit pas être qu’occasionnelle, lors d’une réunion de prière ou d’une retraite, mais vraiment quotidienne et surtout intime, c’est avec notre cœur qu’il nous faut apprendre à vivre avec lui, afin qu’il puisse réellement transformer nos vies.

Recevoir l’Esprit Saint

Nous avons tous reçus l’Esprit Saint le jour de notre Baptême, puis nous l’avons de nouveau reçu d’une manière particulière lors du sacrement de la confirmation. Certains l’ont également reçu d’une manière particulière dans l’effusion de l’Esprit.

Le sacrement de l'Esprit : la confirmation

Tout Chrétien baptisé se doit d’être confirmé, faute de quoi son baptême est comme inachevé. On peut dire que la confirmation est le deuxième volet du baptême. Est-ce à dire que le baptême ne nous aurait pas donné l’Esprit Saint en réalité, en totalité ? Non, ce n’est pas cela, mais le jour de notre baptême, on peut dire que c’est encore Pâques et pas la Pentecôte. Par le baptême nous appartenons au Christ, par la confirmation, nous recevons la force, non seulement pour chercher à mieux connaître Jésus, mais encore pour  devenir réellement son témoin. Le baptême nous ouvre la route, la confirmation, nous donne la force de marcher jusqu’au bout sur cette route selon la volonté de Dieu sur nous.

Vivre l’effusion de l’Esprit Saint

Le mot effusion signifie a la fois, don et abondance. Lors de l’effusion de l’Esprit, Dieu donne aux chrétiens son Esprit d’amour en abondance et aussi les dons nécessaires à chacun pour sa mission propre au sein du peuple de Dieu .

 Demander l’effusion de l’Esprit en effet signifie deux choses :

1/ désirer recevoir pleinement Dieu en nous,

2/ nous offrir dans un même mouvement totalement à Dieu pour sa gloire et le salut des âmes.

Nous avons en effet pris conscience à ce moment là que nous ne pouvons être chrétiens tout seul, que l’amour de Dieu doit être annoncé au monde entier. C’est là généralement ce qui pousse quelqu’un à demander l’effusion de l’Esprit. Cela dénote donc d’une soif personnelle de Dieu mais aussi d’un fort désir de devenir Témoin du Christ à chaque instant de la vie.

Aujourd’hui dans l’église cette effusion se passe à travers le mouvement du renouveau charismatique, mais ne croyons pas que cela soit une nouveauté. Dans l’histoire de l’Eglise il y a eu à différents moments, des effusions de l’Esprit, même si alors on ne les pas appelées comme cela. Ainsi par exemple au 19em siècle, sous l’impulsion de l’Esprit des milliers de missionnaires vont partir annoncer l’évangile aux quatre coins du monde

Est-ce à dire qu’aujourd’hui, seul le renouveau est porteur de l’Esprit Saint ? Non, ce n’est qu’un courant au sein de l’Eglise. Aujourd’hui encore, beaucoup de personne s’engagent dans les missions, dans le service de Dieu selon leur appel personnel, certains au sein du renouveau d’autre en dehors, mais c’est pourtant toujours le même Esprit, et la même Eglise ! L’Esprit souffle où il veut et comme il veut, ce qu’il nous faut, c’est être attentif, et nous laisser envahir et guider par Lui, afin de répondre à l’appel de Dieu sur nous.

Comment mieux préciser ce qu’est l’effusion de l’Esprit ?

C’est une expérience intérieure, profonde, sensible, transformante, dynamisante qui apporte un réveil spirituel, une « Pentecôte personnelle ». Elle se traduit par une vie nouvelle à l’écoute de l’Esprit, par un chemin de conversion, un regard nouveau sur Dieu, sur soi-même et sur les autres. Cette rencontre avec le Christ conduit à une conscience plus affinée de l’appel de Dieu, et de l’urgence d’y répondre. Elle donne une intelligence renouvelée du don de Dieu et de son projet de salut. On comprend qu’on peut s’abandonner dans les mains de Dieu que l’on découvre comme Père. On entre alors dans une liberté spirituelle et humaine plus profonde.

Y a-t-il des conditions nécessaires à l’effusion de l’Esprit ?

Généralement  on attend que la personne soit baptisée et confirmée, l’effusion en effet ne fait que renouveler la grâce de la confirmation. Et puis il y a normalement aussi la fréquentation normale de sacrements de réconciliation et de l’eucharistie. Mais principalement, pour recevoir l’effusion de l’Esprit il faut vraiment être décidé à se détourner du péché, et à mener une vie en plein accord avec la parole de l’évangile.

Une autre condition est aussi la vie communautaire, la vie en Eglise. Cela est normal puisque les dons de l’Esprit sont en fonction du royaume donc du bien commun de tous les chrétiens

Tout ceci explique que la plupart du temps une formation spirituelle de 7 semaines soit nécessaire.

Les dons de l’Esprit Saint

L’église les reconnaît au nombre de 7 ce sont les dons de : sagesse, intelligence, conseil, force, science, piété, crainte de Dieu.

La sagesse

Le don de sagesse, me permet de reconnaître tout l’amour de Dieu pour les autres et pour moi ; je sais alors comment y grandir, en le choisissant au lieu de me dissiper dans plein d’activités et de passions, finalement très fugitives voir très superficielles et stériles. Le don de sagesse me permet aussi de me laisser envahir par la présence de Dieu et donc d’entrer dans le chemin de la contemplation.

L’intelligence

Dieu est tellement grand, tellement saint, qu’il dépasse totalement tout ce que je peux comprendre et même imaginer. Le don d’intelligence vient me permettre de découvrir Dieu, de mieux le connaître, de mieux le comprendre, ainsi, tout ce que je pouvais rejeter ou reléguer parce que je ne le comprenais pas, je vais pouvoir les comprendre; avec le don d’intelligence je rentre dans la compréhension des mystères même de Dieu. Ce n’est pas une intelligence toute cérébrale, mais une intelligence du cœur, une intelligence par l’intérieur.

Le conseil

Nous avons souvent des problèmes pour voir clair dans notre vie surtout dans notre vie spirituelle. Parfois même c’est notre vie courante qui est vraiment embrouillée ! Le don de conseil nous aide à voir clair et à prendre les bonnes décisions. L’Esprit Saint par le don de conseil nous permet de savoir ce qui est bon et juste dans notre vie selon le plan de Dieu.

La force

Pour vivre chrétiennement il faut avoir du courage. Ce n’est pas toujours facile en effet d’affirmer notre foi en Jésus, et de poser au quotidien des actes concrets en accord avec l’évangile. Ce courage doit être permanent et non pas, en coup à coup exceptionnel. Le don de force nous aide à cela et nous permet d’être un témoin permanent et courageux de Dieu. Le don de force nous permet donc, entre autre d’être fidèle dans nos engagements d’église.

La science

Le Don de science nous aide à nous appliquer à comprendre la parole de Dieu et les choses de Dieu. Et apprenant ainsi à vivre les choses de Dieu, nous nous détournons de toutes nos recherches bien souvent futiles quand elles ne sont pas négatives !

La piété filiale

Le don de piété m’aide à retrouver le sens du sacré, le sens de la grandeur de Dieu, le sens de son ascendance spirituelle sur moi. Le don de piété me fait donc grandir dans ma relation d’enfant bien aimé avec le Père.

La crainte de Dieu

Le don de crainte de Dieu n’a rien à voir avec la peur. La crainte de Dieu est liée à la connaissance de l’amour de Dieu et à notre désir de ne pas vouloir le blesser de quelque façon que ce soit. C’est un don qu’il nous faut vraiment demander car il nous établit dans l’amour mais aussi dans la paix et la joie intérieure.

Les fruits de l’Esprit Saint,

Parfois nous confondons les fruits de l’Esprit avec les dons de l’Esprit. Le catéchisme nous renseigne sur ce que sont les fruits de l’Esprit :

« Les fruits de l'Esprit sont des perfections que forme en nous le Saint-Esprit comme des prémices de la gloire éternelle. La tradition de l'Église en énumère douze :" charité, joie, paix, patience, longanimité, bonté, bénignité, mansuétude, fidélité, modestie, continence, chasteté ".

Cela nous renvoie aussi au texte de St Paul en Galates 5/22-23

Mais le fruit de l'Esprit est charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres,  23 - douceur, maîtrise de soi : contre de telles choses il n'y a pas de loi.  

Notons ici que si les dons sont donnés en vue du bien de tous et pour la mission de chacun, les fruits eux sont le résultat de l’action de Dieu en nous, ils sont donc un peu la mesure de notre cheminement spirituel avec Le Saint Esprit et avec le Christ.

Charité,

Saint Paul, comme l’Eglise, met ce fruit en premier, car il est le plus important, le plus fondamental, et c’est de lui que découle tout les autres. S’il n’y a pas d’amour alors il n’y a pas de vie dans l’Esprit avec Jésus et donc il n’y a pas de fruits de l’Esprit. Le premier signe que l’on aime Jésus en vérité est que l’on aime les autres. Selon le commandement même de Jésus : « aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés.»

Joie,

La joie est la preuve de la proximité du Royaume, la preuve de notre vie avec l’Esprit Saint. C’est l’activité dominante de l’amour. Et la vraie vie avec le Christ n’est pas une écoute légaliste de sa parole mais une écoute amoureuse, qui nous rend toujours heureux de le suivre. Si quelqu’un se trouve toujours dans une espèce de tristesse permanente, il est en droit de se poser des questions sur la réalité, le concret de sa vie d’amour avec le Christ, et avec l’Esprit Saint. Il se doit surtout de chercher les causes de cette tristesse permanente pour que le Seigneur puisse y intervenir. L’Amour du Christ ne conduit pas à la tristesse mais à la joie, à la joie intérieure, quelques soient nos conditions de vie.

Paix,

Quand nous parlons de paix, nous avons tendance tout de suite à traduire ce mot par paix extérieure, vie sans conflit avec les autres. Cela est, mais la paix de Dieu en chacun de nous est bien plus forte, bien plus profonde. Cette paix est d’abord intérieure et ne disparaît pas malgré les conflits extérieurs. Ainsi le mot paix peut se rapprocher du mot bonheur; en effet lorsque le Christ vient en nous, avec tout son amour, il nous apporte cette confiance en lui qui nous rassure, qui nous fait dire : «que peut me faire l’homme puisque Dieu est avec moi ? » et qui nous fait prendre conscience aussi, que quelque soient nos propres fautes il nous aimera toujours, et cela nous remplit de paix intérieure. La paix intérieure est comme un état de stabilité, une harmonie, dans l’amour du Christ et de la Sainte Trinité.

 Patience,

L’évangile quand il nous parle de la patience, nous la présente comme un art de vivre le quotidien. Elle est le signe de notre résistance à toute agressivité extérieure qui voudrait nous couper de la communion d’amour avec le Christ. La patience ici, n’est pas synonyme de passivité, de lâcheté devant les conflits ou de fatalisme. Non, la patience est toujours dirigée vers un avenir meilleur, dans l’espérance, la longanimité et la constance, elle nous stabilise, et nous empêche de suivre comme des girouettes les idées nouvelles des autres et des modes de notre monde. Elle suppose donc en nous des efforts de ténacité volontaires mais dans la douceur et dans l’amour respectueux des autres.

 Longanimité,

La vie parfois n’est vraiment pas facile, la route peut nous sembler longue et nous pourrions  alors être tentés de nous laisser aller au découragement. La longanimité est la grâce de lutter  contre le découragement, le désespoir, le relâchement dans nos efforts pour marcher à la suite du Christ. Elle caractérise ceux qui savent vivre l’espérance à long terme et par là même, elle se rattache au don de Force

 Bonté,

Est bon celui qui a le souci du « bien » , or à ce titre le Seigneur nous dit dans l’évangile que « seul Dieu est bon » ( Marc 10/18)  . Etre bon va donc impliquer de recevoir cette bonté de Dieu lui même et participer concrètement avec lui au bien des âmes. Cela implique de vivre en lui, avec lui. La bonté est en effet le don gratuit de soi même à l’image du Christ qui va se donner totalement pour le bien de tous.

 Bénignité,

C’est un mot que nous n’employons plus aujourd’hui, on lui préfère ceux de douceur de patience ou même d’humanité. Ce mot pourtant signifie l’ardeur que nous pouvons mettre à répandre le bien autour de nous. La bénignité est donc le remède aux animosités, aux dissensions personnelles et autres, aux disputes, aux rivalités. La bénignité s’inscrit en parallèle avec la paix, car si elle favorise la paix extérieure, elle en favorise tout autant la paix intérieure de chacun.

 Mansuétude,

Encore un mot que nous n’utilisons plus vraiment. Il est synonyme de miséricorde, pardon compassion. Ce fruit se trouve en celui qui ne juge personne et qui voyant les erreurs des uns et des autres, ne les condamne pas, même intérieurement, mais les invitent à changer de comportement, à se convertir, non tant en leur mettant la loi sous les yeux, mais surtout en leur révélant l’amour du Christ pour eux. La mansuétude attire à la vie d’amour et ne conduit pas à la répression, elle n’enferme pas les autres dans leur faiblesse et dans leur péché mais leur ouvre en grand les portes de l’avenir.

Fidélité,

La fidélité marque une attitude permanente de conversion personnelle pour accueillir la grâce de Dieu, et s’appliquer à vivre de tout son cœur la parole de Dieu au sein de la vie quotidienne. La fidélité exprime donc la constance dans notre engagement à suivre Jésus dans notre propre réponse çà son amour pour nous. La fidélité s’inscrit aussi dans le temps puisqu’elle se doit d’être vécue jusqu’à notre mort. Ainsi par exemple respecter la fidélité de notre engagement marital ou sacerdotal va dans ce sens.

Modestie,

La modestie est un contrôle de notre comportement extérieur qui canalise nos manifestations spontanées excessives. Canaliser ne veut pas dire étouffer, ou être hypocrite en prenant sur soi, pour être respectable devant les autres. Non, c’est une attitude intérieure liée à l’humilité qui nous fait vivre comme naturellement dans une certaine discrétion. Quelqu’un de modeste est quelqu’un qui vit ce qu’il a à vivre avec toutes les grâces de Dieu que cela comporte mais sans essayer d’en mettre plein la vue aux autres. La modestie ne cherche pas à se mettre en valeur. La modestie favorise et protège l’intimité et fait agir toujours avec pudeur.

 Continence,

Selon la loi morale de l’Eglise, est continente toute personne qui contient ses pulsions sexuelles et s’abstient de tout plaisir génital volontairement provoqués. La tradition chrétienne a toujours affirmé que l’acte sexuel ne pouvait être un acte banal car il engage vraiment les personnes, l’une envers l’autre. C’est là un sujet d’importance dans notre monde actuel ou tout semble permis et possible, indépendamment des conséquences sur les autres. C’est un des fruits important de l’Esprit, car il gère et l’amour des autres et le respect de soi-même devant le Seigneur.

 Chasteté 

On confond aujourd’hui bien souvent ce mot avec celui de continence, pourtant il y a une différence. La chasteté est une manière de conduire non seulement sa sexualité mais aussi son affectivité. En latin le mot chaste, «  castus »,   désigne quelqu’un de pur, d’intègre et de fidèle à la parole donnée. Nous voyons bien là que ça va beaucoup plus loin que le simple contrôle de nos pulsions physiques. La chasteté est une grâce qui nous permet d’imiter la pureté du Christ. La chasteté se vit avec tout son être, tous ses sens … Regarder avec envie un femme ou un homme alors que l’on est marié ou consacré est manque de chasteté, car elle porte atteinte à la fidélité de notre engagement. La chasteté ne s’acquiert pas du premier coup elle a besoin de grandir de se développer, et elle va se développer dans l’amour du Christ.

Les charismes

Le charisme est une manifestation de l’Esprit Saint en quelqu’un en vue du bien de toute la communauté

« A chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun » (1 cor 12,7).

Le charisme est offert par Dieu, à qui il veut et comme il veut. Cela signifie qu’il ne nous appartient pas et que nous devons nous en servir pour le bien des frères et sœurs en Jésus. Et pour bien l’utiliser, il faut apprendre à s’en servir, donc à l’exercer, et à l’exercer dans le discernement de la communauté !

Pour recevoir des charismes, il nous faut avoir la foi et vivre vraiment un chemin de conversion et d’ouverture à l’appel de Dieu dans notre vie. Ensuite pour le faire grandir nous devons toujours le vivre dans l’humilité, Il n’est pas un titre de gloire, mais un outil de service ! Un outil qui nous rend particulièrement responsable devant le Seigneur, de tous ceux qui nous entourent et qui ont besoin que nous exercions notre (ou nos) charisme (s).

Voici quelques charismes :

 Le chant en langue :

C’est une prière de louange spontanée, comme un « gémissement ineffable » (Romains 8,26), sans parole claire. Quand nos mots ne suffisent plus, l’Esprit Saint continue ainsi à chanter en nous.

Le chant :

Il ne s’agit là pas, tant du talent de bien chanter, mais de l’intuition de connaître le chant adéquat pour l’assemblée. C’est un don important pour la vie de toute assemblée de prière.

Le discernement :

C’est le don donné à ceux qui animent un temps de prière, don qui leur permet de comprendre ce que Dieu veut dire à l’assemblée. Il est aussi, le don donné au guides spirituels afin qu’ils sachent bien voir le chemin que le Seigneur ouvrent devant ceux qui viennent chercher leurs conseils

Le charisme de texte 

C’est le don de recevoir dans la prière la Parole de Dieu, à partir de la Bible.  En parallèle il y a aussi le don de la compréhension de l’écriture

La parole de science ou aussi parole de connaissance:

C’est une motion (connaissance) intérieure qui permet d’annoncer la guérison que Dieu opère là dans l’assemblée de prière, ou qu’il va opérer dans un certain avenir.

La prophétie :

C'est une parole donnée au nom du Seigneur, invitant à la foi, à l’espérance, à la conversion.

Le charisme d’interprétation

Quelque fois dans l’assemblée de prière s’élève un chant en langue ou une prière en langue, et quelqu’un reçoit alors le don d’interpréter cette prière, ce chant, afin que son sens soit connu de tous

Il existe bien d’autres charismes, car l’Esprit Saint n’est absolument limité .Mais il serait trop long ici de les noter, ce qu’il est important de retenir c’est que les charismes se vivent en Eglise et pour l’édification de tous. Les charismes sont service et non gloire. Ils doivent se vivre dans l’humilité et dans l’obéissance du discernement du groupe et de l’Eglise.

Conclusion

Le monde est porteur de l’Esprit Saint depuis la Pentecôte, et c’est ce même Esprit qui agit encore aujourd’hui en nous. Nous pouvons donc vivre les mêmes dons, les mêmes grâces que les premières communautés chrétiennes, dont nous lisons les merveilles dans les actes des apôtres. Si nous ne voyons pas ces mêmes merveilles, peut être serait-il bon que nous nous posions, chacun devant le Seigneur, la question de savoir comment nous nous ouvrons à l’œuvre de l’Esprit Saint en nous. Comment nous répondons à l’amour du Seigneur Jésus pour nous. Comment sommes-nous prêts à répondre à son appel sur nous. L’Esprit Saint agira dans nos vies premièrement si nous avons la foi, et deuxièmement si nous voulons bien nous laisser faire et guider par lui! Ne l’oublions pas, par le baptême et par la confirmation, nous sommes le temple de L’esprit Saint, la demeure de l’Esprit Saint... Qu’en faisons-nous ?

Myriam de Gemma

 

Quelques prières

Viens, Esprit Saint, en nos coeurs...

Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé... >>

(Séquence de la Pentecôte).

Viens, Esprit Saint,

remplis le coeur de tes fidèles; allume en eux le feu de ton amour.

Envoie ton Esprit, Seigneur, et tout sera créé; et tu renouvelleras la face de la terre.

Seigneur, tu instruis tes fidèles par les lumières de l'Esprit Saint.

Donne- nous d'aimer par cet Esprit ce qui est bien

et de trouver en lui la source de notre consolation.

Une prière de saint Augustin:

"Respire en moi, Saint-Esprit,

afin que je pense ce qui est saint.

Agis en moi, Saint-Esprit,

afin que je fasse ce qui est saint.

Attire-moi, Saint-Esprit,

afin que j'aime ce qui est saint.

Affermis-moi, Saint-Esprit,

afin que je garde ce qui est saint.

Garde-moi, Saint-Esprit,

afin que je ne perde jamais ce qui est saint".

 

Quelques passages bibliques

Pouvant  favoriser notre méditation

" Je vais répandre de l'eau sur le sol assoiffé et des ruisseaux sur la terre desséchée; je répandrai mon esprit sur ta race et ma bénédiction sur tes descendants. " Isaïe 44.3

" Je répandrai sur vous une eau pure et vous serez purifiés; de toutes vos souillures et de toutes vos ordures je vous purifierai. Et je vous donnerai un coeur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j'ôterai de votre chair le coeur de pierre et je vous donnerai un coeur de chair. Je mettrai mon esprit en vous et je ferai que vous marchiez selon mes lois et que vous observiez et pratiquiez mes coutumes. " Ezéchiel 36.25-27

 Je répandrai mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions. Même sur les esclaves, hommes et femmes, en ces jours-là, je répandrai mon Esprit. " Joël 3.1-2

" Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements; et je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu'il soit avec vous à jamais, l'Esprit de Vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu'il ne le voit pas ni ne le reconnaît. " Jean 14.15-17

" Le Paraclet, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. " Jean 14.26

" Quand il viendra, lui, l'Esprit de Vérité, il vous introduira dans la vérité toute entière. "  Jean 16.13

" Quel est d'entre vous le père auquel son fils demandera un poisson, et qui, à la place du poisson, lui remettra un serpent ? Ou encore s'il demande un oeuf, lui remettra-t-il un scorpion ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui l'en prient ! " Matthieu 7.9-11 et Luc 11.11-13

" Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et nous viendrons vers lui et nous nous ferons une demeure chez lui. " Jean 14.23

" Ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? " 1 Corinthiens 6.19

" Jésus entra dans le temple et chassa tous les vendeurs et acheteurs qui s'y trouvaient : il culbuta les tables des changeurs, ainsi que les sièges des marchands de colombes. Et il leur dit : " Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière. Mais vous, vous en faites un repaire de brigands ! ". " Matthieu 21.12-13, Marc 11.15-17 et Luc 19.45-46

" Jean le Baptiste fut dans le désert, proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés...Il proclamait : "Vient derrière moi celui qui est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne, en me courbant, de délier la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l'eau, mais lui vous baptisera avec l'Esprit Saint. " Matthieu 3.11, Marc 1.4 et 7-8 et Luc 3.16

" En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. "  Jean 3.5

" Pendant quarante jours, il leur était apparu et les avait entretenu du Royaume de Dieu. Alors, au cours d'un repas qu'il partageait avec eux, il leur enjoignit de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'y attendre ce que le Père avait promis, "ce que, dit-il, vous avez entendu de ma bouche : Jean, lui, a baptisé avec de l'eau, mais vous, c'est dans l'Esprit Saint que vous serez baptisés sous peu de jours". " Actes des Apôtres 1.3-5

" Le jour où apparurent la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes, il ne s'est pas occupé des oeuvres de justice que nous avions pu accomplir, mais, poussé par sa seule miséricorde, il nous a sauvé par le bain de la régénération et de la rénovation en l'Esprit Saint. " Tite 3.4-5

" C'est pourquoi je fléchis les genoux en présence du Père de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom. Qu'il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l'homme intérieur, que le Christ habite en vos coeurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l'amour. Ainsi vous recevrez la force de comprendre, avec tous les saints, ce qu'est la Largeur, la Hauteur et la Profondeur, vous connaîtrez l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance, et vous entrerez par votre plénitude dans toute la Plénitude de Dieu. " Ephésiens 3.14-19

" Le Christ lui-même est mort une fois pour les péchés, juste pour des injustes, afin de nous mener à Dieu. Mis à mort selon la chair, il a été vivifié selon l'esprit. [...] Ce qui y correspond, c'est le baptême qui vous sauve à présent et qui n'est pas l'enlèvement d'une souillure charnelle, mais l'engagement à Dieu d'une bonne conscience par la résurrection de Jésus Christ. " 1 Pierre 3.18 et 21

" Ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions, nous aussi, dans une vie nouvelle. " Romains 6.3-4

" C'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision qui n'est pas de main d'homme, par l'entier dépouillement de votre corps charnel; telle est la circoncision du Christ : ensevelis avec lui lors du baptême, vous en êtes aussi ressuscités avec lui, parce que vous avez cru en la force de Dieu qui l'a ressuscité des morts. " Colossiens 2.11-12

" Vous vous êtes dépouillés du vieil homme avec ses agissements, et vous avez revêtus le nouveau, celui qui s'achemine vers la vraie connaissance en se renouvelant à l'image de son Créateur. Là, il n'est plus question de Grec ou de Juif, de circoncision ou d'incirconcision, de Barbare, de Scythe, d'esclave, d'homme libre; il n'y a que le Christ, qui est tout en tout. " Colossiens 3.9-11

" De même, en efet, que le corps est un, tout en ayant plusieurs membres, et que tous les membres du corps, en dépit de leur pluralité, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il du Christ. Aussi bien est-ce en un seul Esprit que nous tous avons été baptisés, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes libres, et tous nous avons été abreuvés d'un seul Esprit. " 1 Corinthiens 12.12-13

" Car l'Esprit Saint, l'éducateur, fuit la fourberie, il se retire devant des pensées sans intelligence, il s'offusque quand survient l'injustice. " Sagesse 1.5

 Myriam de Gemma
Novembre 2015

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-05-08