Prêtres nous avons besoin de vous

Jean 6 35 40aw 

Introduction

Qui donnera de Sion le salut d'Israël? Lorsque Yahvé ramènera son peuple, allégresse à Jacob et joie pour Israël! Ps 14/7

A une époque où les prêtres se font rares, ou beaucoup les dénigrent  et ne croient plus en leur ministère, où l’on s’interroge sur la chasteté, le célibat, où l’on voudrait réduire l’appel de Dieu à un simple choix de métier, il est bon de se rappeler ce qu’est un prêtre, ce qui fait la beauté de sa vie, et tout ce qu’il nous apporte tant au niveau de notre vie personnelle, qu’au niveau de la société.

Prendre le temps de redécouvrir la beauté de la vocation du prêtre aujourd’hui ne semble pas être un luxe mais bien une nécessité.

Ce modeste livret est dédié à tous ceux qui s’interrogent ou se remettent en question:

A toi, jeune qui te pose la question de la vocation, ou qui te sens appelé mais n’ose pas trop encore t’engager...

A toi paroissien, fidèle qui n’arrive plus à voir l’homme choisi et consacré par Dieu dans le prêtre qui te sert...

Et même toi, prêtre, que le poids du monde, de tes paroissiens «  endormis ou critiques » écrase…

A toi aussi l’incroyant qui te demande ce qui motive un homme à renoncer au monde pour servir Dieu.

Mais ne cherchez pas dans ces pages, une haute étude théologique de la vocation pastorale, vous seriez déçus, c’est là un privilège que je laisse à ceux qui sont bien plus qualifiés que moi.

Ces quelques pages n’ont d’autres buts que de nous appeler et de nous aider à réfléchir, à rentrer en nous-mêmes, à nous mettre devant le Seigneur, pour reconsidérer la grâce extraordinaire qui est faite au monde à travers la grâce sacerdotale.

Ce livret est un appel à être sensible aux signes vocationnels autour de nous, un appel à encourager ceux qui se sentent appeler sur cette voie, et enfin un appel à prier du fond de notre cœur pour les vocations.

 Homme de vocation

 Qu’est-ce qu’un prêtre?

C’est avant tout un homme appelé, choisi par Dieu, qui le met à part pour la mission qu’il veut lui confier.

On ne décide pas seul de devenir prêtre comme on peut décider de faire un métier.

On peut décider d’être médecin, pompier, avocat, commerçant, etc.  Parce que l’on aime ce métier, qu’on le trouve utile ou simplement parce qu’il rapporte de l’argent ou des avantages particuliers. On peut le choisir aussi par passion, on fera alors les études nécessaires, et le diplôme en poche on pourra se mettre à travailler. Et si un jour cela ne nous plait plus, ne nous convient plus, on pourra toujours changer de profession; cela appartiendra à notre décision. Devenir prêtre ne fonctionne pas de la même manière. S’il faut au départ le « désir » de devenir prêtre la décision n’appartient pas seulement à la personne concernée. Il faut l’accord des autorités religieuses, accord qui sera donné après un certain temps de discernement. Alors les études pourront commencer. C’est que devenir prêtre n’est pas un métier mais une vocation, un appel de Dieu qui va déboucher sur une alliance avec lui.

Les apôtres n’ont pas choisi de suivre d’eux même le Christ, c’est Jésus qui les choisit, les appelle, eux alors, abandonnant tout ce qu’ils faisaient, le suivirent.

Comme il cheminait sur le bord de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frère, qui jetaient l'épervier dans la mer ; car c'étaient des pêcheurs.   19 - Et il leur dit : " Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d'hommes.  "  20 - Eux, aussitôt, laissant les filets, le suivirent.   21 - Et avançant plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans leur barque, avec Zébédée leur père, en train d'arranger leurs filets ; et il les appela.   22 - Eux, aussitôt, laissant la barque et leur père, le suivirentMatthieu 4/18.22

L’appel est si fort intérieurement, qu’ils ne réfléchissent pas, qu’ils n’hésitent pas, ils savent que c’est là la route qu’ils doivent prendre maintenant pour leur vie. Ils ne savent pas ce qui les attend mais ils savent que c’est à cela qu’ils doivent répondre. 

Aujourd'hui, Jésus n’est plus là en son corps physique pour appeler, mais quand il s’adresse au cœur d’un homme pour lui dire de le suivre, c’est tout aussi fort que pour les apôtres. Cet homme sait alors que c’est sa route, et il va trouver autour de lui des gens pour l’aider à bien discerner cet appel et donc voir clairement sa vocation.

Le prêtre est donc un homme appelé qui a dit oui. Et son oui n’est pas pour un jour, pour un mois, une année, mais pour toute sa vie, car il sait que Dieu va devenir son tout, et pour cela, il abandonne ce qui faisait sa vie en ce monde, pour se donner totalement au service de Dieu. 

Il sait qu’il ne peut se dire : « Oh, je m’engage aujourd'hui et si un jour je suis fatigué, eh bien j’irai faire autre chose! » ; la vocation sacerdotale est comme le mariage; on n’épouse pas quelqu’un chrétiennement en attendant de trouver mieux si l’occasion se présente ! On se donne sincèrement, totalement à l’autre, pour la vie. Accepter la vocation sacerdotale est donc renoncement à la vie du monde et pour tout le temps que durera la vie, car le prêtre est « prêtre pour l’éternité ».

" Qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi.  Qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi. 38 - Qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière moi n'est pas digne de moi. 39 - Qui aura trouvé sa vie la perdra et qui aura perdu sa vie à cause de moi la trouvera.    Matthieu 10/37.39

Le prêtre est un homme qui se donne totalement, sans partage, et toute sa vie. Il doit savoir être disponible, il peut par exemple, être appelé de nuit auprès d’un mourant, il n’a pas d’heure même s’il existe un horaire sur la porte du presbytère. Ce n’est pas quelqu’un qui commence sa journée à 8h pour la terminer à 17h. C’est pourquoi, se devant d’être tout à tous, il est appelé à renoncer à la vie de famille. Il doit être totalement disponible au service de Dieu et des hommes.

 Et un scribe s'approchant lui dit : " Maître, je te suivrai où que tu ailles. " 20 - Jésus lui dit : " Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel ont des nids ; le Fils de l'homme, lui, n'a pas où reposer la tête. " 21 - Un autre des disciples lui dit : " Seigneur, permets-moi de m'en aller d'abord enterrer mon père. " 22 - Mais Jésus lui dit : " Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts.  "

Cependant si l’appel de Dieu est exigeant, il est aussi soutenu par la grâce, car Dieu ne demande rien à qui que ce soit sans lui en donner les moyens, et le premier des moyens va être le sacrement de l’ordination, sacrement qui est alliance de l’homme à Dieu et de Dieu à l’homme. C’est une alliance irrévocable, faite pour l’éternité, alliance à laquelle Dieu, lui, est toujours fidèle même au plus profond de la fragilité humaine. Il peut arriver et il arrive que certains prêtres pour différentes raisons, quittent le sacerdoce et retournent à la vie laïque, mais ils restent prêtres devant Dieu pour l’éternité. Ils ne sont pas à juger, à condamner, mais à aimer dans la fragilité humaine et ils sont à soutenir dans la prière. 

Aujourd’hui bien des gens ont tendance à oublier cet appel de Dieu sur les prêtres et ne voient en eux que des « fonctionnaires » de paroisses ou de registres, notamment en ce qui concerne les baptêmes, les mariages et les enterrements. On voit l’homme, on voit son travail humain, on voit sa conduite sociale et s’arrêtant là on oublie son appel divin; on oublie que c’est un homme choisi par Dieu pour nous. Et de ce fait on oublie de remercier Dieu pour son appel et on oublie de remercier ce prêtre d’avoir répondu oui à cet appel pour notre service et on oublie tout autant de prier Dieu de bénir toujours plus son ministère et de le fortifier dans sa vocation. 

 Homme consacré

Nous l’avons dit plus haut, le prêtre est un homme consacré.

Ayant entendu l’appel, il a répondu oui, cela l’a conduit à une longue formation intellectuelle et spirituelle.

Une formation qui dure 7ans; 7 ans durant lesquels il va grandir, dans sa foi, dans son appel, 7ans durant lesquels il se prépare à prononcer son oui définitif.

Au bout de ces 7ans, vient le sacrement de l’ordination où à l’image de l’onction des prêtres de l’Ancien Testament il est oint pour le sacerdoce. Nous disons qu’il est ordonné prêtre.

"Tu feras approcher Aaron et ses fils de l'entrée de la Tente du Rendez-vous, et tu les laveras avec de l'eau. 5 - Tu prendras les vêtements et tu revêtiras Aaron de la tunique, du manteau de l'éphod, de l'éphod, du pectoral, et tu lui fixeras l'écharpe de l'éphod. 6 - Tu placeras le turban sur sa tête, et tu y mettras le signe de la sainte consécration. 7 - Tu prendras l'huile d'onction, tu en répandras sur sa tête et tu l'oindras.   Exode 29/4.7

Ce sacrement de l’ordre ou ordination n’est pas un contrat résiliable, comme le sont la plupart de nos contrats commerciaux, professionnels et autres. Il scelle véritablement une alliance entre l’ordonné et Dieu, entre Dieu et l’ordonné; L’homme s’engage à servir Dieu dans la confiance, l’amour, la fidélité, Dieu s’engage à toujours soutenir son envoyé. C’est là, une alliance réelle, vivante et pas une simple signature sur un papier.

Il est fidèle, le Dieu par qui vous avez été appelés à la communion de son Fils, Jésus Christ notre Seigneur. 1 Corinthiens 1/9

Jésus par sa mort et sa résurrection s’est fait le grand prêtre, de qui tout prêtre d’aujourd’hui tire son sacerdoce. Habité par le Christ demeurant en lui, comme l’écrit St Paul, il devient capable de vivre sa vocation jusqu’au bout

Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi. Galates 2/20

Celui que Dieu appelle, il le consacre, et celui qu’il consacre, il le comble de ses dons, de sa grâce afin qu’il puisse produire un bon fruit et donc attirer les hommes à Dieu et leur ouvrir le chemin de la vie éternelle. Homme consacré, le prêtre ne s’appartient plus, il appartient corps et âme à Dieu et à son peuple, et à l’image du Christ, il devient « victime d’amour» pour les âmes. Chaque jour il est appelé à renouveler son offrande de lui-même, en union au Christ, et cela il le fait à chaque fois qu’il célèbre l’eucharistie, comme nous le verrons plus loin.

On est loin du prêtre qui ne remplirait que des fonctions d’église, de paroisses. Il est tellement plus que cela. Aujourd’hui où nous manquons de prêtres, il est bon d’en prendre conscience, afin de les décharger des fonctions administratives inhérentes à leur ministère pour leur permettre de vivre plus pleinement leur consécration au service des âmes. Nous ne ferions en cela que d’appliquer la parole des actes des apôtres :

Les Douze convoquèrent alors l'assemblée des disciples et leur dirent : " Il ne sied pas que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables.  3 - Cherchez plutôt parmi vous, frères, sept hommes de bonne réputation, remplis de l'Esprit et de sagesse, et nous les préposerons à cet office ;  4 - quant à nous, nous resterons assidus à la prière et au service de la parole.  "  Actes 6/2.4

En effet, habité de Dieu et par le Christ demeurant en Dieu, le prêtre apporte Dieu aux hommes et présente les hommes à Dieu, notamment dans la prière, l’intercession la dispense des sacrements.

C’est le sens même du texte d’Isaïe:

 L'esprit du Seigneur Yahvé est sur moi, car Yahvé m'a donné l'onction; il m'a envoyé porter la nouvelle aux pauvres, panser les cœurs meurtris, annoncer aux captifs la libération et aux prisonniers la délivrance,  2 - proclamer une année de grâce de la part de Yahvé et un jour de vengeance pour notre Dieu, pour consoler tous les affligés, 3 - pour mettre aux affligés de Sion pour leur donner un diadème au lieu de cendre, de l'huile de joie au lieu d'un vêtement de deuil, un manteau de fête au lieu d'un esprit abattu; et on les appellera térébinthes de justice, plantation de Yahvé pour se glorifier.   Isaie 61/1.3

 Homme tenu par des promesses

Pendant son ordination, le prêtre fait des promesses, non seulement devant les hommes, donc au sein de l’Eglise, mais devant Dieu lui-même, et ses promesses il se doit de les tenir et d’y grandir.

Ce n’est en effet pas parce que l’on fait une promesse que l’on est totalement capable de la tenir, que l’on sait parfaitement la vivre, car le chrétien est un homme en perpétuelle croissance, en perpétuelle conversion. Il chemine sans fin sur le chemin de l’amour et de la perfection de Dieu. Il n’atteint le but de sa course que lorsqu’il rejoint Dieu dans son éternité.

Le prêtre est donc tenu de vivre ses promesses et de s’y perfectionner avec la grâce de Dieu mais aussi avec le soutien de ses paroissiens. Le prêtre est un cadeau de Dieu, et il faut le recevoir comme tel et donc en prendre soin. Cela ne veut pas dire le materner, lui offrir des présents sans fin. Cela veut dire l’aider, le soutenir non seulement dans sa charge paroissiale mais aussi l’aider à vivre au mieux sa vie spirituelle en fidélité à ses promesses d’obéissance et de chasteté. Ainsi donc les promesses que fait le prêtre lors de son ordination, ne sont pas « seulement son affaire ». Ces promesses deviennent l’affaire des fidèles qui vont l’entourer et bénéficier de ses services… Dès lors que le prêtre agit dans leur vie, ils sont appelés dans l’amour du Christ et dans la vie fraternelle de l’Eglise, à l’aider à le respecter. Cela se fait bien sur par l’aide qui peut lui être apportée au sein de la paroisse en le déchargeant d’un travail « subalterne » afin qu’il puisse garder un certain équilibre de vie, mais aussi et surtout en priant pour lui et en lui évitant les tentations! La vie dans l’Eglise implique une vie de communauté donc de communion et de soutien.

Quelles sont ces promesses. Ce sont des promesses d’obéissance et de chasteté pour les prêtres diocésains, qui relèvent directement de l’évêque. Les prêtres qui sont ordonnés au sein d’ordres religieux font eux, non pas des promesses mais des vœux au nombre de trois: obéissance, chasteté, pauvreté, dans certains ordres on peut même rajouter un quatrième vœu spécifique à l’ordre, par exemple celui des passionistes est de promouvoir le culte et le souvenir de la Passion du Christ ».

Beaucoup de gens souhaiteraient aujourd'hui que le prêtre soit comme « Monsieur tout le monde », vivant pleinement au sein du monde, avec les idées du monde et une tolérance à 100% des idées, envies et passions du monde. C’est là, faire une injure à son appel de se donner totalement à Dieu. Donc à vivre totalement la parole de Dieu qui est toujours la même. Le monde peut paraitre une girouette, tant il est agité par les modes, les idées nouvelles et les différents courants de pensées, mais Dieu lui, est la stabilité même au sein de l’amour, de la sainteté, de la justice et de la miséricorde.

Qui a vraiment fait une rencontre avec Dieu peut comprendre cette réalité, cette exigence et donc entrer dans les promesses des prêtres afin de les aider à y grandir en permanence.

On ne peut aborder la question de la vocation comme on aborde n’importe quelle question intellectuelle sociale ou professionnelle…  Dieu est le centre de toute vocation donc de toute consécration et cette vocation, ne peut se vivre pleinement qu’en Dieu, qu’en référence à Dieu.  

 Promesse d’obéissance

L’obéissance est tellement importante dans la vive chrétienne que, dans l’Église en fait une promesse de base. Dans les ordres religieux ce ne sera plus une promesse mais un vœu.  La différence en est technique

Les prêtres, font une promesse d’obéissance à leur évêque ; cette obéissance les engage au sein de la mission du diocèse, ils doivent suivre les conseils et ordres de l’évêque et donc bien sur aussi du pape dont l’évêque est le représentant dans le diocèse. Mais ils restent libres par exemple de leur emploi du temps, de leurs achats personnels, de leur nourriture ...

Le prêtre engagé dans un ordre religieux, lui fait un vœu c'est-à-dire qu’il abdique sa liberté entre les mains de son supérieur, ce qui a pour conséquence de le faire devenir comme « un petit enfant » devant demander à chaque fois une autorisation précise pour tout ce qui sera « en dehors de la règle de vie » du monastère, ou de son ordre. Cela peu paraître bien exigeant, voir d’un autre temps ! Et pourtant, c’est un véritable chemin d’amour de Dieu et de liberté, mais de liberté intérieure ; c’est un chemin qu’il est difficile de comprendre de l’extérieur, il faut vraiment s’y engager pour en saisir toute la beauté et toute la richesse. 

La promesse ou le vœu d’obéissance s’inscrivent dans la ligne de Jésus qui se fait obéissant au Père en tout et pour tout

De même ce n'est pas le Christ qui s'est attribué à soi-même la gloire de devenir grand prêtre, mais il l'a reçue de celui qui lui a dit : Tu es mon fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré ;  6 - comme il dit encore ailleurs : Tu es prêtre pour l'éternité, selon l'ordre de Melchisédech.  7 - C'est lui qui, aux jours de sa chair, ayant présenté, avec une violente clameur et des larmes, des implorations et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé en raison de sa piété,  8 - tout Fils qu'il était, apprit, de ce qu'il souffrit, l'obéissance ;  9 - après avoir été rendu parfait, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent principe de salut éternel,  hébreux 5/5.9

Nous le voyons ici clairement l’obéissance va avec l’humilité et le sens du service des âmes.  Le prêtre est celui qui a travers l’obéissance, la soumission à l’autorité religieuse en place, se livre totalement pour le service des âmes .

Mais le prêtre par son exemple d’obéissance, nous appelle aussi à faire de même. Paroissiens nous sommes

appelés à vivre l’obéissance envers lui dans le service de la paroisse

appelés aussi a vivre l’obéissance aux directives de notre évêque et

appelés à vivre l’obéissance à l'Eglise au travers les paroles du Saint Père et les commandements de l’Eglise

C’est tous ensemble ainsi, que nous formons le corps du Christ qui est l’Eglise, car aucun chrétien catholique ne peut « marcher tout seul » . On va ensemble dans la même direction, dans le même service .

L’obéissance n’est pas un carcan, un empêchement de faire ce que l’on veut, comme on le veut, quand on le veut, l’obéissance est une cohésion de service et d’amour.

L’église en effet n’est pas un régime totalitariste, elle dirige pour guider non pour dominer et écraser .

Par ailleurs l’obéissance bien vécue dans l’amour du Christ, ouvre au respect et à l’amour des autres .

L’obéissance dans l’église se fait toujours dans le dialogue .

 Il est vrai que parfois nous pouvons trouver douloureux de vivre cette obéissance, mais elle a pour but de nous ouvrir à la vie de Dieu, à la grâce de Dieu. Le prêtre nous enseigne cela et nous montre cela par sa propre vie, nous conduisant ainsi à imiter réellement au quotidien l’amour obéissant du Christ envers son Père .

 Promesse de chasteté

Grand sujet s’il en faut dans les médias et la pensée du monde actuellement !!!!

Beaucoup souhaiteraient le mariage des prêtres, cela d’après eux résoudrait la crise des vocations et les problèmes liés à la sexualité que  rencontre l’Eglise

Mais c’est un faux problème, car les difficultés liées à la sexualité se retrouvent dans tous les milieux et dans toutes les couches de la société. Quant à la crise des vocations elle dépend avant tout de l’ouverture de notre cœur à écouter l’appel de Dieu en nous mêmes ou en nos enfants !

Le renoncement à se marier ne doit pas être pris comme une diminution de l’humanité du prêtre comme une contrainte inhumaine. D’ailleurs si un candidat au sacerdoce ne pouvait vraiment pas accepter ce don du célibat, il peut devenir diacre et non pas prêtre, l’Eglise offre cette possibilité.

Le prêtre ne se prive pas de quelque chose, le vœu de chasteté n’est pas une négation, c’est une offrande à Dieu. Or généralement on n’offre pas ce qui est nul, ce qui est sale, mais bien ce que l’on a de plus beau !  S’offrir dans le célibat c’est s’offrir tout entier à Dieu par amour et non par contrainte ou obligation.

Il ne faut pas oublier que devenir prêtre n’est pas un choix de métier mais une vocation, c'est-à-dire, une réponse d’amour à un appel d’amour !

Pour le prêtre Dieu devient l’unique, l’Epoux! Si nous n’acceptons pas cela, nous ne pouvons comprendre la beauté et la grandeur du vœu du célibat !

 Par ailleurs ce célibat permet une plus grande disponibilité de temps au service des âmes … disponibilité dont nous avons tous bénéficié un jour ou l’autre si nous y réfléchissons un tant soit peu. !

Un autre facteur est que comme le dit Saint Paul, le prêtre, non marié, n’ayant pas charge de famille, a l’esprit et le cœur libre pour être tout à Dieu et aux âmes dans sa mission.

Je voudrais vous voir exempts de soucis.  L'homme qui n'est pas marié à souci des affaires du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur. 33 - Celui qui s'est marié a souci des affaires du monde, des moyens de plaire à sa femme ; 34 - et le voilà partagé. 1 Corinthiens 7/32.34

Ainsi donc Dieu est tout pour le prêtre, et lui, se donnant tout a Dieu, devient véritablement le canal de la grâce de Dieu en nos vies.

Et s’il ne devient pas père charnel en ce monde, il n’engendre pas moins beaucoup de vies dans le cœur de Dieu, leur offrant ainsi la vie éternelle par la Christ ! Ainsi que l’exprime encore St Paul :

Et de cet Évangile je suis devenu ministre par le don de la grâce que Dieu m'a confiée en y déployant sa puissance : 8 - à moi, le moindre de tous les saints, a été confiée cette grâce-là, d'annoncer aux païens l'insondable richesse du Christ  9 - et de mettre en pleine lumière la dispensation du Mystère : il a été tenu caché depuis les siècles en Dieu, le Créateur de toutes choses, 10 - pour que les Principautés et les Puissances célestes aient maintenant connaissance, par le moyen de l'Église, de la sagesse infinie en ressources déployée par Dieu 11 - en ce dessein éternel qu'il a conçu dans le Christ Jésus notre Seigneur, 12 - et qui nous donne d'oser nous approcher en toute confiance par le chemin de la foi au Christ.   13 - Ainsi, je vous en prie, ne vous laissez pas abattre par les épreuves que j'endure pour vous ; elles sont votre gloire !   14 - C'est pourquoi je fléchis les genoux en présence du Père  15 - de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom.   Ephésiens 3/7.15

Cependant, tout offert qu’il soit à Dieu, le prêtre reste un homme, soumis comme tout un chacun à la tentation et au désir ; à nous donc paroissiens et surtout paroissiennes, il convient de le soutenir en son offrande, certes par notre prière, mais aussi en nous tenant correctement devant lui, tant dans notre tenue que dans nos attitudes et nos propos ! Évitons lui donc par exemple la vue de décolletés trop profond ou de jupes trop courtes ou de chemisiers trop transparents ….

  Esprit de pauvreté

 

" Argent, or, vêtements, je n'en ai convoité de personne : 34 - vous savez vous-mêmes qu'à mes besoins et à ceux de mes compagnons ont pourvu les mains que voilà.   35 - De toutes manières je vous l'ai montré : c'est en peinant ainsi qu'il faut venir en aide aux faibles et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir.  "  Actes 20/33.35

Le prêtre doit vivre dans l’esprit de pauvreté, non pas qu’il doive tout refuser à la manière de St François d’Assise, pauvre parmi les pauvres, mais il doit rester détaché intérieurement des biens matériels afin d’être libre pour le service, suivant ainsi la parole de Dieu :

Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les prescriptions suivantes : " Ne prenez pas le chemin des païens et n'entrez pas dans une ville de Samaritains ; 6 - allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. 7 - Chemin faisant, proclamez que le Royaume des Cieux est tout proche. 8 - Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons.  Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. 9 - Ne vous procurez ni or, ni argent, ni menue monnaie pour vos ceintures,  10 - ni besace pour la route, ni deux tuniques, ni sandales, ni bâton : car l'ouvrier mérite sa nourriture. Matthieu 10/5.10

L’esprit de pauvreté, c’est entre autre de vivre simplement, avec le nécessaire, sans ostentation. Le prêtre n’est pas un « m’as-tu vu? »  il est un serviteur de Dieu et de son peuple, il doit être à l’image du Christ, proche de tous.

Vous connaissez, en effet, la libéralité de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s'est fait pauvre, de riche qu'il était, afin de vous enrichir par sa pauvreté.   2 Corinthiens 8/9

Il faut donc veiller à ne pas l’encombrer de « richesses » tout à fait inutiles, dont il risque de ne savoir que faire.

En voici un petit exemple :

 Voilà un prêtre dont ça va être l’anniversaire et une brave paroissienne vient à le savoir. Ce prêtre est un homme tout simple, qui s’habille vraiment très modestement. Aimant bien son curé, elle veut lui faire un cadeau... Et elle le fait ! :

—«  Mon père j’ai remarqué que vous ne portiez jamais de cravate, je me suis dit que vous en manquiez alors je vous en offre une ! » 

Et une superbe cravate, grand luxe en soie, sort de sa boite ! Voilà notre prêtre bien embêté. Que faire ?  Que dire ? Il ne met pas de cravate parce qu’il n’en a pas besoin; et en plus celle là est loin d’être discrète et modeste. Et comment refuser le cadeau sans blesser la paroissienne ? Comment accepter le cadeau en sachant qu’on ne la portera jamais et que la brave dame risque fort de revenir à la charge

« Eh bien mon Père... Et ma cravate ? »

Cela peut faire sourire mais il faut apprendre à tenir compte des besoins réels des prêtres et non pas leur donner des choses qui les encombreront. S’il a besoin d’un 4X4 inutile de lui offrir un coupé sport : Qu’en fera-t-il pour aller visiter les paroissiens dans la montagne ?

Et puis il faut savoir ne pas s’offusquer s’il ne garde pas le cadeau mais en fait profiter quelqu’un d’autre. Le prêtre est un homme de service et de don. Il faut donc se réjouir qu’il puisse vivre ainsi le partage fraternel envers les autres.

Par ailleurs, l’esprit de pauvreté c’est aussi de garder à l’esprit qu’étant homme consacré, il appartient totalement à Dieu dans sa personne comme dans sa vie, et cela signifie que son temps ne lui appartient plus, mais appartient à Dieu. Il n’en possède donc plus la direction il est appelé à vivre avec Dieu et en Dieu selon ce que Dieu lui demande. Nous l’avons dit le prêtre est de service 24h/24, sa pauvreté réside dans sa disponibilité. Ceci étant dit il est aussi un homme qui a besoin d’avoir du temps pour manger, pour dormir comme tout un chacun. Il a également besoin de temps pour se ressourcer. Il faut donc veiller à ne pas frapper à sa porte pour n’importe quoi, il faut veiller à ne pas abuser de son temps.

L’esprit de pauvreté c’est aussi de garder une certaine ascèse alimentaire, de respecter son corps en mangeant correctement mais sans plus. Il y a des pays où même les prêtres peuvent avoir faim et ont besoin qu’on leur partage la nourriture. Il y a des pays où l’on a trop à manger, où l’on mange de trop !  Or si suivant le dicton «  ventre creux n’a pas d’oreille »  on pourrait aussi rajouter  «   à ventre trop plein pas de prière »... Et pour cause … il fait la sieste! Il ne faut jamais oublier que la vocation première du prêtre est la prière il faut donc veiller à ce qu’il ait toujours de quoi manger sur sa table mais ne pas faire de cette table un « restaurant » quotidien en l’invitant sans cesse !

L’esprit de pauvreté c’est le renoncement à soi même pour un meilleur service des autres  dans l’amour fraternel et dans l’amour de Dieu. Cet esprit de pauvreté, de simplicité est d’autant plus important aujourd’hui où règne le pouvoir de l’argent. Dans notre société nous n’existons que par l’argent. Nous sommes respectables si nous avons de l’argent... Et certains sont prêts à tout pour jouir de cette reconnaissance!  Quitte à écraser les autres ! Mais devant Dieu il n’en est pas ainsi, la valeur de l’homme reste son cœur et non son portefeuille. Le prêtre est signe de cela. Par ailleurs sa joie de vivre ainsi dans la simplicité, interpelle et montre que l’on peut vivre heureux en dehors de cet esprit du monde qui réduit le bonheur aux possessions matérielles. Le monde d’aujourd’hui a besoin de témoins qui vivent de l’essentiel qui proclament que le bonheur existe ailleurs que dans la puissance de l’argent. Le prêtre est ce témoin, un témoin heureux… d’autant plus heureux s’il voit autour de lui des gens qui vivent aussi tout simplement afin d’être plus ouverts à l’amour d’autrui donc au partage et au service.

L’esprit de pauvreté, est un vrai don de Dieu (car la pauvreté n’est pas la misère). En fait la pauvreté renferme en elle au moins deux richesses que l’on découvre pleinement en la pratiquant: la première est la liberté de l’apparence, la seconde est l’ouverture aux autres. La pauvreté appelle la simplicité et cette simplicité ne rend pas « imposant », elle n’intimide pas les autres, au contraire elle se fait accueil, écoute, partage tout simplement, tout naturellement.

Homme unique

Unicité du prêtre: caractère, personnalité

Le prêtre tout consacré qu’il soit garde sa personnalité, son caractère, ses dons divers. Il garde pleinement son humanité propre avec ses qualités, ses défauts et c’est comme tel qu’il doit être accueilli et accepté au sein de son ministère.

Certains prêtres ont des combats très durs à mener contre eux-mêmes et certains il est vrai, n’y résistent pas. Les procès pour pédophilie par exemple sont là pour le montrer. Et s’il faut réagir, s’il faut absolument faire la vérité et vivre la justice, il faut aussi prier pour ces prêtres en très grande difficulté; car tout grands pécheurs qu’ils puissent paraître, ils n’en restent pas moins prêtres.

L’ordination ne fait donc pas du prêtre un surhomme. Il a son propre combat spirituel à mener tant il reste comme tout un chacun un homme libre, capable de dire oui ou de dire non. L’amour de Dieu pour l’homme est tel, que jamais il ne lui enlèvera cette liberté.

Quelquefois, en dehors même des cas graves, nous entendons dire : « mais il est prêtre, il ne devrait pas agir ainsi! »  Sous entendu, « il devrait être saint, donc sans défaut » !  La grâce de l’onction divine ne fonctionne pas ainsi, elle est agissante quand on s’y réfère. C’est pourquoi il est important que les prêtres puissent toujours se garder un temps de prière, aussi bien communautaire que personnel dans leur journée. Si les gens veulent avoir de saints prêtres, alors non seulement ils doivent prier pour eux, mais ils doivent aussi veiller à leur laisser le temps de prier... Et tout faire pour qu’ils aient réellement ce temps !

Il n’y a pas de prêtre standard, il n’y a pas de « bons » prêtres ou de « mauvais » prêtres . Il y a seulement des prêtres qui vivent leur vocation au sein du peuple qui leur est confié. Ils la vivent avec humanité, ils la vivent avec les charismes que Dieu leur a donnés.

Chaque prêtre a son caractère, sa personnalité, ses qualités, ses défauts. Certains nous conviennent, d’autres pas. Nous en aimons certains, et nous n’aimons pas d’autres; mais quel qu'il soit, le prêtre est un homme consacré par Dieu et sa vocation fait de lui un homme  de rencontre, de dialogue, de concertation qui peut entendre nos appels à son égard, qui peut se remettre en cause, pour peu que nous allions fraternellement à lui et non pas avec un fusil à bout de bras !

Il ne faut pas chercher le prêtre qui soit à « notre mesure »  comme on cherche des chaussures à notre pointure ! Ce prêtre là n’existe pas !  Ou alors il faudrait un prêtre à chaque croyant !

De même que le prêtre doit s’adapter à sa paroisse et à ses paroissiens, les paroissiens doivent aussi s’adapter au prêtre…  car c’est lui que le Seigneur a choisi pour descendre sur l’autel au milieu d’eux !

Le prêtre c’est aussi un homme de foi, c’est un homme qui voit profondément, la puissance d'amour de Dieu dans les cœurs.

Si l’on voit bien ses défauts, lui aussi voit les nôtres!  Il voir nos difficultés à vouloir changer, nos lenteurs à nous convertir, et malgré tout, il garde la foi, sûr que Dieu saura faire son œuvre en nous. C’est cette foi qui lui permet de continuer à nous servir et à nous aimer en Dieu.

C’est cette foi qui lui permet d’être attentif au signe de Dieu au milieu de son « troupeau » et qui lui indique les germes de vocation  dans nos vies. Il croit en ses ouailles, parce qu'il croit que Dieu les aimes telles qu’elles sont et qu’Il les appelle chacune à sa manière.

Alors de même que l’on peut attendre l’estime du prêtre pour ses paroissiens, il faut veiller à lui accorder aussi cette même estime en retour. Une estime basée sur une relation vraie, fraternelle qui sait dire les choses quand elles doivent être dites mais surtout sans animosité.

La base d’une vie communautaire, et la paroisse est une communauté d’Eglise, c’est l’écoute, le dialogue, le respect des différences; respect qui nous appelle à nous accepter les uns les autres tels que nous sommes pour grandir ensemble dans l’amour de Dieu. 

 Pasteur de tous

Quelle est la vocation du prêtre ? Celle de pasteur, à l’image du Christ qui est le bon pasteur.

Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. 12 - Le mercenaire, qui n'est pas le pasteur et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit-il venir le loup, il laisse les brebis et s'enfuit, et le loup s'en empare et les disperse. 13 - C'est qu'il est mercenaire et ne se soucie pas des brebis. 14 - Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent,15 - comme le Père me connaît et que je connais le Père, et je donne ma vie pour mes brebis. 16 - J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ; 17 - c'est pour cela que le Père m'aime, parce que je donne ma vie, pour la reprendre. 18 - Personne ne me l'enlève ; mais je la donne de moi-même.  J'ai pouvoir de la donner et j'ai pouvoir de la reprendre ; tel est le commandement que j'ai reçu de mon Père.  " Jean 10/11.18 

Le pasteur est celui qui prend soin du troupeau qui lui est confié, il est attentif à ses besoins. Il n’hésite pas à se fatiguer, à se mettre en peine pour lui. Le prêtre est appelé à faire de même avec ceux et celles qui lui sont confiés, c’est un homme d’écoute, de conseils, afin de nous aider à vivre selon le cœur de Dieu et non selon l’esprit du monde. Il sait alors nous encourager à aller de l’avant en comptant sur l’infinie miséricorde de Dieu.

Il sait nous donner de son temps, de son énergie, pour nous aider à avancer, et il ne se contente pas de parole, il nous offre le secours des sacrements notamment l’Eucharistie qui nous nourrit la confession qui nous purifie. C’est aussi un homme de prière qui intercède pour nous et qui à l’occasion peut jeûner pour notre conversion, s’unissant ainsi aux souffrances du Christ pour notre salut .

Sommes nous malades, il vient nous visiter, nous réconforter, nous apporter le secours de la Sainte Communion. Et s’il ne le peut lui-même il enverra quelqu’un.

 Il s’efforce de faire siennes les pensées de St Pierre :

Les anciens qui sont parmi nous, je les exhorte, moi, ancien comme eux, témoin des souffrances du Christ, et qui dois participer à la gloire qui va être révélée. 2 - Paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec l'élan du cœur ; 3 - non pas en faisant les seigneurs à l'égard de ceux qui vous sont échus en partage, mais en devenant les modèles du troupeau. 4 - Et quand paraîtra le Chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas.    1 Pierre 5/1.4

Usant de charité et de patience, il doit s’efforcer de ne pas faire de différence entre ses paroissiens, les servant tous et chacun avec le même zèle et le même amour, sachant bien que l’amour de Dieu ne fait pas acception de personne. A l’image de Pierre, qui bravant les interdits va vers les païens, le prêtre va lui aussi, bravant les commérages et les jugements rapides, vers ceux qui sont rejetés, exclus, pour quelques raisons que ce soit!

Mais Dieu vient de me montrer, à moi, qu'il ne faut appeler aucun homme souillé ou impur. 29 - Aussi n'ai-je fait aucune difficulté pour me rendre à votre appel. Actes 10/28.29

Ainsi il prendra même soin de ses ouailles les plus en difficulté afin de ne pas les laisser périr dans les épines de la vie appliquant ainsi au concret la parabole de la brebis perdue:

Mais il leur dit : " Quel sera d'entre vous l'homme qui aura une seule brebis, et si elle tombe dans un trou, le jour du sabbat, n'ira la prendre et la révéler  ? 12 - Or, combien un homme vaut plus qu'une brebis ! Matthieu 12/11

Homme témoin de l’amour

Dans notre monde si marqué par le pouvoir, l’argent, l’égoïsme, le prêtre est particulièrement celui qui nous montre qu’un autre monde est possible et qu’il existe. Ce monde c’est celui de l’amour. Par ces paroles, par son exemple, il nous appelle à construire ce monde fraternel.

Homme habité par la Parole de Dieu, il la garde, il la vit et la transmet afin que l’on puisse aussi, comme le dit l’évangile, demeurer en Dieu.

" Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et vous viendrons vers lui et nous nous ferons une demeure chez lui. »  Jean 14/23

Et comme l’amour ne va pas de pair avec l’orgueil, c’est un homme de service qui nous appelle à servir, à nous mettre aux pieds des autres comme le Christ lui-même s’est mis aux pieds de ses apôtres.

Au cours d'un repas, alors que déjà le diable avait mis au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de le livrer, 3 - sachant que le Père lui avait tout remis entre les mains et qu'il était venu de Dieu et qu'il s'en allait vers Dieu,  4 - il se lève de table, dépose ses vêtements, et prenant un linge, il s'en ceignit.  5 - Puis il met de l'eau dans un bassin et il commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.  6 - Il vient donc à Simon-Pierre, qui lui dit : " Seigneur, toi, me laver les pieds ? " 7 - Jésus lui répondit : " Ce que je fais, tu ne le sais pas à présent ; par la suite tu comprendras.  " 8 - Pierre lui dit : " Non, tu ne me laveras pas les pieds, jamais !  " Jésus lui répondit : " Si je ne te lave pas, tu n'as pas de part avec moi.  " 9 - Simon-Pierre lui dit : " Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête !  " 10 - Jésus lui dit : " Qui s'est baigné n'a pas besoin de se laver ; il est pur tout entier.  Vous aussi, vous êtes purs ; mais pas tous.  " Dit : " Vous n'êtes pas tous purs.  "  12 - Quand il leur eut lavé les pieds, qu'il eut repris ses vêtements et se fut remis à table, il leur dit : " Comprenez-vous ce que je vous ai fait ?  13 - Vous m'appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis.   14 - Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.   15 - Car c'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi comme moi j'ai fait pour vous.   Jean

Habité par l’amour miséricordieux de Dieu, le prêtre se fait l’homme de miséricorde, en nous dispensant le sacrement de réconciliation, nous replaçant ainsi dans le cœur de Dieu …

 Homme de la parole

Le prêtre est un homme d’enseignement qui nous révèle la parole du Christ :

En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. 14 - Mais comment l'invoquer sans d'abord croire en lui ? Et comment croire sans d'abord l’entendre ? Et comment entendre sans prédicateur ? 15 - Et comment prêcher sans être d'abord envoyé ? Selon le mot de l'Écriture : Qu'ils sont beaux les pieds des messagers de bonnes nouvelles !  Romains 10/13.15

Le prêtre a un enseignement sûr, il a fait des études pour cela. Son enseignement il le donne a traves les groupes de rencontres ou les rencontres personnelles, il le donne lors de ses homélies. Il faut donc prendre le temps de l’écouter et d’y faire correspondre notre vie… car à quoi bon écouter si cela n’amène aucun changement! Et en tout état de cause s’il y a des questions, des incompréhensions il est toujours possible de l’interroger.

La fonction enseignante du prêtre est capitale en notre société, autant pour aider à cheminer en vérité avec le Christ, que pour éviter les dérives vers les sectes, ou la course aux gourous, qui en veulent plus à nos biens matériels qu’à notre bien spirituel.

Il lui faut du courage pour aller au fond des choses, car il n’est pas là pour dire aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre, mais bien ce qu’ils ont besoin d’entendre, à savoir la parole de Dieu. Et sa mission n’est pas toujours facile, car si l’homme est capable d’écoute et de conversion, il est aussi capable de se boucher les oreilles pour ne pas avoir à se remettre en cause. Mais la Parole de Dieu est une parole de vie, elle ne peut être diluée, selon nos arrangements et nos gouts personnels, même si parfois elle est tranchante comme un glaive.

Vivante, en effet, est la parole de Dieu, efficace et plus incisive qu'aucun glaive à deux tranchants, elle pénètre jusqu'au point de division de l'âme et de l'esprit, des articulations et des moelles, elle peut juger les sentiments et les pensées du cœur.   Hebreux 4/12

Il ne faut pas penser non plus, qu’après le catéchisme, il n’y a plus besoin d’enseignement. Le catéchisme n’est que le point de départ de la vie spirituelle. Il est nécessaire d’écouter la parole de Dieu, de la comprendre pour s’en nourrir et grandir dans la foi. Cette écoute là, se fait tout au long de notre vie.

 L’enseignement du prêtre est donc très important. C’est pourquoi le prêtre doit soigner ses homélies. Les paroissiens eux, ont à écouter quitte à interroger ou même contester ensuite. Dire a un prêtre que l’on n’est pas d’accord avec ce qu’il vient de dire, n’est pas un manque de respect ou une faute, si cette contestation est faite dans le désir de comprendre, et d’avancer dans la conversion personnelle. Il ne s'agit pas là bien sur de contester pour contester et de s’opposer au prêtre. On l’aura bien compris.

La parole de Dieu est vivante elle doit amener une vie de relation d’amour avec Dieu et les autres. L’homélie du prêtre est justement là pour aider à saisir cette vie de Dieu.

De même que le prêtre garde son caractère propre, il garde aussi son charisme intellectuel. C'est-à-dire que certains prêtres sont vraiment de grands théologiens et peuvent enseigner à des étudiants ou des intellectuels, tandis que d’autres ont plutôt le charisme de s’adresser aux gens simples. Il ne faudrait pourtant pas croire que ces derniers sont «  moins bien », qu’ils en savent moins que les premiers. Non! Il faut recevoir les prêtres comme ils sont avec leurs charismes respectifs et aller tout simplement vers celui qui est le plus à notre portée. Cependant, quelque soit le prêtre qui enseigne, il aura pleinement atteint le but de sa mission si son enseignement nourrit le cœur autant que l’esprit de ses auditeurs. L’intelligence en effet permet de comprendre la profondeur de la parole de Dieu, mais c’est le cœur qui permet réellement d’en vivre.

 Homme vivant de l’Esprit Saint

Homme de prière, il vit sous la mouvance de l’Esprit Saint.

Pareillement l'Esprit vient au secours de notre faiblesse; car nous ne savons que demander pour prier comme il faut ; mais l'Esprit lui-même intercède pour nous en des gémissements ineffables, 27 - et Celui qui sonde les cœurs sait quel est le désir de l'Esprit et que son intercession pour les saints correspond aux vues de Dieu. Romains 8/26.27   

Avec l’Esprit Saint il acquiert la sagesse nécessaire à son ministère

C'est pourquoi j'ai prié, et l'intelligence m'a été donnée, j'ai invoqué, et l'esprit de Sagesse m'est venu. 8 - Je l'ai préférée aux sceptres et aux trônes et j'ai tenu pour rien la richesse en comparaison d'elle. 9 - Je ne lui ai pas égalé la pierre la plus précieuse; car tout l'or, au regard d'elle, n'est qu'un peu de sable, à côté d'elle, l'argent compte pour de la boue. 10 - Plus que santé et beauté je l'ai aimée et j'ai préféré l'avoir plutôt que la lumière, car son éclat ne connaît point de repos. 11 - Mais avec elle me sont venus tous les biens et, par ses mains, une incalculable richesse. 12 - De tous ces biens je me suis réjoui, parce que c'est la Sagesse qui les amène; j'ignorais pourtant qu'elle en fût la mère. 13 - Ce que j'ai appris sans faute, je le communiquerai sans envie, je ne cacherai pas sa richesse. 14 - Car elle est pour les hommes un trésor inépuisable, ceux qui l'acquièrent s'attirent l'amitié de Dieu, recommandés par les dons qui viennent de l'instruction. Sagesse 7/7.14

Quand on parle de l’Esprit Saint, beaucoup de personnes pensent au renouveau charismatique comme si l’Esprit Saint était là et là seulement! Mais tout baptisé a reçu l’Esprit Saint, tout confirmé en a reçu une nouvelle onction afin d’être témoin de sa foi. Et le prêtre lors de son ordination lui aussi se trouve revêtu de l’Esprit Saint, car il doit être celui qui enseigne, qui écoute, qui touche les cœurs. … Tout prêtre vit sous la mouvance  de l’Esprit Saint qui lui donne la force de vivre son ministère, selon sa vocation propre selon les charismes et dons particuliers qui sont les siens.

Ainsi certains prêtres seront attirés par la ville, tandis que d’autres seront plus à l’aise dans les campagnes. D’autres encore seront prêtres ouvriers, d’autres travailleront auprès de personnes handicapées, de personnes défavorisées exclues, etc. … certains prêtres seront diocésains, donc se référant directement à l’évêque, d’autres feront partie d’ordres religieux. Certains seront curés de paroisses, d’autres enseigneront à l’université, dans les séminaires... Quoiqu’il en soit, tous ont reçu l’Esprit Saint et vivent sous sa mouvance. Tous sont appelés à se laisser guider par lui. C’est en effet L’Esprit Saint, qui révèle toute vérité et c’est lui aussi qui met dans la bouche du messager de Dieu les paroles qu’il faut au moment où il le faut . C’est ce que montre l’évangile.

Mais quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous introduira dans la vérité tout entière; car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu'il entendra, il le dira et il vous dévoilera les choses à venir.   Jean 16/13

Mais, lorsqu'on vous livrera, ne cherchez pas avec inquiétude comment parler ou que dire : ce que vous aurez à dire vous sera donné sur le moment,  20 - car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de votre Père qui parlera en vous.   Matthieu 10/19

Certes dans ces textes nous voyons que l’Esprit parle en temps de difficulté, de persécution, mais il vient aussi au secours de tout prêcheur dès que celui-ci demande son aide, mendie son aide.

Si donc le prêtre dans son homélie parle sous la mouvance de l’Esprit Saint alors sa parole touchera les cœurs, mais encore faut-il que les gens soient à l’écoute avec un esprit et un cœur ouvert, prêts à se laisser toucher par la grâce !

Homme des sacrements

C’est lui que l’on va trouver à chaque fois que l’on a besoin d’un sacrement : baptême, mariage, confession eucharistie etc. ... .

Et c’est à travers tous ces sacrements qu’il rejoint les gens dans leur vie de famille, de travail aussi, pour leur parler de l’amour de Dieu, de l’appel de Dieu et pas seulement pour régler avec eux le déroulement des cérémonies.

 Le prêtre via les sacrements est un homme de bénédiction.

A travers la confession,

il révèle la miséricorde de Dieu, transmet le pardon de Dieu, intercède pour tous, il leur apprend aussi non à respecter une loi par obligation, mais à correspondre par une réponse d’amour, à l’amour de Dieu, dans la fidélité à sa parole, à son appel sur eux.

 Dans l’Eucharistie .

Il s’offre au Père en Jésus, il offre au Père tous ceux qui sont présents mais aussi tous ceux qui lui sont confiés et toute l’humanité; et il offre à ses paroissiens la nourriture divine du corps et du sang du Christ. Sans prêtre il ne peut y avoir d’Eucharistie.

Dans le mariage

Il révèle l’amour de Dieu, l’alliance de Dieu, et montre la route de l’amour divin, de la consécration du couple dans l’amour de Dieu, alliance qui engage l’homme et la femme pour toute leur vie devant Dieu et devant les hommes; alliance qui lie aussi Dieu à eux, en cette nouvelle vie humaine.

Bien que l’enterrement ne soit pas un sacrement, le prêtre y rejoint là aussi tous les croyants qui viennent à lui en ces heures difficiles.  Il les rejoint dans la douleur présente, les ouvre à l’avenir de Dieu, à l’espérance d’une vie éternelle, à la communion des saints.

Par les sacrements, le prêtre renouvelle sans cesse le lien de l’alliance entre le peuple et Dieu; entre Dieu et le peuple.

Aujourd'hui malheureusement, bien des chrétiens ont perdu ce sens, ils viennent chercher un sacrement comme on peut aller chercher un acte de naissance, de mariage ou de décès à la mairie ! C’est pour eux un droit, un dû, puisqu’ils ont été baptisés, même s’ils ne pratiquent pas vraiment.  C’est une normalisation, mais ils n’ont pas conscience de l’alliance qu’ils sont en train de sceller avec Dieu!

Le prêtre est là pour le faire découvrir, pour le leur rappeler et plus encore pour sceller avec eux cette alliance, à laquelle Dieu ne fera jamais défaut.

Dieu est là qui attend , qui s’offre, qui pardonne , qui bénit… et le prêtre fait vivre tout cela, il engage sa responsabilité devant Dieu dans la célébration des sacrements, il porte ses paroissiens dans la prière, et doit avoir le souci de leur vie au sein de cette alliance avec Dieu , car il n’est pas qu’un greffier administratif qui une fois le formulaire rempli peut le mettre dans un tiroir et l’oublier .  

 Ministre  de l’eucharistie

Homme de la liturgie, il en a le plus grand respect, et enseigne à vivre ce même respect,  notamment dans la distribution et la réception de l’hostie, aidant les gens à bien saisir que c’est réellement le Corps du Christ qui s’offre à eux dans le creux de leurs mains .

Pour moi, en effet, j'ai reçu du Seigneur ce qu'à mon tour je vous ai transmis : le Seigneur Jésus, la nuit où il était livré, prit du pain  24 - et, après avoir rendu grâce, le rompit et dit : " Ceci est mon corps, qui est pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.  "  25 - De même, après le repas, il prit la coupe, en disant : " Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang ; chaque fois que vous en boirez, faites-le en mémoire de moi.  "  26 - Chaque fois en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne.   27 - Ainsi donc, quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement aura à répondre du corps et du sang du Seigneur.   28 - Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange de ce pain et boive de cette coupe ;  29 - car celui qui mange et boit, mange et boit sa propre condamnation, s'il ne discerne le Corps. 1 Corinthiens  11/23.29

S’il prend son temps pour dire les prières, c’est qu’il les vit, et qu’il veut aussi laisser à ses paroissiens le temps de bien les vivre intérieurement. L’Eucharistie est en effet le moment le plus important de la vie chrétienne, c’est aussi le moment le plus intime puisque Dieu se donne à celui qui vient le recevoir. Cela ne peut se faire n’importe comment, on ne peut venir chercher la communion, comme on irait chercher un petit pain au chocolat. Il faut que le cœur soit prêt, que tout l’être y soit tendu, orienté vers cette communion divine, ou alors on passe à côté de la réalité eucharistique qui est l’union  Dieu : Dieu en nous et nous en Dieu. 

Homme d’offrande dans l’eucharistie, en union avec le Christ  pour le salut des âmes, il révèle la beauté et la grandeur du sacrifice du Christ (il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime), et invite à suivre le chemin du sacrifice, dans l’amour à travers l’aumône, et le jeûne par exemple. Parler de sacrifice à vivre peut paraître dur, contraignant, déprimant, voir d’un autre âge dans un monde lié aux plaisirs physiques aux biens matériels, aux facilités de la vie. Certes le jeûne et l’aumône n’ont rien de particulièrement attirant mais si c’est vraiment l’amour du Christ qui les motive dans le cœur du croyant alors ils prendront une toute autre couleur, un tout autre attrait et deviendront comme un bouquet nuptial à offrir à Dieu. Cela sera correspondance à l’amour du Christ source de toute vie pour ses enfants, pour toute l’humanité et ce  bouquet sera vraiment  riche de sens et de communion dans l’Eucharistie. , nous y rejoindrons le Christ en nos frères et sœurs : « tout ce que vous aurez fait au plus petit d’entre les miens c’est à moi que vous l’aurez fait ! »

Les plus grands saints, les plus grandes saintes, ont toujours vécu ce jeûne et cette ascèse, tous ont vécu l’aumône, chacun à leur manière. Et même s’il n’est pas donné ou demandé à tous d’aller aussi loin cela ne dispense pas de les vivre au moins dans ce que nous pouvons, dans ce que nous sommes en réalité.

L’Eucharistie est le plus grand miracle qui puisse exister car là, le prêtre fait descendre Dieu sur l’autel. Dieu en effet se fait dépendant de son prêtre. Sans prêtre pas d’eucharistie ! Sans eucharistie pas de consécration sans consécration pas de communion. Si nous pouvons communie lors de nos offices de la parole, c’est bien parce que les hosties ont été précédemment consacrées.. Mais que cette réserve vienne à sa fin et il n’y a plus de communion possible ! 

Pensons nous assez souvent à ce grand mystère qui devrait nous rende infiniment reconnaissant au prêtre d’être là pour ce magnifique sacrement qui nous apporte la nourriture de Dieu.  Réalisons-nous à quel point nous sommes dépendants du prêtre?  Réalisons nous à quel point Dieu se fait dépendant du prêtre? (donc de l’homme) car que celui-ci soit « saint ou pécheur » Dieu descend de la même manière sur l’autel !

Ministre de la confession

Homme de miséricorde par la dispense du sacrement de réconciliation, il nous ouvre à la grâce de l’enfant prodigue.

Bien des chrétiens aujourd’hui on perdu le sens de ce sacrement. Peu y vont car ils n’y voient qu’une liste de péchés à dire à un homme, homme somme toute aussi pécheur qu’eux ! C’est pour eux humiliant, voir dégradant. Et ce le serait effectivement, si la confession se limitait à cela , mais c’est tout à fait autre chose .

La confession c’est le sacrement de la délivrance, de la guérison, de la réconciliation avec Dieu. Et le prêtre au sein de ce sacrement, n’est pas simplement un homme, c’est le représentant de Dieu, ce n’est pas à l’homme que nous nous confessons, c’est à Dieu à travers lui. Car cet homme est consacré de Dieu et a reçu ce pouvoir extraordinaire de pardonner les péchés.

Il leur dit alors, de nouveau : " Paix à vous !  Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.  " 22 - Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l'Esprit Saint.   23 - Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.  "  Jean 20/21.23

On pourrait objecter : « oui mais tout de même il va se souvenir de tout ce que je dis , il va me juger et me regarder de travers ensuite. »

Un jour cette question fut posée à un prêtre et il répondit :

«  Le prêtre reçoit la grâce de l’amour et aussi de l’oubli dans ce ministère particulier. Et c’est une très bonne chose ! Pensez donc, si tout ce qu’il entend devait rester dans sa tête, quel encombrement ! Quel fardeau ! »

Le prêtre à travers ce sacrement est le canal par lequel l’homme peut aller vers Dieu en toute vérité  et humilité, et à travers lequel aussi Dieu peut rejoindre l’homme au plus profond de son cœur de son intimité. Dieu connait les fautes de l’homme, bien mieux que lui-même et il attend patiemment que celui-ci les reconnaisse pour les lui enlever, pour le combler de son amour et de sa grâce.

Notons ici au passage que le sacrement de confession se doit d’être relativement fréquent et régulier, pour être efficace dans le concret de notre vie.

Bien souvent, nous nous arrêtons d’y aller parce que nous avons toujours les mêmes choses à dire.

 Mais ne sommes nous pas comme des petits enfants qui avons besoin d’apprendre à marcher … Nous tombons, Dieu nous relève, nous repose sur nos pieds … et ainsi de suite jusqu’à ce qu’enfin nous soyons assez affermis pour ne plus tomber ! 

Dieu est patient avec nous et le prêtre l’est tout autant !

S’il lui arrive de nous bousculer un peu lors de cette rencontre sacramentelle ce n’est pas par jugement ou pour nous condamner, mais simplement nous faire prendre conscience que Dieu est là avec sa grâce et que nous avons nous aussi un effort a faire pour nous lever et reprendre la marche !

 Prenons donc conscience de la grâce qui nous est faite à travers le prêtre qui nous dispense ainsi le pardon et la force de Dieu a travers ce sacrement.

Homme du sacrifice .

 Nous l’avons vu le prêtre est l’homme du sacrifice eucharistique.

 Mais il y a aussi une dimension particulière du sacrifice dans la vie du prêtre. Il est en effet le prolongement du Christ en ce monde et le Christ  a offert toute sa vie au service des autres, s’oubliant lui-même, et ce jusqu’à mourir sur la croix !

 Oh bien sur cela ne veut pas dire que tous les prêtres doivent s’en trouver crucifiés eux aussi ou mourir martyr ! Mais cela signifie que le sacrifice quotidien de leur vie est une réalité tangible,  dont nous devons tous avoir conscience et porter avec eux !

Le premier point de cette réalité est que le serviteur de Dieu va se trouver lui aussi persécuté par le monde, bafoué, critiqué … les dernières attaques contre le Saint Père nous le montre bien. Et cela ne fait que confirmer la parole de Jésus en St Jean :

Si le monde vous hait, sachez que moi, il m'a pris en haine avant vous. 19 - Si vous étiez du monde, le monde aimerait son bien ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, puisque mon choix vous a tirés du monde, pour cette raison, le monde vous hait. 20 - Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître.  S'ils m'ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront ; s'ils ont gardé ma parole, la vôtre aussi ils la garderont. 21 - Mais tout cela, ils le feront contre vous à cause de mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé. Jean 15/18.21 

Le prêtre sait qu'en annonçant la parole de Dieu et toute son exigence il va à l’encontre des pensées et de la conduite du monde, de la société au sein de laquelle nous vivons. Dès lors il va être critiqué, bafoué accusé de diverses façons. Cela il est prêt à l’accepter, mais nous paroissiens, disciples du Christ nous avons à porter cela avec lui en nous efforçant de vivre chrétiennement déjà, mais aussi en les défendant  contre toutes ces attaques. Le prêtre mérite notre compréhension, notre respect, notre affection, notre soutien effectif.

Ici nous sommes dans un pays en paix, mais il est bien des parties du monde ou il faut vraiment être prêt au sacrifice suprême pour devenir prêtre ! Et de façon surprenante on s’aperçoit que dans ces endroits là il y a des vocations !

Jésus s’étant fait chair, le prêtre est un homme qui d’emblée fait le don de sa vie à Dieu. Il sait bien que le monde peut la lui ravir un jour, pour sa foi, il s’abandonne dans la confiance au Seigneur

Qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière moi n'est pas digne de moi.  39 - Qui aura trouvé sa vie la perdra et qui aura perdu sa vie à cause de moi la trouvera.    Matthieu 10/38.39

Homme de foi et d’amour, cela ne le traumatise pas, il fait confiance à son Seigneur qui l’a choisi et consacré, il fait confiance au jour le jour, vivant sa foi dans la joie intérieure du service de Dieu et des autres? C’est le temps présent qui compte, l’avenir appartenant à Dieu.

 Conclusion

Il y aurait sans doute encore beaucoup à dire et à approfondir sur le sens et la beauté de la vie du prêtre, d’ailleurs peut-on arriver à tout en dire ?

Puisse ce petit livret avoir au moins commencé à ouvrir nos cœurs à cette réalité extraordinaire de Dieu se faisant si présent à l’homme par les mains et le cœur de son ministre.

Puissions-nous à l’image du prêtre, chercher Dieu et son royaume dans la justice et l’humilité,

Cherchez Yahvé, vous tous les humbles de la terre, qui accomplissez ses ordonnances.  Cherchez la justice, cherchez l'humilité Sophonie 2/3

Dans l’amour et l’offrande de nous-mêmes, en offrande pure et sainte comme nous pouvons le lire en saint Paul

Je vous exhorte donc, frères, par la miséricorde de Dieu, à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu : c'est là le culte spirituel que vous avez à rendre.    Romains 12/1

Puissions-nous à l’image des premiers apôtres reconnaître les merveilles que Dieu réalise au milieu de nous à travers le ministère des prêtres:

A leur arrivée, ils réunirent l'Église et se mirent à rapporter tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux païens la porte de la foi. 28 - Ils demeurèrent ensuite assez longtemps avec les disciples.   Actes 14/27.28

 Et lui en rendre vraiment grâce :

 Non pas à nous, Yahvé, non pas à nous, mais à ton nom rapporte la gloire, pour ton amour et pour ta vérité! Psaume 115/1

 Mais soyons clairs avec nous mêmes, nous ne pourrons vraiment rendre grâce à Dieu de ce don magnifique des prêtres si nous-mêmes, nous ne les aimons pas , si nous ne les respectons pas , si nous ne les soutenons pas :

Or combien de fois ne les critiquons nous pas ?

Combien de fois ne râlons nous pas après eux parce qu’ils n’ont pas fait les choses comme nous nous le voulions, ou dit les choses comme nous nous le désirions !

Combien de fois ne les avons-nous pas « trop gâtés » parce que cela nous faisait plaisir, ou nous faisait bien voir d’eux et des autres ?

Combien de fois avons-nous vraiment pris le temps de prier de tout notre cœur pour eux ?

Combien de fois sommes-nous aller les voir pour savoir quels services réels nous pouvions leur rendre ?

Et puis tous les dimanches, a la fin de la messe, voir tous les jours, nous prions pour les vocations … mais sommes nous vraiment près à accepter qu’un de nos enfants , et même notre fils unique soit appelé à la prêtrise ?

 Sommes nous vraiment prêt à nous engager dans le soutien affectif , moral et financier aussi pour qu’un de nos jeunes puisse devenir prêtre ou qu’une de nos filles puisse devenir religieuse ?

  Cette « conférence » se termine, et nous allons prier ensemble, pour nos prêtres, nos diacres toutes les personnes consacrées de notre Fenua, ainsi que pour tous les consacrés du monde, mais prenons vraiment le temps de nous mettre en vérité devant le Seigneur pour nous offrir à lui comme Il s’offre totalement à nous, pour lui offrir chacun de nos enfants, car ils ne nous appartiennent pas, ils nous sont confiés par Dieu afin que nous leur montrions le chemin de son cœur.

Ayons bien conscience que devenir prêtre n’est pas une malédiction dans une famille, mais que c’est au contraire une grande bénédiction

Certes nous n’aurons pas de petits enfants, certes ils ne seront pas en vue dans le monde, mais ils feront tellement plus que cela : ils apporteront Dieu au monde, ils guériront les cœurs et les âmes, et ils nous prépareront à rejoindre le Christ dans la demeure qu’Il nous a préparé là haut. Ayons bien conscience que nous ne vivons pas uniquement pour ce monde, mais en vue d’un monde beaucoup plus beau, et éternel au près de Dieu, … Oui avoir un prêtre dans  notre famille est vraiment une bénédiction! Sachons la reconnaitre, sachons l’accueillir et la développer de toute la force de notre cœur .Ne faisons pas obstacle à Dieu !

 Et toi jeune qui te sens appelé, toi qui t’interroge, n’aie pas peur ! Ce que le Seigneur demande il donne toujours la force de le vivre. Ce parait une montagne infranchissable aujourd'hui ne sera plus demain qu’un petit talus vite franchi. La grâce de Dieu ne fait jamais défaut. Être prêtre c’est vrai est un pari sur l’avenir, cela représente une exigence, un défi … mais le défi n’est-ce pas justement le privilège de la force de ta jeunesse. Sache aussi que tu ne seras jamais seul sur ce chemin, que tu y seras guidé, accompagné, Si donc tu te sens interpellé, appelé, rencontre le prêtre de ta paroisse, ou rencontre un autre prêtre ou vas encore voir les jeunes séminaristes au séminaire de Outumaoro qui comme toi se sont posé un jour la question de la vocation ou rencontre encore l’équipe de Famille Marie Jeunesse … Parle, ne reste pas ton coin, et tu sauras si tu es vraiment appelé, si c’est vraiment ta route , et tu pourras alors donné consciemment et librement ta réponse .

 Ensemble maintenant, du plus profond de notre cœur rendons grâce à Dieu pour chacun des prêtres que nous avons, et demandons à Dieu la grâce de laisser fleurir chez nous les vocations.

Prière pour les vocations

Seigneur, dirige nos actions

Pour que nous acceptions

Tout ce que tu nous demandes

Avec docilité et ardeur

Fais que beaucoup d’enfants de ….

Deviennent prêtres, diacres,

Religieux et religieuses

Et que nous aidions et encouragions

tous ceux que tu choisis parmi nous .

amen

 Ou autre formule proposée

O Jésus  bon pasteur, accueille notre louange

Et notre humble remerciement pour toutes les vocations

Que par l’Esprit, tu donnes continuellement à ton Eglise.

Assiste les évêques, les prêtres, les diacres,

Les missionnaires et toutes les personnes consacrées;

Fais qu’ils donnent l’exemple d’une vie vraiment évangélique.

Rends fort et persévérants dans leurs résolutions

Ceux qui se préparent au ministère sacré et à la vie consacrée.

Multiplie les ouvriers de l' évangile

Pour annoncer ton Nom à toutes les nations.

Garde tous les jeunes de nos familles et de nos communautés

Accorde leur promptitude et générosité pour te suivre.

Tourne aujourd’hui ton regard sur eux et appelles les.

Donnes à tous les appelés la force de tout laisser

Pour ne choisir que toi qui est l’amour.

Amen.

 

PRIÈRE POUR LES VOCATIONS PAR BENOÎT XVI

 

Ô Père, fais se lever parmi les chrétiens

de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce,

qui maintiennent la foi vivante

et gardent une mémoire pleine de gratitude

de ton Fils Jésus,

par la prédication de sa Parole

et l'administration des Sacrements,

par lesquels tu renouvelles continuellement tes fidèles.

Donne-nous de saints ministres de ton autel,

qui soient d'attentifs

et fervents gardiens de l'Eucharistie,

sacrement du don suprême du Christ

pour la rédemption du monde.

Appelle des ministres de ta miséricorde,

qui dispensent la joie de ton pardon

par le sacrement de la Réconciliation.

Ô Père, fais que l'Église accueille avec joie

les nombreuses inspirations de l'Esprit de ton Fils

et, qu'en étant docile à ses enseignements,

elle prenne soin des vocations

au ministère sacerdotal et à la vie consacrée.

Soutiens les évêques, les prêtres, les diacres,

les personnes consacrées

et tous les baptisés dans le Christ,

afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission

au service de l'Évangile.

Nous te le demandons par le Christ notre Seigneur.

Amen.

 

Marie, Reine des Apôtres, prie pour nous !

 

Prière pour les prêtres

 

Seigneur, Jésus, Christ prêtre,

Toi qui as choisi des hommes pour continuer ton sacerdoce,

Pour rendre présent aujourd’hui

ta vie de Ressuscité dans l’Eucharistie et les Sacrements,

nous te prions pour notre évêque, …..

 et pour tous nos prêtres,

Plus particulièrement pour ceux

que tu as choisis pour nos paroisses

Et tous ceux qui se sont confiés à nos prières ……

Nous te demandons de les bénir,

de les sanctifier,

de les soutenir dans les difficultés, les tentations,

les souffrances qu’ils rencontrent dans leur vie sacerdotale.

Que l’Esprit Saint les imprègne de sa présence,

leur donne la sagesse, le discernement,

l’humilité, la force spirituelle,

le don de toucher les cœurs.

Vierge bénie, toi qui es la Mère de l’unique prêtre,

prends sous ta maternelle protection

les prêtres du monde entier.

Saint Jean Marie Vianney, prie pour les prêtres. 

Amen.

 

  Myriam de Gemma

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-04-22