Temple de l’Esprit Saint

Vous êtes le temple de l’Esprit Saint

 

Introduction

Saint Paul nous l’affirme : tout baptisé est le temple de l’Esprit Saint.

« Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? » 1Cor 3/16

Oh certes nous savons bien que depuis le jour de notre baptême nous avons reçu en nous l’Esprit Saint. Mais avons-nous bien conscience de ce que cela implique pour nous ?

 Avons-nous bien conscience que cette habitation nous met à part de la vie du monde et que dès lors tout n’est plus bon pour nous ?

 Nous sommes fait d’un corps, d’un esprit, d’un cœur … c’est tout cela qui est habité par l’Esprit de Dieu et pas seulement un petit coin de nous-mêmes. Nous ne pouvons pas dire : « mon cœur est à Dieu ! Il ne me dira rien si je fume même de trop et que cela nuit à ma santé ! » Non ! C’est tout notre être qui appartient à Dieu c’est tout notre être qui est habité par Dieu, c’est tout notre être qui doit lui revenir en offrande d’amour et de louange !

Dès lors, puisque Dieu habite en nous et que nous sommes ses enfants, nous avons à nous conduire comme des enfants de Dieu, comme des êtres remplis de l’Esprit Saint, de l’Esprit de Dieu. C’est-à-dire : vivre dans la sainteté et dans l’amour.

C’est bien ce que nous dit encore St Paul en 1 cor 6/19.20

19 –«  Ou bien ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint Esprit, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Et que vous ne vous appartenez pas ? 20 - Vous avez été bel et bien achetés ! Glorifiez donc Dieu dans votre corps. »  1 Cor 6/19.20

Et encore en romains 12/1.2

1 – « Je vous exhorte donc, frères, par la miséricorde de Dieu, à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu : c'est là le culte spirituel que vous avez à rendre. 2 - Et ne vous modelez pas sur le monde présent, mais que le renouvellement de votre jugement vous transforme et vous fasse discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait. »   Rom 12/1.2

Essayons donc maintenant de voir à quoi peut correspondre cet appel à la sainteté dans tout notre être, dans toute notre vie.

L’Esprit Saint est esprit d’amour

L’Esprit Saint est esprit d’amour de Dieu, cela signifie donc qu’il n’est pas un justicier légaliste, mais bien qu’il nous appelle à vivre l’appel de Dieu, la loi de Dieu, dans l’amour.

Ainsi donc, je ne suis pas appelé à renoncer au péché à cause d’une sanction pénale, fut-ce la damnation, je suis appelé à renoncer au péché parce que Dieu m’aime, parce qu’il m’aime personnellement et me remplit lui-même de son amour … C’est de cet amour que je dois vivre, c’est à cet amour que je me dois de correspondre ; c’est de cet amour que je dois être témoin. L’amour appelle l’amour, si nous n’avons pas d’amour alors la loi ne sert de rien, les dons, les charismes que je pourrais avoir ne servent de rien. Écoutons encore St Paul :

1 – « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je ne suis plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit. 2 - Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. 3 - Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien. »   1 cor 13/1.3

Saint Paul va très loin, en affirmant que l’on peut même donner sa vie en pure perte si ce n’est pas fait dans l’amour. Cela doit nous amener à réfléchir sur ce qui motive nos actions de la journée. Les faisons-nous par obligation ? Les faisons-nous à contrecœur ? Chaque geste en effet, même le plus anodin peut et doit être vécu dans l’amour de Dieu et des autres.

Si j’aime Dieu, et que je fais tout par amour de lui, alors je ferai très vite aussi, tout dans l’amour des autres. Bien vite j’apprendrai à m’oublier, bien vite j’apprendrai à faire passer les autres avant moi. La colère, la haine, la vengeance disparaîtront de mon cœur. Mais pour en arriver là, il nous faut chaque jour prendre le temps de nous arrêter devant le Seigneur, prendre le temps de le regarder, de reconnaître son amour pour nous et de nous offrir sincèrement à répondre à cet amour, en lui offrant chaque geste, chaque rencontre, chaque pensée, chaque battement même de notre cœur. Dieu en effet ne nous a pas lâchés tout seul dans la nature en nous disant de nous débrouiller ! Non, il marche en permanence à nos côtés ; plus même, il est là qui nous porte dans nos difficultés. Apprenons à le regarder, apprenons à le reconnaître et décidons nous à marcher consciemment et de tout notre cœur avec lui. Certes cela va nous obliger à renoncer à bien des choses, qui peuvent nous paraître actuellement plaisirs légitimes, voir plaisirs inaliénables … et pourtant plaisirs si nocifs, car toxiques tant à notre corps, qu’à notre âme, tant ils nous séparent du respect de la vie que Dieu nous offre.

Oui notre corps est fait pour l’amour de Dieu

Prenons ici le temps de réfléchir sur notre corps et puisqu’il est le temple de Dieu, comparons-le à une de nos églises.

Accepterions nous que ses murs soient noirs de crasse et de fumée, créant une atmosphère irrespirable ? Certes non ! Et pourtant c’est ce que nous faisons de notre corps en enfumant nos poumons ne leur permettant pas ainsi de remplir leur fonction !

 Accepterions-nous d’avoir des traces de brûlures de cigarette ou des tâches de vin indélébiles sur la nappe d’autel ? Certes non ! Et pourtant n’est-ce pas ce que nous faisons en fumant et buvant exagérément ? Ne salissons-nous pas, non seulement notre corps mais aussi notre cœur, en manquant ainsi au respect de nous-mêmes, à l’amour de nous-mêmes, et des autres, qui sont atteints, que nous le voulions ou non, par notre comportement ?

Accepterions-nous de voir se délabrer les murs de notre église ? Plus encore, accepterions de participer nous-mêmes au délabrement des murs de notre église ? Certes non. Et pourtant n’est-ce pas ce que nous faisons, lorsque nous mangeons mal, que ce soit trop ou pas assez, lorsque nous ne respectons pas les régimes médicaux qui nous sont donnés par les médecins ?  N’est-ce pas ce que nous faisons lorsque nous menons une vie débridée, soit dans les plaisirs soit dans le travail, en ne prenant pas le temps suffisant pour reposer notre corps afin qu’il puisse refaire ses forces ?

L’église est faite pour accueillir le croyant qui vient vers Dieu. Nous aussi nous sommes faits pour cela, chacun pour sa part, nul n’étant dispensé d’aimer. Mais quel amour puis-je donner aux autres, si je ne m’aime pas moi-même ? Quelle écoute puis-je avoir des autres si je ne m’écoute pas moi-même dans mon corps ? Quel reflet de Dieu puis-je être, si je me détruis, si je me dégrade ?

L’église est le lieu ou je viens rencontrer mon Seigneur et mon Dieu, mais aussi mon créateur.  Cependant, comment puis je réellement rencontrer Dieu créateur de mon corps, de mon cœur de mon âme si je ne respecte pas la vie qu’il me donne, si je ne respecte pas le temple qu’il me donne pour la vivre ?

Il parait évident qu’ici nous avons besoin de nous arrêter et de nous remettre en cause , en toute vérité , humilité devant le Seigneur, en nous posant les questions suivantes  comme si c’était Dieu lui-même qui nous les posait:

-          Regarde, comment prends-tu soin du corps que je t’ai donné ?

-          Ce corps qui est le tien, sais-tu l’aimer ?

-          Reconnais-tu à quel point tu as pu l’abîmer, le dénaturer ?

-          Le reçois-tu de moi ?

-          Ce corps en fais-tu, ta propriété ou me le remets-tu ?

-          Ce corps est-il service amour, don … Ou est-il égoïsme, égocentrisme, plaisir personnel, orgueil de l’apparence ? ….

Nous avons tous, à différents niveaux, besoin de faire, de vivre, cet examen de conscience quant à notre corps. C’est lui le véhicule de notre vie dans l’amour de Dieu. Comment pourrons-nous vraiment avancer si nous ne l’entretenons pas, si nous le laissons se dégrader. Les mauvaises habitudes sont insidieuses et parfois nous ne les voyons pas, il nous faut donc nous arrêter de temps à autre dans notre vie pour faire ce point de révision. Ne soyons jamais trop sûrs de notre sagesse dans ce domaine, suivons plutôt le conseil de la bible :

7 – « Ne te figure pas être sage, crains Yahvé et détourne toi du mal : 8 - cela sera salutaire à ton corps et rafraîchissant pour tes os. »  Proverbes 3/7.8

Afin que nous soyons vraiment témoin de Dieu ainsi que le dit Sirac

« Une lumière brillant sur un lampadaire sacré, ainsi la beauté d'un visage sur un corps bien planté ». Sirac 30/14

Prendre soin des autres , comme du temple de Dieu

Nous le savons nous ne pouvons être chrétien tout seul, nous le sommes ensemble c'est-à-dire en Église, Église dont le Christ est la tête ainsi que nous pouvons le lire en Éphésien 1/22.23

22 – « Il (Dieu) a tout mis sous ses pieds, et l'a constitué, au sommet de tout, Tête pour l'Église, 23 - laquelle est son Corps, la Plénitude de Celui qui est rempli, tout en tout. »     Eph 1/22.23

Oui nous avons à être témoin de l’amour de Dieu devant les autres, et nous avons aussi à prendre soin d’eux, car si chaque chrétien est temple de l’Esprit, ainsi que nous pouvons le lire en 1 cor 12/27,

« Or vous êtes, vous, le corps du Christ, et membres chacun pour sa part ». 1 Cor 12/27

L’ensemble des chrétiens lui, forme le Corps du Christ. Ainsi tout le mal que je me fais en ne prenant pas soin de mon corps, de mon esprit, de tout mon être, c’est aussi au Christ que je le fais puisque je suis membre de son Corps ; pareillement, le mal que je peux faire à l’autre par mon comportement, je le fais aussi au Christ. Plus même, chaque fois que je ne viens pas en aide à mon frère, ma sœur, en Christ, pour l’aider à réaliser l’amour de Dieu en son être, c’est à Dieu que je fais aussi ce tort ! Oui, l’amour de Dieu nous rend responsables et solidaires les uns des autres, et St Paul ne fait pas dans le détail quand il affirme que Dieu ne laissera pas cela sans réagir !

16 – « Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? 17 - Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, celui-là, Dieu le détruira.  Car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous. »    1 Cor 3/16

Nous sommes aujourd’hui si souvent à parler de la miséricorde du Christ que nous avons parfois tendance à le considérer comme un « tonton gâteau » qui passera sur toutes nos bêtises, sur tous nos manquements ! C’est faire là une injure à Dieu que de le considérer ainsi, car s’il est miséricorde, il attend tout de même de notre part que nous reconnaissions nos torts et que nous nous en détournions résolument, voir que nous réparions les dégâts occasionnés par nos mauvaises conduites. De la même façon il attend de nous, que par amour des autres, nous les aidions à vivre dans l’amour cette unité du Corps du Christ. Suivons donc l’exhortation de St Paul aux romains et grandissons à la fois dans la sainteté et l’amour de l’unité de l’Église.

3 – « Au nom de la grâce qui m'a été donnée, je le dis à tous et à chacun : ne vous surestimez pas plus qu'il ne faut vous estimer, mais gardez de vous une sage estime, chacun selon le degré de foi que Dieu lui a départi. 4 - Car, de même que notre corps en son unité possède plus d'un membre et que ces membres n'ont pas tous la même fonction, 5 - ainsi nous, à plusieurs, nous ne formons qu'un seul corps dans le Christ, étant, chacun pour sa part, membres les uns des autres.   Rom 12/3.5

Et suivons aussi les conseils de St Jacques qui nous rappelle, que notre foi en Dieu, notre amour de Dieu ne peuvent avoir de sens et de valeur que dans la mesure où nous vivons concrètement dans l’amour des autres …

14 – « A quoi cela sert-il, mes frères, que quelqu'un dise : " J'ai la foi ", s'il n'a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ? 15 - Si un frère ou une sœur sont nus, s'ils manquent de leur nourriture quotidienne, 16 - et que l'un d'entre vous leur dise : " Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous ", sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il ? 17 - Ainsi en est-il de la foi : si elle n'a pas les œuvres, elle est tout à fait morte ».   Jacques 2/14.17

Nécessité de rompre avec le péché

Dans le livre de la Sagesse nous pouvons lire :

4 – « Non, la Sagesse n'entre pas dans une âme malfaisante, elle n'habite pas dans un corps tributaire du péché. 5 - Car l'Esprit Saint, l'éducateur, fuit la fourberie, il se retire devant des pensées sans intelligence, il s'offusque quand survient l'injustice ». Sagesse 1/4

Oui, nous l’avons dit l’Esprit de Dieu est amour et sainteté, or qui dit sainteté dit rupture d’avec le péché. Le péché étant en soi un refus de l’amour de Dieu, nous pouvons comprendre que toute conversion durable ne peut se vivre que dans l’amour, l’amour de Dieu, des autres et de nous-mêmes. 

Bien souvent lorsque nous nous examinons, nous voyons que nous nous heurtons toujours aux mêmes fautes, aux mêmes difficultés ; c’est que notre nature humaine a ses limites et qu’il nous faut faire avec.

 Saint Paul aussi vivait cette difficulté

15 – « Vraiment ce que je fais je ne le comprends pas : car je ne fais pas ce que je veux, mais je fais ce que je hais (…..) 25 - Malheureux homme que je suis ! Qui me délivrera de ce corps qui me voue à la mort ? » Rom 7/15,25

Mais il rajoute tout de suite :

« Grâces soient à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur ! » Rom 7/26

Il sait que Dieu est là, et que c’est lui qui le délivrera.

Ainsi donc, nous ne devons pas nous satisfaire de rester dans notre état de pécheur chronique ! Ce que nous, nous ne pouvons pas réaliser de par nos propres forces, Dieu, lui, peut le réaliser en nous. La conversion de notre cœur est quelque chose qu’il nous faut toujours demander à Dieu. Jamais ici bas, nous ne serons assez saints pour nous en dispenser. Et si nous la demandons, cela implique aussi, que nous nous y appliquions selon nos forces et notre cœur. Nous avons à combattre toutes les mauvaises tendances en nous selon ce que nous dit encore St Paul à travers son épître aux Corinthiens : 

.....  13 –« Mais le corps n'est pas pour la fornication ; il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps. 14 - Et Dieu, qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera, nous aussi, par sa puissance. 15 - Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ ? Et j'irais prendre les membres du Christ pour en faire des membres de prostituée ! Jamais de la vie ! 16 - Ou bien ne savez-vous pas que celui qui s'unit à la prostituée n'est avec elle qu'un seul corps ? Car il est dit : Les deux ne seront qu'une seule chair. 17 - Celui qui s'unit au Seigneur, au contraire, n'est avec lui qu'un seul esprit. 18 - Fuyez la fornication ! Tout péché que l'homme peut commettre est extérieur à son corps ; celui qui fornique, lui, pèche contre son propre corps. 19 - Ou bien ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint Esprit, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Et que vous ne vous appartenez pas ? 20 - Vous avez été bel et bien achetés ! Glorifiez donc Dieu dans votre corps ».     1 cor 6/13.20

Et cet effort de conversion, de respect de notre vie, de notre être, nous ne devons pas le vivre à cause d’une loi de pénalisation mais bien parce que Dieu nous aime, il nous aime tellement qu’il a donné son Fils Jésus pour nous sauver. Et Jésus, tout comme le Père, nous aime tellement, qu’il est mort sur la croix pour nous ! Ainsi que nous pouvons le lire en Colossiens 1/21.22

21 – « Vous-mêmes, qui étiez devenus jadis des étrangers et des ennemis, par vos pensées et vos œuvres mauvaises, 22 - voici qu'à présent Il vous a réconciliés dans son corps de chair, le livrant à la mort, pour vous faire paraître devant Lui saints, sans tache et sans reproche ».. Col 1/21.22

Allons nous laisser tant d’amour sans réponse ou allons-nous prendre dans l’amour et la confiance, le chemin de la sanctification ? ….  Si nous aimons vraiment Dieu, alors nous prendrons ce chemin d’amour et de sainteté comme nous y appelle l’épître aux Romains

12 – « Que le péché ne règne donc plus dans votre corps mortel de manière à vous plier à ses convoitises. 13 - Ne faites plus de vos membres des armes d'injustice au service du péché ; mais offrez-vous à Dieu comme des vivants revenus de la mort et faites de vos membres des armes de justice au service de Dieu. 14 - Car le péché ne dominera pas sur vous : vous n'êtes pas sous la Loi, mais sous la grâce ». Rom 6/12.14

Ou encore l’épître aux Thessaloniciens

3 – « Et voici quelle est la volonté de Dieu : c'est votre sanctification ; c'est que vous vous absteniez d'impudicité, 4 - que chacun de vous sache user du corps qui lui appartient avec sainteté et respect, 5 - sans se laisser emporter par la passion comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu ; 6 - que personne en cette matière ne supplante ou ne dupe son frère. Le Seigneur tire vengeance de tout cela, nous vous l'avons déjà dit et attesté. 7 - Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté mais à la sanctification. 8 - Dès lors, qui rejette cela, ce n'est pas un homme qu'il rejette, c'est Dieu, lui qui vous a fait le don de son Esprit Saint. »   1 Thess 4/3.8

Nécessité de la démarche de pardon et de réparation

Nous l’avons vu, nous sommes bien incapables de parvenir, à la sainteté par nos propres forces, puisque nous nous heurtons si souvent aux mêmes fautes. Il nous faut pour cela la grâce de Dieu, et cette grâce nous la trouvons dans les sacrements, particulièrement la confession et l’eucharistie. Parlons donc un peu de la nécessité de demander pardon, de se confesser.

Quand quelqu’un nous blesse d’une façon ou d’une autre nous aimons bien qu’elle revienne vers nous avec des excuses sincères ... Eh bien agissons de même envers Dieu et les autres. Dieu n’est qu’amour, tout manquement, toute faute lui est une blessure, et il attend de notre part que reconnaissant son amour et notre faiblesse nous venions lui demander pardon, et lui demander aussi son aide, sa grâce pour ne plus l’offenser ainsi. La grâce de Dieu passera en nous si notre regret est vraiment sincère ... (comme il serait trop long ici de s’étendre sur le sujet du pardon, pour plus de détails voir l’enseignement sur le pardon) Normalement toute rencontre avec le Christ doit déboucher sur une grâce de conversion à l’image de Zachée, qui rencontrant l’amour du Christ se décide à rendre plus qu’il n’a volé !

8 – « Mais Zachée, debout, dit au Seigneur : " Voici, Seigneur, je vais donner la moitié de mes biens aux pauvres, et si j'ai extorqué quelque chose à quelqu'un, je lui rends le quadruple. » 9 - Et Jésus lui dit : " Aujourd'hui le salut est arrivé pour cette maison, parce que lui aussi est un fils d'Abraham  10 - Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.  "   Luc 19/8.10

Ainsi donc, nous voyons à quel point l’amour appelant l’amour, la réparation des torts n’est pas une affaire pénale mais bien une affaire de justice et de cœur. Cela peut nous emmener très loin, car l’amour n’a guère de limites et saint Paul en parle comme d’un combat, d’une course, qui a pour but final la vie éternelle.

24 – « Ne savez-vous pas que, dans les courses du stade, tous courent, mais un seul obtient le prix ? Courez donc de manière à le remporter. 25 - Tout athlète se prive de tout ; mais eux, c'est pour obtenir une couronne périssable, nous une impérissable. 26 - Et c'est bien ainsi que je cours, moi, non à l'aventure ; c'est ainsi que je fais du pugilat, sans frapper dans le vide. 27 - Je meurtris mon corps au contraire et le traîne en esclavage, de peur qu'après avoir servi de héraut pour les autres, je ne sois moi-même disqualifié.  1 Cor 9/24.27

Il faut en effet savoir se dépasser, se faire même violence pour vivre dans l’amour du Christ et donc des autres. L’évangile ne nous dit pas si cela a été facile pour Zachée de redonner ses biens, mais il l’a fait ! 

Sommes nous prêts nous aussi, à nous dépasser, non seulement pour demander pardon, mais encore pour réparer les torts causés à l’amour de Dieu et des autres ? Sommes-nous prêts aussi à nous pardonner à nous-mêmes nos erreurs passées, nos fautes « chroniques » pour être ouvert à l’amour reconstructeur du Christ ? Sommes nous prêts à réparer ces fautes, en faisant l’effort du changement de vie nécessaire ? (Ex : arrêter de boire, de fumer, de mal manger ; supprimer les mauvaises lectures, ne plus regarder les mauvais films, changer aussi nos mauvaises habitudes. etc.)

Se nourrir de la nourriture même de Dieu

Nous le voyons la vie spirituelle, la vie d’amour avec le Christ est un vrai défi qui dépasse de loin notre humanité. Comment y arriver ? Eh bien, il faut se nourrir de Dieu, de son amour, et outre le sacrement de confession, l’eucharistie nous apporte aussi cette nourriture  essentielle, qui est le Corps même du Christ, la vie du Christ en nous ! Par son Corps, il vient faire sa demeure en notre cœur, pour peu que nous voulions bien l’y recevoir et lui faire un peu de place. Oh certes, nous savons bien que l’hostie est présence réelle du Christ, que ce n’est pas un mythe ; nous croyons à la parole de l’évangile qui nous dit que :

26 – « Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : " Prenez, mangez, ceci est mon corps. " 27 - Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : " Buvez-en tous ; 28 - car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. »   Mat 26/26.28

Mais avons-nous vraiment conscience de cela, lorsque par paresse ou par « autre chose à faire », nous n’y allons pas ?  Combien de jours, serions-nous capables de vivre sans manger, sans boire ? Pas longtemps ! Et combien de jours restons-nous sans recevoir le Corps du Christ ? Quelquefois même combien de mois, voir d’années ? Et nous nous étonnons que notre vie ne soit pas épanouie, qu’il nous manque quelque chose, que nous rencontrons des « problèmes insurmontables » ; que nous n’arrivons pas à nous départir de nos défauts majeurs qui nous empoisonnent la vie ? Comment pourrions nous être témoins de l’amour de Dieu, être résidence de l’amour de Dieu si nous ne recevons pas cet amour dans les sacrements que sont la confession, et l’Eucharistie ? Nous sommes alors comme une maison dont les volets sont fermés, certes il y a de la lumière dans cette maison, mais qui la voit à l’extérieur alors que tout est clos ?  L’eucharistie est communion, c'est-à-dire « union avec ». Dans l’eucharistie je reçois Jésus et je me donne aussi à lui, c’est cette communion profonde qui peut engendrer la vie en nous, au sein de notre monde. Nous ne saurions être véritablement le temple de l’Esprit Saint, la lumière du monde si nous ne vivons pas de l’eucharistie.  (Sur les bonnes dispositions pour bien vivre l’eucharistie voir l’enseignement « bien vivre l’eucharistie ») La communion nous unit en effet au Christ mais aussi à tous nos frères et sœurs en lui, c a d à l’humanité entière ; puisque Jésus est venu pour sauver tous les hommes.  La communion fait entre nous l’unité, unité que nous sommes appelés à vivre ainsi que le dit St Paul dans sa lettre aux corinthiens :

16 – « La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas communion au corps du Christ ? 17 - Parce qu'il n'y a qu'un pain, à plusieurs nous ne sommes qu'un corps, car tous nous participons à ce pain unique ». 1 cor 10/16.17

Et à ce titre, ce corps que nous formons, et qui est l’Église, est lui aussi temple de l’Esprit Saint ; donc à chaque fois que j’éteins sa lumière en moi, j’assombris aussi la lumière de l’Église. C’est là une responsabilité que je ne dois pas, que je ne peux pas ignorer, surtout à une époque et dans un monde où elle se trouve attaquée de partout.

Avoir le courage de notre foi

Ainsi donc être le temple du Saint Esprit c’est aussi avoir le courage de notre foi face au monde qui nous entoure, c’est malheureusement de plus en plus difficile et dangereux, dans bien des pays qui nous entourent !

Mais rappelons nous, que de tous temps, le peuple de Dieu a dû marquer son choix ; et bien souvent au risque de sa vie.

Ainsi en est il de Shadrak, Méshak et Abed-Nego, qui refusant de sacrifier aux idoles se retrouvent sur un bûcher, au milieu d’une fournaise.

13 – « Alors, frémissant de colère, Nabuchodonosor manda Shadrak, Méshak et Abed-Nego. Aussitôt on amena ces gens devant le roi. 14 - Et Nabuchodonosor leur dit : "Est-il vrai, Shadrak, Méshak et Abed-Nego, que vous ne serviez point mes dieux et ne fassiez pas adoration à la statue d'or que j'ai élevée? 15 - Êtes-vous disposés, quand vous entendrez sonner trompe, pipeau, cithare, sambuque, psaltérion, cornemuse et toute espèce de musique, à vous prosterner et à faire adoration à la statue que j'ai faite ? Si vous ne lui faites pas adoration, vous serez incontinent jetés dans la fournaise de feu ardent; et quel est le dieu qui vous délivrerait de ma main ?" 16 - Shadrak, Méshak et Abed-Nego répondirent au roi Nabuchodonosor : "Point n'est besoin pour nous de te donner réponse à ce sujet 17 - si notre Dieu, celui que nous servons, est capable de nous délivrer de la fournaise de feu ardent, et de ta main, ô roi, il nous délivrera; 18 - et s'il ne le fait pas, sache ô roi, que nous ne servirons pas ton dieu, ni n'adorerons la statue d'or que tu as élevée." » Daniel 3/13.18

Jésus lui-même ne vint pas dans un pays en paix, mais dans un pays occupé par un pouvoir militaire qui n’hésitait pas à être répressif. Il en subira d’ailleurs une des peines capitales : la crucifixion.

La plupart des apôtres eux aussi, périrent pour leur foi ! Pierre fut cloué sur une croix, Paul fut décapité ... etc. Mais aucun d’eux ne renia sa foi.

Les chrétiens des premiers temps eurent également beaucoup à souffrir des persécutions, certains tinrent bon, d’autre faiblirent et se détournèrent de Dieu ... On pourrait être tenté de les juger intérieurement aujourd’hui ! Mais et nous ? Honnêtement que faisons nous de notre foi ? Que faisons-nous de notre foi alors que nous sommes dans un pays où la liberté religieuse est effective ? Serions-nous capables de tout braver, même la mort, pour ne pas renier notre foi en Dieu, notre appartenance au Corps du Christ qu’est l’Église ? Soyons clairs, combien de fois ne nous taisons nous pas devant des actes et des affirmations contraires à Dieu, à l’Église ? Combien de fois, manquons nous de courage pour faire simplement un geste de foi face à d’autres personnes sous prétexte quelles ne nous comprendraient pas ?  Si nous nous examinions avec précision et en pleine vérité, alors nous verrions à quel point notre vie, peut être pleine de compromis, de petites lâchetés ... qui nous font ni plus ni moins que renier notre foi !

Pourtant à l’instar des apôtres qui ont vécu la Pentecôte, nous aussi nous avons reçu l’Esprit Saint en nous, lors de notre baptême, lors de notre confirmation ....  Où donc est ce courage qui devrait nous faire sortir dire l’amour de Dieu à la face du monde comme on le voit vivre dans les actes des apôtres ?

1 – « Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, 2 - quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d'un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. 3 - Ils virent apparaître des langues qu'on eût dites de feu ; elles se partageaient, et il s'en posa une sur chacun d'eux. 4 - Tous furent alors remplis de l'Esprit Saint et commencèrent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer ». Actes 2/1.4

Ou alors avons simplement oublié la force de la parole du Christ lui-même qui nous dit :

" Ne craignez rien de ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt Celui qui peut perdre dans la géhenne à la fois l'âme et le corps. » Mat 10/28

Oui, Le Seigneur nous appelle à avoir le courage de notre foi, c’est un combat que nous avons à mener dans l’amour de Lui et des autres. Cela ne veut pourtant pas dire que nous sommes tous appelés au martyr, loin s’en faut ! Mais tous nous avons à porter notre croix, qui est le courage de vivre selon les valeurs évangéliques. Paul nous partage son expérience à ce niveau lorsqu’il écrit :

24 – « En ce moment je trouve ma joie dans les souffrances que j'endure pour vous, et je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l'Église. 25 - Car je suis devenu ministre de l'Église, en vertu de la charge que Dieu m'a confiée, de réaliser chez vous l'avènement de la Parole de Dieu. » Col 1/24.25

Oui être témoin du Christ, même si cela s’avère difficile et source de souffrance, est aussi une source de joie profonde, car être ainsi témoin de Dieu et de son amour, c’est être source de vie .... Or qui donne la vie n’est pas triste ! 

Conclusion

Ainsi nous le voyons, vivre en pleine conscience avec l’Esprit Saint qui nous habite, implique bien des choses :

-          L’amour de Dieu :

«  Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit. »  Luc 10/25

-          L’amour des autres et de nous mêmes:

« Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous mêmes pour eux : voilà la Loi et les Prophètes. »    Matthieu 7/12

 Et encore

43 - « Vous avez entendu qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. 44 - Eh bien ! moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs, 45 - afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes ».   Matthieu 5/43.45

-          Vivre au quotidien le combat spirituel donc combattre nos mauvaises tendances humaines afin d’être vraiment témoin de Dieu et demeure sainte pour l’Esprit de Dieu

« Car si vous vivez selon la chair vous mourrez.  Mais si par l'Esprit vous faites mourir les œuvres du corps, vous vivrez ».    Rom 8/13

-          Mais le vivre dans la foi et la pleine confiance, qu’en tout ce qui concerne notre vie que Dieu sera toujours là pour marcher avec nous

22 – « Puis il dit à ses disciples : " Voilà pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez. 23 - Car la vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. »   Luc 12/22

-          Croire en la vie éternelle auprès de Dieu qui alors nous comblera de tout bien

20 – « Pour nous, notre cité se trouve dans les cieux, d'où nous attendons ardemment, comme sauveur, le Seigneur Jésus Christ, 21 - qui transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire, avec cette force qu'il a de pouvoir même se soumettre toutes choses. »    Philip 3/20.21

-          Et surtout nous confier chaque jour à l’Esprit Saint, qui habite en nous et qui lui peut nous faire vivre toute chose dans l’amour de Dieu selon la parole même du Christ :

13 – « Mais quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous introduira dans la vérité tout entière ; car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu'il entendra, il le dira et il vous dévoilera les choses à venir. 14 - Lui me glorifiera, car c'est de mon bien qu'il recevra et il vous le dévoilera. » Jean 16/13.14

 et demandons avec St Paul (2 Cor 13/13) que La grâce du Seigneur Jésus Christ, l'amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient toujours avec nous tous !  

 

 Myriam de Gemma

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2015-11-25