Trinité

Trinite roublev

Vivre avec la Sainte Trinité

En tant que chrétiens catholiques nous croyons à la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit. Nous disons même que ce sont là trois personnes en une seule …..

Cependant, dès que nous essayons d’y réfléchir un peu, nous perdons pied …. Et cela se voit dans notre vie spirituelle, dans notre vie de prière. Que de fois n’entendons-nous pas : «  il faut prier le Père,    non, il faut prier le Fils    , non il faut prier l’Esprit Saint … ». Et il arrive souvent que des personnes demandent : « mais alors qui je dois prier ? »

Pour comprendre la Sainte Trinité et surtout pour vivre avec elle, en plus du dogme à proprement parler, il faut découvrir qui sont vraiment les trois personnes et comment elles interfèrent dans notre vie.

Du dogme de la Sainte Trinité

Un seul Dieu en trois personnes …. Il est évident que cela dépasse le raisonnement humain ! Ce n’est donc pas par la raison que l’on comprend la Trinité, mais par le cœur.

Nous ne croyons pas en trois dieux mais en un seul qui se découvre en tant que Père, que Fils et qu’Esprit Saint.

La Trinité n’est pas un concept philosophique ou autre, c’est une entité réelle, vivante, formée de trois personnes vivant au même diapason. Aucun conflit n’existe dans la Sainte Trinité, c’est une communion parfaite.

La Trinité est de tout temps, même si les chrétiens ont vraiment découvert l’Esprit Saint après la résurrection de Jésus, et notamment à la Pentecôte, l’Esprit Saint existait déjà dans la Bible  tout au commencement.

 Par ailleurs on en a une très belle illustration par la visite à Abraham au chêne de Mambré.

Trinite roublev[1] Yahve lui apparut au Chêne de Mambré, tandis qu'il était assis à l'entrée de la tente, au plus chaud du jour. [2] Ayant levé les yeux, voilà qu'il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui ; dès qu'il les vit, il courut de l'entrée de la Tente à leur rencontre et se prosterna à terre. [3] Il dit : "Monseigneur, je t'en prie, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, veuille ne pas passer près de ton serviteur sans t'arrêter. [4] Qu'on apporte un peu d'eau, vous vous laverez les pieds et vous vous étendrez sous l'arbre.   Gen 18,1.3

Cette visite a été représentée par l’icône de Roublev. De fait on y voit trois anges (pour comprendre, il faut savoir que dans l’Ancien Testament quand on parle de l’ange du Seigneur, on parle de Dieu même), et la tradition assimile cette icône à la Trinité car Roublev s’y est exprimé tout particulièrement avec les regards et en y incluant l’eucharistie, (le calice avec l’agneau).

On y voit trois personnes distinctes et identiques. Elles ont donc une identité de nature mais leurs regards sont différents. Il y a le Père qui regarde l’Esprit Saint, L’Esprit Saint regarde Jésus et Jésus au lieu de renvoyer son regard vers le Père, regarde vers la table, où il y a un calice avec un agneau dedans, c’est le signe de la Passion qu’il doit vivre. Si on suit les regards on a un mouvement descendant, et on peut y voir le regard d’amour de Dieu qui s’abaisse vers l’homme.  ….

Jésus lui-même nous parle de la Trinité et il nous en parle comme d’une réalité vivante agissante au cœur de l’homme :

[10] Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même : mais le Père demeurant en moi fait ses œuvres. [11] Croyez-m'en ! je suis dans le Père et le Père est en moi. Croyez du moins à cause des œuvres mêmes. [12] En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que je fais ; et il en fera même de plus grandes, parce que je vais vers le Père. [13] Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.[14] Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. [15] Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements ; [16] et je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu'il soit avec vous à jamais, [17] l'Esprit de Vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu'il ne le voit pas ni ne le reconnaît. Vous, vous le connaissez, parce qu'il demeure auprès de vous. Jean 14,10.17

Le Père

 Le Père est le créateur de tout. Ainsi que nous l’affirmons dans le credo

Je crois en un seul Dieu,
le Père Tout-Puissant,
Créateur du ciel et de la terre
de l’univers visible et invisible…..

Oui Le Père a tout créé, l’univers visible que nous ne cessons de découvrir et l’univers invisible que nous découvrirons après notre mort. Deux univers apparemment séparés mais qui pourtant forment un tout.

 Et au cœur de cet univers, il a crée une créature toute particulière, elle n’est ni la plus grande par sa taille ni la plus petite, mais parce que Dieu l’a fait a sa ressemblance elle dépasse tout ce qui est crée. Et cette créature c’est l’homme. Qu’est-ce qui lui donne cette « supériorité » ? Son âme ! C’est-à-dire sa capacité à vivre dans la connaissance de Dieu, dans l’amour de Dieu.

Dès le début, dans la bible Dieu se présente comme créateur mais aussi comme un père. Un père, qui aimant ses enfants, attend d’eux une réponse d’amour, une vie de communion. Et dans l’évangile de l’enfant prodigue, Jésus nous le démontre bien. (Luc 15,11.32)

Et il aime tellement cette créature qu’il a faite dans l’amour et pour l’amour, qu’il enverra son Fils Unique Jésus, pour la sauver de la mort éternelle.

Car la Passion est le fait du Père comme du Fils et du Saint Esprit. Cette œuvre de salut  s’est vécue d’un commun accord. Et Jésus nous le montre bien dans l’évangile

[17] c'est pour cela que le Père m'aime, parce que je donne ma vie, pour la reprendre. [18] Personne ne me l'enlève ; mais je la donne de moi-même. J'ai pouvoir de la donner et j'ai pouvoir de la reprendre ; tel est le commandement que j'ai reçu de mon Père." Jean 10,17.18

Ainsi donc le Père, nous veut vivants dans son amour. Il connait bien notre faiblesse, et il sait que nous ne pouvons parvenir à vivre ici bas en permanence dans son amour. Le péché est là ! Mais il ne nous rejette pas, il attend simplement l’aveu et le regret sincères pour nous faire miséricorde et nous rétablir dans la pleine communion.

Le Fils

Deuxième personne à part entière de la Trinité, n’est pas une créature du Père, mais il est de même nature que le Père. Il est Dieu !

Incarné,  il est celui qui a donné sa vie pour notre salut éternel. Tout à la fois homme et Dieu, il n’a pas fait semblant de vivre sa Passion.  Il a été jusqu’au bout de l’amour en prenant sur Lui nos péchés.

Voici venue l'heure où doit être glorifié le Fils de l'homme. [24] En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. [25] Qui aime sa vie la perd ; et qui hait sa vie en ce monde la conservera en vie éternelle.  Jean 12,23.25

Et l’épisode de Gethsémani nous montre bien le combat livré :

[37] Et prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir tristesse et angoisse. [38] Alors il leur dit : "Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi." [39] Etant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière : "Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux."….Matthieu 26,37.39….

Il est celui qui intercède pour tous et pour chacun, en tout temps :

[20] Je ne prie pas pour eux seulement, mais aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi, [21] afin que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu'eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé. [22] Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un : [23] moi en eux et toi en moi, afin qu'ils soient parfaits dans l'unité, et que le monde reconnaisse que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. Jean 17,20.23

Et il poursuit en nous son œuvre, de salut à travers les sacrements et tout particulièrement celui de l’eucharistie, comme il l’a dit dans l’évangile

[53] Alors Jésus leur dit : "En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et ne buvez son sang, vous n'aurez pas la vie en vous. [54] Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. [55] Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson. [56] Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. Jean 6,53.56

Et encore

[26] Or, tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : "Prenez, mangez, ceci est mon corps." [27] Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : "Buvez-en tous ; [28] car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. [29] Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai avec vous, nouveau, dans le Royaume de mon Père."  Matthieu 26,26.29

Sa résurrection des morts, où il s’est rendu visible aux disciples (et même à des centaines de personnes)  comme en atteste l’évangile, ratifie, qu’il est bien le Messie, le Sauveur, le Fils de Dieu !

 [1] Après cela, Jésus se manifesta de nouveau aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Il se manifesta ainsi : [2] Simon-Pierre, Thomas, appelé Didyme, Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée et deux autres de ses disciples se trouvaient ensemble. Jean 21,1.2…

Le Saint Esprit

On le présente comme l’amour du Père et du Fils, mais souvent nous le comprenons mal. Pour bien des chrétiens, il est comme un « sous produit » de la Trinité. Ce qui est complètement faux, car il est une personne à part entière,  et selon l’enseignement de l’Eglise il reçoit même adoration et même gloire.

Je crois en l’Esprit Saint,
qui est Seigneur et qui donne la vie ;
Il procède du Père et du Fils ;
avec le Père et le Fils,
Il reçoit même adoration et même gloire ;
Il a parlé par les prophètes.
 Credo  de Nicée – Constantinople

L’Esprit Saint n’est donc pas une espèce de « décharge électrique », fut-elle d’amour !  Il n’est pas non plus une nature secondaire qui n’existerait pas, s’il n’y avait pas l’amour du Père et du Fils. Il existe à part entière comme le Père et le Fils et il vit lui aussi cet amour parfait avec le Père et le Fils.

Il est celui qui nous enseigne par l’intérieur :

[26] Mais le Paraclet, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. Jean 14/26

Jésus nous le présente aussi comme notre défenseur. Normal puisque comme le Fils, il vit en pleine communion d’amour avec le Père, (et donc avec le dessein du Père sur l’humanité)

[16] et je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet, (défenseur) pour qu'il soit avec vous à jamais, [17] l'Esprit de Vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu'il ne le voit pas ni ne le reconnaît. Vous, vous le connaissez, parce qu'il demeure auprès de vous. Jean 14,16.17

 Et encore

[18] vous serez traduits devant des gouverneurs et des rois, à cause de moi, pour rendre témoignage en face d'eux et des païens. [19] Mais, lorsqu'on vous livrera, ne cherchez pas avec inquiétude comment parler ou que dire : ce que vous aurez à dire vous sera donné sur le moment, [20] car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. Matthieu 10,18.20

 La Trinité sainte en nous

Au baptême nous entrons dans l’alliance avec Dieu c'est-à-dire avec la Trinité Sainte puisque nous sommes baptisés au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Dès lors, selon la parole de saint Paul, nous devenons le temple de Dieu ; c'est-à-dire l’âme où Dieu en sa Trinité réside.

[16]Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous? [17]Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, celui-là, Dieu le détruira. Car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous. 1 Cor 3,16.17

De fait, toute prière commence par le signe de la croix. Il est triste de voir aujourd’hui beaucoup de chrétiens faire ce signe sans réfléchir, à la vite, et cela s’apparente parfois à un geste de «  chasse-mouche » ! Il est pourtant beau ce signe qui nous relie à la sainte Trinité. Un petit moyen pour penser à ce que l’on fait lorsque l’on se signe est de l’intérioriser : au nom du Père qui m’a créé, du Fils qui m’a sauvé, du Saint Esprit qui me sanctifie. Voila un beau signe de croix, un véritable acte de foi  et de reconnaissance envers la Trinité Sainte.

Etre chrétien, c’est croire en la parole de Dieu, c’est croire en ce qu’enseigne Jésus, et c’est se laisser former aussi par l’Esprit Saint qui nous aide à comprendre ce que nous ne saisissons pas très bien. Dans la lecture de la parole, dans son étude, la Trinité est également bien présente :

"Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et nous viendrons vers lui et nous nous ferons une demeure chez lui. [24] Celui qui ne m'aime pas ne garde pas mes paroles ; et la parole que vous entendez n'est pas de moi, mais du Père qui m'a envoyé. [25] Je vous ai dit cela tandis que je demeurais près de vous. [26] Mais le Paraclet, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. Jean 14,23.26

Nous vivons donc bien avec les trois personnes en nous. Quand nous communions c’est en effet la Trinité Sainte qui fait sa demeure en nous. Certes la Sainte Trinité n’attend pas que nous communions pour venir habiter en nous puisqu’elle est présente depuis notre baptême. Mais la communion bien vécue, nous ouvre à l’œuvre de grâce qu’elle veut réaliser en nous. Quand nous recevons le Corps du Christ, nous lui affirmons notre foi, et nous nous ouvrons à lui (et donc à la Trinité puisque les trois sont un), pour qu’il fasse sa demeure en nous. La communion, c’est le sommet de l’intimité entre l’âme et Dieu, Trinité Sainte.

Jésus nous le dit : Dieu fait sa demeure en nous. Cela signifie qu’il « aménage » cette demeure. La Trinité est donc agissante en nous et cela en vue de notre salut. Les trois personnes agissent de concert, mais chacune à sa façon, même si nous ne le ressentons pas toujours.

Le Père, créateur,  est source de vie, de paix, il est le père miséricordieux qui accueille sans cesse sa créature, son enfant, dans le regret de ses fautes, c’est lui qui le rétablit ainsi dans  la pleine communion.

Le Fils qui s’est fait chair, qui a enseigné et guéri les foules, qui a donné sa vie pour le salut de l’humanité, est toujours « le chemin la vérité et la vie ».

[6] Jésus lui dit : "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi.   Jean 14,6

Il continue de nourrir l’âme avec sa parole vivante. Comme aux disciples d’Emmaüs il nous redit les écritures (d’où l’importance de lire chaque jour la parole de Dieu, et d’où, l’importance aussi des différentes lectures à la messe). Mais il est aussi celui qui dans l’eucharistie, par son sacrifice permanent et non sanglant, intercède sans cesse auprès du Père pour l’humanité.

L’Esprit Saint agit comme la source de l’Amour. Il nous fait comprendre la profondeur de la vie divine, (avec lui la Parole devient source de vie d’amour). Il nous accorde ses dons afin de nous faire grandir dans une véritable relation de vérité et de communion ; dans l’amour même que vivent les trois personnes de la Trinité.

Ainsi donc, il ne s’agit plus de dire « moi je prie le Père »  ou « moi je prie le Fils » ou encore «  moi je prie l’Esprit Saint ». C’est dans l’intimité des trois, qui sont UN qu’il faut rentrer  pour grandir dans une véritable relation divine. Et Sainte Elisabeth de la Trinité l’avait très bien perçu, elle qui a écrit cette si belle prière :

Ô mon Dieu, Trinité que j'adore

Ô mon Dieu, Trinité que j'adore,
aidez-moi à m'oublier entièrement
pour m'établir en vous, immobile et paisible
comme si déjà mon âme était dans l'éternité!
Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de Vous,
 ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte
plus loin dans la profondeur de votre Mystère.
Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel,
votre demeure aimée et le lieu de votre repos;
que je ne vous y laisse jamais seul,
mais que je sois là tout entière,
tout éveillée en ma foi, tout adorante,
toute livrée à votre action créatrice.

Ô mon Christ aimé crucifié par amour,
je voudrais être une épouse pour votre coeur;
je voudrais vous couvrir de gloire,
je voudrais vous aimer...jusqu'à en mourir!
Mais je sens mon impuissance et
je Vous demande de me revêtir de Vous-même,
d'identifier mon âme à tous les mouvements de votre Âme;
de me submerger, de m'envahir, de Vous substituer à moi,
afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de votre Vie.
Venez en moi comme Adorateur,
comme Réparateur et comme Sauveur.

Ô Verbe éternel, parole de mon Dieu,
je veux passer ma vie à Vous écouter,
je veux me faire tout enseignable afin d'apprendre tout de Vous;
puis, à travers toutes les nuits, tous les vides, toutes les impuissances,
 je veux vous fixer toujours et
demeurer sous votre grande lumière.
 Ô mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse
plus sortir de votre rayonnement.

Ô Feu consumant, Esprit d'amour,
survenez en moi afin qu'il se fasse en mon âme
comme une incarnation du Verbe;
que je Lui sois une humanité de surcroît,
en laquelle il renouvelle tout son mystère.

Et vous, ô Père, penchez-Vous vers votre pauvre petite créature,
ne voyez en elle que le Bien-aimé en lequel
Vous avez mis toutes vos complaisances.

Ô mes Trois, mon Tout, ma Béatitude,
Solitude infinie, Immensité où je me perds,
je me livre à Vous comme une proie;
ensevelissez-vous en moi,
pour que je m'ensevelisse en Vous, en attendant
d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs.

Ainsi soit-il.

(Prière écrite par Élisabeth de la Trinité, le 21 novembre 1904 (à 24 ans) et traduite en pas moins de 32 langues.)

 

 

Myriam de Gemma
Juin 2017

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-05-26