1Co 12, 12-14.27-31

Frères, prenons une comparaison : notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. Tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés dans l'unique Esprit pour former un seul corps. Tous nous avons été désaltérés par l'unique Esprit.  Le corps humain se compose de plusieurs membres, et non pas d'un seul. Or, vous êtes le corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps.  Parmi ceux que Dieu a placés ainsi dans l'Église, il y a premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement ceux qui sont chargés d'enseigner, puis ceux qui font des miracles, ceux qui ont le don de guérir, ceux qui ont la charge d'assister leurs frères ou de les guider, ceux qui disent des paroles mystérieuses. Tout le monde évidemment n'est pas apôtre, tout le monde n'est pas prophète, ni chargé d'enseigner ; tout le monde n'a pas à faire des miracles, à guérir, à dire des paroles mystérieuses, ou à les interpréter. Parmi les dons de Dieu, cherchez à obtenir ce qu'il y a de meilleur.

 Voila un texte  important, pour notre vie en Eglise. Nous admirons souvent ceux qui ont des dons que nous n’avons pas. Parfois même nous les envions, et nous nous sentons inférieurs ! Quelle erreur ce n’est pas le don qui fait la qualité d’un disciple c’est son attachement de cœur à Jésus, c’est l’offrande qu’il fait de sa vie au Seigneur. Dans l’Eglise il n’y a pas de petits dons, pas plus que de dons méprisables, il n’y a donc pas de serviteurs méprisables.  Chacun a sa part pour l’édification de l’Eglise ! Le docteur n’est pas supérieur à celui qui s’occupe du ménage, ou de la décoration florale. Certes le service peut sembler plus important, mais devant Dieu ce qui compte c’est bien la manière de vivre son service. Il nous faut donc cesser de désirer les dons des autres, il faut au contraire prendre le temps de voir le don que le Seigneur met en nous et s’en servir pour l’amour de Dieu et des âmes. Saint Paul en nous parlant de chercher ce qu’il y a de meilleur ne nous dit pas de chercher ce qu’il y a de plus spectaculaire, mais bien ce que Dieu veut de nous, car Dieu ne peut vouloir que le meilleur pour nous, Si donc il nous met à l’enseignement faisons le simplement du mieux que l’on peut, s’il nous met au ménage ou à l’intendance, faisons de même, et que chacun se réjouisse de ce qui lui est imparti car c’est bien là que Dieu veut le combler et lui faire porter du fruit .

Ajouter un commentaire