Hebreux 2/ 14-18

Puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l'impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le démon, et il a rendu libres ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d'esclaves. Car ceux qu'il vient aider, ce ne sont pas les anges, ce sont les fils d'Abraham. Il lui fallait donc devenir en tout semblable à ses frères, pour être, dans leurs relations avec Dieu, un grand prêtre miséricordieux et digne de confiance, capable d'enlever les péchés du peuple. Ayant souffert jusqu'au bout l'épreuve de sa Passion, il peut porter secours à ceux qui subissent l'épreuve.

Dieu fait homme, voila le grand mystère dont nous parle ce texte.  Dieu nous aime tellement qu’il s’abaisse non seulement à venir jusqu’à nous mais à prendre notre condition humaine, à partager réellement notre vie ! Il n’est pas venu dans la peau d’un super héros de bande dessinée ou de mythologie, il est venu en notre monde, partageant nos sentiments, nos fatigues notre faim, notre soif ; il s’est fait pleinement humain ! Pleinement humain il est aussi passer par la mort, et cette mort, dans l’offrande de sa Passion, il l’a vécue et offerte au Père pour notre salut ! Qui pourra pénétrer la profondeur de l’amour du Christ pour l’humanité, pour chacun de nous ? Ce n’est pas là un mystère qui se découvre par l’intelligence  ou la science, c’est là un mystère qui se découvre par le cœur, il faut rentrer dans une réelle relation d’amour avec le Christ pour approcher l’extraordinaire grâce qu’il nous a fait et qu’il nous fait encore chaque jour de notre vie. Puissions-nous savoir approcher le Christ du plus profond de notre cœur !

Ajouter un commentaire