Isaïe 48/17-19.

Ainsi parle le Seigneur, ton Rédempteur, le Dieu Saint d'Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, qui te donne un enseignement salutaire, qui te guide sur le chemin où tu marches.  Si tu avais été attentif à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice comme les flots de la mer.  Ta postérité serait comme le sable, et tes descendants nombreux comme les grains de sable ; ton nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi.

Dieu est amour et paix. Ce n’est pas lui qui désire la guerre et le malheur des hommes. Bien au contraire. Et ici il nous donne le chemin à suivre pour trouver la paix et le bonheur tous ensembles : être attentifs à ses commandements. C’est là un enseignement salutaire ! Mais voulons-nous écouter le Seigneur ? Voulons-nous faire sa volonté ou au contraire imposer la nôtre ?

Certains diront peut-être : les religions sont trop différentes pour s’entendre ! Oh certes, si nous voulons défendre nos façons de croire, nos façons de pratiquer, alors effectivement nous ne pouvons que nous faire la guerre, en voulant imposer aux autres notre façon de voir, de croire, de vivre... mais le commandement de Dieu, celui qui est le plus important, c’est de nous aimer les uns les autres donc de nus respecter aussi les uns les autres.

Confesser sa foi ce n’est pas faire du prosélytisme en essayant de ramener les autres à notre église, à notre culte, c’est aimer Dieu en respectant les autres, en les servant, en les aimant. C’est de cet amour là que pourront naitre de vraies conversions durables et surtout libres !  

Puissions-nous pendant ce temps de carême nous interroger sur notre vie de foi, sur notre amour de Dieu dans l’écoute de sa parole et sur notre amour des autres dans le service que nous leur apportons.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2013-12-13