Jacques 2

Jacques 2, 1-5

 

Mes frères, ne mêlez pas des considérations de personnes avec la foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire. Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme aux vêtements rutilants, portant des bagues en or, et un homme pauvre aux vêtements sales. Vous vous tournez vers l'homme qui porte des vêtements rutilants et vous lui dites : « Prends ce siège, et installe-toi bien » ; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien : « Assieds-toi par terre à mes pieds ». Agir ainsi, n'est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon des valeurs fausses ? Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n'a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde ? Il les a faits riches de la foi, il les a faits héritiers du Royaume qu'il a promis à ceux qui l'auront aimé.

 

Que ce texte est d’actualité ! Combien de fois dans nos assemblées, ne voyons nous pas que l’on se précipite avec déférence, pour accueillir une personnalité en vue, une personne aisée  financièrement, alors que personne ne fait cas du pauvre, du petit « tetuanui » qui arrive. Il ne s’agit pas ici de juger tel ou tel comportement des autres,  mais bien de prendre conscience de notre propre attitude. C’est à nous que St Jacques s’adresse. il nous invite à dépasser l’apparence humaine, il nous appelle à dépasser les valeurs du monde, pour vivre selon les valeurs même de Dieu. Or pour Dieu il n’y a ni riche ni pauvres ; ni personnes respectables, ni personnes méprisables, il y a seulement ses enfants bien aimés à qui, il a dit « aimez vous les uns les autres ». Manquez à cette demande c’est vraiment manquer à l’amour de Dieu. Alors examinons-nous. S’il en est besoin changeons notre comportement, et puis veillons sans cesse sur notre cœur, et demandons à Dieu de savoir aimer, selon son cœur, chacun de ses enfants

Ajouter un commentaire