Jean 1,43-51

Jean 1 51Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,43-51.

 Le lendemain, Jésus décida de partir pour la Galilée. Il rencontre Philippe, et lui dit: «Suis-moi». Philippe était de Bethsaïde, comme André et Pierre. Philippe rencontre Nathanaël et lui dit: «Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l'avons trouvé: c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth». Nathanaël répliqua: «De Nazareth! Peut-il sortir de là quelque chose de bon?». Philippe répond: «Viens, et tu verras». Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare : « Voici un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir. » Nathanaël lui demande : « Comment me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu ! C'est toi le roi d'Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t'ai vu sous le figuier, et c'est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l'homme. » 

separ bible

« Comment me connais-tu ? » Grande question de Nathanaël ! Jésus voit au-delà des apparences, il voit au cœur, au profond du cœur.

Cela nous l’oublions souvent. Nous essayons de manœuvrer avec Dieu comme nous manœuvrons avec les hommes, pour sauver la face, pour avoir raison, pour nous trouver de bonnes raisons ou encore pour ne pas nous faire prendre. Cependant Dieu nous connait bien, il nous connait bien mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes. Alors pourquoi encore nous mentir à nous-mêmes et lui mentir à lui ?

Dieu n’est pas l’homme, sa justice n’est pas la justice humaine. Là ou l’homme ne voit dans la justice que répression et condamnation, Dieu lui voit vérité et grâce de conversion, il voit le pardon, l’amour et la possibilité de repartir à zéro. C’est toute la profondeur de son exclamation « voilà un homme qui ne sait pas mentir ». Et quant il dit « voici un vrai fils d’Israël » cela est à comprendre comme «  voilà un vrai fils de Dieu. »

Si nous avions la simplicité de nous présenter tels que nous sommes en vérité devant Dieu, sans faux semblant, alors sa grâce pourrait toucher notre cœur, alors nous pourrions découvrir son amour pour nous personnellement, et surtout nous pourrions nous mettre à le suivre, à vivre avec lui et voir la grandeur de ses merveilles dans notre vie et dans la vie de ceux qui nous entourent.

Mais avons-nous cette simplicité de vérité au fond du cœur ?  Sommes-nous prêts à nous laisser regarder tels que nous sommes par le Christ ? Sommes-nous prêt à nous laisser accueillir et aimer par lui tels que nous sommes ? …. Tout le mystère de la grâce de Dieu se trouve à ce point de vérité et de confiance … c’est la porte qui nous ouvre aux merveilles de Dieu au cœur même de ce monde, au cœur de notre vie.

Par ailleurs l’homme n’a pas sa finalité en ce monde, il est appelé à vivre éternellement avec Dieu, dans son Royaume ? Là ou sont les âmes des justes, là ou sont tous les esprits du bien. Le Royaume de Dieu est un monde vivant, non pas un monde béat mais inerte ! la vie est mouvement, est relation entre les êtres. C’est ce que nous montre cette parole de l’évangile.  Etre juste ici bas nous conduit à ce royaume céleste, où nous verrons les anges vivre leur amour de Dieu et des âmes. Qui peut savoir ici bas toute les merveilles de Dieu ! Le peu que nous en savons nous dépasse déjà tellement ! ! Rendons gloire à Dieu pour toute sa création, visible et invisible !

 Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur les anges, voir l’enseignement suivant :

Les anges

Myriam de Gemma
décembre 2016

separ bible

«Vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme»

Aujourd'hui, à la fête des Saints Archanges, Jésus proclame devant ses apôtres et devant tous la présence des anges et leur relation avec Lui. Les anges sont dans la gloire céleste où ils louent en permanence le Fils de l'Homme, le Fils de Dieu. Ils l'entourent et sont à son service.

"Monter et descendre" cela nous rappelle l'épisode du rêve de Jacob, qui endormi sur une pierre lors de son voyage de retour en Mésopotamie, la terre de sa famille, voit les anges qui "descendent et montent" un mystérieux escalier qui relie la terre et le ciel, pendant que Dieu lui-même debout à ses cotés lui transmet son message. Il faut remarquer la relation entre la communication divine et la présence active des anges.

Ainsi, Gabriel, Michel et Raphaël, sont présents dans la bible dans les vicissitudes terrestres et portent aux hommes -comme nous le dit Saint Grégoire le Grand- les messages, par leur présence et par leurs actions, qui changent notre vie de manière décisive. Ils s'appellent précisément, "archanges", c'est-à-dire, princes des anges, car ils sont envoyés pour les plus grandes missions.

Gabriel fut envoyé pour annoncer à la Sainte Vierge sa conception virginale du Fils de Dieu, ce qui fut le commencement de notre rédemption, (cf. Lc 1). Michel mène le combat contre les anges rebelles et les expulse du ciel (cf. Ap 12). Ils nous annonce ainsi le mystère de la justice divine, laquelle a été exercée également lors de la rébellion des anges, et nous donne l'assurance de sa victoire et la nôtre sur le mal. Raphaël accompagne Tobie "junior", le protège, le conseille et guérit Tobie le père (cf. Tob). Par cette voie, il nous annonce la présence des anges à coté de chacun de nous tous: celui qu'on appelle notre Ange Gardien.

Par cette célébration sachons que les archanges "montent et descendent" sur le Fils de l'Homme, qu'ils servent Dieu, mais le servent pour notre bénéfice. Ils rendent gloire à la Sainte Trinité, et cela aussi ils le font pour notre bénéfice. En conséquence, il faut que nous nous rendions compte de la dévotion qui leur est due et que nous rendions grâce au Père qui les envoie pour notre bien.

Cardinal Jorge MEJÍA Archiviste et Bibliothécaire de la S.R.I. (Città del Vaticano, Saint-Sige)

separ bible

«Viens, et tu verras»

Aujourd'hui, Philippe nous donne une leçon juste en accompagnant Nathanaël jusqu'au Maître. Il agit comme l'ami qui désire partager avec l'autre le trésor découvert récemment: «Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l'avons trouvé: c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth» (Jn 1,45). Rapidement, avec enthousiasme, il veut le partager avec les autres, pour qu'ils puissent tous recevoir ses bienfaits. Le trésor est Jésus Christ. Personne ne peut remplir le cœur de l'homme de paix et de joie comme Lui. Si Jésus vit dans ton cœur, le désir de le partager se transformera en besoin. De là, naît le sentiment de l'apostolat chrétien. Quand Jésus, plus tard, nous invite à jeter les filets, il dira à chacun d'entre nous que nous devons être des pêcheurs d'hommes, car beaucoup sont ceux qui ont besoin de Dieu, que la faim de transcendance, de vérité, de joie… il y a quelqu'un qui peut la calmer entièrement: Jésus Christ. «Jésus Christ est pour nous toutes choses (…). Heureux l'homme qui espère en Lui!» (Saint Ambroise).

Personne ne peut donner ce qu'il n'a pas ou n'a pas reçu. Avant de parler du Maître, il est nécessaire d'avoir parlé avec Lui. C'est seulement si nous le connaissons bien et que nous nous sommes laissés connaître par Lui, que nous serons prêts à le présenter aux autres, comme le fait Philippe dans l'Evangile d'aujourd'hui. Comme l'ont fait tant de saints et saintes tout au long de l'histoire.

Traiter Jésus, parler avec Lui comme un ami parle à son ami, l'admettre avec une foi convaincante: «Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu! C'est toi le roi d'Israël!» (Jn 1,49), le recevoir souvent dans l'Eucharistie et le visiter fréquemment, écouter attentivement ses paroles de pardon… tous cela nous aidera à mieux le faire connaître et à découvrir la joie intérieure que nous éprouvons quand d'autres le connaissent et l'aiment.

Abbé Rafel FELIPE i Freije (Girona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-01-04