Jean 10/22.30

Jean 10 22 30awÉvangile de Jésus Christ selon saint Jean 10/22.30

Il y eut alors la fête de la Dédicace à Jérusalem. C'était l'hiver. 23 - Jésus allait et venait dans le Temple sous le portique de Salomon. 24 - Les Juifs firent cercle autour de lui et lui dirent : " Jusqu'à quand vas-tu nous tenir en haleine ? Si tu es le Christ, dis-le-nous ouvertement. " 25 - Jésus leur répondit : " Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père témoignent de moi ; 26 - mais vous ne croyez pas, parce que vous n'êtes pas de mes brebis. 27 - Mes brebis écoutent ma voix, je les connais et elles me suivent ; 28 - je leur donne la vie éternelle ; elles ne périront jamais et nul ne les arrachera de ma main. 29 - Mon Père, quant à ce qu'il m'a donné, est plus grand que tous. Nul ne peut rien arracher de la main du Père. 30 - Moi et le Père nous sommes un.  " 

separ bible

La fête est importante car le temple est la maison de Dieu, le lieu où réside l’arche d’alliance. Et le peuple juif est dans l’attente, dans l’attente du Messie qui doit venir pour sauver Israël. Beaucoup s’interrogent au sujet de Jésus, ils l’ont entendu enseigner, ils ont vu les miracles accomplis… Mais ils ne savent que croire ! Alors ils interrogent : « Es-tu le messie ? ». Ils interrogent, mais veulent-ils vraiment avoir la réponse ? Ou bien attendent il une réponse qui leur conviennent ? Alors Jésus leur répond : « je vous l’ai déjà dit, mais vous ne me croyez pas. »   Jésus peut tout faire, mais il ne forcera jamais quelqu’un a croire en lui. Son amour en effet va jusque là : dans le respect de notre liberté. Il ne veut pas des esclaves, des robots, il veut des hommes libres qui l’aiment vraiment ! Et cela même est une grande révolution dans une religion ou le rite est souvent bien plus important que l’amour !

Ne nous croyons pas si différents des juifs de ce temps là ! Car à regarder de près notre vie, nous aussi, nous faisons souvent les sourds ou les aveugles devant ce que Dieu nous dit ou nous montre … et nous disons au Seigneur : « Si tu veux ceci ou cela de moi, montre-le moi clairement » … Or il nous a déjà fait comprendre son appel, mais nous ne voulons pas vraiment l’entendre parce qu’il nous dérange !  Alors quoi ? Aimons-nous vraiment Jésus ou Non ? Croyons-nous vraiment en lui ou non ?

Somme nous vraiment les brebis de Jésus ? Des brebis aimées, qui lui font confiance, qui suivent sa voix, sures que jamais Dieu ne permettra qu’elles périssent éternellement…  

Myriam de Gemma
Avril 2013

separ bible Si nous regardons Jésus dans cette scène, nous voyons bien que certaines personnes l’acceptent pleinement et que d’autres essayent de le faire réagir pour le prendre en défaut et même, avoir un prétexte pour le perdre ...

Il est important de regarder cela, car nous aussi, nous sommes appelés à servir dans l’Eglise, et immanquablement nous aurons à faire face un jour ou l’autre, aux critiques, aux « mauvaises intentions». Rappelons-nous alors, que Jésus est resté calme, suivant simplement la mission qui était la sienne.

Le plus important sera alors de croire réellement à notre appel, à notre vocation propre, et de nous confier en Jésus et au Père dans l’obéissance à l’Eglise, c'est-à-dire à l’autorité de qui nous dépendrons, à savoir notre évêque et le prêtre qu’il nous aura donné comme référent.

 Cela concerne le plan concret, j’allais dire technique, de notre vie engagée. Mais sur un plan spirituel plus personnel, je crois qu’il faut retenir aujourd’hui cette parole de Jésus :

« Mes brebis écoutent ma voix, je les connais et elles me suivent ; 28 - je leur donne la vie éternelle ; elles ne périront jamais et nul ne les arrachera de ma main. »

Nous sommes d’ors et déjà dans la main du Christ, dans la main du Père et rien ne pourra nous en arracher. Sur cette terre, nous seuls, avons le pouvoir de nous détacher de Dieu ; et ce par le refus, conscient et volontaire, de croire en Jésus Christ, comme Fils unique de Dieu, mort et ressuscité pour nous sauver. Je crois que tous ici nous avons déjà tant bénéficié de la grâce et de l’amour de Dieu, personnellement, qu’il nous serait vraiment dur de pouvoir nier Jésus Christ comme notre Seigneur et Sauveur ...

Cependant cette foi ne nous permet pas de rester là, assis confortablement dans notre fauteuil en attendant l’heure du salut éternel. Il nous faut écouter Jésus, c'est-à-dire écouter sa parole dans l’évangile, mais aussi dans ce qu’il nous dit au fond de notre cœur. Il nous faut l’écouter et la vivre dans l’obéissance

Cette obéissance se vit dans la confiance, dans l’amour, pas par obligation.... elle se vit au jour le jour ... et lorsque l’on y manque, et bien il y a le sacrement de pardon qui est là, et nous savons bien que Dieu ne nous rejettera jamais.

C’est dans cette obéissance amoureuse, au sein de notre quotidien, que nous allons devenir UN avec Jésus ; car c’est dans cette obéissance au quotidien qu’il va prendre de plus en plus de place en notre cœur, y faire le ménage qui y est à faire, et y faire sa demeure, avec son Père et l’Esprit Saint ... tant et si bien qu’un jour, nous deviendrons capables de dire avec St Paul : « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi »

Durant ce mois, ce qui nous est proposé par cette lecture, c’est de nous efforcer au quotidien, de vivre cette écoute de la parole de Dieu et d’y obéir ; que cette parole se trouve dans la bible à travers les lectures de la messe par exemple, ou que cette parole soit plus directe au fond de notre cœur. Il nous faut l’écouter, la retenir et la mettre en application dans l’amour de Jésus !

Sans doute cet appel n’est-il pas nouveau dans notre vie, mais je crois vraiment qu’ici, le Seigneur nous demande d’y porter toute notre attention durant le mois qui vient ... Cette démarche nous concerne chacun, personnellement, dans la relation à Jésus ... C’est vraiment de la relation de notre cœur au sien qu’il est question ici. .. Donc à nous de voir la suite à donner à cette invitation qui nous est faite aujourd’hui.

Myriam de Gemma
pour la frat en  Mai 2010

separ bible

«Le Père et moi, nous sommes un»

Aujourd'hui nous voyons Jésus qui «allait et venait dans le Temple, sous la colonnade de Salomon» (Jn 10,23), durant la fête de la Dédicace à Jérusalem. Alors les juifs lui demandent: «Si tu es le Messie, dis-le nous ouvertement!», et Jésus leur répond: «Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas» (Jn 10,24.25).

Seule la foi rend l'homme capable de reconnaître Jésus-Christ comme Fils de Dieu. L'an 2000, pendant la rencontre avec les jeunes à Tor Vergata, Jean-Paul II parlait du “laboratoire de la foi”. À la question «Qui suis-je, aux dires des foules?» (Lc 9,18), il y a beaucoup de réponses… Mais Jésus passe ensuite au plan personnel: «Mais pour vous, qui suis-je?». Pour répondre correctement à cette question la “révélation du Père” est nécessaire. Pour répondre comme Pierre —«Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant» (Mt 16,16)— il faut la grâce de Dieu.

Même si Dieu veut que tout le monde croie et soit sauvé, seuls les humbles sont capables d'accueillir ce don. «Aux humbles, la sagesse», lit-on au livre des Proverbes (11,2). La vraie sagesse de l'homme consiste à se fier à Dieu.

Saint Thomas d'Aquin commente ainsi ce passage de l'Évangile: «Je puis voir grâce à la lumière du soleil, mais si je ferme les yeux, je ne vois pas; ce n'est pas la faute du soleil, mais la mienne».

Jésus leur dit que s'ils ne croient pas, qu’au moins ils croient les œuvres qu'Il fait, qui manifestent le pouvoir de Dieu: «Les œuvres que je fais au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage» (Jn 10,25).

Jésus connaît ses brebis et ses brebis écoutent sa voix. La foi mène à fréquenter Jésus dans la prière. Qu'est-ce que la prière, sinon la fréquentation de Jésus, qui nous aime et nous emmène au Père? Le résultat et la récompense de cette intimité avec Jésus dans cette vie, est la vie éternelle, comme nous l'avons lu dans l'Évangile.

Abbé Miquel MASATS i Roca (Girona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-04-23