Jean 14, 23-29

Jean 14 27 31awÉvangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 23-29

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :     « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.  Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.     Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ;     mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.

    Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé.     Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi.     Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. »

separ bible

Voila bien le cœur de la relation à Dieu, de la vie avec Dieu : garder sa parole. C'est-à-dire, non seulement la connaître mais en vivre. Nous pourrions en effet connaître la bible par cœur si nous ne la vivons pas chaque jour de notre vie, dans tous les domaines de notre vie cela ne nous sert de rien. Aimer Jésus c’est vivre avec Jésus, au cœur de toutes nos journées, quoiqu’il nous advienne.

Aujourd’hui beaucoup de gens se disent croyants et non pratiquants. Est-ce cela aimer le Seigneur ? Beaucoup de gens disent croire en Dieu, croire que la bible est parole de Dieu, mais ils n’en retiennent que ce qu’ils veulent, ce qui les arrange ou du moins ne les dérange pas. Est-ce cela, aimer Dieu ?

A lire l’évangile qui nous est proposé aujourd’hui, ce n’est pas le cas.  

Arrêtons-nous donc un instant et prions l’Esprit Saint de venir nous éclairer, de nous enseigner et de nous aider ainsi à vivre dans l’amour du Seigneur.

 

La paix selon le monde c’est l’absence de conflits. Dès qu’il y a conflit la paix n’existe plus. Cette paix là, est une paix extérieure à l’intimité de l’homme.

Jésus ne parle pas de cette paix, il parle de la paix du cœur, de cette paix intérieure qui existe alors même que les plus graves conflits extérieurs existent. La paix que Jésus nous offre est celle du cœur, celle qui permet d’affronter toutes les épreuves de la vie, parce que l’on sait que l’on n’est pas tout seul, et que quoi qu’il arrive, rien ne pourra nous arracher de la main de Dieu.

Ce langage là le monde ne peut le comprendre, il faut vraiment être chrétien et amoureux du Christ pour toucher à cette sérénité intérieure au milieu des plus grandes tempêtes. La mort elle-même n’est pas une fin en soi, elle est une porte ouverte sur la vie éternelle, sur la rencontre avec le Seigneur bien aimé ! Aussi n’est-elle pas aborder avec peur comme pour le commun des mortels, et si le chrétien ne la souhaite pas, avant qu’il en soit l’heure, il se trouve toujours prêt à l’accueillir. Mais sommes-nous vraiment croyants ? Sommes-nous vraiment amoureux de Jésus, au point de lui faire confiance en tous évènements de notre vie, et jusqu'au point d’accueillir sereinement, l’heure de notre mort , quelle qu’elle soit ?

 Myriam de Gemma
avril 2019.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-04-22