Jean 20,11-18.

Jean 20 11 18awÉvangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,11-18.

Après la mort de Jésus, le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Marie Madeleine restait là dehors, à pleurer devant le tombeau. Elle se penche vers l'intérieur, tout en larmes, et, à l'endroit où le corps de Jésus avait été déposé, elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l'un à la tête et l'autre aux pieds. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l'a mis. » Tout en disant cela, elle se retourne et aperçoit Jésus qui était là, mais elle ne savait pas que c'était Jésus. Jésus lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le gardien, elle lui répond : « Si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et moi, j'irai le reprendre. » Jésus lui dit alors : « Marie ! » Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs. 
Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s'en va donc annoncer aux disciples : « J'ai vu le Seigneur, et voilà ce qu'il m'a dit. » 

separ bible

Marie Madeleine, la grande pécheresse pardonnée, qui s’est véritablement convertie pour suivre Jésus, est là toute en pleurs devant le tombeau vide.  Non seulement son Maître est mort, mais en plus elle ne peut même plus lui rendre les derniers hommages car il n’y a plus de corps. On peut comprendre son désarroi et sa grande peine. Toute à sa peine, elle ne reconnait pas Jésus qu’elle prend pour le jardinier des lieux, et il faudra la parole de Jésus, cette parole qui trouvera le chemin de son cœur en l’appelant par son nom, pour qu’enfin elle reconnaisse celui que son cœur aime, son Maitre et Seigneur. Elle voudrait bien le retenir,  mais Jésus lui demande de le laisser partir vers son Père et d’aller annoncer la bonne nouvelle aux autres. Ce qu’elle fera sans hésitation.  ..  

Marie Madeleine nous renvoie ici à plusieurs interrogations dans notre vie, des interrogations dont la réponse se trouve au fond de notre cœur. Arrêtons-nous un instant pour y réfléchir en laissant le Seigneur parler aussi à notre cœur.

1/ A quel niveau est-ce que je me reconnais pécheur ?

2/ Est-ce que je prends conscience de l’amour du Christ pour moi dans son pardon, dans son infinie miséricorde ?

3/ Quelle réponse d’amour est-ce que je donne à Jésus, c'est-à-dire quelle ma vie avec lui ? Est ce que je marche vraiment avec lui, ou est-ce que je ne le suis que quand cela ne me dérange pas ?

4/ Est-ce que je laisse le Seigneur parler à mon cœur, ou est-ce que, trop pris par mes affaires, mes soucis et mes peines, je reste centré sur moi-même en restant aveugle et sourd à sa présence  au cœur de ma vie ?

5/ Est-ce qu’ayant conscience de l’amour du Christ, vivant et ressuscité, je témoigne de cet amour autour de moi, ou est-ce que ma foi n’est qu’une question privée, une pratique religieuse, qui finalement ne regarde que moi ?  

Myriam de Gemma
Juillet 2014

separ bible

«Marie Madeleine s'en va donc annoncer aux disciples: J'ai vu le Seigneur»

Aujourd'hui sur le visage de Marie-Madeleine, nous pouvons apercevoir deux degrés d'acceptation de notre Sauveur: le premier, imparfait; le second plénier. Dès le premier, Marie se montre disciple très sincère de Jésus. Elle le suit, maître incomparable; héroïque, elle s'attache à lui, qui est crucifié par amour; elle le cherche, au-delà de la mort, enseveli et disparu. Qu'elles sont pleines d'admirable dévouement à leur “Seigneur”, ces deux exclamations que l'évangéliste Jean nous a laissées, perles incomparables: «On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l'a mis» (Jn 20:13); «Si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et moi, j'irai le reprendre»! (Jn 20:15). Peu de disciples a contemplé l'histoire si attachés et loyaux comme la Madeleine. 

Cependant, la bonne nouvelle d'aujourd’hui, de ce mardi de l'octave de Pâques, dépasse infiniment n'importe quelle excellence morale, n'importe quelle foi religieuse dans un Jésus admirable, mais, finalement, mort. Elle nous transporte dans le domaine de la foi dans le Résussiscité. Jésus dans un premier temps, s'adresse à Madeleine, en se plaçant au niveau de la foi imparfaite. Il lui demande: «Femme, pourquoi pleures-tu?» (Jn 20:15) Avec des yeux myopes, elle lui répond comme à quelqu'un qui s'intéresserait à son désarroi. Jésus, ensuite, l'appelle par son nom: «Marie!». Il la frappe au point de la faire frémir de résurrection et de vie, c'est-à-dire, de Lui-même, le Ressuscité, le Vivant pour toujours. Et voici Madeleine croyante et Madeleine apôtre «s'en va donc annoncer aux disciples: ’J'ai vu le Seigneur, et voilà ce qu'il m'a dit’» (Jn 20:18). 

Aujourd'hui, nombre des chrétiens ne voient pas clairement l'au-delà de leur vie et, doutent de la résurrection de Jésus. Sui-je comme eux? Beaucoup de chrétiens ont la foi, suivent Jésus dans l'intimité, mais craignant de le proclamer. Suis-je comme eux? Alors, disons-lui, comme Marie-Madeleine: «Maître!», saisissons ses pieds et allons trouver nos frères pour leur dire: —Le Seigneur est ressuscité et je l'ai vu!

+ Abbé Antoni ORIOL i Tataret (Vic, Barcelona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-07-22