Jean 3,1-8

Jean 3 1 8awÉvangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,1-8.

Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs. Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. » Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. » Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? » Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »

separ bible

Nicodème est un notable, c’est même un proche du temple, il connait donc bien la loi et les textes religieux. Cependant il ne comprend pas la parole de Jésus, car il est encore dans un esprit tout tourné vers la vie terrestre. Certes nul ne peut retourner dans le sein de sa mère pour renaitre à nouveau et il le sait bien ! Il désire que Jésus lui explique ; mais pour comprendre il lui faut ouvrir son esprit et son cœur a la dimension spirituelle. Il lui faut s’ouvrir a l’action de Dieu au fond de son âme. Pour un juif de cette époque, c’est une conception vraiment révolutionnaire.

 Et pour nous aussi bien des fois ! Nous voulons bien vivre notre foi … mais à condition que cela reste dans les limites du raisonnable, du compréhensible, de l’humainement recevable !  Bref on veut bien monter dans la barque de la foi, mais à condition de rester là où on a encore pied !

 Jésus nous propose bien autre chose, il nous propose de renaitre en Dieu, c’est à dire de naitre à la vie spirituelle, à la vie de ressuscité. Le ressuscité vivant sous la mouvance de l’Esprit Saint.

 Tout baptisé reçoit en plénitude l’Esprit Saint le jour de son baptême, et l’Esprit Saint ne le quitte plus. Cependant il appartient au baptisé de vivre avec l’Esprit Saint et non pas à coté comme s’il n’était pas là !

Alors, vivions-nous vraiment en baptisé, en ressuscité ? Vivons-nous vraiment avec l’Esprit Saint ?  … Jésus nous invite aujourd’hui à réfléchir à cela, comme il y invitait Nicodème.

Myriam de Gemma
Avril 2017

separ ecrit biblio

«Amen, amen, je te le dis: personne, à moins de renaître, ne peut voir le règne de Dieu»

Aujourd'hui un des «notables» (Jn 3,1) va à la rencontre de Jésus. L'Evangile nous dit que la rencontre a lieu pendant la nuit: que diraient ses compagnons s'ils étaient au courant de cette rencontre? Dans l'enseignement de Jésus nous découvrons une catéchèse de baptême qui circulait probablement à l'époque dans la communauté de l'Évangilisateur.

Il y a quelques jours nous célébrions la veillée pascale. Une partie de cette veillée comprend la célébration du baptême, la Pâque, le passage de la mort à la vie. La bénédiction solennelle de l'eau et le renouvellement des promesses du baptême sont des points clés de cette nuit sacrée.

Dans le rituel du baptême il y a une immersion dans l'eau (symbole de la mort), et une émergence de l'eau (image d'une vie nouvelle). Nous sommes immergés avec le péché originel et nous émergeons renouvelés. C'est cela que Jésus appelle «renaître» (cf. Jn 3,3). C'est cela “naître de l'eau”, “naître de l'esprit” ou “du souffle du vent”…

Eau et Esprit voilà les symboles employés par Jésus. Les deux expriment l'action de l'Esprit Saint qui purifie et donne la vie, qui nettoie et ranime, qui étanche la soif et respire, qui adoucit et parle. Eau et Esprit sont une et même chose.

En revanche, Jésus parle également de l'opposition de la chair et de l'esprit: «Ce qui est né de la chair n'est que chair; ce qui est né de l'Esprit est esprit» (Jn 3,6). L'homme charnel naît quand il apparaît ici-bas. Mais l'homme spirituel meurt dans sa chair et naît au moment du Baptême, ce qui veut dire renaître. Une belle formule de Saint Paul pourrait devenir notre sujet de réflexion et d'action, surtout en cette époque pascale: «Ne le savez-vous donc pas: nous tous, qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés. Si, par le baptême dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c'est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d'entre les morts» (Rm 6,3-4).

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM (Barcelona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-04-29