Jean 8,51-59

Jean 8 51 59awÉvangile de Jésus Christ selon saint Jean 8,51-59.

 En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort." Les Juifs lui dirent : "Maintenant nous savons que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis : Si quelqu'un garde ma parole, il ne goûtera jamais de la mort. Es-tu donc plus grand qu'Abraham, notre père, qui est mort ? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être ?" Jésus répondit : "Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien ; c'est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : Il est notre Dieu, et vous ne le connaissez pas ; mais moi, je le connais ; et si je disais : Je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais et je garde sa parole. Abraham, votre père, exulta à la pensée qu'il verrait mon Jour. Il l'a vu et fut dans la joie." Les Juifs lui dirent alors : "Tu n'as pas 50 ans, et tu as vu Abraham !" Jésus leur dit : "En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham existât, Je Suis." Ils ramassèrent alors des pierres pour les lui jeter ; mais Jésus se déroba et sortit du Temple.

separ bible

La vie éternelle, voila ce dont il est question. Les juifs prennent encore une fois la parole de Jésus au sens humain : celui qui gardera la parole de Dieu vivra éternellement sur terre ! Voila ce qu’ils comprennent !  Et là effectivement il y a lieu de réagir devant cette affirmation de Jésus. Mais Jésus ne parle pas de vivre éternellement sur terre, il parle de la vie éternelle après la mort terrestre !   Ce langage là, les dépasse complètement, et en plus, Jésus se présente comme étant le Fils de Dieu : « c'est mon Père qui me glorifie… »  Ils en sont tellement excédés qu’ils veulent le lapider …..

Le langage de Jésus bouscule…. et il arrive qu’il nous bouscule nous aussi. Bien souvent nous réduisons la parole de Dieu à son premier sens, au premier degré, et lorsque l’Esprit Saint vient nous souffler qu’il faut aller plus loin, nous fermons vite nos oreilles tant cela nous perturbe, nous dérange. Quand un prêtre dans son homélie nous appelle aussi, à aller plus loin, on se dit  « Oh non ! Là il va trop loin, je ne peux tout de même pas vivre ce qu’il dit là ! …. »

En cela nous sommes bien semblables aux juifs du temps de Jésus. Nous croyons tout savoir de Dieu et de la manière dont il faut vivre avec lui. Mais Dieu est Dieu. Qui donc, pourrait tout connaitre de lui ? Alors n’ayons pas peur de nous laisser bousculer par la parole de Dieu car c’est cela ; «  demeurer dans la parole de Dieu ». Il nous faut nous laisser envahir par elle, et bousculer par elle, car c’est grâce à elle, que nous marcherons vers la vie éternelle que Jésus nous offre.

Puissions nous ne jamais oublier que notre « vie éternelle » ne commence pas à notre mort, mais qu’elle est déjà commencée, c’est dès maintenant, dès ici-bas qu’il faut la préparer en intégrant la parole de Dieu dans toute notre vie.  

 Myriam de Gemma
Mars 2016

separ bible

«Abraham votre père a tressailli d'allégresse dans l'espoir de voir mon Jour. Il l'a vu, et il a été dans la joie»

Aujourd'hui l'Evangile de saint Jean nous conduit devant une manifestation de Jésus au Temple. Le Sauveur révèle un fait méconnu des juifs: Abraham avait contemplé le jour de Sa venue et s'était réjoui de le voir. Ils savaient tous que Dieu avait conclu une alliance avec Abraham, par laquelle Il lui avait promit le salut de toute sa descendance. Mais ils ignoraient l'étendue de la lumière de Dieu. Le Christ leur révèle qu'Abraham avait vu le Messie dans le jour de Yahvé, et Il a appelé ce jour son jour. 

Dans cette révélation, Jésus démontre qu'Il possède la vision éternelle de Dieu. Mais, surtout, Il se manifeste à eux comme une présence préexistante et présente au temps d'Abraham. Peu après dans le feu de la discussion, quand les juifs le contredirent en lui disant qu'Il n'a même pas 50 ans, Il leur dit: «Avant qu'Abraham ait existé, moi, je suis» (Jn 8,58). C'est une proclamation éclatante de sa divinité, ils pouvaient la comprendre parfaitement et ils auraient pu également croire en Lui s'ils avaient eu plus de connaissance du Père. L'expression «Je suis» fait partie du tétragramme saint Yahvé, qui a été révélé au Mont Sinaï. 

Le Christianisme est beaucoup plus qu'un ensemble de règles élevées de morale, comme peuvent l'être l'amour parfait ainsi que le pardon. Le christianisme est la foi d'une personne. Jésus est Dieu et vrai Homme. «Dieu parfait, homme parfait», nous dit le Quicumque. Saint Hilaire de Poitiers, a écrit dans une belle prière: «Accorde-nous donc le sens exact des mots, la lumière de l'intelligence, la noblesse du langage, l'orthodoxie de la foi; ce que nous croyons, accorde-nous de l'affirmer aussi. C'est-à-dire, puisque nous connaissons par les prophètes et les Apôtres un seul Dieu, toi, le Père, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, pussions aussi te célébrer comme Dieu, en qui il n'y a pas unicité de personne, et confesser à ton Fils, en tout égal à toi».

Abbé Enric CASES i Martín (Barcelona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-03-21