Luc 9,1-6

Luc 9 1 2aaw Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,1-6

Jésus convoqua les Douze, et il leur donna pouvoir et autorité pour dominer tous les esprits mauvais et guérir les maladies ; il les envoya proclamer le règne de Dieu et faire des guérisons. Il leur dit : « N'emportez rien pour la route, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ; n'ayez pas chacun une tunique de rechange. Si vous trouvez l'hospitalité dans une maison, restez-y ; c'est de là que vous repartirez. Et si les gens refusent de vous accueillir, sortez de la ville en secouant la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. »  Ils partirent, et ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle et faisant partout des guérisons.

separ bible

La mission ! Aujourd’hui nous parlons beaucoup de nouvelle évangélisation, et nous cherchons de nouvelles méthodes, de nouvelles techniques … mais est-ce bien cela qu’il faut rechercher ?  La méthode, Jésus nous la donne. Il la donnée à ses apôtres et à travers eux c’est à nous aussi qu’il la donne. il y a plusieurs points a souligner ici :

  • Il faut être envoyé par Dieu pour cela.  et cela implique avant tout une vie d’intimité avec le Christ, comme les apôtres ont été ses intimes ; car ce ne sont pas nos pensées , nos idées sur Dieu ou sur la religion que nous avons à transmettre mais bien la parole de Dieu, l’amour de Dieu, la Bonne Nouvelle ! Par ailleurs ce n’est pas l’apôtre qui peut guérir de lui-même, si guérison il y a, ce n’est que par la grâce de Dieu ; l’apôtre doit donc toujours être uni au Seigneur dans la confiance, l’amour, et l’humilité du service.

  • Ne pas partir avec de l’argent plein les poches, c'est-à-dire qu’il n’est pas besoin d’avoir tout le dernier cri de communication pour parler de Dieu, la seule chose nécessaire est d’avoir la parole en son cœur à tel point qu’elle ne peut qu’en déborder. Le reste est simple soutien de mission ; et si aujourd’hui, on peut se servir des nouveaux moyens de communication, cela n’est qu’outil et non nécessité. Inutile donc de se dire « je ne peux pas annoncer la parole de Dieu, car je n’ai pas de « logistique », je n’ai pas assez de finance ! » Cela serait s’appuyer sur soi-même et non sur l’amour de Dieu !

  •  Annoncer la parole n’est pas faire de forcing ou du prosélytisme. la parole de Dieu s’annonce tout simplement et les gens sont ensuite totalement libres d’y adhérer ou non. Ce que Dieu désire avant tout ce sont des cœurs libres, des cœurs ouverts, et non des cœurs « contraints », des « cerveaux lavés » ! Annoncer la parole de Dieu, annoncer la Bonne nouvelle, c’est annoncer l’amour de Dieu, or l’amour s’offre mais ne s’impose jamais !

  • Savoir accueillir les gens que l’on rencontre comme ils sont,  remercier pour l’accueil, pour les grâces offertes et ne pas faire la guerre à ceux qui refusent la parole de Dieu. Elle leur a été annoncée, le reste leur appartient. Cela signifie aussi, ne pas en demander « plus » aux gens qui nous accueillent, et se contenter, avec reconnaissance de ce qu’il nous offre. Le missionnaire en effet peut se trouver accueilli dans une maison, il se doit alors de vivre au rythme et à la « bonne fortune » de cette maison sans aucune exigence de confort personnel ou de « bon appétit » ….l’apôtre n’est que serviteur, pas un grand personnage en visite !  

Voila une parole de Jésus qui nous emmène loin dans notre réflexion de missionnaire, de témoin du Christ ! Puissions-nous la méditer toujours et ne jamais oublier que nous ne sommes missionnaires que par la grâce de Dieu.

Myriam de Gemma
Septembre 2012

 separ bible

«Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir les maladies»

Aujourd'hui, nous vivons dans une époque où de nouvelles maladies mentales atteignent une portée insoupçonnée, comme jamais on ne l'avait vu dans le cours de l'histoire. Le rythme de vie actuel qui augmente le niveau de stress, la course pour acheter et faire croire qu'on possède plus que ce que possède le voisin, le tout arrosé d'une forte dose d'individualisme, construit une personne isolée du reste des mortels. Cette solitude à laquelle nous sommes obligés, par convenances sociales, par la pression au travail, par certaines conventions qui rendent esclaves, font que plusieurs tombent dans la dépression, la névrose, l'hystérie, la schizophrénie ou autres déséquilibres qui marquent profondément le futur de ces personnes. 

«Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir les maladies» (Lc 9,1). Ce sont ces maux, que nous pouvons identifier dans l'Évangile comme des maladies mentales. 

La rencontre avec le Christ, une personne complète et réalisée, apporte un équilibre et une paix qui peut tranquilliser les esprits et permettre à la personne de se rencontrer de nouveau avec elle-même, lui apportant clarté et lumière dans sa vie, bien pour instruire et enseigner, éduquer les jeunes et les personnes âgées, et remettre les personnes sur le droit chemin de la vie. 

Les Apôtres «allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle» (Lc 9,6). C'est aussi notre mission: vivre et méditer l'Évangile, la parole de Jésus, afin de la laisser faire son œuvre en nous. Ainsi, peu à peu, nous pourrons retrouver le chemin à suivre et la liberté à réaliser. Comme l'a écrit Jean-Paul II, «la paix doit se réaliser à travers la vérité (…); elle doit se faire dans la liberté». 

Que ce soit Jésus-Christ lui-même, qui nous appelle à la foi et au bonheur éternel, qui nous remplie de son espérance et de son amour, Celui qui nous a donné une vie nouvelle et un futur inépuisable.

Abbé Jordi CASTELLET i Sala (Sant Hipòlit de Voltregà, Barcelona, Espagne)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-09-24