Marc 1,12-15.

Marc 1 12 15awÉvangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,12-15.

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit pousse Jésus au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. 
Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » 

separ bible

 

 Jésus avant sa mission part au désert où il va prier et jeûner , et où aussi il va être tenté par Satan .

C'est que le Malin n'aime pas les oeuvres de salut de Dieu , et tout croyant qui vit de Dieu  va subir à un moment ou un autre les tentations du Malin , pour le détourner de sa prière , de sa mission ......

Partir au désert ce n'est pas seulement se mettre a l'écart pour réfléchir, c'est surtout entrer dans une véritable relation avec Dieu , pour connaitre ce qu'il attend de nous ; et le jeûne en tant que sacrifice , et dépouillement du souci de soi-même est alors très important . 

C'est pourquoi je voudrais parler ici un peu du jeûne 

Le jeûne est une épreuve. Non pas une épreuve légale obligée, mais une épreuve de foi et d’amour.

 La première question à se poser est : pourquoi est-ce que nous jeûnons ? Si c’est uniquement parce que l’Eglise nous en fait une obligation, alors nous passons à côté du véritable sens du jeûne.

En effet si l’Eglise nous appelle à jeûner, c’est pour que nous nous reconnaissions pécheurs, que nous marquions notre repentance, notre désir de conversion, que nous appelions la miséricorde de Dieu du fond de notre misère intérieure et que dans l’amour nous puissions offrir à Dieu quelque chose qui nous coûte au moins un peu. Le jeûne s’inscrit donc dans une démarche de vérité et d’amour en face de Dieu.

 Par ailleurs si nous mettons de côté l’argent économisé par notre jeûne, pour le donner à ceux qui n’ont rien, alors nous rentrons dans la charité fraternelle. Et nous savons bien que nous ne pouvons pas dire à Dieu que nous l’aimons si concrètement nous n’aimons pas les autres ….  

…. Aujourd’hui pour nous chrétiens, l’Eglise Catholique ne prescrit le jeûne que deux fois par an, le mercredi des Cendres (entrée en Carême) et le vendredi Saint (célébration de la mort du Christ), par l’absence de viande et d’alcool à midi et une légère collation le matin et le soir. Ceci est le minimum légal, et cela même le pratiquons-nous en vérité de corps mais surtout de cœur ? Avec quel esprit le vivons-nous ? Il semble qu’il soit devenu important aujourd’hui de  retrouver le sens exact du jeûne et la bonne manière de le vivre ; afin non seulement de nous rapprocher de Dieu mais encore de chacun de ses enfants par l’esprit de partage qui doit normalement en découler.

Pour aller plus loin, voir : l’enseignement sur le carême  

Myriam de Gemma
Février 2017.

separ bible

«Aussitôt l’Esprit le pousse au désert. Et dans le désert il resta quarante jours, tenté par Satan»

Aujourd'hui l'Église fête le premier dimanche de Carême. L'Évangile nous présente Jésus en train de se préparer à entrer dans sa vie publique. Il s'éloigne dans le désert où il passe quarante jours en priant et en faisant pénitence. Là il est tenté par Satan.

Nous devons nous préparer pour le Carême. Satan est notre grand ennemi. Il y a des personnes qui ne croient pas en lui, ils disent qu'il est un produit de notre imagination ou que c'est le mal en abstrait dilué chez les personnes et dans le monde. Non!

Les Saintes écritures parlent de lui à plusieurs reprises en tant qu'être réel et concret. C'est un ange déchu. Jésus le définit en disant: «Il est menteur et père du mensonge» (Jn 8,44). Saint Pierre le compare à un lion qui rugit: «Votre adversaire, le démon, comme un lion qui rugit, va et vient, à la recherche de sa proie» (1Pe 5,8). Et Paul VI nous enseigne: «Le démon est l'ennemi numéro un, c'est le tentateur par excellence. Nous savons que ce personnage obscur et perturbateur existe vraiment et qu'il continue à agir».

Comment? En mentant, en nous trompant. Là où il y a mensonge ou tromperie, il y a action diabolique. «La plus grande victoire du diable est de nous faire croire qu'il n'existe pas» (Baudelaire). Et comment nous ment-il? Il nous présente des actions perverses comme si elles étaient bonnes, il nous pousse à faire des choses mauvaises, et en troisième lieu, il nous suggère des raisons pour justifier nos péchés. Après nous avoir trompé, il nous remplit d'inquiétude et de tristesse. N'as-tu jamais ressenti cela?
Quelle est notre attitude devant la tentation? Avant: rester vigilant, prier et éviter les occasions de pécher. Pendant: résister directement ou indirectement. Après: si tu as gagné, il faut rendre grâce à Dieu. Si tu n'as pas gagné, il faut demander pardon et apprendre de cette expérience. Quelle a été ton attitude jusqu'à maintenant?

La Sainte Vierge Marie a écrasé la tête du serpent infernal. Demandons qu'Elle nous donne la force de surmonter les tentations de chaque jour.

Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach (Vilamarí, Girona, Espagne)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-05-10