Marc 10,46-52

Marc 10 46 52awÉvangile de Jésus Christ selon saint Marc 10,46-52.
 

Jésus et ses disciples étaient venus à Jéricho. Et tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, un mendiant aveugle, Bartimée, le fils de Timée, était assis au bord de la route. Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Beaucoup de gens l'interpellaient vivement pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l'aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t'appelle. » L'aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? — Rabbouni, que je voie. » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t'a sauvé. » Aussitôt l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route.

separ bible

Voila une superbe scène de vie ! Jésus a apporté la Bonne Nouvelle dans une ville assez importante et lorsqu’il quitte la ville, comme d’habitude une grande foule le suit ! Elle a encore faim de sa parole  elle veut encore voir des miracles, et puis voilà que sur le bord de la route se trouve cet aveugle. Pour les gens de l’époque avoir un tel handicap était signe que l’on avait péché que l’on était rejeté de Dieu, aussi les gens s’arrêtant a cette conception lui disent de se taire ! Un pauvre bougre comme lui, n’a pas à déranger, à importuner dérangé un maitre comme Jésus !  

Vous savez, on est souvent comme cela aussi dans notre cœur , lorsque l’on regarde de haut ceux qui sont marginaux , ceux qui sont plus « petits » que nous , ceux qui ne sont pas de notre classe … ;c’est là un domaine de notre cœur sur lequel il faut apprendre a veiller , sinon nous ferons obstacle à la grâce de Dieu dans la vie de ceux qui nous entourent .   

Voila donc notre aveugle qui crie fort et fort, vers Jésus, lui n’a plus rien a perdre ! et Jésus l’entend, Jésus l’appelle ; il voit bien l’handicap de cet homme et il se doute bien de ce qu’il veut lui demander, et pourtant il l’interroge.. que veux tu que je fasse pour toi... et l’homme bien évidemment lui répond «  Que je vois ! »

Alors pourquoi Jésus lui pose cette question ?

 C’est simple, en criant l’homme est encore tourné sur lui-même... mais en répondant à Jésus il fait un véritable acte de foi ! Et qui plus est un acte de foi public !  Et c’est bien au nom de cette foi que Jésus le guérit quand il lui dit : « ta foi t’a sauvé ! » Et il est tellement guérit que dans sa joie il se met a suivre Jésus !

Voila une belle histoire, une histoire qui touche notre cœur... seulement cette histoire ne doit pas rester seulement une belle histoire, elle doit nous interpeler aussi, car elle nous concerne. En effet devant Jésus chacun de nous est aveugle ! aveugle sur notre péché, sur la misère de notre âme! Par exemple, nous nous croyons souvent supérieur aux autres .. et en cela même nous sommes des aveugles ! Nous regardons la misère des autres et nous ne voyons pas la nôtre ! 

la route c’est notre vie et bien souvent,  nous sommes nous aussi sur le bord de notre route , sans vraiment voir où nous allons ! et sur cette route, sur notre route ,  Jésus passe , allons nous l’appeler ,   Et Jésus est là , il est vivant il nous accompagne , et il nous demande à nous aussi « « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »  , Lui, le Seigneur, le Dieu vivant veut nous guérir de tout ce qui nous sépare de lui, de tout ce qui nous rend aveugle à son amour ; de tout ce qui nous rend aveugle sur l’être unique et magnifique que nous sommes à ses yeux,  , sur la beauté de la vie que Dieu a mis en nous ….

 Aujourd’hui donc

Avec Bartimée, nous sommes appelés a reconnaitre que nous avons besoin de la grâce de Dieu

Avec Bartimée nous sommes appelés à crier  avec force et avec foi, vers le seigneur; nous sommes appelés à quitter notre bord de route, à quitter cette partie de note cœur qui est comme dans la nuit parce éloigné de l’amour de Dieu.

 Avec Bartimée nous sommes appelés à bondir vers Jésus dans un véritable élan de confiance !

 Oh certes nous croyons en Jésus, et nous croyons qu’il peut tout, mais bien souvent nos demande s’arrêtent à des demandes bien terrestres, voir du monde … des demandes, somme toute, matérielles et humaines , afin d’avoir un meilleur confort de vie , une meilleure relation aux autres … et ce n’est pas mauvais en soi,  mais ici Jésus, à travers Bartimée , nous montre ce que nous devons demandé !

En effet cette homme ne demande pas un travail, une demeure ou de quoi vivre, il demande d’être guérit au plus profond de son corps afin de devenir un être vivant à part entière.

Est-ce que nous savons vraiment faire cette prière à Jésus, du plus profond de notre cœur ? Est-ce que nous sommes capables de reconnaitre notre aveuglement, à savoir que nous sommes pécheur, et que ce sont les yeux de notre cœur qui ont besoin d’être guéris  c’est toute notre âme qui a besoin d’être guérie !

Remarquez la fin de l’évangile : « Aussitôt l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route. »

C’est là, le premier signe de la véritable guérison ! L’homme n’est pas parti de son côté pour vivre « SA » vie, enfin retrouvée, mais il a suivi Jésus, se faisant témoin avec les autres !

C’est là quelque chose de très important, lorsque nous demandons une grâce particulière à Jésus, ou que nous demandons notre guérison, c’est en général pour nous-mêmes afin de « mieux vivre » afin que « NOTRE » vie soit plus facile plus agréable ; et lorsque nous avons obtenu cette grâce, nous remercions Dieu, certes sincèrement, mais ensuite nous nous remettons vite a nous occuper de nous-mêmes sans plus faire cas de Dieu !

L’évangile de ce jour nous dit, Lorsque Jésus vous guérit, lorsqu’il vient ainsi vous transformer, ne retournez pas a votre petite vie, à votre « pito », mais mettez cette grâce au service de Jésus, au service des autres, au service de l’Eglise ! C’est cela suivre Jésus ! 

Rendre grâce à Dieu, ce n’est pas dire avec la bouche « merci Seigneur », c’est vivre notre nouvelle vie avec Jésus en nous mettant réellement à sa suite à son service !

 Et surtout ne croyez pas qu’en mettant ainsi a la suite de Jésus vous sacrifiez votre vie ! Oh que non ! En vous guérissant, en vous donnant la grâce exceptionnelle dont vous aviez besoin, Jésus veut au contraire combler votre vie, lui donner une dimension, que vous n’imaginez même pas ! Seulement voila, pour vous épanouir dans cette vie de Dieu, il faut faire le premier pas, c'est-à-dire, décider de vivre selon la parole de Jésus au lieu de retourner vivre selon le raisonnement du monde, selon votre propre raisonnement !  C’est une grande expérience d’amour de Dieu ; et beaucoup ne savent pas vraiment la recevoir, et c’est bien dommage !

 Ici , dans notre église de Polynésie, Dieu agit dans beaucoup de cœurs , n pourrait écrire des livres entiers rien qu’avec les guérisons, les conversion, et les libérations … Dieu se fait visible sur le bord de nos chemins.

Alors ? Allons-nous l’appeler, et nous laisser guérir en profondeur par lui afin de vivre pleinement de son amour et de sa grâce ?

 A travers notre chapelet de ce soir, demandons à Marie de nous prendre par la main, de nous conduire à Jésus afin que nous sachions reconnaitre notre besoin d’être guéris par le Seigneur, et demandons lui cette grâce de ne pas nous retourner sur nous mêmes, sur nos petites habitudes, mais vraiment de marcher a la suite du Seigneur avec tout notre cœur !  

Myriam de Gemma
Mai 2013 au Rosaire Vivant


 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-10-24