Marc 12,13-17

Marc 12 13 17awÉvangile de Jésus Christ selon saint Marc 12,13-17.

On envoya à Jésus des pharisiens et des hérodiens pour le prendre au piège en le faisant parler, et ceux-ci viennent lui dire : « Maître, nous le savons : tu es toujours vrai ; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens, mais tu enseignes le vrai chemin de Dieu. Est-il permis, oui ou non, de payer l'impôt à l'empereur ? Devons-nous payer, oui ou non ? » Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit : « Pourquoi voulez-vous me mettre à l'épreuve ? Faites-moi voir une pièce d'argent. » Ils le firent, et Jésus leur dit : « Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ? — De l'empereur César », répondent-ils. Jésus leur dit : « À César, rendez ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu. » Et ils étaient remplis d'étonnement à son sujet.

separ bible

Dieu est Dieu, l’état est l’état ! Vouloir assimiler l’un à l’autre ne peut que nous poser des problèmes, car ce sont là deux choses bien séparées, en ce sens même ou l’état n’est pas obligatoirement chrétien ! Il peut même se révéler anti chrétien.  

 Le chrétien est celui qui vit sa foi en Dieu, en Jésus Christ mort et ressuscité, au sein du pays qui est le sien, dans le respect des lois qui gèrent son pays. Cela ne l’empêche pas de se lever et de dire son désaccord envers certaines lois quand celles-ci sont injustes, ou iniques, ce lui est même un devoir dans le souci des autres et de la justice.

 Cependant son combat ne peut se vivre que dans la paix et l’amour ! Aujourd’hui, dans certains pays,  nous en voyons bien toute la difficulté.

 Il est clair que dans un monde de moins en moins chrétien, c’est à dire chrétien de cœur et non de registre,  le respect de la liberté religieuse est fort atteint ; cela ne doit pas nous empêcher de vivre notre foi, au Christ, en rendant à l’état ce qui est à l’état et à Dieu ce qui est à Dieu.

 Chaque chrétien doit aujourd’hui apprendre à définir clairement sa foi et doit se décider à la vivre ou non.  Et la vivre ce n’est pas l’imposer aussi aux autres. La foi en effet est un chemin d’amour de Dieu et des autres, qui se propose et ne s’impose pas. Encore faut-il pour le proposer vraiment le vivre d’abord soi-même.   Alors qu’elle est notre foi ? Comment rendons nous à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ?

Myriam de Gemma
Juin 2013

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-06-05