Marc 2,18-22

Marc 2 18 22

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 2,18-22

Comme les disciples de Jean Baptiste et les pharisiens jeûnaient, on vient demander à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, comme les disciples de Jean et ceux des pharisiens ? » Jésus répond : « Les invités de la noce pourraient-ils donc jeûner, pendant que l'Époux est avec eux ? Tant qu'ils ont l'Époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner. Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé : ce jour-là ils jeûneront.  Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d'étoffe neuve ; autrement la pièce neuve tire sur le vieux tissu et le déchire davantage. Ou encore, personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement la fermentation fait éclater les outres, et l'on perd à la fois le vin et les outres. À vin nouveau, outres neuves. »

separ bible

 Il y a un temps pour tout ; un temps pour faire la fête, un temps pour jeûner. Mais quoique nous fassions il faut que cela soit fait avec le cœur et non de façon « législative ». On ne pratique pas le jeûne pour pratiquer le jeûne, on vit le jeûne par amour de Dieu, par amour des autres. Jésus nous appelle ici à regarder le fond de notre cœur. Qu’est-ce qui motive notre conduite, le choix de nos actes ? Est-ce la loi ? Ou est ce l’amour de Dieu et des autres ? Jésus est venu transformer notre cœur, et dans ce cœur neuf, il faut un vin neuf, c'est-à-dire le vin de son amour et non plus l’amour de l’ancienne loi ou l’on faisait les choses par obligation. L’amour n’annihilera pas la loi mais il nous apprendra à bien la vivre. C’est qu’au bout du compte, l’amour se montrera plus exigeant que la loi, mais il nous permettra aussi d’aller beaucoup plus loin, car nous ne serons plus alors dans une attitude extérieure mais dans une réelle adhésion de vie !

Myriam de Gemma
Janvier 2013

separ bible

«Les invités de la noce pourraient-ils donc jeûner, pendant que l'Époux est avec eux?»

Aujourd'hui, nous constatons comment les juifs, au-delà du jeûne prescrit par Dieu le Jour de l'Expiation (cf. Lev 16,29-34) observaient plusieurs autres jeûnes, autant publics que privés. Ils étaient l'expression de deuil, de pénitence, de purification, de préparation pour une fête ou une mission, de pétition de grâce à Dieu, etc. Les juifs pieux appréciaient le jeûne comme un acte propre de la vertu de la religion et plaisant à Dieu: celui qui jeûne se dirige à Dieu en attitude d'humilité, lui demande pardon en se privant de ces choses qui, le satisfaisant, l'auraient éloignées de Lui. 

Que Jésus n'inculque pas cette pratique à ces disciples et à ceux qui l'écoutaient, surprend les disciples de Jean et les pharisiens. Ils pensent qu'il s'agit d'une omission importante dans ses enseignements. Et Jésus leur donne une raison fondamentale: «Les invités de la noce pourraient-ils donc jeûner, pendant que l'Époux est avec eux?» (Mc 2,19). L'époux, selon l'expression des prophètes d'Israël, est Dieu, et est manifestation de l'amour divin envers les hommes (Israël est l'épouse, qui n'est pas toujours fidèle, objet de l'amour fidèle de l'époux, Yahvé). C'est-à-dire, Jésus se compare à Yahvé. Il est ici, déclarant sa divinité: il appelle ses disciples "les amis de la noce", ceux qui sont avec Lui, et donc qui n’ont pas besoin de jeûner car ils ne sont pas séparés de Lui.

L'Église est demeurée fidèle à cet enseignement qui vient des prophètes et constitue une pratique naturelle et spontanée dans plusieurs religions. Jésus-Christ la confirme et lui donne en sens nouveau: Il jeûne dans le désert comme préparation à sa vie publique, Il nous dit que la prière est fortifiée par le jeûne, etc.

Parmi ceux qui écoutaient le Seigneur, la majorité devait être pauvre et savoir de vêtements raccommodés; il devait aussi y avoir des vendangeurs qui savaient ce qui se passe lorsqu'on met du vin nouveau dans de vieilles outres. Jésus leur rappelle qu'ils doivent recevoir son message avec un esprit nouveau, qui rompt avec le conformisme et la routine des âmes vieillies prématurément, que ce qu'Il leur propose, n'est pas une interprétation de la Loi, sinon une vie nouvelle.

Abbé Joaquim VILLANUEVA i Poll (Barcelona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-01-21