Marc 3, 31-35

Marc 3 31 35awÉvangile de Jésus Christ selon saint Marc 3,31-35.

Comme Jésus était dans une maison, sa mère et ses frères arrivent. Restant au-dehors, ils le font demander. Beaucoup de gens étaient assis autour de lui ; et on lui dit : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui te cherchent. » Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? » Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère. » 

separ bible

 Il est possible de penser en lisant ce passage que Jésus tout à sa mission refuse ses liens de famille, et ne veut en faire aucun cas … la mission seule comptant ! On pense alors qu’il refuse de recevoir sa mère et ses frères … Pourtant ce n’est pas ce que nous dit explicitement cet évangile !  En fait il ne fait que définir qui est la vraie famille de Jésus, à savoir tous ceux qui croient et qui écoutent sa parole …. Et Marie écoutait la parole de son Fils … elle l’écoutera jusqu'au bout, elle l’écoutera jusqu’au pied de la croix !

Aujourd’hui, certaines personnes se servent de ces quelques lignes pour dire que l’engagement dans l’église doit passer avant la famille. Oh quelle erreur ! Si Dieu a voulu que nous soyons responsable d’une famille c’est qu’il nous a fait confiance pour mener cette tâche à bien.  Fuir cette responsabilité, ce devoir d’état serait donc une faute. Il faut savoir vivre l’un sans nier l’autre.

Non ici Jésus ne nie pas sa famille, mais il l’élargit ! Il l’élargit à tous ceux qui cherchant Dieu d’un cœur sincère, vont l’écouter et suivre ses paroles.  Celui qui fait partie véritablement de la famille de Dieu est celui qui croyant en Lui, obéit a sa parole, et suit l’appel que Dieu met en son cœur. Etre chrétien ce n’est pas être inscrit sur un registre religieux quel qu’il soit, être chrétien, faire partie de la famille du Christ c’est suivre la parole du Christ dans notre vie quotidienne.

Une famille se tient quand elle est unie, pas quand chacun vit ce qu’il veut, quand il veut, sans aucun souci des autres membres de la famille. Il en est de même dans la famille chrétienne.

La question se pose donc à chacun de nous aujourd’hui.  Suis-je vraiment chrétien ? C’est-à-dire : est-ce que je crois vraiment au Christ et à sa parole ?  Est-ce que je fais vraiment partie de la famille du Christ ? C'est-à-dire est-ce que quotidiennement et dans tous les domaines de ma vie, je vis selon la parole du Seigneur , selon son appel particulier sur moi ?

C’est à chacun de nous de réponde a cela ! 

Myriam de Gemma
Janvier 2014

separ bible

«Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma soeur, ma mère»

Aujourd'hui, nous contemplons Jésus -dans une scène très concrète et, en même temps, suggestive- entouré d'une foule de gens de son village. Les proches de Jésus sont arrivés de Nazareth à Capharnaüm. Mais vue la quantité de gens, ils restent dehors et le font appeler. Ils lui disent: «Ta mère et tes frères sont là dehors, qui te cherchent» (Mc 3,31).

Dans la réponse de Jésus, il n'y a, comme nous le verrons, aucun motif de rejet de ses proches. Jésus les avait quittés pour suivre l'appel divin et il montre à présent qu'intérieurement aussi, Il s'était détaché d'eux. Non par froideur ou par mépris des liens familiaux, mais parce qu'Il appartient complètement à Dieu son Père. Jésus-Christ a réalisé personnellement en Lui ce qu'Il demande à ses disciples.

Au lieu de sa famille de la terre, Jésus a choisi une famille spirituelle. Il jette un regard sur les gens assis autour de Lui et leur dit: «Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère» (Mc 3,34-35). Dans d'autres passages de son Évangile, saint Marc décrit d'autres regards comme celui-ci.

Jésus veut-il nous dire que seuls sont ses parents ceux qui écoutent sa parole avec attention? Non! Ses parents ne sont pas ceux qui écoutent, mais ceux qui écoutent et accomplissent la volonté de Dieu: voilà son frère, sa soeur, sa mère.

Jésus exhorte ceux qui se trouvent assis là -et tous les autres- à entrer en communion avec Lui au moyen de l'accomplissement de la volonté divine. Mais, en même temps, nous voyons dans ses paroles l'éloge de sa mère, Marie, bienheureuse pour toujours pour avoir cru.

Abbé Josep GASSÓ i Lécera (Ripollet, Barcelona, Espagne)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-01-29