Marc 4,21.25

Marc 4 21 25awEvangile selon Saint Marc 4,21.25

Jésus disait encore à ses disciples cette parabole : « Est-ce que la lampe vient pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N'est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ?  Car rien n'est caché, sinon pour être manifesté ; rien n'a été gardé secret, sinon pour venir au grand jour.  Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende ! »  Il leur disait encore : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous, et vous aurez encore plus.  Car celui qui a recevra encore ; mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. »

 separ bible

Faites attention à ce que vous entendez ! Il ne s’agit pas là de ce que nous entendons dans le monde, mais de la parole de Dieu. Cette parole, que nous lisons, ou que nous entendons à la messe par exemple, le Seigneur nous l’adresse personnellement, nous ne pouvons pas l’écouter et dire : « oh ça, ça ne me concerne pas » ou encore, « elle est pour les autres » . Non, toute parole de Dieu est à écouter pour nous-mêmes, pour grandir dans une vie en conformité avec la volonté de Dieu, avec l’amour de Dieu. Il ne suffit donc de l’entendre et de l’oublier ensuite, il nous faut l’entendre et la mettre en pratique ! 

Pourquoi ?  Parce que la parole de Dieu est vivante et nous appelle à la vie. Ne pas en tenir compte c’est comme avoir de quoi manger sur la table, et rester là, à regarder la nourriture en mourant de faim !  À ce compte là on dépérit vite !

Il en va de même pour la parole de Dieu, l’entendre sans l’intégrer dans notre vie c’est nous faire illusion, et c’est être sur un chemin de mort spirituelle, sur un chemin de vie chrétienne atrophiée ; nous aurons alors peut être l’impression d’être des chrétiens, mais en fait nous serons dans l’illusion, l’illusion d’une union à Dieu et au Christ !

 Et Jésus nous avertit du grand danger :

« La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous »  On comprend bien que si je vis de la parole, alors elle se développera dans ma vie, alors la relation à Dieu grandira et les grâces divines fleuriront, mais si je ne vis pas de la parole de Dieu alors ma vie sera comme un jardin sans eau, qui dépérira ! Ce n’est pas que Dieu veuille me faire dépérir ou me punir, oh que non ! Jésus n’est pas un juge, et encore moins un juge qui serait sans compassion, mais ce qui fait grandir la vie divine, la relation avec Dieu c’est la mise en pratique de la parole, avec tout notre être, tout notre cœur.   Et cette mise en pratique dépend de nous, car l’amour de Dieu pour nous ne peut que nous laisser libre de vivre avec Lui ou sans Lui.    

Ecouter la parole de Dieu c’est avoir un robinet d’eau dans notre jardin, mettre la parole en pratique dans notre vie, c’est ouvrir ce robinet pour qu’il arrose le jardin, et donne des fruits , mais si n’ouvrirons pas le robinet, nous aurons beau dire « j’ai un jardin » , cela sera comme si nous n’en avions pas puisque qu’il ne produira rien et sera comme mort !  

Prenons donc bien garde a la manière dont nous entendons la parole de Dieu et à la manière dont nous la mettons en pratique ! 

 Myriam de Gemma

separ bible

«Est-ce que la lampe vient pour être mise sous le boisseau ou sous le lit?»

Aujourd'hui, Jésus nous explique le secret du Royaume. Il utilise même une certaine ironie afin de nous montrer que l'énergie interne de la Parole de Dieu -la même que la sienne, la force qui doit se répandre à travers le monde, est comme une lumière, et que l'on ne peut pas la mettre «sous le boisseau ou sous le lit» (Mc 4,21).

Est-ce que nous pouvons imaginer quelle serait la stupidité humaine de mettre une bougie allumée sous le lit? Chrétiens avec la lumière éteinte ou avec une lumière allumée et avec interdiction d'éclairer! C'est ce qui arrive quand nous ne mettons pas toutes nos connaissances et notre amour au service de la foi. C'est tellement contre nature de se replier égoïstement sur soi en réduisant notre vie au domaine de nos intérêts personnels! Vivre sous le lit! Absurdement et tragiquement immobiles: "absents" de l'esprit.

L'Évangile -au contraire- est une sainte extase d'amour passionné qui a besoin de s'exprimer, qui a besoin de "se révéler", qui porte en soi une exigence propre de croissance personnelle, de maturité intérieure, et de services aux autres. «Si tu dis: Assez!, Tu meurs», nous dit Saint Augustin. Et Saint Joseph-Marie nous dit: «Seigneur: Faites que j'aie un poids et une mesure pour tout sauf pour l'Amour!».

«‘Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende!’. Il leur disait également: ‘Faites attention à ce que vous entendez!’ (Mc 4,23-24). Mais qu'est-ce que cela veut dire entendre? Voilà la grande question que nous devons nous poser. C'est l'acte sincère envers Dieu qui exige de savoir réellement ce que nous voulons faire. Et pour le savoir il faut savoir écouter: il faut être attentif aux suggestions de Dieu. Il faut entamer le dialogue avec Lui. Et la conversation met fin aux "mathématiques de la mesure": «La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous, et vous en aurez encore plus. Car celui qui a recevra encore; mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a» (Mc 4,24-25). Les intérêts accumulés par Dieu notre Seigneur, sont imprévisibles et extraordinaires. Voilà la manière d'inciter notre générosité.

 Abbé Àngel CALDAS i Bosch (Salt, Girona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-01-30