Marc 6,53-56

Marc 6 53 56aw

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 6,53-56.

En ce temps-là, après la traversée, abordant à Génésareth, ils accostèrent. Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus : ils parcoururent toute la région, et se mirent à apporter les malades sur des brancards là où l’on apprenait que Jésus se trouvait. Et dans tous les endroits où il se rendait, dans les villages, les villes ou les campagnes, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés.

separ bible

La notoriété de Jésus se répand, au point que les gens n’hésitent pas à faire de kilomètres pour l’approcher, pour se faire guérir par lui.  Ils mettent en lui une très grande confiance. Certes ils ne savent pas qui est véritablement Jésus. ils ne viennent pas voir le Messie, le Fils de Dieu , mais l’homme aux grands « pouvoirs » qui peut les guérir et leur apporter la paix .

Nous faisons nous-mêmes souvent cela. Par exemple, ne cherchons-nous pas le «  meilleur médecin » ?  Et quand une personne ayant des dons particuliers, vient dans notre région, n’allons-nous pas essayer de la voir ?

 En cela nous sommes semblables aux gens de l’époque qui couraient après Jésus..

Cependant aujourd’hui, nous savons que Jésus est bien plus qu’un homme, il est le Fils de Dieu. Il est celui qui peut tout en nous. Nous sommes-nous déjà interrogés sur ce que Jésus peut faire réellement en nous ?

Et pour le rencontrer point n’est besoin de faire des kilomètres, ni d’y être tel jour à telle heure ! Il suffit de se retirer au calme dans sa maison, et de le prier, de nous offrir à lui, pour qu’il agisse en nous selon son désir et sa volonté, sachant que tout sera pour notre plus grand bien.  Mais avons-nous assez de foi en lui, pour nous abandonner simplement entre ses mains, en lui laissant pleine liberté pour intervenir ?

 Myriam de Gemma
Janvier 2017

separ bible

«Tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés»

Aujourd'hui, dans l’Évangile du jour, nous voyons le magnifique "pouvoir du contact" avec la personne de Notre Seigneur: «L’on mit les malades sur les places et on lui demandait de toucher seulement la frange de son manteau; et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés» (Mc 6,56). Le plus petit contact physique peut opérer des miracles pour ceux qui s’approchent du Christ avec foi. Son pouvoir de guérison déborde de son cœur aimant et s’étend même à ses vêtements. Tous deux —capacité et désir plénier de guérir— sont abondants et d’accès facile.

Ce passage peut nous aider à méditer sur la manière dont nous recevons le Seigneur dans la Sainte Communion. Est-ce que nous communions avec la certitude que ce contact peut opérer des miracles dans nos vies? Nous faisons plus que toucher «la frange de son manteau»: nous recevons réellement le Corps du Christ dans nos corps. Plus qu’une simple guérison de nos maladies physiques, la Communion guérit nos âmes et leur garantit la participation à la vie-même de Dieu. Saint Ignace d’Antioche voyait ainsi dans l’Eucharistie «la médecine de l’immortalité et l’antidote contre la mort, qui procure ce qu’éternellement nous devons vivre en Jésus-Christ». 

Le profit de cette "médecine d’immortalité" consiste à être guéri de tout ce qui nous sépare de Dieu et des autres. Être guéri par le Christ dans l’Eucharistie implique par conséquent de dépasser les replis sur soi. Ainsi que l’enseigne Benoît XVI, «Se nourrir du Christ est le chemin pour ne pas demeurer indifférents devant le sort de nos frères (…). Une spiritualité eucharistique est alors un authentique antidote contre l’individualisme et l’égoïsme qui caractérisent souvent la vie quotidienne, elle porte à redécouvrir la gratuité, la centralité des relations, à partir de la famille, avec le souci particulier de soulager les blessures de celles qui sont désunies».

Comme ceux qui furent guéris de leurs maladies en touchant ses vêtements, nous pouvons nous aussi être guéris de notre égoïsme et de notre isolement, en recevant Notre Seigneur avec foi.

Fr. John GRIECO (Chicago, Etats-Unis)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-02-11