Marc 9,38-40.

Marc 9 38 40awÉvangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,38-40.

En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »  Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ;  celui qui n’est pas contre nous est pour nous. »

separ bible

Voila un texte important qui nous ouvre à l’accueil. Nul n’a le monopole de l’évangélisation !  Or bien souvent, nous voulons gérer ceux qui parlent ou agissent au nom du Seigneur, en y mettant des critères de connaissance intellectuelle, de respectabilité, etc.…  mais Dieu est Dieu et le seul maître à bord ; dès lors, il choisit ses ouvriers, comme il le veut !

Il nous faut juste accueillir et veiller à ce que l’on ne parle pas mal du Christ.  En effet le texte souligne bien le fait d’œuvrer « au nom de Jésus »  …. Nous avons donc à veiller sur cela dans nos paroisses, et ne pas interdire aux gens de vivre ce qu’ils sont appelés à vivre sous prétexte qu’ils ne sont pas de « notre groupe », c'est-à-dire qu’ils ne rentrent pas dans les normes qui sont les nôtres.  S’il est bon de prendre le temps du discernement, ce qui est même un devoir au sein de l’Eglise, il ne faut rejeter personne juste parce qu’elle n’est pas aux normes ou qu’elle ne nous plait pas.  Quand Jésus a appelé Matthieu ou Paul , ils n’étaient pas aux normes …. Ils ont accueilli l’appel et ont grandi ensuite .

Bien sur il y a en notre monde bien des « gourous et des faux prophètes » qui se servent de la parole de Dieu pour en arriver à leur fins, à leur gloire personnelle. Mais justement : ceux ne travaillent pas « au nom de Jésus Christ » ils travaillent pour eux même en leur propre noms. Leur vie même est un contre témoignage de la parole de Dieu. Et de ceux là il faut se tenir éloignés.

Cependant ce n’est pas cette question qui est soulevé ici, car ceux qui parlent, parlent vraiment au nom du Christ et non en leur nom propre, pour leur propre gloire ou avantage. C’est pourquoi Jésus les laisse faire.

Puissions nous nous arrêter ici un moment pour demander a Dieu la grâce de l’accueil et du discernement en ce qui concerne tous les appels que nous voyons autour de nous.

Myriam de Gemma
Mai 2018

separ bible

«Celui qui n'est pas contre nous est pour nous»

Aujourd'hui, nous assistons à une récrimination à l'encontre de Jean, qui a vu des gens faire de bonnes œuvres au nom du Christ sans pour autant faire partie du groupe des disciples: «Maître, nous avons vu quelqu'un chasser des esprits mauvais en ton nom; nous avons voulu l'en empêcher, car il n'est pas de ceux qui nous suivent» (Mc 9,38). Jésus nous indique ici le regard que nous devons avoir envers ces personnes: les accueillir et ouvrir notre regard envers eux, en ayant beaucoup d'humilité vis-à-vis de nous-mêmes, partageant toujours un lien commun, une même foi, une même orientation, c'est-à-dire, cheminer ensemble vers la perfection de l'amour de Dieu et du prochain.

Cette manière de vivre notre vocation d'"Église" nous invite à revoir en paix et sérieusement la cohérence avec laquelle nous vivons cette ouverture d'esprit qu'avait Jésus. Tant qu'il y a "d'autres" qui nous dérangent parce qu'ils font la même chose que nous, cela veut dire que l'amour du Christ n'a toujours pas imprégné notre vie dans toute sa profondeur et Il nous demandera d'avoir l'humilité d'accepter que nous ne déversons pas "toute la sagesse et l'amour de Dieu". En somme, nous devons accepter que nous sommes ceux choisis par le Christ pour annoncer à tous que l'humilité est le chemin pour nous approcher de Dieu.

Jésus a agi de cette manière depuis son Incarnation, quand Il nous rapproche au plus haut de la majesté de Dieu par la petitesse des pauvres. Sain Jean Chrysostome nous dit: «Il ne s'est pas contenté de la mort et de la croix; mais il a voulu être pauvre, étranger, errant, nu, prisonnier, malade, afin de vous attirer à lui.» Si le Seigneur n'a pas laissé passer l'opportunité pour que nous vivions l'amour de notre prochain, ne laissons pas nous non plus passer l'opportunité d'accepter celui qui ne vit pas de la même manière que nous sa vocation de faire partie de l'Église, car «celui qui n'est pas contre nous est pour nous» (Mc 9,40).

Abbé David CODINA i Pérez (Puigcerdà, Gerona, Espagne)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-02-26