Proverbes 3/ 27-34

Mon fils, ne refuse pas ton aide à celui qui la mérite, quand tu as les moyens de l'accorder. Ne dis pas, quand tu as de quoi donner : « Va-t'en, tu reviendras, je donnerai demain. » Ne travaille pas au malheur de ton prochain, alors qu'il vit sans méfiance auprès de toi. Ne cherche pas querelle sans raison à quelqu'un qui ne t'a pas fait de mal. Ne porte pas envie à l'homme violent, n'adopte pas ses procédés. Car le Seigneur a horreur des gens tortueux, tandis que les hommes droits sont parmi ses intimes. La malédiction du Seigneur est sur la maison du méchant, mais il bénit la demeure du juste. Il se moque des moqueurs, mais il accorde aux humbles sa grâce.

Que voila un bel appel à la vie fraternelle ! Des conseils, source de paix, de bonheur pour notre vie. Cependant à regarder le monde, on a l’impression que ce simple bon sens de la vie commune disparait. Ne voit-ton pas des gens faire des procès pour des broutilles ? Ne voit-on pas des gens se bagarrer parce que l’autre les a un tant soit peu dérangés, alors qu’il suffirait de s’expliquer calmement ? Ne voit-on pas l’égoïsme prendre le pas sur la charité ?… et les jugements arbitraires régler nos relations, notre façon de vivre ? C’est, par exemple, tellement plus simple de dire que tous ceux qui ont faim ne sont que des paresseux ! La parole, aujourd’hui, nous interpelle : quelle est notre attitude concrète avec tous ceux qui nous entourent ? Quelle est l’ouverture de notre cœur dans notre vie sociale ?

La dernière phrase peut nous paraître exagérée, tant en ce monde, les profiteurs, les exploiteurs, les gens tortueux, peuvent sembler les gagnants alors que les petits, ceux qui vivent honnêtement semblent être des « perdants ». Mais ne nous y trompons pas, Dieu intervient dans la vie du juste, il le comble à sa manière qui n’est pas celle du monde. Si nous disons être chrétiens, être disciples du Christ alors nous sommes appelés à vivre en vérité avec Dieu, et dans l’amour des autres. C’est que Dieu voit à la réalité de notre cœur. Le jugement se fera auprès de lui, et pas obligatoirement ici bas. Les « méchants » peuvent sembler gagner en ce monde, mais devant Dieu, plus de tromperie, plus de fausses raisons, plus d’esprit tortueux, la vérité se fera, la pleine lumière sera là. … Et là, à notre heure, que diront nous à Celui qui a donné sa vie pour nous ?


Ajouter un commentaire