Tobie 2/ 10-23

Un jour, Tobie, fatigué après avoir enterré les morts, rentra chez lui, s'étendit contre le mur et s'endormit. Pendant son sommeil, des hirondelles firent tomber de leur nid de la fiente chaude sur ses yeux, et il devint aveugle. Dieu permit cette épreuve pour que Tobie donne à la postérité un exemple de patience, comme le saint homme Job. Comme Tobie, depuis son enfance, avait toujours eu la crainte de Dieu et observé ses commandements, il n'en voulut pas à Dieu pour le malheur qui le frappait, mais il resta inébranlable dans la crainte de Dieu, lui rendant grâce tous les jours de sa vie. De même que des rois injuriaient le bienheureux Job, les parents et les proches de Tobie se moquaient de sa conduite en disant : « Où est-elle donc, cette espérance, pour laquelle tu faisais l'aumône et enterrais les morts ? » Mais lui les reprenait : « Ne parlez pas ainsi, car nous sommes les descendants des saints, et nous attendons cette vie que Dieu donnera à ceux qui ne perdent jamais leur confiance en lui. »  Anne, sa femme, s'en allait tous les jours pour faire du tissage, et elle rapportait ce qu'elle avait pu gagner par le travail de ses mains. C'est ainsi qu'un jour elle reçut un chevreau qu'elle rapporta à la maison. Tobie entendit l'animal qui bêlait, et dit : « Prenez garde que ce ne soit le produit d'un vol ; rendez-le à ses maîtres ; car nous n'avons pas le droit de manger ce qui a été volé, ni même d'y toucher. » Furieuse, sa femme répondit : « On voit bien que ton espérance n'a servi à rien, et tes aumônes ont montré ce qu'elles valaient ! » Elle lui faisait ces reproches, et d'autres du même genre.

Voila un texte bien difficile à accepter ! On voit un homme de Dieu rendu malade, et le texte nous dit que Dieu permit cela pour que Tobie donne une leçon de patience aux gens de son entourage ! Quel est donc ce Dieu qui permet que l’on souffre ? On nous dit toujours que Dieu est amour ... mais est-ce là une marque d’amour ?  C’est si difficile à accepter, voir à expliquer que bien souvent on passe par dessus, en ignorant cette question, pourtant fondamentale de l’amour de Dieu.

 Nous voulons d’un Dieu amour, qui nous accorde tout, qui nous protège de tout, qui nous délivre de tout en ce monde … Mais Dieu n’est pas une assurance anti-souffrance, pas plus qu’il n’est une assurance anti-problème ou anti-maladie ! Il est le Dieu vivant qui nous accompagne à chaque instant de notre vie, au milieu de tout ce qui nous arrive !

Tous les saints on expérimenté cela comme nous, mais la différence, c’est qu’eux ont su y trouver cet accompagnement de Dieu, alors que nous, nous râlons après Dieu lorsque des problèmes nous arrivent ! Ne lui dit-on pas souvent : « Mais qu’est-ce que je t’ai fait pour que tu me laisses dans ces problèmes, dans cette souffrance ? »  . Tobie nous montre le vrai chemin de la foi, de la confiance en Dieu.  L’acceptation !

 Remarquons au passage que ce n’est pas Dieu qui d’un éclair de sa main a rendu Tobie aveugle, sa cécité est simplement une conséquence de la nature ! Dieu a créé un univers avec ses lois, ses beautés, ses risques et dangers ! Nous vivons dans cet univers, nous sommes donc tributaires de ses beautés et de ses dangers ! Dieu respecte ce qu’il a crée ! Cela aussi nous l’oublions souvent !

Quoiqu’il en soit Dieu n’est pas injuste ! Même si l’entourage de Tobie ne comprend pas pour l’instant, ce qui se passe, et trouve que la foi de Tobie est inutile et injustifiée, Dieu lui se souviendra au moment voulu de la confiance de Tobie ! C’est que l’homme n’est pas fait pour l’éternité sur terre, mais pour l’éternité auprès de Dieu, notre vie ici bas n’est que la préparation à cette vie éternelle. Ce que Dieu peut nous demander ici bas, il le rendra au centuple au ciel. La foi est un chemin, un chemin, ou la certitude, la preuve par a+b, n’est jamais de mise. La foi se murit dans l’épreuve, et la croix est la plus belle grâce que Dieu fait à notre âme pour nous préparer à son Royaume.

Mais encore faut-il savoir accepter cette grâce ! et si nous ne savons pas accepter cette croix (épreuve, maladie …)  alors il est certain qu’elle sera un point écrasant, nous deviendrons tristes, amers, nous lamentant sur nous-mêmes au point même d’en dépérir. Mais si nous l’accueillons comme une comme une grâce, comme un cadeau de Dieu, dans la confiance de la foi, c'est-à-dire dans la foi que Dieu sait bien ce qu’il fait et permet, alors, la croix se transforme en fertilisant de notre vie, de notre cœur, de notre âme ! C’est le langage de la croix ! Un langage qui est folie pour le monde mais vie et vie d’amour pour Dieu  

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2013-06-04