Adoration du 20.07.2012

(18h00) Signe de croix

Mot d’introduction

Bienvenue à tous, Jésus fils de Dieu s’est fait serviteur de tous et il nous invite à nous approcher de lui, à déposer tous nos fardeaux pour le suivre dans la paix et la confiance. 

Chant : O oe to’ù Arii, o oe to’ù Faaora, o oe to’ù Atua, e Ietu e

Mt 12, 14-21

Ainsi devait s'accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe : « Voici mon serviteur que j'ai choisi, mon bien-aimé en qui j'ai mis toute ma joie. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, aux nations il fera connaître le jugement. Il ne protestera pas, il ne criera pas, on n'entendra pas sa voix sur les places publiques. Il n'écrasera pas le roseau froissé, il n'éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu'à ce qu'il ait fait triompher le jugement. Les nations païennes mettent leur espoir en son nom. »

Jésus est ce serviteur dont parle Isaïe. Il n’a rejeté personne, il a donné sa vie pour le monde, pour nous, Adorons Jésus qui nous est notre vie ; déposons à ses pieds tous nos fardeaux, nos soucis et  mettons en lui  tous nos espoirs.

Silence

(18h15)  Mt 11, 28-30

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Jésus, source de notre bonheur, de notre paix intérieure, nous invite à le suivre, à devenir ses disciples, contemplons Jésus, présent sur l’autel, et écoutons son appel au fond de notre cœur.

Silence

 (18h30) Am 7, 12-15

Amos répondit à Amazias : « Je n'étais pas prophète ni fils de prophète ; j'étais bouvier, et je soignais les figuiers. Mais le Seigneur m'a saisi quand j'étais derrière le troupeau, et c'est lui qui m'a dit : 'Va, tu seras prophète pour mon peuple Israël.' »

Comme Amos il se peut que nous ne semblions pas être destinés à la mission que le Seigneur veut nous confier. Mais il sait bien ce qu’Il fait et qui il appelle. Il ne se trompe pas. Jésus nous appelle, il attend la réponse de notre cœur, dans le quotidien de notre vie. Adorons Jésus, et demandons-lui la grâce de savoir répondre à son appel

Silence

(18h45) Mt 11, 25-27

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. »

Nous ne sommes pas des savants, nous ne sommes pas des puissants, nous ne méritons rien et pourtant, Dieu s’abaisse jusqu’à nous pour se révéler à notre cœur. Adorons Jésus  présent sur l’autel, rendons lui grâce de venir ainsi jusqu’à nous  pour  nous combler de son amour. 

Silence

19h00 Mot de conclusion

Il est l’heure maintenant de déposer Jésus au tabernacle, chantons lui encore une fois notre foi et notre amour.

Chant final

Jésus Christ, je t’adore, je te donne ma vie, je t’aime tant

Fils de Dieu je t’adore, je te donne ma vie, je t’aime tant

 Signe de croix 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2012-07-25