KerAnna 04.2019

Logo kerannaKerAnnA

Avec Sainte Anne, veiller et aimer !

N° 4/3ème année

Avril 2019

Bonjour à tous !

Et bienvenus aux nouveaux. Voici bientôt la Pâque de Jésus, l’Agneau de Dieu immolé, puis le temps de Pâques, où nous sommes invités à ressusciter avec le Christ. Laissons le faire !

La « bouchée » du mois :  L’œuvre de Dieu

Nous avons vu la fois dernière comment Jésus était pleinement Dieu. Nous allons voir maintenant comment il a accompli l’œuvre de Dieu.

1. Le salut :

• « Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel » (Credo). L’œuvre de Dieu, c’est le salut de tout homme. Et cela consiste, avions-nous dit précédemment, à faire entrer tous les hommes dans la Vie éternelle.

• Ce salut, Jésus le prépare par ses miracles et ses paroles : il donne la vie en guérissant des malades et en ressuscitant des morts, et il en donne le sens profond : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés » (Mc 2,5).

• Il l’annonce à plusieurs reprises : « Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite » (Mc 8,31).

• Et il est le seul à pouvoir l’accomplir : « car aucun autre nom sous le ciel n’a été donné aux hommes, qui puisse nous sauver » (Ac 4,12). En effet, les sages des autres religions donnent des conseils spirituels, moraux, politiques parfois ; mais ils ne peuvent donner le salut, car ils ne sont pas Dieu et ils ne sont pas morts pour nous.

2. L’œuvre du Salut :

• Ce salut, Jésus l’a effectué par sa Pâque, qui s’ouvre le soir du jeudi saint et qui culmine sur la Croix : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés » (Mt 26,28). La Résurrection en révèle la victoire.

• Et Jésus s’est réellement laissé vider de son sang pour nous, par amour. Mais pourquoi était-ce nécessaire ? Parce qu’il fallait effacer nos péchés : « En Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence … Il n’a pas à s’offrir lui-même plusieurs fois, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n’était pas le sien ; c’est une fois pour toutes qu’il s’est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice » (He 4,14 et 9,26).

• Encore faut-il accueillir ce salut et y correspondre. C’est à la fois le travail de l’Esprit-Saint et de toute notre vie. Nous y reviendrons … et déjà dans notre Pratique du mois !

Le Saint du mois

Nous fêterons le 4 avril un saint peu commun : un enfant de 10 ans, François (Francisco) Marto, l’un des trois pastoureaux de Fátima, avec sa petite sœur Jacinthe et sa cousine Lucie. Un exemple et un ami pour nos enfants et nos petits-enfants.

Francisco naît dans un hameau de Fátima le 11 juin 1908. Sa maman a eu deux enfants d'un premier mariage, puis sept de ses secondes noces. Francisco et Jacinta sont les deux derniers.

Le gouvernement portugais de l’époque est violemment anti-clérical, mais la famille Marto est très chrétienne : on prie en famille, on protège l’innocence des enfants, on leur apprend à ne pas mentir.

• L’école n’étant pas obligatoire, ils n’y vont pas. On les met à garder les moutons avec leur cousine Lucia, et surtout on leur recommande d’en profiter pour dire leur chapelet. François, pour pouvoir jouer plus vite, invente le  chapelet TGV  : chaque dizaine comprend un Pater noster, 10 Ave Maria, un Gloria Patri … mais sans les autres mots des prières ! … ce que la Sainte Vierge, un jour, lui reprochera gentiment !

• François est un enfant généreux et sensible. Il offre à un camarade le beau mouchoir qu’on lui avait donné, il est bon pour les animaux, il aime jouer de sa flûte en roseau. Il aime aussi commander …

• En 1916, voilà qu’un ange leur apparait par trois fois :

- Au printemps, il se présente comme l’Ange de la Paix (l’Europe est en guerre) et leur enseigne à dire : "Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas et ne vous aiment pas".    
- Pendant l’été, il se nomme l'Ange du Portugal et leur demande de beaucoup prier et d’offrir des sacrifices.

- À l’automne, il revient comme l’Ange de l’Eucharistie (il porte un calice et une Hostie qui saigne) et leur enseigne une nouvelle prière d’adoration, de réparation, et d’intercession pour la conversion des pécheurs.

• Désormais, François n'aura plus qu'un seul but : « consoler Jésus des péchés du monde » et lui faire plaisir. Sa vie en est transformée: prière continuelle et intense, union mystique avec le Seigneur, renoncement à ce qu'il aime le plus.

• Un an plus tard, en 1917, c’est la Sainte Vierge elle-même qui apparaît aux enfants. Cinq fois, le 13 du mois, du 13 mai au 13 octobre, sauf au mois d’août où les enfants sont faits prisonniers.

• Car les enfants sont durement traités. Les apparitions ne sont pas compatibles avec le prêt-à-penser politique. De plus, le pauvre François ne peut faire sa première communion en même temps que Jacinthe, car il n’a pas su répondre à une question de l’examen de catéchisme, et il est refusé. Puis c’est la grippe espagnole, virulente, qui emporte une bonne partie de sa famille et de son entourage.

• Et les deux enfants tombent gravement malades. François récite plusieurs rosaires (les 15 mystères) par jour. Sur son lit de mort, il offre ses souffrances « pour consoler Notre Seigneur et convertir les pécheurs ». Il déclare même : « D'ici peu, Jésus va venir me chercher pour aller au Ciel avec Lui, et alors je resterai toujours à le voir et à le consoler. Quel bonheur ! »

 

• Le 3 avril 1919, à dix ans, au bord de la mort, il peut enfin faire sa première confession et sa première communion au lit, à la maison. Et il meurt le lendemain. Jacinthe le suivra deux ans plus tard. Ils seront tous deux béatifiés le 13 mai 2000 par Jean-Paul II et canonisés par le pape François le 13 mai 2017.  

La pratique du mois

L’Église nous demande de nous confesser et de communier au moins une fois par an. C’est une fête pour Dieu, car « il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit » (Lc 15,7). Préparons-y notre cœur : c’est la fête où Jésus, par sa Pâque, nous redonne la fraîcheur de notre baptême !

L’intercession du mois

Avec sainte Anne et le petit Francisco, prions :

- pour les nouveaux baptisés et pour tous les anciens (nous !).

- pour les enfants, qui sont eux aussi appelés à la sainteté.

- aux intentions du pape François pour ce mois d’avril :

Pour les médecins et humanitaires présents dans les zones de combat qui risquent leur vie pour sauver celle des autres.

- et toujours aux intentions de tous les amis de KerAnnA.

Pour recevoir ce feuillet par mail, s’adresser à : frat.keranna@gmail.com

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-11-08