KerAnnA 11.2019

Logo kerannaKerAnnA
  Avec Sainte Anne, veiller et aimer !
N° 11/3ème année   Novembre 2019

Bonjour à tous !

Et bienvenue à nos nouveaux amis du Bénin ! Que ce mois de prière pour les défunts nous attire à la Lumière du Ressuscité !

La « bouchée » du mois : Les fins dernières

La fois dernière, nous avons vu que Jésus allait revenir dans la gloire. Mais pourquoi donc ? Le Credo poursuit : Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ; et son règne n’aura pas de fin.

1. Pour juger les vivants et les morts :

Le triomphe de Dieu sur la révolte du mal prendra la forme du Jugement dernier après l’ultime ébranlement cosmique de ce monde qui passe (CEC 677). Le livre de l’Apocalypse nous l’avait déjà dit : J’ai vu les morts, les grands et les petits, debout devant le Trône. On ouvrit des livres, puis un autre encore : le livre de la vie. D’après ce qui était écrit dans les livres, les morts furent jugés selon leurs actes (Ap 20,12).

• En fait, il y a deux jugements : le jugement particulier, privé, qui attend chacun d’entre nous à notre mort, et ce jugement dernier, public, qui nous affectera tous ensemble lors du retour du Christ.

• Lors du jugement particulier, nous découvrirons ce qu’a valu notre vie. Non pas à nos propres yeux ou selon les critères à la mode, mais à l’aune de la sagesse de Dieu, qui est faite de lumière et d’amour. Nous avons été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Mais qu’avons-nous fait de cette ressemblance ? Nous y reviendrons.

• Lors du jugement dernier, par contre, le Christ viendra juger les vivants et les morts,  c’est-à-dire toute l’humanité, depuis Adam jusqu’au dernier homme. Et chacun va, à ce moment final de l’histoire, rayonner de ce qu’a été sa vie.

• On peut, pour tenter de le comprendre, imaginer un immense jardin aux milliards de fleurs, chacune étant unique, de la première fleur de la création à la dernière. Il y en aura des grandes, des petites, des parfumées, des rouges, des blanches, des violettes, etc. Et il y en aura aussi des carnivores, des vénéneuses, des nocives …

• Alors, nous dit l’Évangile, Jésus mettra à sa gauche, du côté de la justice et de la rigueur, ceux qui l’ont haï, raillé et refusé jusqu’au bout, et Il les laissera entrer dans le royaume sans Dieu qu’ils auront désiré et choisi, ce royaume de l’Anti-Christ qu’ils auront parfois même essayé de bâtir sur terre, et dans lequel ils vivront, selon leur désir, à tout jamais.

2. Et son règne n’aura pas de fin :

• Et Il mettra à sa droite, du côté de la miséricorde et de la grâce, ceux qui l’ont aimé, désiré et suivi et Il les fera entrer dans son Royaume d’amour, où ils continueront à l’aimer, pour toute l’éternité.

Et son règne n’aura pas de fin … Ce sera, comme le disait Thérèse d’Avila du haut de ses sept ans, pour toujours, pour toujours, pour toujours

Le Saint du mois

• Cette année, le 17 novembre tombera un dimanche. Raison de plus pour découvrir la sainte de ce jour, sainte Gertrude de Helfta, « Gertrude la grande ». Elle naît le 6 janvier 1256 en Thuringe (Allemagne de l’Est), et dès l’âge de cinq ans elle est confiée au monastère voisin de Helfta, dirigée par l’abbesse Gertrude de Hackeborn, où les moniales cisterciennes tiennent une école.

• La petite fille est confiée aux soins de la jeune sœur de l’abbesse, Mechtilde de Hackeborn, qui décèle vite les dons intellectuels et spirituels de l’enfant. On la dirige vers l’étude des arts libéraux (le trivium et le quadrivium, c’est-à-dire la grammaire, la dialectique et la rhétorique, ainsi que l’arithmétique, la musique, la géométrie et  l’astronomie), de l’Écriture sainte et des Pères de l’Église. Plus tard, Gertrude écrira tant en moyen-allemand qu’en latin.

• C’est en 1281, à 25 ans, que Gertrude a une vision qui va transformer toute sa vie : Alors qu’elle se voit entourée d’une immense haie d’épines, Jésus lui apparaît comme un beau jeune homme qui lui promet de la délivrer. Elle ne sait comment le rejoindre, et c’est Lui qui la soulève et la dépose auprès de lui.

• Dès lors, elle renonce aux sciences profanes et se consacre à la science spirituelle. Sa vie se partage entre l’office divin, la lecture, la méditation, la copie de manuscrits, l’accompagnement spirituel des moniales … et la maladie. Et elle écrit. Elle écrit pour transmettre la vérité de la foi, pour partager ses expériences, pour indiquer des chemins. Ses traités bibliques et patristiques seront malheureusement perdus. Mais on a pu retrouver ses Exercices spirituels et son Héraut de l'Amour divin … 250 ans plus tard. 

• Elle aura de nombreuses autres visions, par lesquelles Jésus lui enseignera les profondeurs de la vie spirituelle. Mais surtout, elle sera la sainte du cœur. Elle est d’ailleurs souvent représentée avec son cœur visible, un peu comme le Sacré-Cœur.

• Elle est la sainte du cœur humain, que Jésus lui a appris à déchiffrer : Que tout ce que les cieux renferment dans leur sphère, la terre en son globe et l'abîme des mers dans ses profondeurs, te rende grâces, pour cette faveur extraordinaire par laquelle tu m'as appris à connaître et à considérer les secrets de mon cœur. Jusqu'à ce jour je n'en avais pas eu plus de souci que de voir l'intérieur de mes pieds, si je puis ainsi parler.

• Et elle est surtout la sainte du Cœur de Jésus, quatre siècles avant sainte Marguerite-Marie. Un jour où elle se désolait de sa médiocrité, Jésus lui dit : Tout ce que tu as négligé de faire, Je l’ai fait pour toi, et, à chaque heure, J’ai recueilli dans mon Coeur tout ce que tu aurais dû former dans le tien. Et le cumul en a tellement dilaté mon Coeur, que, d’un grand désir, J’attendais ce moment où me viendrait de toi cette prière; car alors, Je peux enfin offrir à Dieu mon Père tout ce que J’ai fait pour toi pendant la journée. Le Cœur de Jésus est pour elle une fournaise d’amour. Un jour même, Jésus l’imprime en elle comme dans une cire doucement amollie sous l'action du feu.

• Le Cœur de Jésus devient dès lors son habitation et sa terre promise : Terre bienheureuse qui comblez de bonheur tous ceux qui vous habitent ! Elle la rejoindra enfin le 17 novembre 1301, juste avant ses 45 ans.

La pratique du mois

Peut-être pourrions-nous faire nôtre une idée toute simple de sainte Gertrude : De temps en temps, choisis un jour pour t’adonner à la louange de Dieu, pour compenser toute la louange et l’action de grâces que tu as négligé de lui rendre tous les jours de ta vie … Rien de plus simple !

L’intercession du mois

Avec sainte Anne et sainte Gertrude, prions :

- pour nos défunts, et pour ceux qui sont oubliés.

- pour les personnes en deuil pour qui ce mois est difficile.

- aux intentions du pape François pour ce mois de novembre :

Pour le Proche Orient, où diverses composantes religieuses partagent le même espace de vie, afin que surgisse un esprit de dialogue, de rencontre et de réconciliation.

- et toujours aux intentions de tous les amis de KerAnnA.

Pour recevoir ce feuillet par mail, s’adresser à : frat.keranna@gmail.com 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-11-02